Destins magiques
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lorien
avatar
Admin
Messages : 121
Date d'inscription : 16/04/2009
Age : 31
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
N'empêche j'aimerais bien moi aussi pouvoir manger des chocogrenouilles, ça doit être super bon ^^
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionandstories.forum-actif.net
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
(Je sais que ça ne bouge pas beaucoup mais bon Arive arrive à peine à Poudlard, et puis c'est pas un livre de guerre non plus! Mais bien que ce chapitre ci n'est pas beaucoup d'action après ça va bouger un peu plus, ne vous inquètez pas!)

La porte s'ouvrit immédiatement. Une grande sorcière aux cheveux noirs, vêtue d'une longue robe vert émeraude se tenait dans l'encadrement. Elle avait la visage sévère des gens qu'il vaut mieux éviter de contrarier, pensa aussitôt Harry.

-Professeur McGonagall, voici les élèves de première année, annonça Hagrid.

-Merci, Hagrid, dit la sorcière, je m'en occupe.

Le hall d'entrée du château était si grand que la maison des Dursley aurait pu y tenir toute entière et la plafond si haut qu'on n'arrivait pas à l'apercevoir. Des torches enflammées étaient fixées aux murs de pierre, comme à Gringotts, et un escalier de marbre permettait de monter dans les étages.

Guidés par le professeur McGonagall, ils traversèrent l'immense salle au sol dallé et entrèrent dans une petite salle réservée aux élèves de première année. Harry entendit la rumeur de centaines de voix qui lui parvenaient à travers une porte située sur sa droite. Les autres élèves devaient déjà être là. L'exiguïté des lieux les obligea à se serrer les uns contre les autres et ils restèrent débout en silence, lançant autour d'eux des regards un peu inquiets.

-Bienvenue à Poudlard, dit le professeur McGonagall. Le banquet de début d'année va bientôt commencer mais avant que vous ne preniez place dans la Grande Salle, vous allez être répartis dans les différentes maisons. Cette répartition constitue une cérémonie très importante. Vous devez savoir, en effet, que tout au long de votre séjour à l'école, votre maison sera pour vous comme une seconde famille. Vous y suivrez les même cours, vous y dormirez dans le même dortoir et vous passerez votre temps libre dans la même salle commune. Les maisons sont au nombres de quatre. Elles ont pour nom Gryffondor, Pousouffle, Serdaigle et Serpentard. Chaque maison a sa propre histoire, sa propre noblesse, et chacune d'elles a formé au cours des ans des sorciers et des sorcières de premier plan. Pendant votre année à Poudlard, chaque fois que vous obtiendrez de bons résultats, vous apporterez des points à votre maison, mais chaque fois que vous enfreindrez les règles communes, votre maison perdra des points. A la fin de l'année scolaire, la maison qui aura obtenu le plus de points gagnera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur. J'espère que chacun et chacune d'entre vous aura à coeur de bien servir sa maison, quelle qu'elle soit. La Cérémonie de la Répartition aura lieu dans quelques minutes en présence de tous les élèves de l'école? Je vous conseille de profiter du temps qui vous reste avant le début de cette cérémonie pour soigner votre tenue.

Le regard du professeur s'attarda sur Neville dont la cape était attachée de travers et sur Ron qui avait toujours une tache sur le nez. D'un geste fébrile, Harry essaya d'aplatir ses cheveux.

-Je reviendrai vous chercher lorsque tout sera prêt, dit le professeur McGonagall. Attendez-moi en silence.

Elle quitta la salle. Harry avait la gorge serrée

-C'est qui exactement cette sorcière? demanda Harry à Bella.

-C'est le professeur McGonagall, elle enseigne la métamorphose, elle est sous-directrice de Poudlard et directrice de la maison des Gryffondors!

-Comment font-ils pour nous sélectionner? Demanda Harry.

-J'imagine qu'ils vont nous faire passer des tests. Fred m'a dit que ça faisait très mal, mais je crois que c'était pour rire.

Bella sourit mais n'ajouta rien, elle savait très bien comment se passer la cérémonie, mais son oncle lui avait demandé de ne rien dire.

Harry, lui, eut un haut-le-corps. Des tests? Devant tout le monde? Alors qu'il ne savait pas faire le moindre tour de magie? Il regarda autour de lui: Les autres élèves avaient l'air terrifié, eux aussi, sauf Bella. Personne ne disait grand-chose, à part Hermione Granger qui chuchotait à toute vitesse qu'elle avait appris par coeur tous les sorts possibles et qu'elle se demandait bien lequel il faudrait jeter. Harry s'efforça de na pas écouter ce qu'elle disait. Jamais il n'avait ressenti une telle appréhension, même le jour où il avait dû rapporter à la maison son carnet scolaire dans lequel il était expliqué que la perruque d'un de ses professeur avait mystérieusement pris une couleur bleu vif et qu'on le soupçonnait d'y être pour quelque chose. Il gardait les yeux fixés sur la porte. A tout moment, maintenant, le professeur McGonagall allait rentrer et l'emmener vers son destin fatal.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Tout à coup, des cris s'élevèrent derrière Harry et Bella. Ils se retournèrent et Harry resta bouche bée, comme les autres. Une vingtaine de fantômes venait d'apparaître en traversant le mur du fond. D'un blanc nacré, légèrement transparents, ils flottaient à travers la salle sans accorder un regard aux élèves rassemblés. Ils paraissaient se disputer. L'un d'eux, qui ressemblait à un moine gras, lança:

-Oublions et pardonnons Nous devrions lui donner une deuxième chance.

-Mon cher Frère, n'avons-nous pas donné à Peeves toutes les chance qu'il méritait? Répondit un autre spectre, vêtu de haut-de-chausse et le cou entouré d'une fraise. Il nous fait une horrible réputation alors que lui-même n'est pas véritablement un fantôme. Tiens, qu'est-ce qu'ils font ici, ceux-là.

Il venait de remarquer la présence des première année qui se gardèrent bien de prononcer le moindre mot.

-Ce sont les nouveaux élèves, dit le gros moine en leur souriant. Vous attendez le Répartition, j'imagine.

Quelques élèves hochèrent la tête en silence.

-J'espère vous voir à Pousouffle, dit la moine. C'était ma maison, dans le temps.

-Allons-y, maintenant, dit une voix brusque. La cérémonie va commencer.

Le professeur McGonagall était revenue. Un pas un, les fantômes quittèrent la salle en traversant le mur opposé.

-Mettez-vous en rang et suivez-moi, dit le professeur aux élèves.

Harry éprouvait une sensation bizarre, comme si ses jambes s'étaient soudain changées en plomb. Il se glissa entre Ron et Bella et la file des élèves quitta la salle, traversa à nouveau la hall, puis franchit une double porte qui ouvrait sur la Grande Salle.

L'endroit était étrange et magnifique. Des milliers de chandelles suspendues dans les aires éclairaient quatre longues tables autour desquelles les autres étaient déjà assis, devant des assiettes et des gobelets d'or. Au bout de la salle, les professeurs avaient pris place autour d'une autre table.

Le professeur McGonagall aligna les première année face à leur camarades derrières lesquels se tenait les professeurs. Dans la clarté incertaine des chandelles, les visage les observaient telles des lanternes aux lueurs pâles. Dispersés parmi les étudiants, les fantômes brillaient sur les nouveaux, Harry leva la tête vers une plafond d'un noir de velours, parsemé d'étoiles.

-C'est un plafond magique, murmura Hermione. Il a été fait exprès pour ressembler au ciel. Je l'ai lu dans L'Histoire de Poudlard.

On avait du mal à croire qu'il existait un plafond. On avait plutôt l'impression que la salle était à ciel ouvert.

Harry regarda à nouveau ce qui se passait devant lui lorsque le professeur McGonagall installa un tabouret à autre pieds devant les nouveaux élèves. Sur la tabouret, elle posa un chapeau pointu de sorcier. Le chapeau était râpé, sale, rapiécé. La tante Pétunia n'en aurait jamais voulu chez elle.

Peut-être allait-on leur demander d'en faire sortir un lapin? Pensa Harry. Tout le monde, à présent, avait les yeux fixés sur le chapeau pointu. Pendant quelques instants, il régna un silence total. Puis, tout à coup, le chapeau remua. Une déchirure, tout près du bord, s'ouvrit en grand, comme une bouche, et le chapeau se mit à chanter:


_Je n'suis pas d'une beauté suprême
Mais faut pas s'fier à ce qu'on voit
Je veux bien me manger moi-même
Si vous trouvez plus malin que moi.
Les hauts-d'forme, les chapeaux splendides
Fonts pâl'figure auprès de moi
Car à Poudlard, quand je décide,
Chacun se soumet à mon choix.
Rien ne m'échapp' rien ne m'arrête
Le choixpeau à toujours raison
Mettez-moi donc sur votre tête
Pour connaître votre maison.
Si vous allez à Gryffondor
Vous rejoindrez les courageux
Les plus hardis et les plus forts
Sont rassemblés en ce haut lieu.
Si à Pousouffle vous allez,
Comme eux vous s'rez juste et loyal
Ceux de Pousouffle aiment travailler
Et leur patience est proverbiale.
Si vous êtes sage et réfléchi
Serdaigle vous accueillera peut-être
Là-bas, ce sont des érudits
Qui ont envie de tout connaître.
Vous finirez à Serpentard.
Si vous êtes plutôt malin.
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours à leurs fins.
Sur ta tête pose-moi un instant
Et n'aie pas peur, reste serein
Tu seras en de bonnes mains
Car je suis un chapeau pensant.



Lorsqu'il eut terminé sa chanson, des applaudissements éclatèrent dans toute la salle. Le chapeau s'inclina pour saluer les quatre tables, puis il s'immobilisa à nouveau.

-Alors, il suffit de porter le chapeau! Murmura Ron à l'oreille de Harry. Fred m'avait parlé d'un combat avec un troll... J'ai bien envie d'aller lui casser la figure!

-Parce que tu crois toujours ce que disent Fred et George? Lui demanda Bella.

Harry eut un faible sourire. Essayer un chapeau valait beaucoup mieux que d'être obligé de jeter un sort, mais il aurait préféré ne pas avoir à le faire devant tout le monde. Le chapeau l'impressionnait et Harry ne se sentait plus le moindre courage. S'il avait existé une maison pour les élèves au bord de la nausée, il y serait allé tout de suite.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Le professeur McGonagall s'avança en tenant à la main un long rouleau de parchemin.

-Quand j'appellerai votre nom, vous mettrez le chapeau sur votre tête et vous vous assiérez sur le tabouret. Je commence: Abbot, Hannah!

Une fille au teint rose avec des nattes blondes sortit du rang d'un pas mal assuré. Elle alla mettre le chapeau qui lui tomba devant les yeux et s'assit sur le tabouret.

-POUFSOUFFLE! Cria le chapeau après un instant de silence.

Des acclamations et des applaudissements s'élevèrent de la table située à droite et Hannah alla s'y asseoir, parmi les autres étudiants de Pousouffle, Harry vit le fantôme du moine gras lui faire de grands signes enthousiastes.

-Baggins, Lorien! Appela le professeur McGonagall.

-SERPENTARD! Cria le chapeau.

Peut-être était-ce dû à son imagination, après tout ce qu'on lui avait dit sur eux, mais Harry prouva une impression désagréable en regardant les élèves de Serpentard.

-Bones, Susan!

-POUFSOUFFLE! Cria à nouveau le chapeau

Susan se hâta d'aller s'assoir à côté d'Hannah.

-Boot, Terry! Appela le professeur McGonagall

-SERDAIGLE! Cria le chapeau.

Cette fois, les applaudissements s'élevèrent de la deuxième table à gauche. Des élèves de Serdaigle accueillir Terry en lui serrant la main.

Brocklehurst, Mandy fut également envoyée à Serdaigle. Brown, Lavande fut la première à se retrouver à Gryffondor. Une ovation monta de la table situé à l'extrême gauche. Les jumeaux se mirent à siffler d'un air joyeux pour saluer son arrivée.

Bulstrode, Millicent fut envoyée à Serpentard.

Harry commençait vraiment à avoir la nausée, maintenant. Il se souvenait des séances pendant lesquelles on composait les équipes sportives dans son anciennes école. Il était toujours le dernier à être choisi, non parce qu'il était le plus mauvais, mais parce que personne ne voulait prendre le risque de lui manifester la moindre sympathie en présence de Dudley.

-Dumbledore, Isabella!

Le professeur Dumbledore qui était assis au centre de la table des professeurs se redresse et Bella s'avança sûr d'elle et s'assit sur le tabouret le choixpeau sur la tête.

-Difficile, difficile, tu es loyal, courageuse, maligne et intelligente, voyons où vais-je te mettre?

-Gryffondor, gryffondor, pensa-t-elle.

-Pas Serpentard, tu es sûr, cela t'aiderait.

-Non surtout pas!

-Très bien... GRYFFONDOR!

-Bella avec nous, Bella avec nous! crièrent les Gryffondors

-Finch-Fletchey, Justin!

-POUSOUFFLE!

Plusieurs élèves furent ainsi répartis dans les différentes maisons. Harry remarqua que le chapeau prenait parfois le temps de la réflexion avant de se décider.

-Granger, Hermione!

Hermione courut presque jusqu'au tabouret et enfonça frénétiquement le chapeau sur sa tête.

-GRYFFONDOR! Cria le chapeau.

Ron émit un grognement.

Harry eut soudain une horrible pensées qui accompagnent généralement les états de panique. Et s'il n'était pas choisit du tout? S'il restait là avec le Choixpeau sur la tête sans que rien ne se passe et que le professeur McGonagall finisse par lui annoncer qu'il y avait une erreur et qu'il devait rentrer chez lui par le prochain train?

Lorsque Neville Londubat, le garçon qui ne cessait de perdre son crapaud, fut appelé, il trébucha et tomba en s'approchant du tabouret. Le Choixpeau mit longtemps à se décider. Enfin, il cria <<GRYFFONDOR.>> Neville se précipita aussitôt vers ses camarades sans enlever le chapeau de sa tête et dut revenir le donner à MacDougal, Morgan, sous les éclats de rire.

Lorsque son nom fut appelé, Malefoy s'avança d'un pas conquérant vers le tabouret. Dès qu'il lui eut frôlé la tête, le chapeau s'écria:

-SERPENTARD!

La mine satisfaite, Malefoy alla rejoindre ses amis Crabbe et Goyle qui avaient été envoyés à Serpentard, eux aussi. A la grande Surprise de Bella Malefoy s'assit à côté de Lorien Baggins et il semblait qu'ils étaient assez proche, pourtant Lorien n'avait rien d'une Serpentard.

Il ne restait plus grand monde dans la file des nouveaux.

-Moon... Nott... Le professeur McGonagall appela les noms qui commençaient pas <<P>>. Parkinson... Les jumelles Patil... Perks, Sally-Anne... Et, enfin...

-Harry Potter!

Lorsque Harry sortit du rang, des murmures s'élevèrent dans toute la salle.

-Elle a bien dit Potter?

-Le Harry Potter?

Alors que le chapeau lui tombe devant les yeux en le plongeant dans le noir absolu, Harry eut le temps de voir les têtes qui se tendaient pour mieux le regarder.

-Hum, ce n'est pas facile, dit une petite voix à son oreille. C'est même très difficile. Je vois beaucoup de courage. Des qualités intellectuelles, également. Il y a du talent et... Ho!Ho! Mon garçon, tu es avide de faire tes preuves, voilà qui est intéressant... Voyons, où vais-je te mettre?

Harry crispa les doigts sur les bords du tabouret. <<Pas à Serpentard, par à Serpentard>>, pensa-t-il avec force.

-Pas à Serpentard? Dit la petite voix. Tu es sûr? Tu as d'immenses qualités, sais-tu? Je le voix dans ta tête et Serpentard t'aiderait singulièrement sur le chemin de la grandeur, ça ne fait aucun doute. Alors? Non? Vraiment? Très bien, si tu es sûr de toi, il vaut mieux t'envoyer à... GRYFFONDOR!

Harry entendit le dernier mot résonner dans la Grande Salle. Il ôta le chapeau et se dirigea, les jambes tremblante, vers la table des Gryffondors. Soulagé d'avoir échappé à Serpentard, il remarqua à peine qu'on lui réservait la plus longue et la plus bruyante ovation de la soirée, après celle de Bella. Percy le Préfet se leva et lui serra vigoureusement la main tandis que les jumeaux Weasley scandaient:

-Potter avec nous! Potter avec nous!

Harry s'assit face au fantôme qui portait une fraise autour du cou, et juste à côté de Bella. Le spectre lui tapota amicalement le bras et Harry eut soudain l'horrible impression d'avoir plongé la main jusqu'au coude dans un seau d'eau glacée.

A présent, il voyait distinctement la Grande Table des professeurs. Hagrid, qui était assis à l'une des extrémités, lui fit un clin d'œil en levant le pouce. Harry lui sourit. Au centre de la table, trônait dans une large fauteuil d'or massif Albus Dumbledore en personne. Harry le reconnut immédiatement, grâce à la carte qu'il avait trouvée dans le Chocogrenouille. La chevelure argentée de Dumbledore brillait avec autant d'éclat que les fantômes. Harry reconnut également le professeur Quirell, le jeune homme émotif qu'il avait rencontré au Chaudron Baveur. Il portait un grand turban violet qui lui donnait un air bizarre.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Il ne restait plus que trois élèves à répartir. Turpin, Lisa fut envoyé à Serdaigle, puis ce fut le tour de Ron. Il avait le teint verdâtre et Bella croisa les doigts sous la table. Un instant plus tard, le chapeau annonça:

-GRYFFONDOR!

Bella et Harry applaudirent bruyamment avec les autres tandis que Ron se laissait tomber sur une chaise à Côté de Harry.

-Bravo, Ron, très bien vraiment, dit Percy d'un ton pompeux tandis que Zabini, Blaise, était envoyé à Serpentard.

Lorsque tous les élèves eurent été répartis, le professeur McGonagall roula son parchemin et emporta le Choixpeau. Harry contempla alors son assiette d'or désespérément vide et se rendit compte à quel point il était affamé.

Albus Dumbledore s'était levé, le visage rayonnant, les bras largement ouverts. On aurait dit que rien ne pouvait lui faire davantage plaisir que de voir tous les élèves rassemblés devant lui.

-Bienvenue, dit-il. Bienvenue à tous pour cette nouvelle année à Poudlard. Avant que le banquet ne commence, je voudrais vous dire quelques mots. Les voici: Nigaud! Grasdouble! Bizarre! Pinçon! Je vous remercie!

Et il se rassit tandis que tout le monde applaudissait avec des cris de joie. Harry se demanda s'il fallait rire ou pas.

-Il est... Une peu fou, non? Demanda(t(il timidement à Percy.

-Fou? Dit Percy d'un ton léger. C'est un génie! Le plus grand sorcier du monde! Mais c'est vrai, il est un peu fou. Tu veux des pomme de terre?

Harry resta bouche bée. Les plats disposés sur la table débordaient à présent de victuailles: Roast-beef, poulet, côtelettes de porc et d'agneau; saucisses, lard, steaks, gratin, pommes de terres sautées, frites, légumes divers, sauces onctueuses, ketchup et, il ne savait pour quelle raison, des bonbons à la menthe. Les Dursley n'avaient jamais privé Harry de nourriture, mais il n'avait pas vraiment le droit de manger à sa faim. Dudley se précipitait toujours le premier sur ce que Harry aimait le mieux, même si cela le rendait malade. Harry remplit son assiette d'un peu de tout, sauf de bonbons à la menthe, et se mit à manger avec appétit. Tout était délicieux.

-Tout ça me paraît bien appétissant soupira le fantôme à fraise en regardant Harry trancher son steak. Il y a presque quatre cents ans maintenant que je n'ai plu rien manger. Je n'en ai pas besoin, bien sûr, mais ça me manque... Au fait, je ne me suis pas présenté: Sir Nicolas de Mimsy-Porpington, pour vous servir. Fantôme résident à la tour de Gryffondor.

-L'été a-t-il était agréable, Sir Nicolas? Demanda Bella.

-Maussade! Répond le fantôme. Le club des chasseurs sans tête à rejeter une fois encore ma candidature.

-Eh, je vous connais, s'exclama Ron. Mes frères m'ont parlé de vous. C'est bien vous, Nick Quasi-Sans-Tête?

-Je préfères que l'on m'appelle Sir Nicolas de Mimsy, dit le fantôme d'un air pincé.

-Quasi-sans-tête? L'interrompit Seamus Finnigan, un garçon au cheveux blond. Comment peut-on être quasi-sans-tête?

Sir Nicolas sembla offensé. Visiblement, la conversation ne se déroulait pas selon ses vœux.

-Comme ceci, dit-il d'une voix agacée.

Il prit son oreille gauche entre deux doigts et la tira vers le haut. Sa tête bascula alors vers la droite et tomba sur son épaule comme si elle était rattachée à son cou par une charnière. Apparemment, quelqu'un avait essayé de la décapiter, sans réussir à terminer le travail.

-KYAAHH!!! crie Ron d'une voix très aiguë!

-AAAHHH!!! s'exclame Hermione.

Satisfait de voir les regards ébahis des nouveaux élèves, Quasi-Sans-Tête remit son chef en place.

-Alors les nouveaux Gryffondors, dit-il, j'espère que vous allez nous aider à gagner la coupe des Quatre Maison, cette année? Il y a tellement longtemps que Gryffondor ne l'a pas obtenue! Les Serpentards l'ont remportée sir fois de suite! Le Baron Sanglant en est devenu insupportable de prétention. C'est lui, le fantôme des Serpentards! Enfin avec Isabella on devrait s'en sortir à merveille!

Bella rougit sous le compliment du fantôme, de son coté Harry jeta un coup d'œil à la table des Serpentards et aperçut un horrible fantôme, les yeux vides, le visage émacié, les vêtements maculés de taches de sang aux reflets d'argent. Il était assis à côté de Malefoy qui, à le grande satisfaction de Harry, n'avait pas l'air enchanté d'occuper cette place.

-Comment a-t-il fait pour être couvert de sang? Demanda avec grand intérêt Seamus Finnigan, le garçon blond.

-Je ne lui ai jamais demandé, répondit Quasi-Sans-Tête avec délicatesse.

Lorsque tout le monde se fut rempli l'estomac, ce qui restait dans les plats disparut peu à peu et la vaisselle redevint étincelante de propreté. Ce fut alors le moment du dessert: crèmes glacées à tous les parfums possible, tartes aux pommes, éclairs au chocolat, beignets, babas, fraises, gâteaux de riz.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Harry se servit. Tandis qu'il prenait un morceau de tarte à la mélasse, les autres se mirent à parler de leurs familles.

-Moi, je suis moitié-moitié, expliqua Seamus. Mon père est un Moldu et ma mère a attendu qu'ils soient mariés pour lui dire qu'elle était une sorcière. Ça lui a fait un choc.

Tout le monde éclata de rire.

-Et toi Neville? Demanda Ron.

-C'est ma grand-mère qui m'a élevé et c'est une sorcière, ré^pondit Neville. Mais pendant des années, la famille a cru que j'étais un Moldu. Algie, mon grand-oncle, essayait toujours de me prendre par surprise pour voir s'il y avait un peu de magie en moi. Un jour, il m'a poussé dans l'eau, au bout de la jetée de Blackpool et j'ai failli me noyer. Jusqu'à l'âge de huit ans, je n'avais montré aucun don pour la magie. Et puis, un jour, mon grand-oncle qui était venu prendre le thé à la maison m'a pris par les chevilles et s'est amusé à me pendre par la fenêtre du premier étage. Ma grand-tante Enid est venue lui apporter une meringue et il m'a lâché sans le faire exprès. Mais au lieu de tomber normalement, j'ai rebondi dans le jardin jusque sur la route et tout le monde était ravi. Ma grand-mère pleurait de joie. Et je ne les avait jamais vus aussi heureux quand j'ai été appelé à Poudlard. Ils avaient eu peur que je sois pas assez doué pour qu'on m'accepte à l'école. Mon grand-oncle Algie était tellement content qu'il m'a acheté un crapaud.

Assis un peu plus loin, Percy Weasley et Hermione parlaient des cours.

-J'espère qu'ils vont tout de suite commencer, dit Hermione, il y a tellement de chose à apprendre. Ce qui m'intéresse le plus, c'est la métamorphose. Ça doit être passionnant de transformer quelque chose en quelques chose d'autre. Bien sûr, il paraît que c'est très difficile.

-Il faudra commencer avec de petits objets, par exemple changer une allumette en aiguille... Expliqua Percy.

Harry se sentait parfaitement à l'aise, à présent, le présence de Bella l'aider beaucoup, même si elle ne parlait pas beaucoup pendant ce banquet. Il jeta à nouveau un coup d'œil à la Grande Table. Hagrid vidait son gobelet, le professeur McGonagall bavardait avec Albus Dumbledore et la professeur Quirell, avec son turban ridicule, parlait à l'un de ses collègues, un homme aux cheveux noirs et gras, le nez crochu, le teint cireux.

Tout se passa en un éclair. Le professeur au nez crochu regarda Harry dans les yeux et celui-ci ressentit aussitôt une douleur aiguë, fulgurante à l'endroit de sa cicatrice.

-Aïe! S'écria Harry en se plaquant une main sur le front.

-Qu'est-ce qu'il y a? S'inquiète aussitôt Bella.

-R... Rien...

-C'est ta cicatrice?

Harry hocha le tête, mais la douleur avait disparu aussi vite qu'elle était venue. En revanche, Harry n'arrivait pas à chasser la sensation qu'il avait éprouvée en croisant le regard du professeur – la sensation que cet homme ne l'aimait vraiment pas.

-Qui c'est, le prof qui parle avec Quirell? Demanda-t-il à Bella.

-Tu connais déjà Quirell? Demanda Bella à qui Harry avait oublié de lui parler de sa rencontre avec le professeur au Chaudron Baveur. Pas étonnant qu'il ait l'air si nerveux, l'autre, c'est le professeur Rogue. Il est chargé des cours de Potions, mais ça ne lui plaît pas. Tout le monde sait qu'il essaye de prendre la place de Quirell. Il en connaît un rayon en magie noire, ce Rogue. Quand tu parles de lui ne dit pas que c'est le professeur de potions, dit que c'est le maître des potions, sinon tu pourrais avoir des problèmes avec lui et aussi avec les Serpentards, il est leur directeur et il cherche toujours à les avantager et à nous enlever des points, en particulier aux Gryffondors, il nous déteste car on est les principaux rivaux des Serpentards!

Harry observa longuement le professeur Rogue, mais celui-ci ne tourna plus les yeux vers lui.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Lorsque les desserts eurent à leur tour disparu, Albus Dumbledore se leva à nouveau et le silence se fit dans la salle.

-Maintenant que nous avons rassasié notre appétit et étanché notre soif, je voudrais encore dire quelques mots en ce qui concerné le règlement intérieur de l'école. Les première année doivent savoir qu'il est interdit à tous les élèves sans exception de pénétrer dans la forêt qui entoure le collège. Certains de nos élèves le plus anciens feraient bien de s'en souvenir.

Dumbledore tourna ses yeux étincelants vers les jumeaux Weasley.

-Mr Rusard, le concierge, m'a également demandé de vous rappeler qu'il est interdit de faire des tours de magie dans les couloirs entre les cours. La sélection des joueurs de Quidditch se fera au cours de la deuxième semaine. Ceux qui souhaite faire partie de l'équipe de leur maison devront prendre contact avec Madame Bibine. Enfin, je dois vous avertir que cette année, l'accès au couloir du deuxième étage de l'aile droite est formellement interdite, à moins que vous ne teniez absolument à mourir dans d'atroces souffrances.

Harry éclata de rire, mais il ne fut guère imité.

-Il n'est pas sérieux? Murmura-t-il à Bella.

-Je crois que si, répondit Bella en fronçant les sourcils. C'est bizarre, d'habitude, il nous explique pourquoi on a pas le droit d'aller dans certains endroits. La forêt, par exemple, est remplie de bêtes féroces, tout le monde le sait. Il aurait au moins pu me le dire à moi!

-Et maintenant, avant d'aller nous coucher, chantons tous ensemble l'hymne du collège! S'écria Dumbledore.

Harry remarqua que le sourire des autres professeurs s'était soudain figé. Dumbledore donna un petit coup de baguette magique, comme s'il avait voulu faire partir une mouche posé à son extrémité, et il s'en échappa un long ruban d'or qui s'éleva au-dessus des tables en se tortillant pour former les paroles de la chanson.

-Chacun chantera sur son air préféré, dit Dumbledore. Allons-y!
Et toute l'école se mit à hurler:


Poudlard, Poudlard, Pou du Lard du Poudlard,
Apprends-nous ce qu'il faut savoir,
Que l'on soit jeune ou vieux ou chauve
Ou qu'on ait les jambes en guimauve,
On veux avoir le tête bien pleine
Jusqu'à en avoir la migraine
Car pour l'instant c'est du jus d'âne,
Qui mijote dans nos crâne;
Oblige-vous à tout étudier,
Répète-nous c'qu'on a oulié,
Fais de ton mieux, qu'on se surpasse
Jusqu'à ce que nos cerveaux crient grâce.



Tout le monde termina la chanson à des moments différents. Les jumeaux Weasley furent les derniers à chanter, au rythme de la marche funèbre qu'ils avaient choisie. Dumbledore marqua la cadence avec sa baguette magique et lorsqu'ils eurent terminé, il fut l'un de ceux qui applaudirent le plus fort.

-Ah, la musique, dit-il en s'essuyant les yeux. Elles est plus magique que tout ce que nous pourrons jamais faire dans cette école. Et maintenant, au lit. Allez, tout le monde dehors.

Les nouveaux Gryffondors suivirent Percy hors de la Grande Salle puis montèrent derrière lui le grand escaliers de marbre. Harry eut à nouveau l'impression d'avoir les jambes de plomb, mais cette fois, seuls la fatigue et le plantureux repas en étaient la cause. Il avait tellement sommeil qu'il ne fut même pas surpris de voir les personnages des tableaux accrocher aux murs des couloirs chuchoter et montrer les élèves du doigt sur leur passage. Il ne fut pas davantage étonné de voir que Percy les faisait passer pas des portes cachées derrière des tapisseries ou des panneaux coulissants. Il vit même des escaliers se déplacer pour former de nouveaux chemins et ne posa aucunes questions. Les Gryffondors parcoururent ainsi une distance interminable avant de s'arrêter brusquement.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Des cannes apparurent soudain devant eux, flottant dans les airs, et se ruèrent sur Percy qui dut faire un pas de côté pour les éviter.

-C'est Peeves, murmura Bella. Un esprit frappeur.

-Peeves, montre-toi, dit Percy en élevant la voix.

Pour toute réponse, un bruit grossier résonna dans le couloir.

-Tu veux que j'aille prévenir le Baron Sanglant? Menaça Percy.

Il y eut alors un bruit sec et un petit homme au regard noir et méchant avec une grande bouche, se dessina dans es airs. Il avait les jambes croisées et se cramponnaient aux cannes.

-Ooooooooh! Lança-t-il en accompagnant son cri d'une sorte de caquètement. Voilà les petits nouveaux! On va bien s'amuser!

Il fondit alors sur eux, obligeant les élèves à se baisser.

-Va-t'en, Peeves, sinon, le Baron sera prévenu. Et je ne plaisante pas! S'exclama Percy.

Peeves tira le langue et disparut en laissant tomber les cannes sur la tête de Neville. Des armures cliquetèrent sur son passage.

-Il faut faire attention à Peeves, dit Percy en poursuivant son chemin. Le Baron Sanglant est le seul à qui il obéisse. Même nous, les préfets, il ne nous écoute pas. Voilà, on y est.

Tout au bout du couloir était accroché un tableau qui représentait une très grosse dame vêtus d'une robe de soie rose.

-Le mot de passe? Demanda-t-elle.

-Oh non, j'ai oublié de le demander à McGonagall! dit Percy.

Bella avança vers le tableau.

-Caput Draconis!dit-elle et le tableau pivota aussitôt laissant voir un trou rond découpé dans le mur.

-Contente de te revoir Bella! dit la grosse dame.

-Moi aussi Rose! répondit Bella.

Ils s'engouffrèrent un par un dans l'ouverture et se retrouvèrent dans la salle commune de Gryffondor, une salle ronde, confortable et accueillante, remplie de gros fauteuils moelleux.

-Bon le dortoir des garçons est à gauche, celui des filles à droite! dit Percy. Vos affaires ont été montées, vous les trouverez au pied de vos lits! Maintenant montez-vous coucher, le petit déjeuné est à 7 heure et les cours commencent à 8 heure précise.

Bella monta dans son dortoir en compagnie de Lavande et Parvati dont elle faisait connaissance. Elles arrivèrent dans un petits dortoirs avec des lits à baldaquins avec des rideaux de velours rouges. Leurs valises avaient déjà été amenées aux pieds de leur lits

-Alors comme ça tu vis à Poudlard depuis dix ans? Demanda Lavande.

-Oui, je connais ce château mieux que Rusard, je connais tous les passages secrets.

-Whaou! s'exclama Parvati. Et qu'est-ce que tu faisais de tes journées?

-Je me promenais dans le château et je regardais des cours, j'avais le droit et je connais plein de sorts!

-Génial, tu dois être vachement en avance sur nous!

-On verra, mais maintenant il faut dormir, je suis crevée! Bonne nuit les filles!

-Bonne nuit!

Les garçons de leur côté étaient tout aussi fatigué pour parler longtemps, ils enfilèrent leur pyjamas et se mirent au lit.

-On mange bien ici, hein? Chuchota Ron à Harry à travers les rideaux. Hé, laisse-moi tranquille, Croutard! Il est en train de ronger mes draps.

Harry voulut répondre, mais il tomba endormi. Peut-être était-ce à cause de son trop copieux repas qu'il fit un rêve étrange. Il portait le turban du Professeur Quirell et le turban ne cessait de lui répéter qu'il ferait mieux de se faire transférer à Serpentard, car telle était sa destinée. Harry répondait qu'il ne voulait pas aller à Serpentard. Le turban devenait alors de plus en plus lourd. Harry essayait de l'enlever mais il lui serrait douloureusement la tête et il voyait Malefoy qui riait en le regardant s'escrimer en vain, Puis Malefoy prenait l'apparence de Rogue, le professeur au nez crochu, et son rire devenait de plus en plus sonore, de plus en plus glacé. Un éclair de lumière verte avait alors jailli et Harry s'était réveillé, le corps tremblant, baigné de sueur. Dans le dortoir des filles Bella c'était elle aussi réveillé au même moment qu'Harry avec une sensation étrange bien qu'elle n'ai pas fait de rêves étrange.

Ils s'étaient alors tous les deux tournés de l'autre côté et s'étaient rendormi. Le lendemain, lorsque Harry se réveilla, il n'avait plus aucun souvenir du rêve.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Lorien
avatar
Admin
Messages : 121
Date d'inscription : 16/04/2009
Age : 31
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Enfin l'arrivée à Poudlard et la cérémonie de répartition ! J'aime beaucoup ces passages !
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionandstories.forum-actif.net
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
-Salut Harry, Ron!

-Salut Bella, on va déjeuner?

-C'est partit!

Ils descendirent dans la grande salle et commencèrent à déjeuner quand Fred et George leur passent leur emploie du temps.

-Voyons, on est mercredi! dit Bella. Histoire de la magie, oh non, y va encore nous faire dormir!

-Pourquoi? demande Harry.

-Le professeur Binns est le seul professeur fantôme de l'école et il endort tout le monde! Ensuite Enchantement, chouette, Flitwick c'est le petit sorcier tu le vois, il est super gentil, ensuite Défense contre les forces du mal, ouais, on va entendre Quirell bégayai pendant une heure, Quirell c'est le prof au turban! QUOI, oh non, encore Histoire de la magie, Métamorphose, oh ça c'est bien, si tu as un compliment de McGonagall, c'est que tu es presque un génie, et génial encore Défense contre les forces du mal et oh encore plus génial Astronomie de 20h à 22h, je sens qu'on va se coucher hyper tôt, mais bon, le professeur Sinistra est sympa, c'est la prof avec la robe noire et plein de fanfreluches!

Ils allèrent ensuite aux dortoirs prendre leurs affaires et se rendirent à leur cour.

-Là, regarde.

-Où?

-A côté du grand type roux.

-Le garçon avec les lunettes et la fille avec les cheveux argentés?

-Tu as vu leur cicatrice?

Dès qu'ils eurent quitté le dortoir, Harry et Bella entendaient murmurer sur leur passage. Les élèves qui attendaient à la porte des salles de classe se levaient sur la pointe des pieds pour les voir ou revenaient sur leurs pas pour le croiser à nouveau. Harry, pendant ce temps suivait Bella, pour essayer de trouver son chemin dans le labyrinthe du château.

Il y avait cent quarante-deux escaliers, à Poudlard, des larges, des étroits, des courbes, des carrés, des délabrés, certains avec une ou deux marches escamotables qu'il fallait se souvenir d'enjamber pour ne pas tomber. Il y avait aussi des portes qui refusaient de s'ouvrir si on ne le leur demandait pas poliment, ou si on ne les chatouillait pas au bon endroit, et d'autres qui n'étaient pas des pans de mur déguisés en porte. Il était aussi très difficile de se souvenir où les choses se trouvaient car tout bougeaient sans cesse. Les gens représentés sur les tableaux accrochés aux murs passaient leur temps à se rendre visite les uns aux autres et Harry était persuadé que les armures se promenaient parfois dans les couloirs.

Quant aux fantômes, ils ne facilitaient pas la tâche. C'était toujours un choc désagréable lorsque l'un d'eux traversait une porte au moment où on essayait de l'ouvrir. Quasi-Sans-Tête était toujours heureux d'aider les nouveaux Gryffondor à trouver leur chemin, mais Peeves, l'esprit frappeur, bombardait les nouveaux de morceaux de craie, tirait les tapis sous leur pieds, renversait des corbeilles à papier sur leur tête ou se glissait silencieusement derrière eux et leur attrapait le nez en hurlant: <<JE T'AI EU!>> d'une voix perçante.

Mais pire encore que Peeves, si toutefois c'était possible, il y avait Argus Rusard, le concierge. Harry et Ron avaient réussi à se le mettre à dis dès le premier jour. Rusard les avaient surpris alors qu'il essayaient d'ouvrir une porte qui, par malchance, s'était révélée être l'entrée du couloir interdit du deuxième étage, alors que Bella les avait laissé un moment pour aller voir son oncle. Il avait refusé de les croire lorsqu'ils lui avaient expliqué qu'ils s'étaient perdus. Il était convaincu qu'ils avaient tenté de la forcer exprès et il les avait menacés de les enfermer au cachot. Heureusement, le professeur Quirell qui passait pas là était venu à leur secours.

Rusard avait une chatte qui s'appelait Miss Teigne, une créature grisâtre et décharnée avec des yeux globuleux qui brillaient comme des lampes, à l'image de ceux de son maître. Elle sillonnait les couloirs toute seule t dès qu'elle voyait quelqu'un commettre la moindre faute, ne serait-ce que poser un orteil au-delà d'une ligne interdite, elle filait prévenir son maître qui accourait aussitôt en soufflant comme un bœuf.

Rusard connaissait les passages secrets de l'école mieux que personne (à part les jumeaux Weasley et Bella) et pouvait apparaître aussi soudainement que l'un des fantômes. Tous les élèves le détestaient et nombre d'entre eux auraient été ravis de donner un bon coup de pied à Miss Teigne.

Lorsqu'on avait enfin réussit à trouver la salle de classe, il fallait arriver à suivre les cours et Harry découvrit très vite que l'exercice de la magie ne consistait pas seulement à brandir une baguette magique en marmonnant quelques paroles un peu bizarre.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Chaque mercredi soir, ils observaient le ciel au télescope et apprenaient les noms des étoiles ainsi que le mouvement des planètes. Trois fois pas semaines, ils étudiait les plantes dans les serres situées à l'arrière du château, sous la direction d'une petite sorcière joliment potelée qui s'appelait le professeur Chourave.

Les cours les plus ennuyeux était ceux d'histoire de la magie qui était enseignée par le seul professeur fantôme du collège. Alors qu'il était déjà très vieux le professeur Binns s'était endormi devant la cheminée et quand il s'était levé le lendemain matin pour aller faire sa classe, il avait laissé son corps derrière lui. Binns parlait sans cesse d'une voix monocorde tandis que les élèves griffonnaient des noms de sorciers célèbres en confondant Emeric de Hargneux et Ulric le Follingue.

Flitwick, le professeur d'enchantements, était un minuscule sorcier qui devait monter sur une pile de livres pour voir par-dessus son bureau. Au début de leur premier cours, pendant qu'il faisait l'appel, il poussa un petit cri aigu en voyant le nom d'Harry et tomba à la renverse.

Le professeur McGonagall était très différente. Harry avait vu juste en pensant qu'il valait mieux éviter de la contrarier. Elle était stricte, intelligente et leur parla très directement dès le début du premier cours.

-La métamorphose est une des formes de magie les plus dangereuses et les plus complexes que vous aurez à étudier, avait-elle dit. Quiconque fera du chahut pendant mes cours sera immédiatement renvoyé avec interdiction de revenir. Vous êtes prévenus.

Elle avait alors changé son bureau en cochon puis lui avait redonné sa forme d'origine. La démonstration était impressionnante et les élèves avaient hâte de commencer les cours au plus vite, mais ils s'étaient bientôt rendu compte qu'ils n'étaient pas près d'en faire autant. Après avoir suivi des explications très compliquées, ils avaient commencé à s'exercer à s'exercer en essayant de changer une allumette en aiguille, mais seule Hermione arriva à lui donner une couleur grise et à donner un bout pointu à son allumette.

-Bella!

-Oui, professeur McGonagall?

-Venez à mon bureau et montrez leur comment on transforme une allumette en aiguille!

-Oui, professeur McGonagall!

Elle s'avança vers le bureau du professeur et se tourna vers ses camarades devant une allumette et dit:

-Un, deux, trois, aiguilla!

Son allumette se transforma alors en une magnifique aiguille qui rapporta dix points à Gryffondor.

Le cours que tout le monde attendait avec impatience, c'était celui de la défense contre les forces du Mal, mais l'enseignement de Quirell tournait plutôt à la farce. La salle était imprégnée d'une forte odeur d'ail destiné à éloigner le vampire que le professeur avait rencontré en Roumanie et qu'il craignait de voir arriver un jour à Poudlard. Sur turban, avait-il expliquer à ses élèves, lui avait été offert par un prince africain pour le remercier de l'avoir débarrassé d'un zombie, mais son histoire sonnait faux. Quirell, en effet, avait été incapable de raconter comment il avait combattu le zombi. En plus, le turban dégageait la même odeur que la salle de classe, ce qui avait fait dire aux jumeaux Weasley que le professeur l'avait rempli d'ail pour se protéger en permanence edes vampires.

Harry constata avec un grand soulagement qu'il n'avait guère de retard sur ses camarades. Nombre d'entre eux avaient également été élevés dans des familles de Moldus et, tous comme lui, ne s'étaient jamais doutés qu'ils appartenaient au monde de la sorcellerie. Il y avait tant de chose à apprendre que même quelqu'un comme Ron ne tirait pas grand avantage de son appartenance à une vieille famille de sorciers. Seule Bella semblait déjà tout savoir ou presque.

Le vendredi, Harry et Ron avait trouvé sans l'aide de Bella le chemin de la Grande Salle où était servi le petit déjeuner. Là ils retrouvèrent Bella.

-Qu'est-ce qu'on a, aujourd'hui? Demanda Harry.

-Un cours commun de potions magiques avec les Serpentard, dit Bella. C'est Rogue qui est leur directeur.

-On dit qu'il essaye toujours de les avantager, on verre bien si c'est vrai, ajouta Ron.

-J'aimerais bien que McGonagall ait envie de nous avantager, dit Harry.

Le professeur McGonagall était la directrice des Gryffondors, ce qui ne l'avait pas empêchée de leur donner une montagne de devoirs à faire.

Au même moment, le courrier arriva. Harry s'était habitué à voir entrer chaque matin dans la Grande Salle, au moment du petit déjeuner, une centaine de hiboux qui tournoyaient au-dessus des tables en laissant tomber lettres et paquets sur les genoux de leur propriétaire.

Jusqu'à présent, Hedwige n'avait rien apporté à Harry. Parfois, elle venait le voir pour lui mordiller l'oreille et grignoter un morceau de toast avant de retourner dans la volière réservée aux hiboux. Ce matin-là, cependant, elle vint voleter entre la confiture et le sucrier et déposa une lettre dans l'assiette de Harry. Il déchira aussitôt l'enveloppe et en sortit un mot griffonné à la hâte:


Chers Harry et Bella,
Je sais que vous êtes libre le vendredi après-midi. Est-ce que vous auriez envie de venir prendre une tasse de thé avec moi aux alentour de trois heures? Je voudrais bien savoir comment s'est passé votre première semaine. Répondez-moi en m'envoyant Hedwige.
Hagrid



Harry emprunta la plume de Ron et écrivit rapidement au dos du morceau de papier: <<D'accord, à tout à l'heure.>> Puis il confia le message à Hedwige qui l'emporta vers son destinataire.

La perspective de prendre le thé avec Hagrid mit un peu de baume au coeur de Harry. Car le cours de potion magiques fut sans nul doute la pire épreuve qu'il ait eu à subir depuis son arrivée au collège.

Lors du banquet de début d'année, Harry avait senti que le professeur Rogue ne l'aimait pas beaucoup. A la fin du premier cours de potions, il se rendit compte qu'il s'était trompé: en réalité, Rogue le haïssait, tout comme il haïssait Bella.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Alors qu'ils attendaient devant la salle de classe que le professeur Rogue les fasse entrer une jeune fille s'approcha de Bella.

-Bonjour Bella, tu te souviens de moi?

-Oui, tu es Lorien, c'est ça, qu'est-ce qu'une fille comme toi fait à Serpentard?

-Demande au choixpeau!

-Tiens, tiens, tiens, Dumbledore et Potter! Alors prêt pour le cour de potion?

-Malefoy... commença Lorien.

-Tout à fait, le professeur Rogue, notre cher maître des potions et l'un de mes professeurs préférés, dit-elle avec un sourire mauvais.

-Excusez-le, c'est un abrutit mais je sors quand même avec lui, il est pas méchant au fond.

Le cours avait lieu dans l'un des cachots. Il y faisait plus froid que dans le reste du château et les animaux qui flottaient dans les bocaux de formol alignés le long des murs rendaient l'endroit encore plus effrayant.

Après être rentrés, Rogue commença par faire l'appelle. Lorsqu'il fit l'appelle il fronça les sourcils l'air mauvais en voyant le nom de Bella et s'arrêta net à celui d'Harry.

-Ah oui, Harry Potter. Notre nouvelle... Célébrité.

Drago Malefoy et ses amis Crabbe et Goyle ricanèrent en se cachant derrière leurs mains. Rogue acheva de faire l'appel et releva ta tête. Ses yeux étaient aussi noirs que ceux de Hagrid mais ils n'avaient pas le même chaleur. Ils étaient vides et froids comme l'entrée d'un tunnel.

-Vous êtes ici pour apprendre la science subtile et l'art rigoureux de la préparation des potions, dit-il.

Sa voix était à peine plus élevée qu'un murmure, mais on entendait distinctement chaque mot. Tout comme le professeur McGonagall, Rogue avait le don de maintenir sans effort le silence dans une classe.

-Ici, on ne s'amuse pas à agiter des baguettes magiques, je m'attends donc à ce que vous ne compreniez pas grand chose à la beauté d'un chaudron qui bouillonne doucement en laissant échapper des volutes scintillantes, ni à la délicatesse d'un liquide qui s'insinue dans les veines d'un homme pour ensorceler peu à peu son esprit et lui emprisonner les sens... Je pourrais vous apprendre à mettre la gloire en bouteille, à distiller la grandeur, et même à enfermer la mort dans un flacon si vous étiez autre chose qu'une bande de cornichons à qui je dispense habituellement mes cours.

Cette entrée en matière fut suivie d'un long silence. Harry et Ron échangèrent un regard en levant les sourcils. Bella n'avait pas quitté Rogue des yeux un seul instant mais n'affichait pas d'expression particulière. Hermione Granger était assise tout au bord de sa chaise et avait visiblement hâte de prouver qu'elle n'avait rien d'un cornichon.

-Potter! Dit-il soudain. Qu'est-ce que j'obtiens quand j'ajoute de la racine d'asphodèle en poudre à une infusion d'armoise?

Poudre de quoi, infusion de quoi? Harry jeta un coup d'œil à Ron qui parut aussi décontenancé que lui. Un très léger sourire c'était affichait sur les lèvre de Bella. La mains d'Hermione s'était levée à la vitesse d'un boulet de canon.

-Je ne sais pas, Monsieur, répondit Harry.

Rogue eut un rictus méprisant.

-Apparemment, la célébrité ne fait pas tout dans la vie, dit-il sans prêter la moindre attention à la main levée d'Hermione.

-Essayons encore une fois, Potter, reprit Rogue. Où iriez-vous si je vous demandais de me rapporter un bézoard?

Hermione leva la main à nouveau la main comme si elle essayait de toucher le plafond, mais Harry n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait être un bézoard. Il essaya de ne pas regarder Malefoy, Crabbe et Goyle qui étaient secoué d'un fou rire.

-Je ne sais pas, Monsieur, dit-il.

-Vous n'alliez quand même pas vous donner la peine d'ouvrir un de vos livres avant d'arriver ici, n'est-ce pas Potter?

Harry se força à ne pas baisser les yeux devant le regard glacé du professeur. En fait, il avait bel et bien ouvert ses livres quand il était sur le chemin de traverse avec Bella, mais Rogue ne pouvait pas exiger qu'il ait retenu tout ce que contenait le manuel intitulé Mille herbes et champignons magiques. Rogue ne faisait toujours pas attention à la main frémissante d'Hermione.

-Potter, reprit le professeur, quelle est la différence entre le nappel et le tue-loup?

Cette fois, Hermione se leva, la mains toujours tendue au-dessus de sa tête.

-Je ne sais pas, répondit Harry avec calme. Mais je crois qu'Hermione le sait. Vous auriez peut-être plus de chance avec elle.

Il y eut quelques rires. Rogue, en revanche, n'avait pas l'air de rire il lui lança un regard méprisant, c'est alors que Bella qui était assise à côté de Harry leva la main et le professeur Rogue ne put l'ignorer comme Hermione vu sa parenté avec le directeur.

-Oui, Miss Dumbledore, dit-il sûr un ton faussement mielleux qui ne trompa personne.

-Le mélange d'asphodèle et d'armoise donne un somnifère si puisant qu'on l'appelle la Goutte du Mort vivant. Un bézoard est une pierre que l'on trouve dans l'estomac des chèvres et qui constitue un antidote à la plupart des poisons. Quant au nappel et au tue-loup, il s'agît de la même plante que l'on connaît aussi sous le nom d'aconit!

Il la fusilla du regard.

-Alors? Qu'est-ce que vous attendez pour prendre des notes? Aboya Rogue.

Il y eut soudain un bruissement de plumes et de parchemins.

-Et votre impertinence coûtera un point à Gryffondor, Potter, ajouta Rogue, Puis se tournant vers Bella. Et vos bonne réponse en font gagner cinq à Gryffondor, Miss.

Il répartit alors les élèves deux par deux et leur fit préparer une potion destinée à soigner les furoncles. Il passait et repassait parmi les élèves, sa longue cape noire flottant derrière lui, en les regardant peser des orties séchées et écraser des crochets de serpent. Chacun eut droit à de sévères critique, sauf Malefoy et Lorien pour qui il semblait avoir de la sympathie. Il ne trouva même une petite erreur au travail de Bella.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Brusquement, un nuage de fumée verte accompagné d'un sifflement sonore emplit le cachot. Neville Londubat s'était débrouillé pour faire fondre le chaudron de Seamus et leur potion se répandait sur le carrelage en rongeant les chaussures des élèves. Un instant plus tard, toute la classe était debout sur les tabourets et Neville, aspergé de potion lorsque le chaudron avait fondu, gémissait de douleur tandis que des furoncles lui poussaient sur les bras et les jambes.

-Imbécile! Gronda Rogue en faisant disparaître d'un geste de la main la potion répandue sur le sol. J'imagine que vous avez ajouté les épines de porc-épic avant de retirer le chaudron du feu?

Neville pleurnichait et des furoncle lui poussait à présent sur le nez.

-Emmenez-le à l'infirmerie, ordonna Rogue à Seamus.

Puis il se tourna vers Harry et Ron qui avaient préparé leur potion à côté de Neville.

-Potter, pourquoi ne lui avez-vous pas dit qu'il ne fallait pas ajouter les épines tout de suite? Vous pensiez que s'il ratait sa potion, vous auriez l'air plus brillant? Voilà qui va coûter un point de plus à Gryffondor.

C'était tellement injuste que Harry ouvrit la bouche pour répliquer, mais Ron lui donna un petit coup de pied pour l'en dissuader.

-Laisse tomber, chuchota-t-il. Il paraît qu'il peut devenir très méchant quand il s'y met.

Lorsqu'ils remontèrent du cachot, une heure plus tard, Harry remuait de sombres pensées et son moral était au plus bas. Il avait fait perdre deux points à Gryffondor dès la première semaine. Pourquoi Rogue le haïssait-il ainsi.

-Ne t'en fait pas, dit Ron. Rogue enlevait aussi des points à Gryffondor à cause de Fred et George. Est-ce que je peux venir avec vous chez Hagrid.

-Bien sûr, répondit Bella. Écoutes Harry on a peut-être perdu deux points mais ce n'est pas grave, on en a aussi gagné cinq donc en définitive on en a pas perdu on en a gagné trois.

Cela ne consola Harry qu'à moitié car ce n'était pas lui qui avait fait gagné des points aux Gryffondors.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
A trois heures moins cinq, ils quittèrent le château et traversèrent le parc. Hagrid habitait une petite maison de bois en bordure de la Forêt interdite. Une arbalète et une paire de bottes en caoutchouc étaient posées à côté de la porte.

Lorsque Bella frappa, un grand fracas retentit à l'intérieur de la maison, accompagné d'aboiements sonore. Puis, la voix de Hagrid domina le vacarme:

-Ça suffit, Crockdur! Dit-il. Va-t'en de là.

Le visage hirsute de Hagrid apparut dans l'entrebâillement de la porte.

-Du calme, Crockdur!

Il fit entrer Harry, Bella et Ron en s'efforçant de retenir par son collier un énorme molosse noir.

La maison ne comportait qu'une seule pièce. Des jambon et des faisans étaient suspendus au plafond, et une bouilloire en cuivre était posée sur le feu. Un coin de la pièce était occupé par un lit massif recouvert d'une courtepointe en patchwork.

-Faites comme chez vous, dit Hagrid en lâchant Crockdur qui bondit aussitôt sur Ron en entreprit de lui lécher consciencieusement les oreilles. A l'image de son maître, Crockdur était beaucoup moins féroce qu'il ne le paraissait.

-Je vous présente Ron, dit Harry à Hagrid qui versait de l'eau chaude dans une grande théière et disposait des biscuits maison sur une assiette.

-Encore un Weasley, à ce que je vois, remarqua Hagrid en regardant les taches de rousseur de Ron. J'ai passé la moitié de ma vie à poursuivre tes frères jumeaux quand il leur prenait l'envie d'aller faire un tout dans le forêt.

Les biscuits faillirent leur casser les dents, mais Ron, Harry et Bella firent semblant de les trouver délicieux. Ils lui racontèrent leur première semaine de classe pendant que Crockdur, la tête posée sur les genoux de Harry, bavait abondamment sur sa robe de sorcier.

Harry, Bella et Ron furent enchantés d'entendre Hagrid qualifier Rusard de <<vieille ganache>>.

-Et un de ces jours, j'aimerais bien présenter son horrible Miss Teigne à Crockdur. A chaque fois que j'entre dans l'école, elle me suit partout. Impossible de se débarrasser d'elle. C'est Rusard qui me l'envoie.

Lorsque Harry lui raconta ce qui s'était passé pendant le cours de Rogue, Hagrid lui fit le même réponse que Ron: il ne fallait pas y prêter attention, Rogue n'avait jamais aimé grand monde parmi ses élèves.

-Mais Harry et moi, on dirait vraiment qu'il nous hait, ajouta Bella.

-Tu dis des bêtises, assura Hagrid. Pourquoi donc vous haïrait-il?

Mais Bella remarqua que Hagrid avait détourné les yeux en disant cela.

-Comment va ton frère Charlie? Demanda Hagrid à Ron. Je l'aimais beaucoup. Il savait très bien s'y prendre avec les animaux.

Pendant que Ron lui parlait de Charlie, Harry prit un morceau de la Gazette du sorcier, et Bella lut par dessus son épaule:


<<LE CAMBRIOLAGE DE GRINGOTTS>>
L'enquête sur le cambriolage qui s'est produit le 31 juillet dans les locaux de la banque Gringotts se poursuit. La piste suivie par les enquêteurs devrait les mener dans les milieux de la magie noire.
Les gobelins de Gringotts ont répété que rien n'avait été volé. La chambre forte fracturée avait été vidée le même jour.
<<Mais nous ne vous révélerons pas ce qu'elle contenait et, donc votre propre intérêt, nous vous conseillent vivement de ne pas vous mêler de cette affaire>>, a déclaré la porte-parole des gobelins.


Harry et Bella se souvenaient de ce que Ron leur avait dit dans le train: il y avait eu une tentative de cambriolage à Gringotts. Mais il ne leur avait pas précisé la date à laquelle elle avait eu lieu. Harry et Bella échangèrent un regard surpris.

-Hagrid! S'exclama Harry. Ce cambriolage à Gringotts s'est passé le jour de notre anniversaire! Ça aurait pu arriver pendant qu'on y était!

Cette fois, il n'y avait aucun doute: Hagrid fuyait le regard de Harry et Bella. Il poussa un grognement et leur offrit un autre biscuit. Harry relut l'article. La chambre forte fracturée avait été vidée le même jour. Hagrid avait vidé la chambre forte numéros 713, si on pouvait appeler ça vider. Il n'avait pris qu'un petit paquet enveloppé de papier Kraft. Était-ce donc cela que les voleurs avaient voulu dérober? Harry regarda Bella qui hocha la tête comme pour approuver ses pensées.

Lorsqu'ils revinrent au château avec Ron, les poches pleine de biscuits qu'ils avaient été trop polis pour refuser, Harry et Bella estimèrent qu'aucun des cours qu'ils avaient suivis jusqu'à présent ne leur avait donné autant à penser que cette visite chez Hagrid. Ils se demandèrent où pouvait bien se trouver le fameux paquet, à présent. Si c'était bien ce que cherchaient les voleurs, Hagrid l'avait emporté juste à temps! Harry et Bella se posaient aussi une autre question: Hagrid avait-il quelque chose à leur cacher au sujet de Rogue et de l'antipathie qu'il leur avait manifestée?
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Harry avait toujours cru qu'il était impossible de rencontrer quelqu'un d'aussi détestable que Dudley, mais c'était avant de faire la connaissance de Drago Malefoy. Les Gryffondors pensaient n'avoir que le cours de potion en commun avec les Serpentards. Hélas, une note au tableau d'affichage les informa que les cours de vol sur balai seraient également communs entre les deux maisons.

-On ne pouvait pas rêver mieux, marmonna Harry. Je n'attendais que ça: me ridiculiser devant Malefoy en essayant de manier un manche à balai.

Les leçon de vol étaient celles qu'il attendait avec le plus d'impatience.

-Qui te dis que tu vas te ridiculiser? Répondit Ron. Je sais que Malefoy se vante toujours d'être un grand joueur de Quidditch, mais ça ne coûte rien de le dire. Il faudra voir sur le terrain.

-Tu ne vas pas te ridiculiser, tu as ça dans le sang, dit Bella. Ton père jouait au Quidditch et il était très bon.

-La vache, s'exclama Ron. Elle est intelligent, elle se fait respecter de Rogue et en plus elle sait tout sur toi!

-Comme tout le monde, ou presque! Répondit Harry.

Il est vrai que Malefoy parlait beaucoup de balais volants. Il racontait sans cesse des histoires dont il était le héros et qui se terminaient invariablement par une poursuite haletante à l'issue de laquelle il échappait de justesse à un hélicoptère piloté par des Moldus. Il n'était d'ailleurs pas le seul à se vanter. A l'en croire Seamus Finnigan avait également passé le plus clair de son enfance à faire des acrobaties aériennes en pleine campagne. Même Ron racontait à qui voulait l'entendre qu'il avait failli entrer en collision avec un deltaplane alors qu'il pilotait le vieux balai de Charlie. Tous les élèves issus de famille de sorciers parlaient sans cesse de Quidditch, même Bella qui passait pas mal de temps à en parler avec Ron ou les jumeaux Weasley. Ron, d'ailleurs, avait déjà eu une longue dispute avec Dean Thomas, qui partageait leur dortoir, à propos du football. Ron ne voyait pas ce qu'on pouvait bien trouver d'intéressant à un jeu qui ne comportait qu'une seule balle et où il était interdit de voler. Un soir Harry avait surpris Ron en train de tapoter une affiche de Dean représentant l'équipe de Football de West Ham pour essayer, en vain, de faire bouger les joueurs.

Neville en revanche, n'était jamais monté sur un balai. Sa grand-mère s'y était toujours opposée. Harry songeait en son for intérieur que c'était une sage décision, étant donné le nombre incroyable d'accident que Neville avait déjà eu dans sa vie en restant les deux pieds sur terre.

Quant à Hermione, elle redoutait autant que Neville le première leçon de vol, car c'était quelque chose qu'on ne pouvait pas apprendre par coeur dans un livre – et pourtant elle avait essayé!
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Le premier cours de balai volant devait avoir lieu le jeudi. Au petit déjeuné, elle leur infligea les stupides conseils en matière de vol qu'elle avait trouvés à la bibliothèque dans un livre intitulé Le Quidditch à travers les âges. Neville buvait ses paroles, dans l'espoir d'apprendre quelques chose qui pourrait l'aider à tenir sur un balai mais tous les autres furent ravis que l'arrivée du courrier interrompe la conférence d'Hermione.

Harry n'avait pas reçu le moindre lettre depuis le petit mot de Hagrid ce que Malefoy avait tout de suite remarqué. Le hibou grand duc de celui-ci lui apportait sans cesse des colis de bonbons qu'il ouvrait avec jubilation à la table des Serpentards.

Ce matin-là, un hibou apporta à Neville un paquet que lui envoyer sa grand-mère. Il l'ouvrit fébrilement et montra à tout le monde une boule de verre de la taille qu'une grosse bille qui semblait remplie de fumée.

-C'est un Rapeltout! Expliqua-t-il. Ça sert à se souvenir de ce qu'on à oublié de faire. Ma grand-mère me l'a envoyé parce qu'elle trouve que je suis étourdi. Regardez, il suffit de la tenir dans sa main, comme ça et si on a oublié quelque chose, elle devient rouge.

Neville fronça les sourcils: dans sa main, la boule était devenue écarlate. Pendant qu'il essayait de se rappeler ce qu'il avait oublié, Drago Malefoy passa près de la table des Gryffondors et prit le Rapeltout des mains de Neville.

Harry et Ron se levèrent d'un bond. Ils n'auraient pas été mécontent d'avoir un prétexte pour se battre avec Malefoy, mais le professeur McGonagall accourut aussitôt.

-Que se passe-t-il? Demanda-t-elle.

-C'est Malefoy qui m'a pris mon Rapeltout, gémit Neville;

Malefoy fit une grimace et laissa tomber la boule de verre sur la table.

-C'était simplement pour jeter un coup d'œil, dit-il avant de s'éloigner en compagnie de Crabbe et Goyle.

A trois heures et demie, cet après-midi-là, les élèves de Gryffondors sortirent dans le parc pour se rendre sur le lieu de leur première leçon de vol.

Le ciel était clair et les vastes pelouses ondulaient sous une faible brise. Le terrain se trouvait du côté opposé à la Forêt interdite dont on voyait les arbres se balancer au loin.

Les Serpentard étaient déjà là, avec quelques élèves de Serdaigle, ainsi qu'une trentaine de balais soigneusement alignés sur le sol. Harry avait entendu Fred et George se plaindre de la qualité des balais de l'école qui se mettaient à vibrer quand on volait trop haut ou qui tiraient un peu trop à gauche.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Bella s'approcha d'un balai tendit que Harry restait entre elle et Ron. C'est à ce moment que Lorien, la fille de Serpentard dont avec qui ils avaient déjà parlé s'approcha de Bella.

-Ça ne te dérange pas que je me mettes à côté de toi Bella, demanda-t-elle. Tu sais, j'ai vraiment envie que l'on devienne amies même si nous sommes dans des maisons rivales!

-Pour moi, y a pas de problèmes, répondit Bella, qui n'avait aucune rien contre Lorien..

-Merci!

Madame Bibine, le professeur de vol, arriva bientôt. Elle avait des cheveux courts et gris et des yeux jaunes comme ceux d'un faucon.

-Bonjour tout le monde! Dit-elle.

-Bonjour Madame Bibine! Répondirent-ils tous en cœur.

-Bonjour Leldorin! Dit-elle à une élève de Serdaigle. Alors, qu'est-ce que vous attendez? Aboya-t-elle ensuite. Mettez-vous chacun devant un balai. Allez dépêchez-vous!

Harry jeta un coup d'œil à son balai: il était vieux et pas en très bon état. Celui de Bella n'était pas mieux, et la jeune fille en était désespérée.

-Tendez le main droite au-dessus du balai, ordonna Madame Bibine, et dites: <<Debout!>>.

-Debout! Crièrent les élèves à l'unisson.

Les balais de Harry et Bella leur sautèrent aussitôt dans leur main, mais ce furent deux des rares à le faire. Celui d'Hermione Granger fit simplement un tout sur lui-même et celui de Neville ne bougea pas. Les balais étaient peut-être comme les chevaux, songea Harry, quand on avait peur, ils le sentaient et le tremblement dans la voix de Neville indiquant clairement qu'il aurait préféré garder les deux pieds sur terre.

Madame Bibine leur montra ensuite comment enfourcher le manche sans glisser. Elle passa devant devant chacun pour corriger la position et Harry, Bella et Ron furent enchantés de l'entendre dire à Malefoy qu'il tenait très mal son balai.

-Et maintenant, dit le professeur, à mon coup de sifflet, vous donnez un coup de pieds par terre pour vous lancer. Frappez fort. Vous tiendrez vos balais bien droits, vous vous élèverez d'un ou deux mètres et vous reviendrez immédiatement au sol en vous penchant légèrement en avant. Attention au cou de sifflet. Trois, deux...

Mais Neville était si nerveux et il avait si peur de ne pas réussir à décoller qu'il se lança avant que Madame Bibine ait eu le temps de porter le sifflet à ses lèvres.

-Redescends, mon garçon! Ordonna-t-elle.

Mais Neville s'éleva dans les airs comme un bouchon de champagne. Il était déjà à trois mètres. Il monta jusqu'à six mètres. Harry vit son visage se décomposer tandis qu'il regardait le sol s'éloigner. Il eut un haut-le-corps, glissa du balai et...

BAM! Il y eut un bruit sourd, puis un horrible craquement et Neville se retrouva face terre, le nez dans le gazon. Son balai continua de s'élever de plus en plus haut, puis dériva lentement vers la Forêt interdite avant de disparaître à l'horizon.

Madame Bibine était penchée sur Neville, le teint aussi pâle que lui.

-Poignet cassé, murmura-t-elle. Allez, viens mon garçon, lève-toi, ce n'est pas grave.

Elle se tourna vers les autres élèves.

-Personne ne bouge pendant que j'emmène ce arçon à l'infirmerie, dit-elle. Elle vous laissez les balais par terre, sinon, je vous garantis que vous ne resterez pas longtemps à Poudlard.

Neville, le visage ruisselant de larmes, la main crispée sur son poignet clopina à côté de Madame Bibine qui le tenait par l'épaule. Dès qu'ils se furent suffisamment éloignés, Malefoy éclata de rire.

-Vous avez vu sa tête, à ce mollasson? S'exclama-t-il.

Les Serpentards éclatèrent de rire à leur tour, sauf Lorien.

-Tais-toi, Malefoy, lança sèchement Leldorin Patil.

-Tu prends la défense de Londubat, Leldorin? S'exclama Pansy Parkinson, ne fille de Serpentard au visage dur. Je ne savais pas que tu aimais les gros pleurnichards.


-Regardez! S'écria Malefoy.

Il se précipita soudain à l'endroit où Neville était tombé et ramassa quelque chose dans l'herbe.

-C'est ce truc idiot que sa grand-mère lui a envoyé, dit-il en montrant le Rapeltout qui étincelait dans sa main.

PAFF, Lorien venait de donner une magistrale gifle à Malefoy.

-Mais, ça va pas Lorien! dit-il.

-Si, très bien!

-Donne-moi ça, Malefoy, lança Harry d'une voix très calme.

Tout le monde cessa de parler pour regarder la suite des événements. Malefoy eut un sourire mauvais. Bella, qui tenait toujours le vieux balai de l'école s'éloigna des autres de quelques pas.

-Je vais le laisser quelque part pour que ce pauvre Neville puisse le retrouver. Au sommet d'un arbre, par exemple.

-Donne ça! S'écria Harry.

Mais Malefoy avait déjà enfourché son balai et décolla aussitôt. Il n'avait pas menti en disant qu'il savait voler.

-Si tu y tiens tellement, viens le chercher, Potter, cria-t-il en volant autour de la cime d'un chêne.

Harry empoigna son balai.

-Non! Cria Hermione Granger. Madame Bibine nous a dit de ne pas bouger. Tu vas nous attirer des ennuis.

Mais Harry ne fit pas attention à elle. Il enfourcha le balai, donna un grand coup de pieds par terre et s'éleva à toute vitesse.

L'air lui sifflait aux oreilles et sa robe de sorcier flottait derrière lui.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Il ressentit une joie intense en découvrant soudain qu'il savait faire voler un balai sans avoir eu besoin d'apprendre. C'était quelque chose qui lui paraissait très naturel, très facile, et qui lui donnait une sensation merveilleuse. Lorsqu'il tira sur le manche pour monter encore un peu plus haut, il entendit s'élever de la pelouse les hurlements des filles qui le suivaient des yeux et une exclamation admirative de Ron.

Harry prit alors un virage serré pour faire face à Malefoy qui paraissait stupéfait.

-Donne-moi ça, s'écria Harry, ou je te faire tomber de ton balai!

-Vraiment? Répliqua Malefoy qui essayait d'avoir l'air méprisant mais semblait plutôt inquiet.

D'instinct, Harry savait parfaitement ce qu'il devait aire. Il se pencha en avant, serra les mains sur le manche et son balai fonça sur Malefoy comme un javelot. Malefoy parvint de justesse à éviter Harry qui prit un virage en épingle à cheveux et fondit à nouveau sur son adversaire. En bas, des élèves applaudirent.

-Alors, Malefoy! Crabbe et Goyle ne sont plus là pour te sauver la mise? Lança Harry.

Il sembla que Malefoy avait eu la même pensée.

-Attrape, si tu en es capable, cria-t-il.

Et il lança la boule de verre le plus haut possible.

C'est alors que Bella décolla du sol, filant à une vitesse folle dans les air à la poursuite de l'objet. Elle avait sentit que Malefoy une fois mis au pieds du mur par Harry tenterait quelques chose de ce genre, c'était pour cette raison qu'elle c'était éloigné de quelques pas des autres. Comme dans un film au ralenti la boule s'élevait dans les airs puis amorça sa chute. Bella se pencha aussitôt en avant, abaissa le manche à balai et poursuivit la boule en fonçant vers le sol. Des cris se mêlait au sifflement du vent dans ses oreilles, tandis qu'elle fendait l'air à une vitesse vertigineuse. Pendant ce temps Harry barrait le chemin à Malefoy qui voulait stoppé la jeune fille. Soudain, Bella tendit la main et réussit à attraper la boule à cinquante centimètres du sol, juste à temps pour pouvoir redresser le manche de son balai et atterrirent en douceur sur le pelouse, près de Harry, en tenant le Rapeltout au creux de son poing.

-ISABELLA DUMBLEDORE! HARRY POTTER!

Cette fois, ce fut leur coeur qui sembla plonger dans leur poitrine à le vitesse de leur balai. Le professeur McGonagall courait vers eux. Harry et Bella avaient les jambes tremblantes.

-Jamais depuis que je suis à Poudlard...

Elle était dans un tel état de choc qu'elle n'arrivait presque plus à parler et ses lunettes lançaient des éclairs furieux. Même Bella essayait de se faire la plus petite possible.

-Comment avez-vous pu oser...? Vous auriez pu vous rompre le cou...

-Ce n'est pas leur faute, professeur, intervint Ron, c'est Malefoy qui...

-Taisez-vous Weasley. Venez avec moi, tous les deux.

Bella et Harry aperçurent Malefoy, Crabbe et Goyle qui arboraient un air triomphants en les regardant partir sur les talons du professeur McGonagall. Bella et Harry échangèrent un regard, ils se doutaient qu'ils allaient être renvoyé. Ils auraient voulu dire quelques chose pour leur défense, mais ils avaient l'impression que leur voix refusait de leur obéir. Le professeur McGonagall avançait à grand pas sans même les regarder et il leur fallait courir pour la suivre. Harry n'avait pas tenu deux semaines. Dans dix minutes, il devrait faire sa valise, alors que Bella elle resterait au château, vu que c'était là qu'elle vivait depuis toujours. Que diraient les Dursley quand ils le verraient sur le pas de la porte?

Ils montèrent les manches de l'escalier en marbre. Le professeur McGonagall ne disait toujours rien. Elle ouvrait les portes à la volée et arpentait les couloirs, Harry et Bella sur ses talons. Bella remarqua très vite qu'elle ne prenait pas le direction du bureau de son oncle, ni même celui de son propre bureau, elle se dirigeait vers les salle de classes. Bella était perplexe, tandis que Harry songeait à Hagrid qui s'était fait renvoyer mais qui avait pu rester à Poudlard comme garde-chasse. Peut-être pourrait-il devenir son assistant? Il sentit son estomac se nouer condamné à suivre Hagrid en portant son sac.

Le professeur s'arrêta soudain devant une salle de classe. Elle ouvrit la porte et jeta un coup d'œil par l'entrebâillement.

-Excusez-moi, dit-elle au professeur qui donnait son cours dans la salle.

C'était Flitwick, le professeur d'enchantement.

-Puis-je vous emprunter du bois quelques instants?

Du bois? Avait-elle l'intention de leur donner des coups de bâton? Se demanda Harry, déconcerté. Il jeta un coup d'œil à Bella qui avait ouvert de grands yeux, et qui avait légèrement pâlie.

-Non, c'est pas possible... Murmura celle-ci.

Harry aurait voulut lui demander ce qui n'allait pas mais il n'osa pas ouvrir la bouche.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Dubois était en fait un élève de cinquième année, un garçon solide qui avait l'air très étonné d'être ainsi arraché à son cours.

-Venez avec moi, tous les trois, dit le professeur McGonagall.

Ils la suivirent le long du vouloir. Dubois lançait à Bella et Harry des regards surpris.

-Entrez là, ordonna le professeur.

Elle les fit entrer dans une salle vide où Peeves était occupé à écrire des gros mots au tableau.

-Dehors, Peeves! Aboya-t-elle.

Peeves laça la craie dans la corbeille et fila dans le couloir en poussant des jurons. Le professeur McGonagall claque la porte derrière lui et se planta devant les trois jeunes gens.

-Potter, je vous présente Olivier Dubois, Isabella je n'es pas besoin de te le présenter. Dubois, je vous ai trouvé une attrapeuse et un poursuiveur.

-QUOI!?!? S'exclama Bella apparemment stupéfaite.

L'expression de Dubois passa de la surprise au ravissement.

-Vous parlez sérieusement, professeur?

Bella était en état de choc, elle n'arrivait plus à bouger le moindre petit doigt.

-Très sérieusement, répliqua sèchement le professeur McGonagall. Ces enfants ont un don. Je n'ai jamais rien vu de semblable. C'était la première fois que vous montiez sur un balai, Potter.

Harry approuva d'un signe de tête. Il n'avait pas la moindre idée de se qui se passait, mais apparemment, on n'avait pas l'intention de les exclure.

-Isabella a attrapé cette boule de verre après une descente en piqué de quinze mètres, dit le professeur McGonagall. Et elle s'en est tiré sans la moindre égratignure. Même Charlie Weasley n'aurait pas été capable d'en faire autant. Quant à Harry il bloquait le passage à un autre élève qui voulait empêcher qu'Isabella attrape cette objet.

Dubois avait à présent la tête de quelqu'un dont le rêve le plus cher vient de se réaliser.

-Tu as déjà assisté à un match de Quidditch, Potter? Demanda-t-il d'une voix enthousiaste. Toi, Bella je sais que oui, rien que les match du collège, tu les as déjà vu.

-Dubois est le capitaine de l'équipe de Gryffondor, précisa le professeur McGonagall.

-Ils ont le physique parfait pour une attrapeuse et un poursuiveur, dit Dubois qui tournait tout autour de Harry et Bella pour les examiner en détail. Léger, rapide... Il va falloir leur trouver de bon balai. Peut-être un nimbus 200 ou un Astiqueur 7.

-Je vais aller voir le professeur Dumbledore pour lui demander si on peut faire une entorse au règlement et fournir un balai à des élèves de première année. Dieu sait que nous avons besoin d'une meilleure équipe que celle de l'an dernier. On avons été littéralement écrasés par les Serpentards. Pendant des semaines, je n'ai plus osé regarder Severus Rogue en face...

-Le professeur McGonagall observa Balle et Harry d'un air grave par-dessus ses lunettes.

-Je veux que vous suiviez un entraînement intensif, Potter, et vous aussi Dumbledore. Vous avez intérêt à vous donner du mal, sinon, je pourrais revenir sur ma décision de ne pas vous punir pour ce que vous venez de faire.

Puis elle eut soudain un sourire.

-Vos père auraient été fier de vous, ajouta-t-elle. Eux aussi étaient d'excellents joueurs de Quidditch.

Bella devint soudain rouge comme un pivoine et détourna les yeux.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
-Vous plaisantez ou quoi?

C'était l'heure du dîner et Harry et Bella venaient de raconter à Ron ce qui s'était passé avec le professeur McGonagall.

-Attrapeuse et poursuiveur? S'exclama Ron. Mais les première année ne jouent jamais... Vous allez être les plus jeunes joueurs depuis...

-Un siècle, acheva Bella. C'est Dubois qui nous l'a dit.

Ron était tellement stupéfait qu'il en oublia de manger ce qu'il avait dans son assiette.

-On commence l'entraînement la semaine prochaine, dit Harry. Mais ne le dis à personne. Dubois tient à garder le secret.

Fred et George Weasley venaient d'entrer dans la salle. Ils se précipitèrent sur Bella et Harry.

-Bravo, dit George à voix basse. Dubois nous a raconté. Nous aussi, on est dans l'équipe. Comme batteurs.

-Cette année, on gagne la coupe, c'est sûr, dit Fred. On n'avait plus jamais gagné depuis le départ de Charlie, mais cette fois, on a une équipe formidable. Vous devez être vraiment très bon! Dubois en sautait de joie.

-Il faut qu'on y aille, dit George. Il paraît que Lee Jordan a trouvé un nouveau passage secret pour sortir de l'école.

-Je parie que c'est celui qui se trouve derrière la statue de Gregory le Hautain. On l'avait déjà repéré dès la première semaine. A tout à l'heure.

Fred et George étaient à peine partis que quelqu'un de beaucoup moins sympathique apparut: C'était Malefoy, accompagné de Crabbe, Goyle et Lorien.

-Alors, c'est ton dernier repas, Potter? Quand est-ce que tu retourne chez les Moldus? Dumbledore a plus de chance que toi de vivre ici.

-Tu faisais moins le fier quand tu n'avais pas tes petits copains avec toi, répliqua Harry avec froideur.

Le qualificatif de <<petit>> ne convenait guère à Crabbe et Goyle, mais les professeurs étaient nombreux autour de la grande table et ni l'un ni l'autre ne put faire grand-chose à part froncer les sourcils.

-Je te prends quand tu veux, dit Malefoy, vexé. Cette nuit si ça te convient. Duel de sorciers. Baguettes magiques uniquement, pas de contact physique. Qu'est-ce qu'il y a? Tu ne sais pas ce que c'est qu'un duel de sorciers?

-Bien sûr que si, intervint Bella. Et je veux bien être son second. Et toi, qui tu prends comme second?

Malefoy se tourna vers ses trois camarade, Lorien lui tourna le dos, il ne fallait donc pas qu'il compte sur elle.

-Crabbe, dit-il. A minuit, d'accord? On se retrouve dans la salle des trophées, elle n'est jamais fermée.

Lorsque Malefoy et ses amis furent partis, Ron, Harry et Bella se tournèrent les uns vers les autres.

-Qu'est-ce que c'est que ça, un duel de sorciers? Demanda Harry. Et qu'est-ce que tu entends par second?

-Le second est là pour prendre ta place si tu es tué, répondit Bella d'un ton dégagé. Mais on ne meurt que dans les vrais duels, avec de vrais sorciers. Tout ce que vous arriverez à faire, Malefoy et toi, c'est à vous envoyer des étincelles. Vous ne vous y connaissez pas suffisamment en magie pour vous faire du mal. Je suis sûr qu'il s'attendait à ce que tu refuses.

-Et si rien ne se passe quand j'agiterai ma baguette?

-Jette-là par terre et donne un coup de poing sur le nez de Malefoy, suggéra Ron.

-Excusez-moi, dit une voix.

Harry, Bella et Ron levèrent la tête. C'était Hermione Granger.

-On ne peut pas dîner en paix? Grommela Ron.

-J'ai entendu ce que vous vous disiez avec Malefoy. Il n'est pas question que vous vous promeniez la nuit dans le château. Vous avez pensé aux points que vous ferez perdre aux Gryffondors si jamais vous êtes pris? Et vous serez forcément pris. C'est vraiment très égoïste de votre part.

-On ne se fera pas prendre à moins que tu ne nous dénonces, coupa Bella. Est-ce que c'est se que tu as l'intention de faire?

-Non, bien sûr...

-Alors fous le camp, lui dit Ron.

-En plus ça ne te regarde vraiment pas, ajouta Harry.

-Au revoir, bonne nuit, dit Ron.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
La nuit promettait de ne pas être de tout repos, pensa Harry tandis qu'il attendait, allongé sur son lit, l'heure d'aller au rendez-vous. Bella et Ron avaient passé la soirée à lui donner des conseils.

-S'il essaye de te jeter un sort, arrange-toi pour esquiver. Je ne me souviens plus de ce qu'il faut faire pour les neutraliser.

-Les sorts de neutralisation et les contre-sort son trop compliqué tu ne pourras jamais les apprendre avant ce soir, Ron à raison, il vaut mieux que tu les esquives.

Il y avait de grands risques qu'il se fassent prendre par Rsard ou Miss Teigne et Harry pensa qu'il tentait un peu trop la chance, et qu'il comptait trop sur Bella en cas de problèmes, mais il avait enfin l'occasion de battre Malefoy une bonne fois pour toutes et il ne fallait pas la laisser échapper.

-Onze heures et demie, murmura Ron. Il est temps d'y aller.

Il enfilèrent leur robe de chambre, prirent leurs baguettes magiques et descendirent l'escalier en colimaçon qui menait à la salle commune. Quelques braises rougeoyaient encore dans l'âtre et les fauteuils avaient l'air de créatures informes, tapis dans la pénombre. Il rejoignirent Bella devant la cheminée, puis prirent la direction de la sortie. Ils avaient presque atteint le trou qui permettait de sortir de la pièce lorsqu'une voix s'éleva derrière eux.

-Je n'arrive pas à croire que vous puissiez faire un chose pareil, surtout toi Bella. Tu es la nièce de Dumbledore quand même.

La lueur d'une lampe tremblota dans l'obscurité et Hermione Granger apparut, vêtue d'une robe de chambre rose, les soucils froncés.

-Retourne te coucher, toi! Lança Ron avec fureur.

-J'ai failli tout raconter à ton frère, répliqua Hermione. Percy est préfet, il pourrait empêcher ça.

Harry n'avait jamais vu quelqu'un montrer une telle obstination à se mêler des affaire d'autrui.

-Venez, on va être en retard, dit calmement Bella en ignorant délibérément Hermione.

Elle fit pivoter le portrait de la grosse dame et passa par le trou. Mais Hermione n'était pas décidée à abandonner la partie si facilement et elle franchit le trou à la suite de Harry et Ron en émettant des sifflements d'oie furieuse.

-Vous vous en fichez de Gryffondor? Vous ne pensez qu'à vous-mêmes? je ne veux pas que ce soit Serpentard qui gagne la coupe et que vous nous fassiez perdre tous les points que j'ai gagnés avec McGonagall.

Tous les yeux se braquèrent sur elle et la fusillèrent.

-Qui a gagné des points avec McGonagall, dit Ron tremblant de colère.

-Bon d'accord, c'est Bella, mais c'est pareil, j'en ai gagnés pratiquement autant qu'elle.

-Je ne me considère pas comme toi Hermione, désolée.

-Très bien, mais je vous aurez prévenus. Demain, quand vous serez dans le train parce qu'on vous aura renvoyés, vous vous souviendrez de ce que je vous ai dit. Vous êtes vraiment des...

Mais ils ne surent pas ce qu'ils étaient car en voulant faire à nouveau pivoter le portrait de la grosse dame pour retourner dans son dortoir, Hermione s'aperçut que la toile était vide. La grosse dame était allée se promener, laissant Hermione à la porte.

-Qu'est-ce que je vais faire, maintenant? Dit-elle d'une petite voix aiguë.

-Ça te regarde, répondit Ron. Nous, il faut qu'on y aille, sinon on va être en retard.

Mais avant qu'ils aient atteint le bout du couloir, Hermione les avait rattrapés.

-Je viens avec vous, dit-elle.

-Certainement pas! Lança Bella d'une voix cassante.

-Vous ne croyez quand même pas que je vais attendre là que Rusard vienne me chercher? S'il nous trouve trous les quatre, je lui dirais la vérité, que j'ai essayé de vous faire revenir mais que je n'ai pas pu. Vous pourrez témoigner en ma faveur.

-Tu ne manque pas de culot! Répliqua Ron à voix haute.

-Taisez-vous, tous les deux, dit sèchement Harry. J'ai entendu quelque chose.

On aurait dit que quelqu'un reniflait.

-Miss Teigne? Chuchota Ron en scrutant l'obscurité.

Mais ce n'était pas elle. C'était Neville Londubat, il était en compagnie de Leldorin et semblait abattu.

-Qu'est-ce que vous faites là? demanda Harry.

-Neville a oublié le mot de passe de votre tour alors je chercher quelqu'un avec lui.

-Ah bon, dit Ron.

-Le nouveau mot de passe, c'est Groin de porc, mais Rose est allée se promener, lui dit Bella.

-Comment va ton poignet? Demanda Harry à Neville.

-Très bien, dit Neville. Madame Pomfresh m'a arrangé ça en deux minutes.

-Parfait. A plus tard, on a quelque chose à faire, termina Ron.

-Ne nous laissez pas tout seul! Dit Neville. Le Baron Sanglant est déjà passé deux fois.

Ron regarda sa montre et jeta un coup d'œil furieux à Hermione, Neville et Leldorin.

-Si on se fait prendre à cause de vous, dit-il, je vous jure que j'apprendrai à vous jeter un sort dont vous ne vous remettrez pas.

Hermione s'apprêtait à répondre, mais Bella lui fit signe de se taire et se remit en chemin. Ils parcoururent des couloirs zébrés de rayons de lune qui projetaient l'ombre des croisées sur le sol. A chaque tournant, Harry et Bella s'attendaient à se trouver nez à nez avec Rusard ou Miss Teigne, mais ils eurent de la chance et parvinrent à monter sans encombre au deuxième étage où se trouvait la salle des trophées.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Malefoy et Crabbe n'étaient pas encore arrivés. Derrière les vitrines de cristal, des coupes, des écus, des plateaux, des statuettes d'or et d'argent étincelaient dans la pénombre, à la lueur du clair de lune. Harry sortit sa baguette magique au cas ou Malefoy se serait caché quelque part pour l'attaquer par surprise. Ils attendirent quelques minutes, mais rien ne se produisit.

-Il est en retard. Peut-être qu'il s'est dégonflé, Murmura Ron.

Au même instant l'une des portes de la salle s'ouvrit en grinçant légèrement et fit sursauter toutes les personne présentes. Lorien apparut alors entre les vitrine le souffle court.

-Vite, partez, c'est un piège, Rusard arrive!!!

Bella fit alors signe aux cinq autres pour qu'ils s'enfuient le plus vite possible. Ils filèrent en silence jusqu'à la porte opposée à celle où Rusard devait arriver et Neville poussa brusquement un cri apeuré. Il se mit à courir, trébucha, essaya de se rattraper en saisissant Ron par la taille et tous deux tombèrent en renversant une armure.

Le vacarme qui s'en suivit aurait suffit à réveiller tout le château.

-ON FILE! Cria Bella et ils se mirent à courir sans se donner le temps de se retourner.

Parvenus à l'extrémité de la galerie aux armures, ils prirent un virage serré et foncèrent à toutes jambes à travers un dédale de couloirs. Bella avait pris la tête du groupe et réussissait malgré le stress à avoir une vague idée de l'endroit où ils se trouvaient, ainsi que de la direction qu'ils suivaient. Ils passèrent derrière une tapisserie et s'engouffrèrent dans un passage secret qu'ils parcoururent sans ralentir l'allure. Il se retrouvèrent alors près de la salle où avait lieu les cours d'enchantements et qui était située à des kilomètres de la salle des trophées.

-Je crois bien qu'on l'a semé, dit Harry, hors d'haleine.

Neville, plié en deux par un point de côté, essayait de retrouver sa respiration en émettant toutes sortes de bruits bizarres.

-Je... Vous... Avais prévenus! Dit Hermione le souffle court.

-Lorien... Qu'est-ce que tu fais ici? demanda Bella.

-Drago, vous a tendu un piège, répondit Lorien. Il n'avait pas la moindre intention d'aller au rendez-vous. Mais il a dit à Rusard que quelqu'un s'apprêtait à entrer dans la salle des trophées, je suis alors venue sous prévenir.

-Mais tu es une Serpentard? Fit Leldorin perplexe.

-Et toi, tu es bien une Serdaigle!

-Dites les filles, c'est pas le moment de ce battre! Sortons d'ici et retournons vers nos salles communes.

-Il faut retourner à nos dortoirs, dit Ron pour couper court à la discutions. Et on a intérêt à se dépêcher.

-Allons-y, dit Harry.

Ce n'était pas si simple, cependant. Il avait à peine fait dix mètres qu'ils virent quelque chose jaillir d'une salle de classe, juste devant leur nez. C'était Peeves, l'esprit frappeur. En les voyant, il poussa une exclamation ravie.

-Alors les petits nouveaux, on se promène dans les couloirs à minuit? Je devrais le dire à Rusard, déclara-t-il d'une voix vertueuse. Pour votre propre bien, ajouta-t-il, les yeux brillants de malice.

-Fiche le camp, laisse-nous passer, lança Ron en faisant un geste pour écarter Peeves.

C'était une grave erreur.

-ELEVES HORS DU DORTOIR! Hurla aussitôt Peeves. ELEVES HORS DU DORTOIR DANS LE COULOIR DES ENCHANTEMENTS!

-PEEVES LA FERME!!! Hurla Belle perdant son sang froid.

Ils se baissèrent tous pour passer sous l'esprit frappeur et coururent à toutes jambes jusqu'au bout du couloir où ils tombèrent sur une porte verrouillée.

-On est fichus, gémit Ron tandis qu'ils essayaient vainement d'ouvrir la porte. C'est la fin, pour nous!

Ils entendaient les bruits de pas de Rusard qui courait le plus vite qu'il pouvait dans la direction d'où provenait les cris de Peeves.

-Pousse-toi, grogna Hermione.

Elle prit la baguette magique de Bella, tapota la serrure et murmura:

-Alohomora!

Il y eut un déclic et la porte pivota sur ses gonds. Ils se précipitèrent dans l'ouverture, refermèrent aussitôt derrière eux et collèrent l'oreille contre le panneau pour écouter ce qui se passait.

-Où sont-ils allés, Peeves? Demandait Rusard. Vite, dis-moi.

-On dit: Où sont-ils allés s'il te plaît, quand on est poli.

-Ça suffit, Peeves, ce n'est pas le moment de faire l'idiot. Par où sont-ils partis?

-Je dirai quelque chose quand on me dira s'il te plaît, chantonna Peeves de son ton le plus exaspérant.

-Bon, d'accord. S'il te plaît.

-QUELQUE CHOSE! Ha! Ha! Ha! Je vous avais prévenu. Je dirai <<quelque chose>> quand on me dira s'il te plaît! Ha! Ha! Ha!

Harry et les six autres entendirent un bruit semblable à une rafale de vent. C'était Peeves qui prenait la fuite tandis que Rusard lançait des jurons furieux.

-Il pense que la porte est verrouillée, chuchota Harry. Je crois qu'on va s'en tirer. Qu'est-ce qu'il y a? Dit-il à Neville qui le tirait par la manche depuis un bon moment.

-On comprend pourquoi elle était verrouillée quand on sait ce qu'il y a dedans, dit Bella d'une voix blanche.

Comme Neville insistait et que Bella semblait terrifiée, Harry se retourna. Pendant un instant, il se demanda s'il ne faisait pas un cauchemar. Après tout ce qui venait de se passer, c'en était trop!
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Car ils ne se trouvaient pas dans une salle, comme il l'avait cru tout d'abord, mais dans un couloir. Plus précisément, dans le couloir interdit du deuxième étage. Et à présent, ils comprenaient pourquoi l'endroit était interdit.

Devant leurs yeux, un chien monstrueux remplissait tout l'espace entre le sol et le plafond. L'animal avait trois tête: Trois paires d'yeux étincelant d'une lueur démente, trois museaux qui les flairaient en frémissant avec avidité et trois gueules bavantes hérissées d'énormes crocs jaunâtres d'où pendaient des filaient de salive épais comme des cordes.

Le chien se tenait immobile, ses six yeux fixés sur eux. S'il ne les avait pas encore dévorés, c'était sans doute parce qu'ils l'avaient pris pas surprise, pensa Harry, mais à en juger par ses grognements qui roulaient comme le tonnerre, ils n'allait pas tarder à leur bondir dessus.

Harry chercha à tâtons la poignées de la porte. Entre Rusard et la mort, il choisissait Rusard.

Ils sortirent à reculons, mais Bella ne semblait pas en état de bouger et Lorien la tirer dehors au moment où elle allait se faire dévorer. Ils claquèrent la porte derrière eux et se mirent à courir, belle ayant retrouvé l'usage de ses jambes, ils coururent le long du couloir à une telle vitesse qu'ils avaient presque l'impression de voler. Rusard avait dû les chercher ailleurs, car ils ne l'aperçurent nulle part, mais peu leur importait, ils n'avaient plus qu'une idée en tête: mettre le maximum de distance entre les monstre et eux. Ils ne s'arrêtèrent de courir que lorsqu'ils furent revenus devant le portrait de la grosse dame, au sixième étage.

-J'ai jamais autant courut de toute ma vie, affirma Leldorin. Maintenant je crois que je vais pouvoir dormir, bonsoir!

Elle partit alors en direction de sa tour.

-Il va m'entendre celui-là quand je l'aurais sous la main, je le tue, tout ça c'est sa faute, Malefoy je te haïs, tempêta Lorien. Bonne nuit... Enfin si c'est possible.

Elle s'en alla à son tour, marmonnant pour elle-même les différents moyen de torturer et de tuer Malefoy.

-Où êtes-vous donc allé? Demanda le portrait en voyant leurs robes de chambre qui pendaient sur leurs épaules et leurs visages écarlates, luisants de sueur.

-C'est une trop longue histoire et elle est sans importance, lui apprit Bella. Groin de porc, Groin de porc. Vite!

Le tableau pivota aussitôt. Ils s'engouffrèrent dans la salle commune et se laissèrent tomber dans les fauteuils, tremblant de tous leurs membres.

Ils restèrent un long moment silencieux. Neville avait l'air d'avoir perdu à tout jamais l'usage de la parole.

-Mais qu'est-ce qui leur prend de garder un truc pareil dans une école? Dit enfin Ron. S'il y a bien un chien au monde qui a besoin d'exercice c'est celui-là!

Hermione avait retrouvé à la fois son souffle et son mauvais caractère.

-Ça vous arrive de vous servir de vos yeux? Lança-t-elle. Vous n'avez pas vu sur quoi il était?

-Il était par terre, non? Répondit Bella. Je n'ai pas regardé ses pattes, j'avais suffisamment à voir avec ses têtes.

-Non, il n'était pas par tette, il était sur une trappe. On l'a mis là pour garder quelque chose, c'est évident.

Elle se leva et les fixa d'un regard flamboyant.

-J'espère que vous êtes contents de vous. On aurait pu se faire tuer, ou pire, être renvoyés. Maintenant, si ça ne vous dérange pas, je vais me coucher.

Ron la regarda partir bouche bée.

-Non, ça ne nous dérange pas, dit-il. On dirait vraiment que c'est nous qui l'avons obligée à venir!

-Il faudrait qu'elle revoit l'ordre de ses priorités, dit Bella sur un ton mauvais.

Harry et Bella échangèrent un regard, tous deux pensaient à la même chose. Ils pensaient à ce qu'avait dit Hermione. Le chien était là pour garder quelques chose. Qu'avait dit Hagrid, déjà? Que Gringotts était le meilleur endroit pour cacher un objet – en dehors de Poudlard, peut-être.

En montant se coucher ils se dirent que apparemment, ils avaient découvert où se trouvait désormais le petit paquet enveloppé de papier kraft que Hagrid était allé chercher dans la chambre forte numéro 713.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Le lendemain, Malefoy n'en cru pas ses yeux lorsqu'il vit que Harry, Bella et Ron étaient toujours à Poudlard, l'air fatigué, mais la mine joyeuse. Après une bonne nuit de sommeil, Harry, Bella et Ron trouvaient que cette rencontre avec le chien aux trois têtes était finalement une belle aventure et ils avaient hâte d'en connaître d'autres. Harry et Bella avaient révélé à Ron l'existence du paquet transféré de Gringotts à Poudlard et ils s'étaient longuement demandé ce qui pouvait bien justifier une protection aussi dissuasive.

-Ou bien c'est quelque chose qui a beaucoup de valeur, ou bien c'est un truc très dangereux, dit Ron.

-Ou bien les deux, ajouta Harry.

-Quoi que ce soit, ça doit être très rare, mais impossible de savoir ce que c'est, mon oncle ne me dira jamais rien, surtout qu'il ne faut pas qu'il sache qu'on est allé dans ce couloir!

Mais pour l'instant, la seule chose qu'ils savaient de cet objet mystérieux, c'était qu'il était long d'une soixantaine de centimètres. Et sans indice supplémentaire, ils n'avaient aucune chance d'en savoir davantage.

En revanche, ni Hermione, ni Neville ne montraient le moindre intérêt pour ce qui se trouvait sous la trappe. Tout ce qui comptait, pour Neville, c'était de ne plus jamais se retrouver en présence du chien. Quant à Lorien et Leldorin, elles n'étaient pas encore au courant.

Hermione refusait désormais de parler à Harry, Bella et Ron, ce qui leur paraissait plutôt avantageux. Tout ce qu'ils souhaitaient, à présent, c'était se venger de Malefoy et l'occasion leur en fut donnée une semaine plus tard, à l'heure de la distribution du courrier.

Au moment où les hiboux envahirent la Grande Salle, comme chaque matin, l'attention des élèves fut aussitôt attiré par deux long paquets, l'un portait par une demi-douzaine de hiboux grand duc et l'autre par un oiseaux rouge-orangé. Harry et Bella étaient aussi intrigués que les autres et ils furent stupéfait lorsque les hiboux et l'autre oiseau laissèrent tomber leur paquet devant eux, en envoyant au passage leur assiette d'œufs au bacon sur le carrelage. Rowéna, la chouette de Bella passa juste après pour déposer une lettre sur le paquet de la jeune fille.

Bella eut a bonne idée de commencer par lire la lettre et alors que Harry allait ouvrir son propre colis Bella l'arrêta d'un geste et lui fit lire la lettre.


<<N'OUVREZ PAS LES PAQUETS PENDANT QUE VOUS SEREZ A TABLE.
Ils contiennent vos nouveaux Nimbus 2000 mais je ne veux pas que tout le monde sache que vous avez vos propres balais. Sinon, les autres en voudrons un aussi. Olivier Dubois vous attend ce soir à sept heures sur le terrain de Quidditch pour votre première séance d'entrainement.
Professeur McGonagall.>>



Harry montra la lettre à Ron en éprouvant les plus grandes difficultés à ne pas laisser éclater sa joie.

Bella regarda la table des professeurs et vit que l'oiseau qui lui avait apporté son balai s'était poser sur l'épaule de son oncle, c'est alors qu'elle vit que ce n'était pas un oiseau quelconque, c'était Fumseck le Phénix de son oncle.

-Des Nimbus 2000, marmonna Ron avec envie. Je n'ai même jamais eu l'occasion d'en toucher un.

Ils se hâtèrent de quitter la salle pour aller déballer le paquet loin des regards. Mais Crabbe et Goyle leur barrèrent le chemin de l'escalier et Malefoy prit le paquet que portait Harry.

-Ça m'a l'air d'être un balai, dit Malefoy en tâtant le paquet.

Il le lui rendit avec une expression de mépris mêlée d'envie.

-Cette fois, vous êtes fichu, les première année n'ont pas le droit d'avoir de balai.
Ron ne put se retenir.

-Ce n'est pas n'importe quel balai, dit-il, c'est une Nimbus 2000. C'est quoi, déjà, la marque du tien? Un Comète 260, c'est ça? Les Comète, c'est pas mal quand on n'y regarde pas de trop près. Mais évidemment, les Nimbus, c'est une autre classe.

-Qu'est-ce que tu en sais, Weasley, réplique Malefoy. Tu n'aurais même pas de quoi te payer la moitié d'une poignée. Toi et tes frères, vous les achetez brindille par brindille.

Avant que Ron et eut le temps de répondre, Bella avait déjà fait un pas en avant vers Malefoy, mais le professeur Flitwick apparut à côté de Malefoy.

-J'espère que vous n'êtes pas en train de vous disputer? Couina le professeur.

-Potter et Dumbledore se sont fait envoyer des balais, dit Malefoy.

-Oui, oui, bien sûr, répondit le professeur Flitwick en gratifiant Harry et Bella d'un sourire rayonnant. Le Professeur McGonagall m'a mis au courant. De quels modèle s'agit-il?

-C'est un Nimbus 2000, Monsieur, répondit Bella entre deux fous rires qu'elle essayait vainement de retenir en voyant l'expression horrifiée de Malefoy. Et c'est grâce à Malefoy qu'on a pu les avoir.

Puis Bella, Harry et Ron montèrent l'escalier en essayant de ne pas rire trop fort, tandis que Malefoy ne parvenait pas à dissimuler sa rage. C'est alors que Lorien passa devant Malefoy et commença à monter les marches du grand escalier..

-Ça t'apprendra à faire le malin! Dit-elle d'une voix glacial.

-Lorien attend...

-Je n'ai rien à te dire, désolée! Est-ce que je peux venir avec vous? Demanda-t-elle à Bella, Harry et Ron.

-Bien sûr, si tu veux! Répondit Bella.

-Si Malefoy n'avait pas volé le Rapeltout de Neville, Bella et moi ne ferions pas partie de l'équipe, dit Harry.

-Alors, j'imagine que vous prenez ça comme une récompense pour avoir violé le règlement? Lança une voix courroucée derrière eux.

Hermione montait l'escalier à grand pas en jetant un coup d'œil désapprobateur aux paquets que portaient Harry et Bella.

-Je croyais que tu ne nous parlais plus? Dit Bella.

-Oui, tu devrais continuer, dit Ron, ça nous fait beaucoup de bien.

Hermione s'éloigna d'eux, le nez en l'air.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Ils montèrent jusqu'au tableau de Rose qui menait à la tour des Gryffondors.

-Hé, attendez une minute, je sais que tu es notre amie Lorien mais on peut pas te laisser entrer dans notre salle commune! dit Ron.

-Qui t'a dit qu'on allait dans notre salle commune Ron? Demanda Bella sur un air malicieux, elle s'approcha de Rose et dit. Elen sila lumenni, omentielvo!

C'est alors que dans le mur de droite une ouverture apparut.

-Whaou!!! Trop cool! S'exclama Ron. Fred et George ne m'en on jamais parlait!

-C'est normal, ils ne connaissent pas cette salle! dit Bella. Maintenant dans l'école en dehors de moi, vous êtes les seuls à la connaître, c'est grâce à mon père que je l'ai trouvé!

Ils entrèrent et Bella dit:

-Daro! Le mur du haut s'abaissa et l'entrée disparut.

Ils rangèrent leurs Nimbus 2000 sur un bureau encombré de papiers en tout genre, puis suivirent Bella à travers une galerie qui descendait en pente douce.

-Au fait tu ne m'as jamais parlé de ton père Bella! Dit Harry.

Mais il sut tout de suite qu'il n'aurait pas dût dire ça car Bella se mordit la lèvre inférieur et baissa les yeux.

-Je... Je ne peux pas en parler, dit-elle d'une petite voix.

En tournant un chandelier accroché au mur Bella ouvrit un passage dans le mur et ils arrivèrent dans une salle de classe.

-Ce passage ne s'ouvre que de l'intérieur et il ne reste ouvert que dix secondes! Informa-t-elle.

-Bon, Lorien on te laisse, dit Harry. On a métamorphose.

-Attendez, dit-elle. Je suis allée voir le directeur hier avec le professeur Rogue et j'ai réussit à faire en sorte de suivre le même emploi du temps que vous!

-Et ben alors viens et dépêche-toi on va être en retard, dit Bella en regardant sa montre.

-Elle est super ta montre, lui dit Lorien.

-Merci, elle était à ma mère, c'est tout ce qu'il me reste d'elle.

Ce jour-là, Bella et Harry eurent beaucoup de mal à se concentrer sur ce qui se passait en classe. Ils ne cessaient de penser à leur balai posait sur un bureau dans la pièce secret, ou au terrain de Quidditch où ils allaient apprendre à jouer le soir même. Ils avalèrent leur dîner sans faire attention à ce qu'ils mangeaient et se ruèrent dans la pièce secrète que Bella appelait le Sirius en hommage à son père. Là, ils déballèrent leurs balais.

-Eh ben dis donc, soupira Ron avec admiration.

Même aux yeux de Harry qui n'y connaissait rien, le balai paraissait superbe. Ils avaient une forme élégante, avec un manche en acajou étincelant et un long faisceau de brindilles droites et lisses. La marque Nimbus 2000 était gravée en lettre d'or à une extrémité du manche.

Peu après six heure trente, et après s'être extasiés pendant un bon quart d'heure devant les deux balais, Bella et Harry quittèrent le château et se rendirent sur le terrain de Quidditch dans la lumière du crépuscule. C'était la première fois que Harry entrait dans le stade. Il était entouré de gradin installés en hauteur qui permettaient aux spectateurs d'être suffisamment haut placés pour ne rien perdre du spectacle. A chaque bout du terrain, étaient plantés des poteaux en or surmontés de larges cercles verticaux. Ils ressemblaient un peu à ces bâtonnats en plastique à travers lesquels les enfants moldus soufflent des bulles, sauf que ces poteaux-là faisaient quinze mètres de hauteur.

Impatient d'essayer leur balai, Bella et Harry les enfourchèrent sans attendre l'arrivée de Dubois et décollèrent aussitôt, c'était d'ailleurs pour cela qu'ils étaient venus si tôt. La sensation était extraordinaire, les Nimbus 2000 enchaînaient les virages à la moindre caresse, montaient en chandelle, descendaient en piqué, passaient à travers les cercles d'or, fonçaient à toute vitesse sur toute la longueur du terrain. Bref en un mot c'était magnifique.

-Hé, vous deux! Redescendez!

Olivier Dubois venait d'arriver avec une grosse boîte et les avait regardé deux minutes avant de les appeler. Bella et Harry atterrirent auprès de lui

-C'était vraiment très bien, dit-il, les yeux étincelants. Je comprends ce que McGonagall voulait dire... Vous avez vraiment un don. Ce soir, je vais simplement vous apprendre les règles, ensuite, vous participerez aux entrainements trois fois par semaine.

Il ouvrit la boîte. A l'intérieur, il y avait quatre balles de talles différentes.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Contenu sponsorisé
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Destins magiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sujets similaires
-
» [culture MLP] Les études féériques du Dr Müller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stories World :: Les fans fictions :: Fan fiction film :: Fan fiction livres-