Destins magiques
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Ron était tombé endormi au Sirius, Leldorin et Lorien avaient dut le rejoindre plus tôt dans la soirée car elles étaient là elles aussi. Mais lorsque Harry et Bella les secouèrent, ils se sentirent parfaitement réveillé et ils écoutèrent le récit de ce qui s'était passé dans la forêt.

-Rogue veut la Pierre pour la donner à Voldemord... Et Voldemord l'attend dans la forêt... Et pendant tout ce temps-là, nous pensions que Rogue voulait simplement devenir Riche...

-Arrête de prononcer ce nom! Murmura Ron, effrayé.

-Firenze nous a sauvé, mais il n'aurait pas dû le faire... Bane était furieux... Dit Bella... Il disait qu'il ne fallait pas intervenir dans se que décident les planètes. Elle doivent sûrement montrer que Voldemord est de retour... Et Bane pense que Firenze aurait dû laisser Voldemord nous tuer... J'imagine que ça aussi, c'était écrit dans les étoiles.

-Arrête de prononcer son nom! Dit Ron d'une voix sifflante.

-Maintenant, on n'a plus qu'à attendre que Rogue vole la Pierre, poursuivit Harry d'une voix fébrile, et Voldemord pourra en finir avec nous. Comme ça, Bane sera content.

-Harry, attend, dit Bella, tout le monde dit que mon oncle est le seul dont Voldemord a jamais eu peur. Avec mon oncle, il n'osera pas nous toucher.

-Et d'ailleurs, poursuivit Hermione, qui dit que les centaures ont raison? Ils perlent comme s'ils disaient la bonne aventure et d'après le professeur McGonagall, c'est une branche très douteuse de la magie.

-Elle ne les connait pas, dit Bella.

Ils étaient encore là à parler lorsque l'aube se leva. Épuisés, ils allèrent se coucher, la gorge en feu, chacun dans leur dortoir. Mais les surprises de la nuit n'étaient pas terminées.

Lorsqu'il défit son lit, Harry découvrit la cape d'invisibilité soigneusement pliée entre les draps. Un mot y était épinglés, sur lequel était écrit:


<<Au cas où>>.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
loup_alpha
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 04/08/2009
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
J'ai enfin rattrapé mon retard

Ah et perdre 150 points pour avoir simplement oublié leurs capes... c'est ballot

mais ce qu'il faut retenir c'est qu'on voit bien Mars ^^
Voir le profil de l'utilisateur
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
hj: Je dois dire que j'adore tes commentaire, ils me font trop rire!


Harry et Bella se demandèrent comment ils avaient pu faire pour passer leurs examens tout en ayant sans cesse la hantise de voir Voldemord surgir dans la salle de classe. Pourtant, au fil des jours, il ne faisait aucun doute que Touffu était toujours bien vivant et fidèle au poste.

Il faisait une chaleur étouffante, surtout dans la Grande Salle où se déroulaient les épreuves écrites. Les élèves avaient reçu des plumes neuves auxquelles on avait jeté un sort qui empêchait leurs utilisateurs de tricher.

Il y eut aussi un examen pratique. Le professeur Flitwick les appela un par un dans sa classe pour voir s'ils arrivaient à faire danser un ananas sur une table. Le professeur McGonagall les regarda transformer une souris en tabatière – elle ajoutait des points si la tabatière était particulièrement belle mais elle en enlevait si on y décelait des moustaches. Ils étaient tous paniqués devant Rogue qui les surveillait de près pendant qu'ils essayaient de fabriquer une potion d'amnésie.

Harry et Bella firent de leur mieux pour ne pas prêter attention aux douleurs qui, par instant, leur transperçaient le front depuis leur aventure dans la forêt. Ils n'arrivaient presque plus à dormir. Leur vieux cauchemar les réveillait sans cesse, plus effrayant que jamais: aux images habituelles s'ajoutait celle d'une silhouette encapuchonnée, dégoulinant de sang de licorne.

Ron, Hermione, Lorien et Leldorin n'avaient pas tous ces soucis; c'est sans doute pourquoi ils paraissaient moins préoccupés qu'eux par le sort de la Pierre. La pensée de Voldemord leur faisait peur, mais ils n'étaient pas présent dans leurs rêves et ils étaient si absorbés par leurs révisions qu'ils n'avaient guère le temps de s'inquiéter des manigances de Rogue ou de quiconque d'autres.

Leur dernier examens était celui d'histoire de la magie. Ils durent passer une heure à répondre à des questions concernant de veux sorciers un peu fous, inventeurs de chaudrons dont le contenu tournait tout seul puis ils furent enfin libres pendant toute une semaine jusqu'aux résultats des examens.

Lorsque le fantôme du professeur Binns leur annonça qu'ils pouvaient poser leurs plumes et rouler leurs parchemins, ils ne purent s'empêcher de pousser des exclamations de joie.

-C'était beaucoup plus facile que je le pensais, dit Hermione tandis qu'ils rejoignaient les autres dans le parc ensoleillé. Je n'aurais même pas eu besoin d'apprendre le code de conduite des loup-garous de 1637, ni l'ascension d'Elfric l'Insatiable.

-Parle pour toi, lui dit Leldorin.

Hermione aimait bien passer en revue les réponses aux examens, mais Ron lui dit que cela le rendait malade et ils se contentèrent d'aller s'allonger sous un arbres, au bord du lac. Les jumeaux Weasley chatouillaient les tentacules d'un calamar géant qui se réchauffait entre deux eaux et Leldorin finit par aller les rejoindre pour s'amuser avec eux.

-Fini les révisions, soupira Lorien avec bonheur en s'étirant dans l'herbe. On a une semaine de tranquillité avant de savoir tout ce qu'on a fait de travers. Pour l'instant, plus la peine de s'inquiéter.

Harry se frottait le front.

-J'aimerais bien savoir ce que ça signifie, s'écria-t-il soudain avec colère. Ma cicatrice continue à me faire mal. Ça m'était déjà arrivé avant, mais jamais aussi souvent. Et toi Bella?

-Ça me brûle aussi, mais y'a rien à faire, répondit-elle.

-Allez voir Madame Pomfresh, suggéra Ron.

-On est pas malade, dit Bella. Je crois plutôt que c'est un avertissement. Il y a un danger qui menace.

-Détendez-vous, conseilla Ron. Il n'y a rien à craindre pour la Pierre tant que Dumbledore est dans les parages. D'ailleurs, on n'a aucune preuve que Rogue ait trouvé le moyen de passe devant Touffu sans se faire dévorer. Il a déjà failli se faire arracher la jambe une fois, il ne va pas recommencer tout de suite. Et le jour où Hagrid laissera tomber Dumbledore, Neville jouera au Quidditch dans l'équipe d'Angleterre.

Harry approuva d'un signe de tête, mais Bella avait le vague sentiment d'avoir oublié quelque chose d'important. Lorsqu'elle essaya de l'expliquer à Hermione, celle-ci répondit:

-Ce sont les examens qui font ça. La nuit dernière, je me suis réveillée et je me suis mise à relire la moitié de mes notes de métamorphose avant de me souvenir qu'on avait déjà passé l'examen.

Mais Bella était convaincu que son sentiment de malaise n'avait rien à voir avec le travail.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Harry vit un hibou passer dans le ciel, tenant une lettre dans son bec. Hagrid était le seul à lui envoyer des lettres mais il ne trahirait pas Dumbledore. Jamais il ne révélerait à quiconque comment faire pour neutraliser Touffu. Jamais... Pourtant...

Harry se leva d'un bond.

-Où tu vas? Demanda Ron d'une voix ensommeillée.

-Je viens de penser à quelque chose, dit Harry qui était devenu livide. Il faut que nous allions voir Hagrid immédiatement.

-Pourquoi? S'étonna Lorien.

Mais Harry se hâtait déjà vers la cabane et les quatre autres se précipitèrent pour le rattraper. Leldorin les voyant partir en courant s'excusa auprès de Fred et George et se dépêcha d'aller les rejoindre.

-Vous ne trouvez pas ça bizarre, dit Harry, que Hagrid ait toujours rêvé d'élever un dragon et que comme par hasard, il rencontre quelqu'un qui a justement un œuf de dragon dans sa poche? C'est vraie, vous en connaissez beaucoup, des gens qui se promènent avec des œufs de dragon dans leurs poches, alors que c'est interdit chez les sorciers? Étrange que celui-là soit précisément tombé sur Hagrid, vous ne trouvez pas? J'aurais dû m'en rendre compte plus tôt.

-Qu'est-ce que tu racontes? Dit Hermione.

Mais Harry ne répondit pas et se hâte en direction de la forêt.

Hagrid était assis dans un fauteuil, devant sa cabane. Il avait relevé ses manches et ses bas de pantalon et s'occupait à écosser des petits pois dans un grand bol.

-Alors, dit-il, c'est fini, ces examens? Vous voulez boire quelque chose?

-Non, on est pressés, dit Harry. J'ai quelque chose à vous demander. Le soir où vous avez gagné Norbert aux cartes, à quoi ressemblait le voyageur qui vous l'a donné?

-Je ne sais pas, répondit Hagrid, il a gardé sa cape avec son capuchon sur la tête.

En voyant l'air stupéfait des six autres, il leva les sourcils.

-Ce n'est pas si étonnant que ça, dit-il. Il y a des tas de gens un peu bizarre dans ce pub. Peut-être que c'était un marchand de dragons?

Harry se laissa tomber à côté du bol de petits pois.

-Qu'est-ce que vous lui avez dit? Demanda Bella qui avait compris pourquoi Harry était inquiet. Vous lui avez parlé de Poudlard?

-C'est possible que ce soit venu dans la conversation, dit Hagrid en fronçant les sourcils pour essayer de se rappeler. Ah oui, c'est ça, il m'a demandé ce que je faisais comme travail et je lui ai dit que j'étais garde chasse ici... Ensuite, il m'a posé des questions sur le genre de créatures dont je m'occupais et là, je lui ai dit que j'aurais bien voulu avoir un dragon... Et puis... Je ne me souviens plus très bien, il n'arrêtait pas de me payer à boire... Voyons... Ah, oui, il a dit qu'il avait justement un œuf et qu'on pourrait peut-être le jouer aux cartes si ça m'intéressait... Mais il voulait être sûr que je sache m'en occuper... Et je lui ai répondu qu'après Touffu, je n'aurais pas de mal à m'occuper d'un dragon...

-Et il... Il s'est intéressé à Touffu? Demanda Lorien, en essayant de garder son calme.

-On ne rencontre pas beaucoup de chien à trois têtes dans la région, alors, je lui en ai un peu parlé, je lui ai dit que Touffu était doux comme un mouton quand on savait s'y prendre. Il suffit de lui jouer un air de musique et il s'endort.

Hagrid parut soudain horrifié.

-Je n'aurais jamais dû vous dire ça? S'écria-t-il. Oubliez-le! Hé! Où allez-vous?
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Ils ne s'arrêtèrent de courir que lorsqu'ils furent arrivés dans le hall d'entrée du château, qui paraissait sombre et glacé quand on venait du parc.

-Cette fois, il faut aller voir Dumbledore, dit Leldorin.

-Ce voyageur avec son capuchon, c'était soit Rogue, soit Voldemord, dit Harry. Il a dû le faire boire et Hagrid lui a révélé le moyen de passer devant Touffu. J'espère au moins que Dumbledore va nous croire. Firenze nous aidera peut-être si Bane ne l'en empêche pas. Bella où est le bureau de Dumbledore?

-Je sais où il est mais je n'ai pas le nouveau mot de passe.

A cette instant, le professeur McGonagall traversa le hall avec une énorme pile de livre dans les bras.

-Je voudrais voir mon oncle, dit Bella, mais je n'ai pas le nouveau mot de passe.

-Voir le professeur Dumbledore. Et pourquoi donc?

-Je dois lui dire quelque chose de secret.

-Le professeur Dumbledore est parti il y a dix minutes, répondit-elle froidement. Il a reçu un hibou urgent du ministre de la Magie et il s'est immédiatement envolé pour Londres.

-Il est parti? Dit Harry d'une voix fébrile.

-Le professeur Dumbledore est un grand sorcier, Potter, il est très demandé.

-Mais c'est très important, ce qu'on a à lui dire! S'exclama Harry.

-Vous avez quelque chose de plus important à lui dire que le ministère de la magie?

-Écoutez, reprit Bella. Il s'agit de la Pierre philosophale.

La pile de livre que le professeur McGonagall avait dans les bras s'effondra sur le sol, mais elle ne se baissa pas pour les ramasser.

-Comment savez-vous?... Balbutia-t-elle.

-Professeur, je crois, ou plutôt, je sais, que Ro... Que quelqu'un va essayer de voler la Pierre, dit Harry. C'est pour ça qu'il faut que l'on parle au professeur Dumbledore.

Elle parut à la fois stupéfaite et méfiante.

-Le professeur Dumbledore sera de retour demain, dit-elle enfin. Je ne sais pas comment vous avez fait pour connaître l'existence de la Pierre, mais soyez rassuré, personne ne peut la dérober, elle est trop bien protégée.

-Mais professeur...

-Potter, je sais ce que je dis, répliqua-t-elle sèchement.

Puis elle se pencha pour ramasser ses livres.

-Je suggère que vous retourniez tous les six dehors pour profiter du soleil.

Mais ils restèrent là.

-C'est cette nuit que ça va se passer, dit Harry lorsqu'ils furent certains que le professeur McGonagall était trop loin pour les entendre. Rogue va essayer d'ouvrir la trappe, il a tout ce qu'il faut pour y arriver et il s'est arrangé pour éloigner Dumbledore. C'est lui qui a envoyé cette lettre. Ils vont être étonnés au ministère de la Magie, en voyant débarquer Dumbledore.

A ce moment, Leldorin étouffa un cri. Les autres firent volte-face. Rogue se tenait derrière eux.

-Bonjour, dit-il d'une voix douce.

Ils le regardèrent avec des yeux ronds.

-Vous ne devriez pas rester à l'intérieur avec un beau temps pareil, dit-il, et il eut un étrange sourire qui ressemblait à un rictus.

-Nous étions... Commença Harry sans avoir aucune idée de ce qu'il allait dire.

-Vous devriez faire attention, dit Rogue. A vous voir comme ça, tous les six, on dirait que vous préparez un mauvais coup. Et Gryffondor ne peut pas se permettre de perdre encore des points, n'est-ce pas?

Ils se tournèrent vers la porte, mais Rogue les arrêta.

-Je vous préviens, Potter, dit-il. Si vous recommencez à vous promener la nuit dans les couloirs, je veillerai personnellement à ce que vous soyez renvoyé du collège.

-Des menaces? Dit Bella avec un regard noir.

-Un avertissement, précisa Rogue. Bonne journée.

Et il s'en alla en direction de la salle des professeurs.

-Voilà ce qu'on va faire, dit Harry aux cinq autre autres lorsqu'ils furent de retour dans le parc. L'un de nous surveillera Rogue. Il faut l'attendre à la sortie de la salle des profs et le suivre. Hermione, c'est toi qui devrais t'en charger.

-Pourquoi moi?

-C'est évident, dit Ron. Tu peux faire semblant d'attendre Flitwick. Oh, professeur, ajouta-t-il en prenant une vois haut perchée, je suis terriblement inquiète, j'ai peur d'avoir mal répondu à la question 14b...

-Ça suffit, coupa Hermione.

Elle accepta cependant d'assurer la surveillance de Rogue.

-Moi et Lorien on va au Sirius, dit Bella. J'ai des cours d'enchantements de Bill, je peux essayer de trouver des trucs utiles.

-Et nous, on ferait bien de se poster devant le couloir du deuxième étage, dit Harry à Ron et Leldorin. Allez, venez.

Mais cette partie du plan ne fonctionna pas. A peine avaient-ils atteint la porte qui séparait Touffu du reste de l'école que le professeur McGonagall apparut à nouveau, et cette fois, elle perdit son calme.

-Vous êtes plus difficiles à éviter qu'un mauvais sort, tonna-t-elle. J'en ai assez de vos balivernes! Si jamais j'apprends vous êtes revenus dans les parages, j'enlève cinquante points de plus à Gryffondor! Parfaitement, Weasley! Même si c'est ma propre maison!

Ils retournèrent au Sirius. Quelques instant plus tard, Hermione entra à son tour.

-Je suis désolé, gémit-elle. Rogue est sortit de la salle des profs et m'a demandé se que je faisais là. Je lui ai dis que j'attendais Flitwick et il est allé le chercher. Quand j'ai pu repartir, je ne savais plus où il était.

-Bon, alors, c'est fini, dit Lorien.

Bella était pâle et ses yeux flamboyaient.

-Ce soir, dit-elle, je vais essayer d'aller chercher la Pierre avant lui.

-Je viens avec toi! Dit Harry.

-Vous êtes fou! S'exclama Leldorin.

-Vous ne pouvez pas faire ça! Dit Hermione. Après ce que McGonagall et Rogue ont dit? Vous allez vous faire renvoyer!

-Et alors? Explosa Harry. Vous ne comprenez donc pas? Si Rogue parvient à s'emparer de la Pierre, Voldemord va revenir! Vous n'avez jamais entendu dire comment s'était quand il a voulu prendre le pouvoir? S'il y arrive, on ne pourra plus se faire renvoyer tout simplement parce que Poudlard n'existera même plus! Il va le détruire, ou le transformer en école de magie noire! Perdre des points n'a plus aucune importance. Tu crois qu'il vous laissera tranquilles, vous et vos familles si Gryffondor gagne la coupe? Si on se fait prendre avant d'avoir réussi à atteindre la Pierre, je n'aurais plus qu'à retourner chez les Dursley et y attendre que Voldemord vienne me chercher. Ça ne fera que retarder un peu le moment de ma mort, parce que moi, je me mettrai jamais du côté des forces obscures! Cette nuit, je passe par cette trappe avec Bella et vous ne pourrez pas nous en empêcher! C'est Voldemord qui a tué nos parents, faut pas l'oublier.

-Tu as raison, Harry, dit Ron.

-On utilisera les capes d'invisibilité, dit Bella. C'est plus sûr.

-Je viens aussi! Dit Lorien.

-Moi aussi! Dit Ron.

-Idem ici! Dit Leldorin.

-Vous ne croyez quand même pas qu'on va vous laisser y aller tout seul? Dit Hermione. Comment voulez-vous parvenir jusqu'à la Pierre sans notre aide?

Après dîner, ils retournèrent dans leur salle commune respective. Bella et Hermione étaient plongées dans diverses notes. Harry et Ron ne disaient pas grand-chose. Tous deux pensaient à ce qui les attendait.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Peu à peu, la salle se vida à mesure que les élèves allaient se coucher. Lorsque le dernier fût parti, Harry et Bella montèrent dans leur dortoir pour aller chercher leurs capes d'invisibilités. En même temps, Harry glissa dans sa poche la flûte que Hagrid lui avait offerte à Noël. Il comptait l'utiliser pour endormir Touffu. C'était mieux que d'avoir à chanter quelque chose.

-On ferait mieux de mettre les capes dès maintenant, dit Harry quand il fut redescendu.

-Qu'est-ce que vous faites? Dit alors une voix à l'autre bout de la salle.

Neville apparut derrière un fauteuil en tenant contre lui son crapaud qui s'était à nouveau évadé.

-Rien, rien, dit Harry qui s'empressa de cacher la cape derrière son dos se qu'avait déjà fait Bella.

-Vous allez encore vous balader? Dit Neville.

-Non, non, non, dit Hermione. Pas du tout, va donc te coucher.

Harry jeta un coup d'œil à la pendule. Ils ne pouvaient pas se permettre de perdre du temps. A cette heure-ci, Rogue était peut-être en train d'endormir Touffu.

-Si vous sortez, vous allez vous faire prendre, dit Neville, et Gryffondor aura encore plus d'ennuis.

-Tu ne comprends pas, dit Harry. C'est très important.

Mais Neville avait l'air décidé à tenir bon.

-Je ne vous laisserai pas partir, dit-il en allant se poster devant le trou qui servait d'entrée. Je... Je suis prêt à me battre!

-Neville, s'exclama Ron, laisse-nous passer, ne fait pas l'idiot.

-Ne me traitre pas d'idiot! Répliqua Neville. Vous avez suffisamment fait de choses interdites! D'ailleurs c'est toi-même qui m'as dit que je devais me défendre.

Et il lâcha son crapaud qui disparut sous un meuble.

-Essaye de ma frapper, dit-il en levant les poings.

-Pas contre nous! Lança Ron.

-Dis quelque chose, Bella, supplia Harry.

Elle sortit sa baguette magique, l'a pointa sur Neville et dit:

-Petrificus Totalus!

Aussitôt, les bras de Neville se collèrent le long de ses flancs, ses jambes se joignirent, son corps devient rigide, il vacilla un instant, puis tomba en avant et resta immobile à plat ventre, raide comme une planche.

Hermione s'empressa de la retourner sur le dos. La mâchoire de Neville était collée, il ne pouvait plus parler. Seuls ses yeux bougeaient en jetant des regards horrifiés.

-Tu es terrifiante quelques fois, dit Ron, brillante mais terrifiante.

-Je suis vraiment désolé Neville... Dit Hermione.

-Il le fallait, on n'a pas le temps de t'expliquer, dit Harry.

-Tu comprendras plus tard, ajouta Ron.

Ils s'enveloppèrent alors dans des capes et sortirent de la salle commune. Être obligés de laisser Neville dans cet état ne leur semblait pas de très bon présage. Belle attrapa Lorien et Leldorin au passage.

-Vous en avez mit du temps! Dit Lorien.

-On a dû pétrifier Neville! Répondit Bella.

-Le pauvre! Dit Leldorin.

-Moi j'ai dû assommer Drago, le pauvre aura une grosse bosse demain!

Ils avaient les nerfs à vif et croyaient voir dans chaque ombre la silhouette de Rusard et entendre dans le moindre souffle de vent l'arrivée de Peeves.


Dernière édition par Dunamis le Lun 9 Nov - 22:21, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Parvenus devant le premier escalier, ils aperçurent Miss Teigne tapie en haut des marches.

-Si on lui donnait un coup de pied, pour une fois? Murmura Ron à l'oreille de Harry.

Mais celui-ci refusa d'un signe de tête et ils montèrent l'escalier en la contournant soigneusement. La chatte tourna vers eux ses yeux brillants comme des lampes, mais elle n'eut aucune réaction.

Quelques instants plus tard, ils arrivèrent dans le couloir du deuxième étage. Ils virent Peeves qui faisait des plis dans le tapis pour faire trébucher les gens.

-Qui est là? Dit-il soudain, ses petits yeux noirs rétrécis. Je sais que vous êtes là, même si je ne peux pas vous voir. Qui êtes-vous? Gnomes, fantômes ou sales mômes?

Il s'éleva dans les airs et les observa.

-Je devrais appeler Rusard si quelqu'un d'invisible rôde aux alentours.

Harry eut soudain une idée.

-Peeves, dit-il d'une voix rauque, le Baron Sanglant à ses raisons d'être invisible.

Peeves fût tellement abasourdi qu'il faillit tomber. Il se rattrapa à temps et resta suspendu à trente centimètres de l'escalier.

-Je suis désolé, votre sanglante excellence, Monsieur le Baron, dit-il d'une voix onctueuse. J'ai commis une erreur, une regrettable erreur, je ne vous avez pas vu. Bien sûr, puisque vous êtes invisible. Je vous demande de pardonner sa plaisanterie à ce vieux Peeves, Monsieur le Baron.

-J'ai des affaires à mener ici, dit Harry de sa voix rauque. Ne viens plus dans les parages cette nuit.

-Oh, mais bien sûr, Monsieur le Baron, bien entendu, dit Peeves en remontant dans les airs. J'espère que vos affaires se passeront bien, Monsieur le Baron. Je ne vous dérangerai plus.

Et il fila ailleurs.

-Formidable, Harry! Murmura Ron.

Quelques secondes plus tard, ils s'étaient avancés dans le couloir et virent que la porte était entrebâillée.

-Et voilà, dit Harry à voix basse, Rogue a déjà réussi à passer devant Touffu.

La porte ouverte semblait leur faire redouter ce qui les attendait. Sous la cape, Harry se tourna vers les deux autres et parla assez fort pour que Bella, Lorien et Leldorin l'entendent.

-Si vous préférez ne pas aller plus loin, je ne vous en voudrai pas, dit-il. Vous pouvez garder la cape, je n'en aurai plus besoin, maintenant.

-Ne dis pas de bêtises, moi aussi Voldemord veut me tuer, répliqua Bella.

-Bien sûr qu'on vient avec toi, dit Ron.

-A la vie, à la mort, dit Leldorin.

Harry poussa la porte. Des grognements retentirent aussitôt. Les trois museaux du chien reniflaient frénétiquement dans leur direction, bien qu'il fût incapable de les voir.

-Qu'est-ce qu'il y a par terre? Demanda Hermione.

-Ça ressemble à une harpe, dit Lorien. C'est sans doute Rogue qui l'a laissée là.

-Le chien doit se réveiller dès qu'on arrête de jouer, dit Harry. Bon, allons-y.

Il porta la flûte à ses lèvres et se mit à jouer. Ce n'était pas vraiment une mélodie, mais dès la première note, les paupières du monstre devinrent lourdes, il arrêta de grogner, ses jambes faiblirent, il trébucha puis s'effondra sur le sol, profondément endormi.

-Continue à jouer, dit Ron.

Lorsqu'ils approchèrent des trois têtes du chien, ils sentirent son souffle brûlant et fétide.

-On devrait arriver à soulever la trappe, dit Ron. Qui veut passer le premier.

-Moi, dit Bella, elle tira l'anneau - unique - de la trappe qui se souleva sans difficulté et s'ouvrit.

-Qu'est-ce que tu vois? Demanda Lorien avec angoisse.

-Rien, c'est tout noir. Il n'y a ni échelle ni corde pour descendre, il faudra se laisser tomber.

Harry s'approcha de Leldorin. Il lui tendit la flûte. Lorsque la musique s'arrêta, le chien se remit à grogner et à bouger, mais dès que Leldorin joua à nouveau, il replongea dans le sommeil. Harry l'enjamba à son tour et regarda l'ouverture. On ne voyait pas le fond. Il se glissa vers le trou et se mit à côté de Bella.

-S'il m'arrive quelque chose, dit-elle, n'essayez pas de me suivre. Allez chercher Rowéna dans la volière et envoyez-la avec un message à mon oncle. D'accord?

-D'accord, dit Harry.

-A tout de suite... J'espère...

Et elle se laissa tomber. Elle sentait l'air humide lui sifflet aux oreilles tandis qu'elle tombait, tombait, tombait... Puis soudain, avec un drôle de bruit sourd, elle atterrit sur quelques chose de mou. Elle se redressa et regarda autour d'elle. Ses yeux n'était pas encore habitués à l'obscurité, mais elle avait l'impression d'être assise sur une sorte de plante.

-C'est O.K! Cria-t-elle en direction de la trappe qui dessinait au dessus de sa tête un carré lumineux de la taille d'un timbre-poste. On peut sauter, c'est mou, ici!

Harry arriva suivit de Ron, Lorien et Hermione, mais Leldorin hésitait à sauter à cause du chien qui allait se réveiller si elle arrêtait de jouer.

-Qu'est-ce que c'est que ce truc? Demanda Lorien.

-Je ne sais pas, une espèce de plante, je crois. Elle a dû être placée là pour amortir la chute, dit Harry. Viens, Leldorin!

-C'est pas logique, dit Bella.

La flûte qu'on entendait faiblement s'interrompit. Le chien aboya bruyamment, mais Leldorin avait déjà sauté.

-Leldorin sort de la vite, met-toi contre le mur, lui hurla Bella.

Elle se leva d'un bond et parvint péniblement à se réfugier contre une paroi humide. Péniblement car dès l'instant où elle avait atterrit, les vrilles de la plante, longues comme des tentacules, avaient commencé à s'enrouler autour de ses chevilles. Voilà pourquoi cette plante avait été placé là, alors que comme le disait Bella ce n'était pas logique. Les autres avaient été pris jusqu'au coup avant d'avoir pu réagir.

-C'est un Filet du Diable, il... Mais Hermione n'eut pas le temps d'en dire plus, elle fut bâillonnée.

-J'ai lu quelque chose là-dessus en botanique, voyons, cette plante aime l'obscurité nous a dit Madame Chourave. A l'ombre est vivace et au soleil grimace, c'est ça, cette plante déteste la lumière! LUMUS SOLEM!!!

En quelques instant, ils sentirent la plante desserrer son étreinte tandis qu'elle se recroquevillait sous l'effet de la chaleur et de la lumière. Ils retrouvèrent alors leur liberté de mouvement.

-Une chance que tu écoutes bien en classe, Leldorin, dit Harry.

-Oh, non! Se lamenta Bella. Ma barrette es cassé, zut!

Ils s'engagèrent ensuite dans un passage qui s'ouvrait devant eux et s'enfonçait sous la terre. <<Comme à Gringotts>>, pensa Harry. Avec un haut-le-coeur, il se souvient des dragons qui étaient censés garder la salle des coffres dans la banque des sorciers. Et s'ils se retrouvaient face à un dragon, un dragon adulte? C'était déjà difficile avec Norbert...
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Ils parcoururent ainsi quelques dizaines de mètres.

-Vous entendez? Chuchota Lorien.

Ils écoutèrent. Venant d'un peu plus loin, on entendait un bruissement confus auquel se mêlaient quelques tintements.

-On dirait des bruits d'ailes, dit Bella.

-Il y a de la lumière là-bas, remarqua Ron. Je vois quelque chose bouger.

Parvenus à l'extrémité du passage, ils découvrirent une salle brillamment éclairée, avec un haut plafond en forme d'arche. L'endroit était envahi de petits oiseaux étincelants qui voletaient sans cesse tout autour de la pièce. Dans le mur d'en face, il y avait une grande porte de bois.

-Vous croyez qu'ils vont nous attaquer si on traverse la salle? Demanda Leldorin.

-Sans doute, dit Lorien. Ils n'ont pas l'air très méchants, mais s'ils nous foncent dessus tous en même temps... On va bien voir...

-Je vais y aller en courant, dit Harry.

Il prit une profonde inspiration, se protégea la tête avec les bras et s'élança à travers la salle. Il s'attendait à sentir des dizaines de becs le piquer de la tête aux pieds, mais il ne se passa rien du tout et il arriva devant la porte sans avoir subit la moindre attaque. Il tira la poignée. La porte était verrouillée.

Les cinq autres vinrent à la rescousse, mais leurs efforts pour ouvrir la porte restèrent vains. Elle refusa de bouger, même lorsqu'Hermione essaya une de ses formules magiques.

-Et maintenant? Dit Ron.

-Ces oiseaux ne sont pas là pour faire joli, fit remarquer Hermione.

Ils observèrent les oiseaux qui brillaient au-dessus de leur tête. Qui brillaient...

-Ce ne sont pas de oiseaux! S'écria Bella. Ce sont des clés! Des clés volantes. Regardez bien. Ce qui veut dire...

Elle jeta un coup d'œil autour d'elle pendant que les autres observaient le vol des clés.

-Oui! Là! Des balais! S'exclama-t-elle. Il faut attraper la clé qui ouvre la porte.

-Mais il y en a des centaines! Dit Leldorin.

Lorien examina la serrure.

-Il faut une grosse clé à l'ancienne, probablement en argent, comme la poignée.

Ils prirent tous un balais et décollèrent en direction du nuage de clés. Ils essayèrent d'en saisirent plusieurs, mais les clés magiques filaient, plongeaient, zigzaguaient avec une telle rapidité qu'il étaient presque impossible d'en attraper une.

Ce n'était pas pour rien, cependant, que Bella était la plus jeune attrapeuse qu'on ait connu depuis un siècle. Elle avait un dont pour repérer des choses que les autres ne voyaient pas. Après avoir parcouru pendant quelques instants ce tourbillon de plumes aux couleurs d'arc-en-ciel, elle remarqua une grosse clé d'argent qui avait une aile tordue, comme si quelqu'un l'avait déjà attrapée et brutalement introduite dans la serrure.

-C'est celle-ci! Cria-t-elle aux cinq autres. La grosse, là, avec les ales bleues. Les plumes sont toutes froissées d'un côté.

Ron fila dans la direction indiquée par Bella, mais, emporté par son élan, il s'écrasa contre le plafond et faillit tomber de son balai.

-Il faut la cerner, cria Bella, sans quitter les yeux la clé à l'aile blessée. Ron, tu restes au-dessus, Hermione, tu te mets en dessous pour l'empêcher de descendre, Lorien, tu te mets à droite et Leldorin à gauche, et Harry et moi, on essayera de l'attraper. Attention... Partez!

Ron plongea, Hermione remonta en chandelle, Lorien serra vers la gauche, Leldorin vers la droite et la clé les évita tous, mais Harry et Bella furent plus rapide. Harry l'amena vers un mur et Bella lui fonça dessus. Elle se pencha en avant et dans un craquement sinistre, réussit à la plaquer contre la pierre avec la paume de la main. Ron et les autres poussèrent une exclamation de joie qui résonna dans toute la salle.

Ils se dépêchèrent d'atterrir et Bella courut vers la porte, serrant dans sa main la clé qui se débattait. Elle l'enfonça dans la serrure et tourna. Il y eut un déclic, puis la clé s'envola à nouveau, les ailes en piteux état.

-Prêts? Demanda Harry, la main sur la poignée de la porte.

-Non, dit Leldorin.

Les autres ne répondirent pas.

La deuxième salle était plongée dans un telle obscurité qu'ils ne voyaient plus rien. Mais lorsqu'ils eurent franchi le seuil de la porte, une lumière éclatante jaillit soudain en leur révélant un spectacle étonnant.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Il se trouvaient au bord d'un échiquier géant, derrière des pièces noirs qui étaient plus grandes qu'eux et semblaient avoir été sculptées dans de la pierre. En face d'eux, de l'autre côté de la salle, se tenaient les pièces blanches. Ils furent parcourus d'un frisson. Les pièces blanches n'avaient pas de visage.

-Qu'est-ce qu'on fait, maintenant? Murmura Harry.

-C'est évident, non? Dit Ron. Il va falloir jouer une partie d'échecs pour arriver de l'autre côté.

Derrière les pièces blanches, ils apercevaient une autres porte.

-Comment on va s'y prendre? Demanda Leldorin inquiète.

-Nous serons sans doute obligés de nous transformer nous-même en pièces d'échecs, dit Bella.

Ron s'avança vers un cavalier noir posa et la mains sur le cheval. Aussitôt, la pierre s'anima. Le cheval frappa l'échiquier de ses sabots et le cavalier tourna vers Ron sa tête coiffée d'un casque.

-Il faut... Euh... Qu'on se joigne à vous pour passer de l'autre côté? Demanda Ron.

Le cavalier noir approuva d'un signe de tête. Ron se tourna vers les cinq autres.

-Il faut bien réfléchir, dit-il. On va devoir prendre la place de six des pièces noires. Ne vous vexez pas, mais à part Bella, vous n'êtes pas très bons aux échecs.

-On ne se vexe pas, dit Lorien. Dis-nous simplement ce qu'on doit faire.

-O.K! Dit Bella. Je prends la place du fou de côté de la reine, Lorien de la tour du même côté et Leldorin la place de la reine, qu'est-ce que t'en penses, Ron?

-Ça me va! Harry tu prends la place du roi et Hermione celle de la tour du côté du roi. Quant à moi, je serai un cavalier.

Les pièces noires avaient entendu car à cet instant, deux tours, un fou, un cavalier, le roi et la reine quittèrent l'échiquier, laissant six cases vides qu'il occupèrent.

-Les blancs jouent toujours les premiers, dit Ron en scrutant l'autre extrémité de l'échiquier. Regardez...

Un pion blanc venait d'avancer de deux cases.

Ron commença alors à donner ses ordres aux pièces noires et elle se déplacèrent sans bruit là où il les envoyait. Harry sentit ses jambes faiblir. Que se passerait-il si jamais ils perdaient?

-Bella, déplace-toi de quatre cases en diagonale vers la droite.

Ron était très bon, il faisait en sorte de ne perdre que des pions pour protéger ses amis. Bella n'était intervenue qu'une ou deux fois pour lui montrer ses erreurs.

Leur premier choc fut de voir le camp adverse prendre leur autre cavalier. La reine blanche l'assomma en le jetant à bas de sa monture et le traina au bord de l'échiquier où il resta immobile, face contre terre.

-C'était nécessaire, dit Ron qui paraissait secoué. Maintenant, tu vas pouvoir prendre ce fou, Hermione. Vas-y.

Chaque fois qu'elles perdaient un de leurs hommes, les pièces blanches se montraient sans pitié et bientôt, il y eut une rangée de pièces noires hors combat alignées le long du mur. Mais Ron s'arrangeait pour prendre autant de pièces Blanches qu'ils en avaient perdu de noires.

-On y est presque, murmura-t-il. Voyons, réfléchissons...

La reine blanche tourna vers lui sa tête sans visage.

-Oui, dit Ron à voix basse, c'est le seule moyen... Il regarda Bella qui hocha la tête.

-Qu'est-ce qui se passe? Demanda Hermione.

-Je dois me faire prendre! Dit Ron.

-NON! S'écrièrent les autres autres.

-C'est le jeu, répliqua Ron. Il faut savoir faire des sacrifices! Je vais avancer et elle me prendra, ce qui permettra à Bella de faire échec et mat.

-Mais...

-Tu veux arrêter Rogue, ou pas?

-Ron...

-Si vous ne vous dépêchez pas, il va s'emparer de la Pierre.

Il n'y avait rien d'autre à faire.

-Prêt? Demanda Ron, le teint pâle, mais l'air décidé. J'y vais... Et ne traînez pas ici quand vous aurez gagné. Cavalier en H3.

Il avança. La reine blanche abattit alors son bras de pierre sur sa tête. Ron s'effondra et la reine le traina jusqu'au bord de l'échiquier. En le voyant assommé, Hermione avait poussé un cri, elle allait faire un pas quand...

-Non, ne bouge pas, hurla Bella, souviens-toi, la partie n'est pas encore fini!

Bella se déplaça de trois cases vers la gauche.

-Échec et mat!

Aussitôt, le roi blanc ôta sa couronne et la jeta aux pieds de Bella. Ils avaient gagné. Les pièces blanches s'écartèrent en s'inclinant, dégageant l'accès à la porte du fond.

-Je reste avec lui, dit Leldorin.

-Merci, répondit Harry.

Après avoir jeté à Ron et Leldorin un dernier regard navré, ils franchirent la porte et s'engouffrèrent dans un autre passage.

-Tu crois qu'il... Commença Hermione.

-Ne t'inquiète pas, il n'est pas blessé, assura Bella.

-Il a juste un grosse bosse, comme Malefoy, dit Lorien.

-Qu'est-ce qui nous attends maintenant, à votre avis?

-Le filet du Diable, c'était le maléfice de Chourave. C'est sans doute Flitwick qui a ensorcelé les clés. McGonagall à donné vie aux pièces d'échecs. Il nous reste donc à affronter les sortilèges de Quirell et de Rogue...

-Sans oublier que mon oncle à aussi fait quelque chose!

Ils étaient à présent devant une nouvelle porte.

-On y va? Murmura Harry.

-D'accord.

Harry poussa la porte. Aussitôt, une répugnante odeur leur frappa les narines et tous durent relever les pans de leur robe pour se couvrir le nez. Ils virent alors, assis contre le mur d'en face, un immense troll encore plus grand que celui auquel ils s'étaient attaqué. Ils semblait endormi.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Ils avancèrent le plus silencieusement possible quand tout à coup le troll se réveilla et attrapa Harry, Bella et Hermione avant qu'ils n'aient put faire le moindre geste mais il rata Lorien qui sortit sa baguette magique et réfléchit.

-Je ne peux pas l'assommer comme l'autre, sa massue est trop lourde.

-Je t'en prie Lorien, fait quelque chose! Supplia Bella. On étouffe.

-J'ai trouvé, j'ai lu ça dans les notes de Bill! REDUCTO!!! Le troll se retrouva avec la taille d'un mètre cinquante. Harry, Bella et Hermione lui tombèrent dessus se qui eut pour effet de l'assommer.

Ils se hâtèrent, ensuite, de gagner la porte suivante. Lorsque Harry l'ouvrit, ils s'attendaient au pire, mais ils ne virent rien d'effrayant. Il y avait simplement une table sur laquelle était alignées sept bouteilles de différentes formes.

-Merci pour le troll, dit Bella.

-C'était rien, c'est Bill qu'il faudra remercier c'est dans ses notes que j'ai trouvé cette formule.

-Je ne manquerais pas de le remercier, ne t'inquiète pas, dit-elle en souriant.

-Ça, c'est le maléfice de Rogue, dit Harry. Qu'est-ce qu'on doit faire?

Dès qu'ils eurent franchi le seuil de la porte, de grandes flammes jaillirent derrière eux. Mais ce n'était pas un feu ordinaire: celui-ci était violet. Au même moment, d'autres flammes, noires cette fois, s'élevèrent dans l'encadrement de la porte du fond. Ils étaient pris au piège.

-Regardez! Dit Hermione en prenant un rouleau de parchemin posé à côté des bouteilles.

Ils s'approchèrent et lurent:


Devant est le danger, le salut est derrière.
Deux sauront parmi nous conduire à la lumière,
L'une d'entre les sept en avant te protège.
Et une autre en arrière abolira le piège,
Deux ne pourront t'offrir que simple vin d'orties.
Trois sont mortels poisons, promesse d'agonie,
Choisis, si tu veux fuir un éternel supplice,
Pour t'aider dans ce choix, tu auras quatre indices.
Le premier: si rusée que soit leur perfidie,
Les poissons sont à gauches des deux vins d'orties.
Le second: différent à chaque extrémité,
Si tu vas de l'avant, nulle n'est ton alliée.
Le troisième: elles sont de tailles inégale,
Ni naine, ni géante en en sont sein n'est fatale.
Quatre enfin: les deuxième, à gauche comme à droite,
Sont jumelles de goût, mais d'aspect disparates.



Hermione poussa un profond soupir et les autres furent stupéfait de voir qu'elle souriait.

-Remarquable! Dit-elle. Ce n'est pas de la magie, c'est de la logique. Une énigme. Il y a beaucoup de grands sorciers qui n'ont pas la moindre logique, ils n'arriveraient jamais à trouver la solution.

-J'ai pas envie de réfléchir! Dit Bella. J'ai le cerveau comme une citrouille.

-Moi aussi! Dit Harry.

-Idem ici! Renchérit Lorien.

-Tout ce dont nous avons besoin est écrit sur ce papier. Il y a sept bouteilles, trois contiennent de poison, de su vin, l'une d'elle permet de franchir sans mal les flammes noires et une autre permet de retourner sur nos pas en traversant les flammes violettes.

-Mais comment savoir laquelle boire?

-Laissez-moi réfléchir.

Hermione relut le papier plusieurs fois. Puis elle examina attentivement les bouteilles en marmonnant pour elle-même. Enfin, elle poussa un cri de victoire.

-Ça y est, j'ai trouvé! Dit-elle. C'est la plus petite bouteille qui nous permettra de traverser les flammes noires et d'arriver jusqu'à la Pierre.

Harry regarda la minuscule bouteille.

-Il y a tout juste deux gorgées, là-dedans, dit-il, ce n'est pas assez pour nous quatre.

Ils échangèrent un regard.

-Quelle est celle qui permet de franchir les flammes violette? Demanda Bella.

Hermione montra une bouteille ronde, à droite de la rangée.

-Alors, vous deux, buvez celle-là, dit-elle à Lorien et Hermione. Retourner auprès de Ron et Leldorin, allez prendre des balais dans la salle des clés volantes et utilisez-les pour ressortir par la trappe. Touffu n'aura pas le temps de vous mordre. Filet droit à la volière et envoyez Rowéna à mon oncle avec un mot disant qu'on a besoin de lui. On arrivera peut-être à retenir Rogue un moment, mais on est pas de taille à l'affronter.

-Et qu'est-ce qui se passera si jamais Tu-Sais-Qui est avec lui? Demanda Lorien.

-On a eu de la chance une fois, dit Harry en montrant sa cicatrice. Pourquoi pas deux.

Hermione se jeta dans les bras d'Harry.

-Hermione!

-Harry, tu es un grand sorcier! Dit-elle.

-Pas autant que toi... Répondit Harry.

-Moi? J'ai tout appris dans les livres. Mais il y a des choses beaucoup plus importantes, le courage, l'amitié... Oh, Harry, Bella, faites biens attention...

Ils burent chacun une gorgée des bouteilles.

-Ce n'est pas du poison? Demanda Bella à Lorien et Hermione.

-Non, mais on dirait de la glace.

-Nous aussi!

-Bonne chance... Soyez prudent...

Ils se tournèrent vers les flammes noires.

-On arrive, dit Bella.

Ils se donnèrent la main et traversèrent le feu. Les flammes leur léchèrent le corps, mais il ne sentirent aucune chaleur. Pendant quelques instants, ils ne virent plus que la couleur noir du feu magique, puis ils se retrouvèrent de l'autre côté, dans la dernière salle.

Quelqu'un était déjà là, mais ce n'était pas Rogue. Ce n'était même pas Voldemord.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Lorien
avatar
Admin
Messages : 121
Date d'inscription : 16/04/2009
Age : 31
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Il commence à y avoir pas mal de suspens, j'ai hate de lire la suite ^^
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionandstories.forum-actif.net
loup_alpha
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 04/08/2009
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
oui que de suspens, qui est là ? Oh... et vont-ils tous mourir ? quoi que... comme ça fait pas happy end... mais peut être qu'au moins, ils vont perdre toutes leurs barrettes comme Bella avec la plante...
Voir le profil de l'utilisateur
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
C'était Quirell.

-Vous! S'écria Harry, suffoqué.

-Alors, j'avais raison, on avait bien oublié quelque chose! Déclara Bella avec un regard froid.

Quirell sourit, le visage parfaitement calme.

-Oui. C'est moi, dit-il tranquillement. Je me demandais si vous alliez ne rejoindre ici, Potter et Dumbledore.

-Mais, je croyais... Rogue... Balbutia Harry.

-Severus?

Quirell éclata de rire, non pas du petit rire grêle et tremblant qu'on lui connaissait, mais d'un rire franc et glacial.

-Oui, Severus faisait un bon coupable, n'est-ce pas? Toujours en train de fondre sur tout le monde comme une chauve-souris géante! A côté de lui, qui donc aurait pu soupçonner le p... P... Pauvre et bé... Bégayant p... P... Professeur Quirell?

Harry ne parvenait pas à le croire. Ça ne pouvait pas être vrai! C'était impossible!

-Mais Rogue a essayé de tuer Bella!

-Non, non, non, c'est moi qui ai essayé de la tuer. Votre amie, Miss Granger m'a bousculé par accident quand elle s'est précipitée pour mettre le feu aux vêtements de Rogue, pendant le match de Quidditch. A cause d'elle, j'ai perdu le contact visuel avec Bella. Quelques secondes de plus et j'aurais réussi à la faire tomber de ce balai. J'y serais même parvenu bien avant si Rogue n'avait pas marmonné des formules magiques pour essayer de la sauver.

-Rogue essayait de me sauver? Dit Bella abasourdit.

-Bien sûr, dit Quirell avec froideur. Pourquoi croyez-vous qu'il ait tenu à arbitrer le match suivant? Il voulait simplement s'assurer que je ne recommence pas. C'est vraiment drôle... Il n'aurait pas dû se donner cette peine. Dumbledore présent, je ne pouvais rien faire. Tous les autres professeurs pensaient que Rogue voulait empêcher Gryffondor de gagner. Il est vrai qu'il n'attirait guère la sympathie. Mais tout cela n'était que du temps perdu puisque de toutes façons, je vais vous tuer cette nuit.

Quirell claque des doigts. Aussitôt, des cordes surgirent de nulle part et ligotèrent solidement Harry et Bella.

-Vous êtes un peu trop curieux pour vivre bien longtemps. Quelle idée de vous promener dans les couloirs le soir d'halloween! Il me semblait que vous m'aviez surpris pendant que j'allais voir ce qui protégeait la Pierre.

-C'est vous qui avez fait entrer le troll! Déclara Bella

-Bien sûr. J'ai un don avec les trolls. Vous avez vu celui qui se trouve dans l'autre salle, là-bas? Malheureusement, pendant que tout le monde le cherchait partout, Rogue, qui me soupçonnait déjà, est monté directement au deuxième étage pour m'empêcher d'entrer dans le fameux couloir. Et non seulement mon troll n'a pas réussi à vous tuer, mais ce chien à trois têtes n'est même pas parvenu à arracher la jambe de Rogue. Et maintenant, laissez-moi tranquille, je dois examiner cet intéressant miroir.

A ce moment seulement, ils se rendirent compte que le Miroir du Risèd se trouvait derrière Quirell.

-Ce miroir est la clé qui mène à la Pierre, murmura Quirell en le contournant pour s'y regarder. On peut faire confiance à Dumbledore pour manigancer ce genre de chose... Mais il est à Londres... Et quand il reviendra, je serai loin.

La seule chose que pouvaient tenter Harry et Bella, c'était de faire parler Quirell pour l'empêcher de se concentrer sur le miroir.

-On vous a vu avec Rogue, dans la forêt, lança Bella.

-Oui, dit Quirell, d'un ton dégagé en allant examiner le dos du miroir. Il me suivait de près, à ce moment-là. Il voulait savoir où j'en étais. Depuis le début, il me soupçonnait. Il a essayé de me faire peur, comme s'il avait pu y arriver, alors que j'avais Lord Voldemord avec moi...

Quirell scruta à nouveau le miroir d'un air avide.

-Je vois la Pierre... Je suis en train de l'offrir à mon maître... Mais où est-elle?

Harry essaya de se débarrasser de ses liens, mais il n'y avait rien à faire. Il fallait absolument qu'il détourne l'attention de Quirell du miroir. De son côté Bella avait réussit à attraper sa baguette et elle l'a caché derrière son dos, en commençant à rompre ses liens.

-Pourtant Rogue avait l'air de nous détester, dit Harry.

-Oh mais, bien sûr, il vous déteste, répondit Quirell d'un ton désinvolte. Il était à Poudlard avec vos pères, vous ne le saviez pas? Ils se méprisaient cordialement. Mais il n'a jamais voulu vous tuer pour autant.

-Je vous ai entendu sangloter, il y a quelques jours, dit Harry. Je croyais que Rogue vous menaçait.

Pour la première fois, pendant une fraction de secondes, les traits de Quirell se convulsèrent dans une expression de peur.

-Parfois, dit-il, j'ai du mal à suivre les instructions de mon maître. Lui, c'est un grand sorcier et moi, je suis faible.

-Vous voulez dire que votre maître était avec vous dans cette salle de classe? S'exclama Harry avec horreur.

-Il est toujours avec moi, où que j'aille, répondit tranquillement Quirell. Je l'ai rencontré quand je voyageais autour du monde. J'étais un jeune homme stupide, à l'époque, plein d'idées ridicules sur les notions de bien et de mal. Lord Voldemord m'a montré à quel point j'avais tort. Il n'y a pas de bien ni de mal, il n'y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faible pour le rechercher... Depuis ce temps-là, je l'ai servi fidèlement, bien que je l'aie laissé tomber à plusieurs reprises. Il a dû sévir, avec moi.

Quirell fut soudain parcouru d'un frisson.

-Il ne pardonne pas facilement les erreurs. Le jour où je n'ai pas réussi à voler la Pierre, à Gringotts, il était très mécontent. Il m'a puni. Et il a décidé de ma surveiller de plus près...

La voix de Quirell faiblit. Harry se rappela sa journée sur le chemin de Traverse. Comment avait-il pu être aussi stupide? Il avait vu Quirell ce jour-là, il lui avait serré la main au Chaudron Baveur.

Quirell marmonna un juron.

-Je ne comprends pas. Est-ce que la Pierre est à l'intérieur du miroir? Faut-il que je le casse?

Harry réfléchissait à toute vitesse. Ce qu'il désirait le plus au monde, en cet instant, c'était de trouver la Pierre avant Quirell. Par conséquent, s'il se regardait dans le miroir, il se verrait en train de la trouver, il verrait dons du même coup l'endroit où elle était cachée! Mais comment se regarder dans le miroir sans que Quirell s'aperçoive de ce qu'il avait en tête.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Il essaya de se glisser discrètement vers la gauche pour se mettre face au miroir sans que Quirell le remarque, mais les cordes étaient trop serrées autour de ses chevilles. Il trébucha et tomba. Quirell ne fit pas attention à lui. Il continuait de se parler à lui-même.

-Harry, ça va? Demanda Bella.

-Comment fonctionne ce miroir? Quel est son secret? Aidez-moi maître!

Harry et Bella, horrifiées, entendirent alors une voix lui répondre et la voix semblait venir de Quirell lui-même.

-Sers-toi des enfants... Sers-toi du garçon...

Quirell se tourna vers Harry.

-Bien. Potter, venez ici.

Il frappa dans ses mains et les cordes qui ligotaient Harry tombèrent aussitôt sur le sol. Harry se releva lentement.

-Venez ici, répéta Quirell. Regardez dans le miroir et dites -moi ce que vous y voyez.

Après avoir jeté un regard à Bella qui lui sourit et lui fit un clin d'œil, Harry s'approcha de lui.

<<Il faut que je lui mente, pensa-t-il. Je vais regarder et mentir en lui racontant ce que je vois.>>

Quirell se tenait derrière Harry, tout près de lui, et celui-ci sentit une étrange odeur qui semblait provenir de son turban. Il ferma les yeux, fit un pas vers le miroir et les rouvrit.

Il vit tout d'abord son reflet, pâle et terrifié. Mais un instant plus tard, le reflet lui sourit. Il se vit alors mettre la main dans sa poche et en retirer une Pierre rouge sang. Son reflet lui adressa un clin d'œil et remit la Pierre dans sa poche. Au même moment, Harry sentit quelque chose de lourd tomber dans sa vrai poche. Il ne savait pas comment, il n'arrivait pas à le croire, mais maintenant, c'était lui qui avait la Pierre!

-Alors? Dit Quirell avec impatience. Qu'est-ce que vous voyez?

Harry rassembla tout son courage.

-Je me vois en train de serre la main de Dumbledore, prétendit-il. J'ai... J'ai fait gagner la coupe à Gryffondor.

Quirell poussa à nouveau un juron.

-Poussez-vous, dit-il.

En s'éloignant du miroir, Harry sentit la Pierre philosophale contre sa jambe. Allait-il tenter de prendre la fuite? Mais il avait à peine fait quelques pas qu'une voix aiguë s'exprima alors que Quirell n'avait pas ouvert la bouche.

-Il ment... Il ment... Dit la voix.

-Potter, revenez ici, cria Quirell. Et dites-moi la vérité! Qu'est-ce que vous avez vu?

La voix aiguë s'éleva à nouveau.

-Laisse-moi lui parler face à face.

-Maître, vous n'avez pas assez de force, dit Quirell.

-J'en ai assez pour ça...

Harry eut alors l'impression qu'un Filet du Diable la clouait sur place. Il ne parvenait plus à remuer le moindre muscle. Pétrifié, il regarda Quirell lever les bras et commencer à défaire son turban. Bientôt, le turban tomba et la tête de Quirell parut soudain étrangement petite. Puis il pivota sur ses talons.

Harry voulut crier, mais il était incapable d'émettre le moindre son. Mais Bella ne put retenir un cri d'effroi.

Derrière la tête de Quirell, au lieu de son crâne, il y avait un visage, le visage le plus terrifiant que Harry eût jamais vu. Il était d'une blancheur de craie avec des yeux rouges flamboyants et des fentes en guise de narines, comme sur la tête d'un serpent.

-Harry Potter... Isabella Dumbledore... Murmura le visage.

Harry essaya de faire un pas en arrière, mais ses jambes refusaient de lui obéir.

-Voyez ce que je suis devenu? Dit le visage. Ombre et vapeur... Je ne prends forme qu'en partageant le corps de quelqu'un d'autre... Vivre au dépend d'un autre comme un parasite. Heureusement, il en reste toujours qui sont prêts à m'accueillir dans leur coeur et leur tête... Le sang de licorne m'a redonné des forces ces dernières semaines... Dans la forêt, vous avez vu le fidèle Quirell s'en abreuver pour moi... Et lorsque j'aurais l'élixir de longue vie, je pourrais recréer un corps qui sera bien à moi... Maintenant... Donnes-moi cette Pierre qui se trouve dans ta poche.

Il savait donc. Harry sentit soudain ses jambes revenir à la vie. Il fit un pas en arrière.

-Ne sois pas stupide, dit le visage avec colère. Tu ferais mieux de sauver ta vie et de me rejoindre... Ou alors, tu connaitra le même sort que tes parents... Ils sont morts en me suppliant de leur faire grâce...

-MENTEUR! S'écria Harry.

Quirell reculait vers lui pour que Voldemord ne le perde pas de vue. Le visage maléfique souriait à présent.

-Comme c'est émouvant... Siffla-t-il. J'apprécie toujours le courage... Oui, mon garçon, tes parents ont été courageux... J'ai d'abord tué ton père et il m'a résistait avec une grande bravoure... Quant à ta mère, je n'avais pas prévu qu'elle meure... mais elle essayait de vous protéger... Alors, donne-moi la Pierre sinon, elle sera morte en vain.

-JAMAIS!

Harry bondit vers la porte enflammée.

-Attrape-le! Cria alors Voldemord.

-NON!!!

Bella qui avait réussi à se débarrasser de ses liens c'était jeté sur Quirell et lui tenait fermement le bras gauche. Quirell se mit à hurler de douleur. Bella, elle ressentit aussitôt une douleur aiguë à l'endroit de sa cicatrice. Elle avait l'impression que sa tête allai se fendre en deux. Attrapant la jeune fille par le col de sa robe de sorcier, il réussit à se libérer de son emprise, non sans difficulté et la projeta avec violence contre le mur le plus proche. Sa tête heurta le mur et elle perdit connaissance, mais le bras gauche de Quirell était complètement brûlé.

-Attrape-le! ATTRAPE-LE! Répéta Voldemord.

Quirell plongea sur Harry. Il le fit tomber à terre et l'immobilisa en l'écrasant sous lui, sa main valide serrée autour de son cou. Sa cicatrice devint si douloureuse que Harry en était presque aveuglé. Il parvenait cependant à distinguer le visage de Quirell qui poussait des hurlements. Il semblait en proie à une effroyable souffrance.

-Maître! Je n'arrive pas à le tenir, gémit-il. Ma main... Ma main!

Tout en maintenant Harry par terre avec ses genoux, Quirell lâche son cou et contempla d'un air incrédule la paume de sa main. Harry voyait qu'elle était complètement brulée, écarlate, la chair à vif comme comme le bras que Bella avait agrippé un peu avant.

-Alors, tue-le, imbécile! Qu'on en finisse! Couina Voldemord de sa voix suraiguë.

Quirell leva le bras pour lancer un maléfice mortel, mais Harry, d'un geste instinctif, plaqua les mains contre le visage de son ennemi.

-AAAAAAAAAARG!

Quirell roula sur le sol, le visage également brûlé. Harry se rendit compte que son adversaire ne pouvait pas le toucher sans souffrir de terribles brûlure. Sa seule chance, c'était de saisir Quirell et de lui infliger une telle douleur qu'il soit incapable de lancer un sort.

Harry se releva d'un bond, attrapa le bras de Quirell et serra de toutes ses forces. Quirell poussa un hurlement en essaya de se dégager et Harry sentit à nouveau la douleur de sa cicatrice. Il ne voyait plus rien, il entendait seulement les horribles cris de Quirell ainsi que les glapissements de Voldemord qui répétait.

-TUE-LE! TUE-LE!!!

Il entendait aussi, peut-être dans sa propre tête, d'autres voix crier. <<Harry! Harry!>>

Soudain, il sentit le bras de Quirell s'arracher à son étreinte et il comprit à ce moment que tout était perdu. Il sombra alors dans une longue, longue, longue chute où tout n'était plus que ténèbres.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Il cligna des yeux. Une paire de lunettes l'observait. Étrange.

Il cligna à nouveau des yeux et distingua alors le visage souriant d'Albus Dumbledore.

-Bonjour, Harry, dit-il.

Harry le regarda fixement. Puis il se souvint.

-La Pierre! S'écria-t-il. C'était Quirell! C'est lui qui a volé la Pierre! Vite!

-Calme-toi, mon garçon, tu es un peu en retard, dit Dumbledore. Quirell n'a pas volé la Pierre.

-Alors qui?

-Du calme, sinon, Madame Pomfresh va me jeter dehors.

Il tourna la tête et vit dans le lit à sa droite.

-BELLA!!!

-Du calme Harry! Elle n'est pas morte! Dit-il sur un ton inquiet.

Au même moment, Bella sembla sortir de son profond sommeil, reprenant peu à peu ses esprits.

-Harry... HARRY!!! Elle venait de se redresser d'un coup sur son lit tel un diable sortant de sa boite. Elle tourna la tête sur sa gauche et vit Dumbledore et Harry. Oncle Albus! Harry!

-Mais enfin du calme tous les deux! Dit Dumbledore.

Ils regardèrent autour d'eux et se rendirent compte qu'ils se trouvaient à l'infirmerie de Poudlard. Ils étaient couchés dans des lit avec des draps de lin blanc et juste à côté il y avait deux tables couvertes qu'une quantité de friandises suffisante pour ouvrir un magasin.

-Quelques cadeaux de la part de vos amis et admirateurs, dit Dumbledore. Ce qui c'est passé dans les sous-sols du château, entre Quirell et vous, est un secret absolu, par conséquent, toute l'école est au courant. Je crois que se sont vos amis Fred et George Weasley qui vous ont envoyé un siège de toilette en pensant que ça vous amuserait. Mais Madame Pomfresh a trouvé que ce ne serait peut-être pas très hygiénique et elle l'a confisqué.

-Ça fait combien de temps qu'on est là? Demanda Bella.

-Trois jours. Mr Ronald Weasley, Miss Granger, Miss Baggins et Miss Patil vont être grandement soulagés de voir que vous êtes revenu à vous. Ils se sont terriblement inquiétés à votre sujet.

-Mais la Pierre...

-Je vois qu'il est inutile d'essayer de vous distraire. Très bien. Alors... La Pierre, le professeur Quirell n'a pas réussi à vous la prendre. Je suis arrivé à temps pour l'en empêcher, bien que vous vous soyez admirablement débrouillés tout seul, je le reconnais.

-Vous étiez là? Vous avez reçu le hibou d'Hermione et Lorien?

-Nous avons dû nous croiser dans les airs. J'étais à peine arrivé à Londres qu'il m'est nettement apparu que ma place était à l'endroit que je venais de quitter. Et je suis revenu juste à temps pour t'arracher à Quirell, Harry...

-C'était vous?

-J'avais peur qu'il soit trop tard...

-Il était moins une. Je n'aurais pas pu l'empêcher plus longtemps de prendre la Pierre.

-L'important, ce n'est pas la Pierre, c'est vous. L'effort que vous avez fait a faillit vous tuer et en plus Bella, le coup que tu as reçu a faillit t'être mortel. Pendant un moment, j'ai craint que ce ne soit le cas. Quant à la Pierre, elle a été détruite.

-Détruite? Répéta Bella d'une voix blanche. Mais... Oncle Nicolas...

-Oui, que va-t-il arriver à Nicolas Flamel?

-Ah, tu connais Nicolas? Dit Dumbledore qui avait l'air ravi. Vous avez vraiment bien fait les choses. Et bien, Nicolas et moi, nous avons eu une petite conversation et il nous est apparu que tout était pour le mieux. Mais il leur reste suffisamment d'élixir pour mettre leurs affaires en ordre et ensuite et bien, ils vont mourir.

Dumbledore sourit en voyant l'air stupéfait d'Harry et Bella.

-Pour quelqu'un d'aussi jeune que vous, je sais que c'est incroyable, dit-il, mais pour Nicolas et Pernelle, c'est comme aller se coucher à la fin d'une très, très longue journée. Après tout, pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. Vous savez, la Pierre n'avait rien de si extraordinaire. Elle donnait autant d'argent et permettait de vivre aussi longtemps qu'on le souhaitait! Les deux choses que la plupart des humains désirent le plus au monde, l'ennui, c'est que les humains ont un don pour désirer ce qui leur fait le plus de mal.

Harry et Bella restèrent immobiles, ne sachant que répondre. Dumbledore chanta un petit air et regarda le plafond en souriant.

-Monsieur? Dit enfin Harry. Je me demande... Même si la Pierre n'existe plus, Vol... Je veux dire, Vous-Savez-Qui...

-Tu peux l'appeler Voldemord, Harry. Nomme toujours les choses par leur nom. La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.

-Voldemord va chercher d'autres moyens de revenir, n'est-ce pas? Je veux dire qu'il n'a pas complètement disparu?

-Non, en effet. Il est toujours là, quelque part, peut-être à la recherche d'un autre corps à partager... Comme il n'est pas vraiment vivant, on ne peut pas le tuer. Il a laissé mourir Quirell. Il montre aussi peu de pitié pour ses partisans que pour ses ennemis. Vous avez sans doute réussi à retarder son retour au pouvoir, mais il se trouvera bien quelqu'un pour reprendre un combat qui semble perdu... Pourtant, si à chaque fois, on continue à le retarder, alors il est possible qu'il ne reprenne jamais le pouvoir.

Harry hocha la tête, mais il s'interrompit aussitôt car il avait encore mal.

-Il y a d'autre chose que j'aimerais bien savoir, dit-il, si vous pouvez me les dire... J'aimerais bien connaître la vérité sur ses choses-là.

-La vérité, soupira Dumbledore. Elle est toujours belle et terrible, c'est pourquoi il faut l'aborder avec beaucoup de précautions. Mais je veux bien répondre à tes questions, sauf si j'ai de bonnes raisons de ne pas le faire, auquel cas, je te demande de me pardonner. Mais bien sûr, je ne te mentirais pas.

-Alors, voilà: Voldemord a dit qu'il a tué ma mère uniquement parce qu'elle essayait de nous protéger. Mais pourquoi donc voulait-il nous tuer.

Cette fois, Dumbledore poussa un profond soupir.

-Hélas, la première question que tu me poses fait partie de celles auxquelles je ne peux pas répondre. Aujourd'hui, en tout cas. Un jour, vous saurez, mais pour l'instant, chassez cette pensée de vos esprits. Quand vous serez plus grands... Je sais que vous n'aimez pas ce genre de phrase. Disons plutôt que quand vous serez prêt, vous comprendrez.

Et ils savaient qu'il était inutile de discuter.

-Et pourquoi Quirell ne pouvait pas nous toucher sans se brûler? Demanda Bella.

-Lilly, ta mère Harry, est morte pour vous sauver la vie. S'il y'a une chose que Voldemord est incapable de comprendre, c'est l'amour. Il ne s'est jamais rendu compte qu'un amour aussi fort que celui qu'elle avait pour vous laisse sa marque. Pas une cicatrice, ou un signe visible... Avoir été aimé si profondément vous donne à jamais une protection contre les autres, même lorsque la personne qui a manifesté cette amour n'est plus là. Cet amour reste présent dans votre chaire. Quirell était plein de haine, de cupidité, d'ambition, il partageait son âme avec Voldemord et c'est pour cela qu'il ne supportait pas de vous toucher. Toucher quelqu'un qui a été marqué par quelque chose d'aussi beau ne pouvait susciter en lui que de la souffrance.

Dumbledore manifesta un intérêt soudain pour un oiseau qui venait de se poser sur le rebord de la fenêtre, ce qui donna le temps à Harry de s'essuyer les yeux avec son drap, mais Bella le vit, bien qu'elle fit comme si ce n'était pas le cas.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
-Et les capes d'invisibilité? Demanda Harry, lorsqu'il eut retrouvé sa voix. Vous savez qui nous les a envoyée?

-Ah... Il se trouve que vos pères les avaient laissées en ma possession et j'ai pensé que vous aimeriez peut-être les avoirs. C'est parfois utile... Quant ils étaient au collège, vos pères s'en servaient pour se glisser jusqu'à la cuisine et voler des tas de chose à manger.

-J'ai encore une question...

-Vas-y.

-Quirell a dit que Rogue...

-Le professeur Rogue.

-C'est ça, lui... Quirell a dit que s'il nous détestait, c'était parce qu'il détestait aussi nos pères. C'est vrai?

-En effet, ils se haïssaient cordialement. Un peu comme vous et Mr Malefoy. Et ton père, Harry, a fait quelque chose qu'il n'a jamais pu lui pardonner.

-Quoi?

-Il lui a sauvé la vie.

-Comment?

-Oui, dit Dumbledore d'un air rêveur. C'est curieux comme les gens réagissent, n'est-ce pas? Le professeur Rogue ne supportait pas d'avoir une dette envers ton père... Je sais que s'il a fait tant d'effort pour vous protéger, cette année, c'est parce qu'il a pensé qu'ainsi ton père et lui seraient quittes. Alors, il pourrait continuer à haïr son souvenir en paix...

Harry essaya de comprendre ce que Dumbledore venait de lui dire, mais il eut mal à la tête, et il laissa tomber.

-Mais, moi, je ne suis pas la fille de James alors pourquoi il me protégeait aussi?

-Parce que James t'aimer comme si tu étais sa file et que tu étais la filleule de Lilly.

-Encore une dernière chose, dit Harry. Comment se fait-il que la Pierre soit passée du miroir dans ma poche?

-Je suis content que tu m'aies posé cette question. C'était une de mes plus brillantes idées, ce qui n'est pas peu dire, je te prie de me croire... Seul quelqu'un qui désirait trouver la Pierre – la trouver, pas s'en servir – pourrait la prendre, les autres ne verraient que leur reflet fabriquer de l'or et boire l'élixir de longue vie. Mon intelligence me surprend moi-même, parfois... Et maintenant, assez de questions. Si vous entamiez ces friandises? Ah, les dragées surprises de Bertie Crochue! Une jour, quand j'étais jeune, j'en ai trouvé une qui avait le goût de poubelle. Depuis, j'ai peur d'en manger, mais vous, ne vous en privez surtout pas! Enfin, je pense que je risque rien avec un caramel.

Il sourit et mit la dragée d'un brun doré dans sa bouche. Puis il se mit à toussez.

-Quelle horreur! De la cire pour les oreilles!
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Madame Pomfresh était une femme charmante, mais très stricte.

-Seulement cinq minutes, supplia Harry.

-Il n'en est pas question.

-Vous avez bien laissé entrer le professeur Dumbledore...

-Bien entendu, c'est le directeur. Mais maintenant, vous avez besoin de repos.

-On se repose, regardez, on est couché. S'il-vous-plaît, Madame Pomfresh... Dit Bella.

-Bon, d'accord, mais pas plus de cinq minutes!

Et elle laissa entrer Ron, Hermione, Lorien et Leldorin.

-Harry! Bella!

Ils étaient sur le point de les serrer dans leur bras, mais ils se retinrent. Harry et Bella en furent soulagés: ils avaient encore très mal à la tête.

-Harry, Bella, on pensaient que vous alliez... Dumbledore se faisait tellement de soucis... Dit Leldorin.

-Toute l'école ne parle que de ça, dit Ron. Alors qu'est-ce qui c'est passé, en vrai?

-Toute l'école sauf les Serpentards, précisa Lorien.

C'était une des rares circonstances où la vérité paraît encore plus étrange et plus passionnante que les rumeurs. Harry et Bella leur firent un récit détaillé, sans rien omettre: Quirell, le miroir, la Pierre, Voldemord. Ron, Hermione, Lorien et Leldorin, bon public, les écoutaient en étouffant des exclamations aux bons moments. Et lorsqu'ils racontèrent ce qu'il avait sous le turban de Quirell, Hermione et Leldorin poussèrent un cri.

-Alors, la Pierre n'existe plus? Dit Lorien lorsqu'ils eurent terminé. Et Flamel va mourir?

-C'est ce qu'on lui a dit, mais Dumbledore nous a répondu... Comment c'était, déjà?

-<<Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus>>, dit Bella.

-J'ai toujours dit qu'il était cinglé, remarqua Ron qui semblait impressionné de voir à quel point son héros était fou.

-Et vous, qu'est-ce qui vous est arrivé? Demanda Bella.

-Je n'ai eu aucun mal à revenir sur mes pas avec Lorien, dit Hermione. Leldorin était en train de ranimer Ron, Lorien est rester avec elle pour l'aider – ça leur à prit un bout de temps – pendant ce temps je me suis précipitée vers la volière pour envoyer un mot à Dumbledore. C'est juste à se moment-là que je l'ai rencontré dans le hall. Il était déjà au courant. Il m'a dit: <<Harry et Bella sont allés le retrouver?>> et il a foncé eu deuxième étage.

-Vous croyez qu'il voulait vraiment que vous y alliez? Demanda Lorien. C'est pour ça qu'il vous a envoyé les capes d'invisibilités?

-Si jamais c'est vrai, c'est terrible! S'écria Hermione. Vous auriez pu vous faire tuer!

-Ce n'est pas tout à fait ça, répondit Bella d'un air songeur. C'est un drôle de personnage, mon oncle. Je crois qu'il a voulu nous donner une chance. Il sait à peu près tout ce qui ce passe à l'école et je pense qu'il devait se douter de notre projet, mais au lieu d'essayer de nous arrêter, il a cherché à nous aider. Je ne crois pas que c'était un hasard s'il a laissé découvrir à Harry comment le miroir fonctionnait. C'est un peu comme s'il nous reconnaissait le droit d'affronter Voldemord face à face si on le pouvait...

-Décidément, Dumbledore est vraiment dingue, dit Ron avec fierté. Et maintenant, écoutez: il faut absolument que vous soyez debout pour le banquet de fin d'année, demain. Le compte des points à été fait et bien entendu, ce sont les Serpentards qui ont gagné la coupe. Vous n'étiez pas là pour le dernier match et on c'est fait écraser pas les Serdaigles. Mais il y aura de bonnes choses à manger.

A ce moment, madame Pomfresh fit irruption dans la chambre.

-Ça fait presque un quart d'heure, maintenant, DEHORS! Dit-elle d'un ton sans réplique.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Après une bonne nuit de sommeil, Harry et Bella se sentirent à nouveau dans leur état normal.

-On peut aller au banquet, dirent-ils à Madame Pomfresh. On peut, n'est-ce pas?

-Le professeur Dumbledore dit que vous avez le droit d'y assister, dit-elle d'un ton pincé, comme si elle était persuadée que Dumbledore ignorait les risques que peut représenter un festin. Et vous avez un autre visiteur.

-Ah, très bien, dit Bella. Qui est-ce?

Hagrid se glissa dans l'encadrement de la porte. Comment d'habitude, il paraissait trop grand par rapport à la pièce. Il s'assit au chevet d'Harry et de Bella en fondant en larmes.

-C'est... C'est ma faute... Sanglota-t-il en plongeant son visage dans ses mains. J'ai dit à ce misérable comment faire pour passer devant Touffu! C'était la dernière chose qu'il ne savait pas et c'est moi qui l'ai dite! Vous auriez pu en mourir! Tout ça pour un œuf de dragon! Je ne boirai plus jamais! On devrait me chasser et m'envoyer vivre chez les Moldus!

-Hagrid! S'exclama Harry, désolé de voir des larmes couler le long de sa barbe. Il aurait trouvé, de toute façon! Il s'agit de Voldemord, ne l'oubliez pas. Même si vous ne lui aviez rien dit...

-Vous auriez pu en mourir, répéta Hagrid, le corps agité de sanglot. Et ne prononce pas ce nom!

-VOLDEMORD! Cria Bella.

Hagrid parut si choqué qu'il cessa aussitôt de pleurer.

-Je l'au vu, je peux l'appeler pas son nom. Ne soyez pas triste, Hagrid, nous avons sauvé la Pierre et elle est détruite maintenant, il ne peut plus s'en servir. Prenez donc un Chocogrenouille, on en a plein.

-Ah, au fait, ça me fait penser que j'ai un cadeau pour vous, dit Hagrid en s'essayant le nez d'un revers de mains.

-J'espère que ce n'est pas un sandwich à l'hermine, dit Harry.

-Mais non, sourit Hagrid, Dumbledore m'a accordé un jour de congés hier pour les préparer. Il aurait plutôt dû me renvoyer. Voilà... Au début je devrais en faire un juste pour Harry mais Dumbledore m'a dit que ça te ferais plaisir d'en avoir un aussi.

Il leur donna un beau livre à la reliure de cuire. Harry et Bella les ouvrirent avec curiosité: ils étaient rempli de photos de sorciers. A chaque page, leur père et leur mère leur souriaient en leur adressant des signes de la main.

-J'ai envoyé des hiboux à tous les amis d'école de vos parents en leur demandant des photos. Je savais que vous n'en n'aviez pas. Ça vous plaît?

Ils furent incapable de parler et Bella fondit même en larmes et Hagrid le comprit très bien.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Ce soir-là, Harry et Bella quittèrent leur chambre pour assister au banquet. Madame Pomfresh avait insister pour les examiner une dernière fois et la Grande Salle était déjà pleine lorsqu'ils arrivèrent enfin. Elle était décorée aux couleurs vers et argent des Serpentards pour célébrer leur septième victoire consécutive. Une immense bannière déployée sur le mur, derrière la Grande Table, montrait un serpent, symbole de leur maison.

Lorsqu'ils firent leur entrée, il y eut un soudain silence, puis les conversations reprirent toutes en même temps. Harry s'assit à la table des Gryffondor entre Ron et Hermione et Bella entre Fred et George, et ils firent semblant de ne pas remarquer que tout le monde se levait pour mieux les voir.

Heureusement, Dumbledore arriva à son tour et la rumeur des conversations s'évanouit.

-Une autre année se termine, dit-il joyeusement, et je vais encore vous importuner avec des bavardages et vieillard avant que nous entamions enfin ce délicieux festin. Quelle année! Fort heureusement, vos têtes sont un peu plus remplies qu'auparavant... Et vous avez tout l'été pour les vider à nouveau en attendant le début de l'année prochaine... Le moment est maintenant venu de décerner la coupe des Quatre Maisons. Le décompte des points donne le résultat suivant: en quatrième place Gryffondor avec trois cent douze points. En troisième, Pousouffle avec trois cent cinquante-deux points. Serdaigle a obtenu quatre cent trente-six points et Serpentard quatre cent quatre-vingt deux.

Un tonnerre d'applaudissements, d'acclamations et de trépignements explosa à la table des Serpentards, auquel d'ailleurs se mêlait les applaudissements fournit du professeur Rogue. Malefoy frapper la table avec son gobelet et ce spectacle rendait Bella et Harry malades.

-Oui, oui, très bien, Serpentard, bravo, Serpentard, reprit Dumbledore. Cependant, il convient de prendre en compte des évènements récents.

Il y eut un grand silence et les sourires des Serpentards devinrent moins triomphants.

-J'ai quelques points de dernière minute à distribuer, poursuivit Dumbledore. Voyons... Oui, c'est ça... Tout d'abord à Miss Baggins et Miss Patil pour le sang froid et l'intelligence dont elles ont fait preuve alors que leurs amis courraient de graves dangers, j'accorde cinquante points à Serdaigle et Serpentard.

Applaudissement fournit des Serpentards auquel se mêle ceux des Serdaigles.

-Je continue par Mr Ronald Weasley...

Ron devient écarlate. Il avait soudain l'air d'un radis qui aurait pris un coup de soleil.

-Pour la plus belle partie d'échecs qu'on ait jouée à Poudlard depuis de nombreuses années, je donne à Gryffondor cinquante points.

Les acclamations des Gryffondor atteignirent presque le plafond enchanté. Les étoiles au dessus de leur tête parurent frémir.

-C'est mon frère! Disait Percy aux autres préfets. Mon plus jeune frère! Il a réussit à traverser l'échiquier géant de McGonagall!

Le silence revint.

-J'en viens maintenant à Miss Hermione Granger... Pour la froide logique dont elle a fait preuve face à des flammes redoutables, j'accorde à Gryffondor cinquante points.

Hermione enfouit sa tête dans ses bras. Harry la soupçonnait d'avoir fondu en larmes. Tout autour de la table, les Gryffondors ne se tenaient plus de joie. Ils avaient cent points de plus.

-Enfin, parlons de Mr Harry Potter et de Miss Isabella Dumbledore, reprit Dumbledore.

Un grand silence se fit dans la salle.

-Pour le sang-froid et le courage exceptionnels qu'ils ont manifestés, je donne à la maison Gryffondor cent vingt points.

Le vacarme qui s'en suivit fut assourdissant. Ceux qui étaient en état de faire des additions tout en s'égosillant savaient que Gryffondor avait à présent cinq cent trente-deux point, exactement le même nombre que Serpentard. Ils étaient ex-æquo. Si seulement Dumbledore avait pu donner à Harry et Bella un seul point de plus!
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Dumbledore leva la main et le silence revint peu à peu.

-Le courage peut prendre de nombreuses formes, dit-il avec un sourire. Je dirais qu'il faut beaucoup de courage pour affronter ses ennemis mais qu'il en faut encore plus pour affronter ses amis. Et par conséquent, j'accorde dix points à Mr Neville Londubat.

Quelqu'un qui se serait trouvé à l'extérieur de la Grande Salle aurait pu penser qu'une terrible explosion venait de se produire, tant le vacarme qui s'éleva de la table des Gryffondor était assourdissant. Harry, Ron, Bella et Hermione se levèrent pour acclamer Neville qui avait le teint livide et disparu bientôt sous les embrassades. Jusqu'alors, il n'avait pas gagné le moindre point pour les Gryffondor. Harry donna un petit coup de coude à Ron et lui montra Malefoy. Abasourdi et horrifié, il semblait figé sur place comme s'il avait subi le maléfice du Saucisson.

-Ce qui signifie, poursuivi Dumbledore en essayant de couvrir le tonnerre d'applaudissements – car les Serdaigles et les Pousouffles étaient ravis de la chute des Serpentards – ce qui signifie que si, comme je le pense, mes calculs son exacte nous allons devoir procéder à un changement de décoration de cette salle. La maison Gryffondor gagne la coupe.

Il frappa dans ses mains et en un instant, le vert et argent se transforma en rouge et or, et le grand serpent disparut, remplacé par le lion altier des Gryffondor. Rogue serra la main du professeur McGonagall avec un horrible sourire qui n'avait rien de naturel. Harry croisa son regard et il sut aussitôt que les sentiments de Rogue à leur égard n'avaient pas changé. Mais il en éprouvait aucune contrariété. La vie redeviendrait normale dès l'année prochaine, aussi normale qu'elle pouvait l'être à Poudlard.

Ce fut le plus belle soirée que Harry et Bella eurent jamais connue. Ils étaient encore plus heureux que je jour où ils avaient gagné le match de Quidditch, plus heureux que le soir de Noël, plus heureux que lorsqu'ils avaient vaincu le troll. Il garderaient à jamais le souvenir de ces précieux instants.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Harry et Bella en avaient presque oublié le résultat des examens. A leur grande surprise, Ron, Harry et Leldorin avaient obtenu de bonnes notes, Hermione, Bella et Lorien, bien entendu, avaient été les meilleures et même Neville avait réussit à passer de justesse: sa bonne note en botanique rattrapait celle, catastrophique, qu'il avait obtenu en potion. Ils avaient espéré que Goyle, qui était aussi bête que méchant, serait renvoyé, mais lui aussi était passé. Comme l'avait dit Ron, on ne peut pas tout avoir dans la vie...

Bientôt, leurs armoires se vidèrent, leurs valises furent fin prêtes et le crapaud de Neville s'égara dans un coin des toilettes. On distribua aux élèves des avis qui les prévenaient que l'usage de la magie était interdit pendant les vacances.

-Chaque année j'espère qu'ils vont oublier de nous les donner, dit Fred.

Avant de sortir du château Bella alla au bureau de son oncle lui dire au revoir, puis Hagrid leur fit traverser le lac dans ses barques et ils s'installèrent dans le Poudlard Express qui les ramenait chez les Moldus. Tout le monde parlait et riait tandis que le paysage devenait de plus en plus verdoyant. On mangeait des Dragées surprises de Berthie Crochue et on enlevait les robes de sorciers pour mettre veste et blousons.

-Tiens, t'as mis tes bottes en peau de dragons! Dit Leldorin à Bella.

-Oui, pourquoi? Je trouve qu'elles vont bien avec l'ancienne veste en cuire que Bill m'a donné! Répondit Bella.

-Au fait on a pas vu Lorien depuis qu'on est rentré dans le Poudlard Express! Dit Ron.

-Elle doit être avec Drago, n'oubliez pas qu'ils sortent ensemble!

-Ils sont toujours ensemble?

-Faut croire que oui!

Enfin, ils arrivèrent sur la voix 9 ¾ de la gare de King's Cross.

Il mirent un certain temps pour quitter le quai. Un vieux gardien ridé les faisaient passer par groupe de deux ou trois pour qu'ils n'attirent pas l'attention en surgissant soudain au milieu de la barrière. Inutile d'affoler les Moldus.

-Il faut que vous veniez à la maison, cet été, dit Ron à Harry et Hermione. Je vous enverrais un hiboux.

-Merci, dit Harry. J'attends ça avec impatience.

Des voyageurs les bousculèrent de tous côtés tandis qu'ils replongeaient dans le monde des Moldus. Harry et Bella entendirent fuser autour d'eux des <<Au revoir, Harry, à bientôt, Bella!>>

-Toujours célèbres, leur fit remarquer Ron avec un sourire.

-Pas là où je vais, je te le garantis! Précisa Harry.

-Les voilà, M'man, regarde, ils sont là! Dit une petite voix, alors qu'ils franchissaient le portillon.

C'était Ginny Weasley, la jeune sœur de Ron, mais ce n'était pas Ron qu'elle montrait du doigt.

-Harry Potter! Isabella Dumbledore! S'écria-t-elle. Regarde M'man! Je les vois!

-Tais-toi un peu Ginny, et ne montre pas du doigt, c'est malpoli.

Mrs Weasley leur adressa un grand sourire. Et Bill apparut à côté de sa mère sortant de la foule.

-Bonjour Bella! Dit-il en lui adressant un merveilleux sourire.

-BILL!!! S'écria-t-elle en lâchant ses valises et en se précipitant dans les bras de Bill qui la fit tournoyer dans les air avant de la serrer dans ses bras.

-Vous avez eu une année chargée? Dit Mrs Weasley.

-Très, répondit Harry.

-Vos n'imaginez pas à quel point, rajouta Bella. Je vous raconterais tout une fois chez vous, merci pour l'invitation.

-Et merci pour le pull Mrs Weasley, rajouta Harry.

-Oh, ce n'était rien.

-Alors, tu es prêt?

C'était l'oncle Vermon, toujours moustachu, toujours écarlate, toujours furieux que Harry ait l'audace de se promener avec un hibou dans une cage au milieu d'une gare remplie de gens parfaitement normaux. Derrière lui se tenaient la tante Pétunia et Dudley qui eut l'air terrifié dès qu'il vit Harry.

-Vous êtes la famille de Harry? Dit Mrs Weasley.

-Façon de parler, répliqua l'oncle Vermon. Dépêche-toi, mon garçon, nous n'avons pas que ça à faire.

Et il s'éloigna. Harry resta quelques instant avec Ron, Hermione et Bella.

-Alors, on se voit cet été?

-J'espère que tu passeras de... De bonnes vacances, dit Hermione en jetant un drôle de regard à l'oncle Vermon.

Elle n'avait encore jamais vu quelqu'un d'aussi désagréable.

-Oh, sûrement, répondit Harry avec un grand sourire. Eux, ils ne savent pas que l'usage de la magie est interdite à la maison. Je crois que je vais bien m'amuser avec Dudley, cet été...

Bella eut soudain un sourire plein de malice et s'écria alors qu'Harry était en train de rejoindre la famille Dursley, un peu plus loin:

-Harry, n'oublie pas ta jumelle!!! Et puis je sais faire pousser des oreilles d'âne en cas de besoin!!!

Harry sourit, l'oncle Vermon et la tante Pétunia devinrent blêmes et Dudley plaqua ses mains contre ses oreilles.
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Nous voilà à la fin de la première aventure d'Harry Potter, Isabella Dumbledore et de tous leurs amis. J'espère que cette histoire vous à plus et que vous continuerez à les suivre lors de leur prochaine grande aventure dans le monde de la sorcellerie.
Nous vous attendons donc dans le prochain tome: La Chambre des Secrets!

A très bientôt!
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
loup_alpha
avatar
Messages : 122
Date d'inscription : 04/08/2009
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Ben en tout cas ça m'a vraiment fait plaisir de te lire (j'avais abbandonné le livre au bout de pas longtemps quand j'avais... je sais plus mais quand j'étais plus jeune.. bref).

J'attends ta suite !! (et la mienne aussi, faudrait que je me fouette pour avancer...)
Voir le profil de l'utilisateur
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Et bien je suis ravie que tu es apprécié la lecture de la première aventure de nos héros! Si ça t'a plu j'en suis ravie, et en plus si ça t'a permis de te replonger dans un livre que tu n'avais pas put finir c'est encore mieux! ^^

Bon ben pour faire patienter un peu vos esprit voici un apperçut du tome II:

Une rentrée fracassante en voiture volante,
une étrange malédiction qui s'abat sur les élèves,
cette deuxième année à l'école des sorciers ne s'annonce pas
de tout repos! Harry Potter et Isabella Dumbledore découvrent une inscription
énigmatique: <<La Chambre des Secrets a été ouverte.
Ennemis de l'héritier prenez garde!>>
En compagnie de leurs fidèles amis, Ron, Lorien, Hermione, Leldorin et la nouvelle venue Aurora,
Les apprentis sorcier mène l'enquête...



J'espère que ça vous a mis l'eau à la bouche, vous aurez en tout cas droit au premier chapitre dans peu de temps!
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Dunamis
avatar
Messages : 262
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 31
Localisation : Au milieu d'une grande aventure
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
La Chambre Des Secrets.


Ce n'était pas le première fois qu'une dispute éclatait au petit déjeuner dans la maison du 4, priver Drive. Mr Vermon Dursley avait été réveillé à l'aube par le hululement sonore qui provenait de la chambre de son neveu Harry.

-C'est la troisième fois cette semaine! Hurlait-il. Si tu n'es pas capable de surveiller cette chouette, il faudra qu'elle s'en aille!

Harry tenta une fois de plus d'expliquer ce qui se passait.

-Elle s'ennuie, dit-il. Elle a l'habitude d'aller voler un peu partout. Si je pouvais au moins la laisser sortir la nuit.

-Tu me prends pour un imbécile? Ricana l'oncle Vermon, un morceau de jaune d'œuf accroché dans sa grosse moustache touffue. Je sais bien ce qui arrivera si on laisse sortir cette chouette.

Il échangea un regard sombre avec Pétunia, son épouse.

Harry essaya de répondre quelque chose, mais un rot bruyant et prolongé étouffa ses paroles. C'était Dudley le fils des Dursley.

-Je veux encore du lard, dit celui-ci.

-Il y en a dans la poêle, mon trésor adoré, dit la tante Pétunia en tournant un regard embué vers son énorme fils. Il faut qu'on te donne à manger pendant qu'il en est encore temps. Cette cantine au collège ne me dit rien qui vaille.

-Allons, Pétunia, c'est absurde, je n'ai jamais souffert de la faim quand moi-même j'étais au collège de Smelting, dit l'oncle Vermon d'un ton convaincu. Tu as assez à manger, là-bas, n'est-ce pas fiston?

Dudley, qui était si gras que son derrière débordait de chaque côté de sa chaise, eut un sourire et se tourna vers Harry.

-Passe-moi la poêle, dit-il.

-Tu as oublié de prononcer le mot magique, répliqua Harry avec mauvaise humeur.

Cette simple phrase produisit un effet stupéfiant sur le reste de la famille: Dudley poussa un cri étouffé et tomba de sa chaise dans un grand fracas qui ébranla toute la cuisine; Mrs Dursley laissa échapper un petit cri et plaqua ses mains contre sa bouche; quant à Mr Dursley, il se leva d'un bond, les veines de ses tempes battant sous l'effet de la fureur.

-Je voulais simplement dire <<S'il-te-plaît!>>, précisa Harry d'un ton précipité. Je ne pensais pas du tout à...

-QU'EST-CE QUE JE T'AI DIT? Tempêta son oncle en projetant sur la table un nuage de postillons. JE NE VEUX PAS QU'ON PRONONCE CE MOT DANS MA MAISON!

-Mais, je...

-COMMENT AS-TU PU AVOIR L'AUDACE DE MENACER DUDLEY! Rugit l'oncle Vermon en martelant la table de son poing.

-J'ai simplement...

-JE T'AVAIS PREVENU! J'INTERDIS QU'ON FASSE ALLUSION A TON ANORMALITE SOUS CE TOIT!

Harry regarda tour à tour le visage violacé de son oncle et celui de sa tante qui était devenue livide. Avec des gestes tremblants, elle s'efforça d'aider Dudley à se relever.

-D'accord, dit Harry. D'accord...

L'oncle Vermon se rassit en soufflant comme un rhinocéros prêt à charger et surveille attentivement Harry du coin de ses petits yeux perçants.


Dernière édition par Dunamis le Ven 20 Nov - 16:18, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-crepuscule.actifforum.com/forum.htm
Contenu sponsorisé
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Destins magiques
Destins magiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sujets similaires
-
» [culture MLP] Les études féériques du Dr Müller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stories World :: Les fans fictions :: Fan fiction film :: Fan fiction livres-