Les nuits de Tala
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Luneccia
Messages : 7
Date d'inscription : 04/11/2012
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Les nuits de Tala
Préface

Bonsoir et bienvenu dans les nuits de Tala. (lien du blog de cette série : http://lesnuitsdetala.canalblog.com/)

Tala est un personnage du jeu vidéo Darkwatch, un sympathique jeu que je vous conseille. Ce jeu se situe en arizona, en 1876. Un hors la loie du nom de Jericho cross s'attaque a un train et libére accidentellement un vampire du nom de Lazard, qui le mord et fait de lui un hybride, mi vampire mi homme (il deviendrat vampire ou non selon ses choix). pour retrouver et vaincre Lazard, il rejoint une organisation secréte appeler Darkwatch, charger de traquer et tuer les démons et autres créatures des ténébres. Dans cette organisation, Jericho devient partenaire avec Tala. La meilleur agent du darkwatch, mais aussi une femme fatal qui a de grand projet pour Jericho et le darkwatch. a un certain moment du jeu, elle séduit Jericho et l'améne a faire d'elle une vampire pour qu'elle puisse detruire le darkwatch, prendre le pouvoir de Lazard, et conquerir le monde.

Dans cette série de fan fiction, j'explore un peu plus sa perversion dans sa relation avec Jericho et mes fantasmes la concernant. J'adore ce personnage, cette femme fatal incroyablement sexy qui n'hésite pas a donner son corps pour ce qu'elle veut obtenir, un véritable animal indomptable qui aime la violence, le pouvoir et le sexe. Si le fait de lire ceci dans le forum des histoires érotiques ne vous a pas fait comprendre, se seront principalement des scènes de sexe, narrer par Tala avec de possibles exceptions celons l'histoire. Si vous êtes fans d’érotisme fantastique et vampirique, vous serrez aux anges ici.

Si il y a des artistes parmi vous, je serais ravit que vous dessiniez les scènes que je vous décrirais et je les posterais sur ce blog si elles me plaise. J'avais espérer en faire une BD, mais je n'ai eu que peu de réponses satisfaisante, la plupart me questionnant a propos du copyright (c'est une fan fiction mec, je pense qu'ils laisseront passer), j'avais même monter une vidéo de pub, donc si l'un d'entre vous veut se lancer, qu'il n'hésite pas a me le demander dans les commentaires.

https://www.youtube.com/watch?v=rkKXUbBiY-8

Bonne soirée a vous tous et bonne lectures
Voir le profil de l'utilisateur
Luneccia
Messages : 7
Date d'inscription : 04/11/2012
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les nuits de Tala
Introduction

Mon nom est Tala.

Je vous raconterais bien d'où je viens, pourquoi je suis là ou pourquoi j'ai des plumes dans les cheveux, mais soyons honnêtes, vous vous en foutez, vous fantasmer déjà sur mon corps en ce moment. Pas la peine de le cacher, c'est l'effet recherché.

Ce que vous devez savoir c'est je fais partit d'une organisation appeler le Darkwatch, où nous combattons les créatures sans intelligence venant des ténèbres. C'est un travail qui a ses inconvénients et ses avantages. Les missions sont de véritables partit de plaisir, des hordes de monstres que je transforme en rivières de sang avec un grand plaisir. Avec un flingue, je me sens si puissante, mais peut être pas aussi puissante que quand je couche avec un agent du Darkwatch. La plupart des agents du Darkwatch sont des hommes peu scrupuleux de se faire une femme comme moi, et je suis peu scrupuleuse d'en faire mes amants influençable. Mes galoperis m'ont permit de bien m'intégrer au sein de l'organisation. Hélas, les inconvénients de ce travail m’empêchent d'aller plus loin.

Cette faction de l'organisation est dirigée par le général Cartwright, un vieux débris avec qui je coucherais si cela lui garantissait une crise cardiaque. En plus d'utiliser des soldats de mon rang comme de la viande pour zombie, il fait toujours en sorte que je n'approche pas de poste influent malgré mon influence. Et je ne parle pas de Cassidy Sharp, un autre agent du Darkwatch, n'ayant aucune ambition et étant encore plus coincer qu'un prêtre. Elle s'est toujours méfier de moi, de mon influence et de mon pouvoir. En effet, je suis un peu medium, mais vous vous en foutez surement.

Mon don m'a d'ailleurs permit d'aider à la capture de Lazare, longue histoire, mais tout ce que vous devez savoir c'est que c'est le seigneur des vampires, il a tué Cassidy alors qu'elle le transférer de l'autre cotée du pays, tant mieux, et il a engendré l'homme responsable de sa libération, un hors la loi comme je les aime, Jéricho Cross, qui est désormais hybride, un mi-homme mi-vampire. Cartwright l'a engagé en tant qu'agent pour qu'ils s'entraident pour arrêter Lazare, et je fus désignée pour être sa coéquipière. Moi, associé avec un homme renfermant le pouvoir du plus grand des vampires, une occasion idéal pour obtenir ce que je veux : le Darkwatch.
Voir le profil de l'utilisateur
Luneccia
Messages : 7
Date d'inscription : 04/11/2012
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les nuits de Tala
Nuit 1 - L'hybride

J'arrive au vestiaire au moment où il a fini de s'habiller. Il a mis le costume réservé à l'agent triple zéro. Un long manteau noir, un grand chapeau, les gants de cuire et de fer ainsi que le Badge du darkwatch sur la poitrine. Le triple zéro est dans le darkwatch l'agent privilégié, celui qui a toutes les ressources disponibles. Il n'a pas d'autorité propre, il suit juste les ordres, mais il est l'arme parfaite contre les forces du mal. Je sais peu de choses sur Jericho Cross, si ce n'est que c'est un hors la loi rechercher, avec une somme assez impressionnante à la clef. Mais le Darkwatch à pris l'habitude de laisser de cotée ces histoires de "Wanted" quand Cartwhright a compris que les hors la loi étaient plus efficace que les soldats propres sur eux.

Il a libéré Lazare en pensant que le train qui le transférait était rempli d'argents. Une erreur cupide qui a provoqué une nouvelle vague de ténèbres sur le pays et l'a transformé en hybride. Lazare l'a mordu, mais n'en a pas fait un vampire à part entiére, mais il peut le devenir s’il laisse libre court à ses instincts. Une chose qui pourrait s'avérer très utile pour moi. Quelqu'un d'aussi puissant pourrait prendre le contrôle du Darkwatch, voire du monde. Mon but. Quand Cartwright l'a recruté, j'ai fait en sorte de devenir sa coéquipiére. C'est fou ce qu'on peut obtenir en baisant un sergent. Un mauvais coup pour un coéquipier idéal, c'est un bon compromis.

Je me mets au palier du vestiaire et je me penche sur la porte, et je lui fais savoir que je suis là en le sifflant. Je lui dit « Hé ! Salut cowboy ! »
Il se retourne pour laisser voir son visage sombre et son orbite droite sans oeil et balafrée. Son orbite n'est pas vide, une lueur rouge sang a remplacé son oeil. Un des pouvoirs que Lazare lui a laissés. Une aura dégage de cet homme, le genre de présence qui fout la chair de poule. La présence ténébreuse qui possède mes rêves. Il me plaît déjà. Je décroise mes bras et je lève mon bras le long du mur pour qu'il ait une meilleure vue sur mon décolleté. « Je m'appelle Tala » lui dit-je.

- Encore une femme ? Combien il y en a dans cette organisation ? Dit-il d'un air curieux ?

Pitié, faite que ce ne soit pas un de ces sodomites. Pas lui.

- Le patron a compris qu'une femme comme moi est plus dangereuse que le plus affamé des zombies.

Un sourire au coin, je crois que je lui plais, me voilà rassuré.

- Au moins, c'est plaisant à l'oeil.
- Je me suis dit la même chose.

Un autre sourire.

- Cette organisation n'est peut-être pas si mal. Dit il en s'approchant de moi pour sortir du vestiaire.

- Tu n'as encore rien vu cowboy. On se met en route ?
- Où va t'ont ?

- À ton épreuve du feu.

Son visage s'assombrit en pensant à ce qui pourrait s'y passer. Compréhensible, mais avec lui, il n'y a pas besoin de s'inquiéter.

Quelques heures plus tard.
Le train s'approche de la carrière ou des morts vivants ont foutu une pagaille. Comme toujours, Cartwright ne nous a pas laissé de plans d'attaque. Pourquoi changer l'habitude de la mission bordélique où les agents sont balancés comme de la merde ? Heureusement que je sais me démerder dans ce genre de merde. Je sais être sauvage pour survivre dans ces massacres. Tous les agents se préparent à tuer et mourir, sauf Jericho qui regarde l'horizon de l'autre cotée du wagon, pensif. Je vais à coter de lui, lui demandant « nerveux ? »
Pas un mot. Je passe de sa gauche à sa droite en laissant ma main s'étaler sur ses épaules et son dos. « Tu parles pas beaucoup, n'est-ce pas, lui dis-je ? Ça me va, j'ai toujours eu un faible pour le genre, grand, sombre et assoiffé de sang. »
- Tu serais bien la première à qui des hommes comme moi plaisent.
- Je ne vois pas l'intérêt d'être comme les autres. Ce qu'il y a au delà des normes est plus excitant.
- Ces normes me manquent déjà.
- Ho crois moi cowboy, tu prendras goût a ce qu'il y a au-delà.

Son regard se pose sur moi, mais avant qu'il ne s'autorise à baisser le regard pour admirer mes atouts, il se retourne vers l'horizon. Pas par pudeure, il n'est pas ce genre d'homme, mais parce qu'il se force a rester concentrer sur son objectif. réparer son erreur et tuer Lazare. En regardant le reste de l'équipe. Je remarque la méfiance et l'éloignement des agents. Il serait capable de se retourner contre Jericho. Ils ont l'habitude de massacrer des créatures des ténèbres comme Jericho et ils sont trop diminués intellectuellement pour s'adapter à une collaboration avec l'un d'entre eux. Une balle dans le dos ne risque pas de l'arrêter, mais on n'est jamais trop prudent. De plus, un tir ami risque de foutre en l'air mon plan, donc autant lui montrer que je suis de son côté. « Surveille tes arriérés Jericho, lui dis je. Tout le monde n'est pas aussi ravis que moi de t'avoir au Darkwatch ». Mon avertissement l'a fait réagir, bon signe.

Le train arrive à destination. Je laisse donc Jericho pour m'approcher des portes du train. « EN SCELLES LES GARS ! » criais-je a l'ensemble de l'équipe. J'ouvre les portes alors que le train est toujours en marche. Je prend mon arme à la mains en pensant aux nués de morts vivants qui vont y passer. La carriére est devant moi. Je me retourne vers l'équipe en leur criant « Vous voulez vivre à jamais ? ». Le regard plein de fierté des agents montre qu'ils sont prêts à faire honneur à leur nom. Mais ma phrase a un sens plus littéral à mes yeux. Oui, je veux vivre à jamais, surtout une existence tellement grisante. Je saute la première du train, les autres me suivent.

Cette nuit est à nous, à Jericho de faire ses preuves.

Note : Oui, je sais, pas de sexe comme je vous l'avais promis, mais ce genre d'introduction est toujours nécessaire avant de passer a l'intéressant. Promis, le prochain chapitre sera hot.
Voir le profil de l'utilisateur
Luneccia
Messages : 7
Date d'inscription : 04/11/2012
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les nuits de Tala
Nuit 2 - La puissance

La mission dans la carrière fut un succès, un gros bordel amateur à la Darkwatch, mais la plupart des agents on peut survivre. Et Jericho fut très impressionnant. Il était si féroce, puissant et rapide que je me serais caressé en l'admirant si la zone n'était pas infestée de zombies. Notre duo fut très efficace, nous nous sommes couverts l'un l'autre et nous avons vaincu ensemble. Une fois rentrer a la base, Jericho est allé dans la salle d'arme pour se décharger. Les autres agents n'ayant qu'une arme chacun et étant en nombre réduit, Jericho se retrouvat seul dans la salle... avec moi. Pas le meilleur endroit, mais j'ai hâte d'y goûter.

Je m'approche de lui alors qu'il range son dernier flingue. « Beau travail Jericho» lui dit-je.

- Tu t'es bien débrouillé aussi.

- Pas autant que l'hybride surpuissant et sauvage que tu es.

- Il y a au moins quelqu'un qui voit ça comme une bonne chose.

- Ne sois pas aussi fataliste. Ça ne sert à rien.

- Tu as une meilleure proposition peut-être ?

- C'est le cas. Profite un peu.

Je glisse alors mes mains sur ses épaules jusqu'à sa tête. Ça le surprend, mais il se laisse faire. J'enlève son chapeau et je commence à lui enlever sa capuche. « Qu'est-ce que tu fais » me demande t'il.

- D'après toi bleusaille. Il faut que tu apprennes ceci Jericho. Les missions du darkwatch sont assez frustrantes. Donc, il faut avoir de quoi se détendre et se défouler une fois rentrée de mission. Tu es nouveau ici, donc tu dois avoir de quoi te faire plaisir ici. Et moi il faut que je me défoule, si tu vois ce que je veux dire.

- Pourquoi tu ferrais ça pour moi ?

- Je le fais pas que pour toi Jericho. Tu m'as tellement impressionné là bas que tes autres compétences m'intéressent.

Je l'embrasse sans retenue. Il reste figer une seconde, mais finit par prendre part au plaisir. Il embrasse bien. Je caresse ses canines avec ma langue. Ses petites choses me font tellement envie, mais restons patiente et donnons-lui ce qu'il veut d'abord. Il me prend dans ses bras et me penche vers sa gauche pour mieux m'embrasser et je m'accroche à lui en entourant son cou de mes bras. Ses mains glissent sur mes fesses et mes jambes. Il a dû les admirer depuis qu'on s'est rencontré, il avait sûrement hâte de toucher à la marchandise. Je re-stabilise mon équilibre pour pouvoir ouvrir sa veste avec férocité et voir ce qu'il cache sous son uniforme. Huuum, ce n'est pas décevant. Je continue à l'embrasser tandis que je lui débarrasse de son manteau. Je le bouscule à terre pour qu'on puisse passer au reste. Je reste jambes plisser au-dessus de lui pour mieux admirer et toucher son corps.

« Laisse-toi faire Jericho» lui dit-je. Je me lève pour qu'il ait une meilleure vue. Je m'arrache le collier tel un animal qui se libère de sa laisse. Je m'enlève ensuite ma veste, révélant à Jéricho le reste de ma poitrine qu'il n'a peu admirée. Le plaisir de le savoir en train de regarder mes seins me fait fermer les yeux et serrer les dents de plaisir. Je m'allonge ensuite sur lui pour l'embrasser à nouveau. Je sens sa main gauche glissée sur mes hanches nues et sa main droite se poser sur ma tête. Mes seins sont au confort sur son torse aux petites cicatrices et à la musculature subtil mais solide. Je glisse vers le bas de son corps pour embrasser ses petites cicatrices. Je regarde son visage grimaçant de plaisir. Tandis que je lui enlève ses bas. Le voilà complètement nu. À mon tour de me mettre complètement nu. Une fois ça fait, je m'assois sur son entre jambes pour que sa queue me pénètre.

Hoooo...

Ouiiii...

Que c'est bon ...

C'est tellement bon...

Je donne des coups de reins depuis je ne sais plus combien de temps. Cet homme est tellement bon. Je l'entends expirer de plaisir malgré mes cris de plaisir de plus en plus difficile à retenir. Ses mains s'étalent sur mes jambes pliées, et me serrent d'extase. « Huuum, tu vois ? haaaa, c'est bon » dis-je complètement extasié. Il me répond « Ho oui, c'est bon, continue Tala ». Je m'exécute pour lui en tapant encore plus. Sa bite me pénètre tellement que mon corps s'étire et ma tête se laisse aller en arriéré tandis que ses mains montent sur mes hanches. J'expire « prend moi ! » il lève le haut de son corps pour pouvoir m'embrasser en me laissant taper sur son entre jambes. Je m'accroche à lui en mettant mes bras autour de son cou pour qu'il puisse se maintenir dans cette position délicieuse. Il sépare ses lèvres des miennes pour expirer de plaisir et place ses mains sur mes cotes pour accompagner mes coups de rein et accentuer l'extase.

Tandis qu'il profite de notre ébat, je glisse ma main au sol pour récupérer mon arme, un fantasme m'a traversé l'esprit et je ne peux me retenir de tester ça. Je prends mon arme et je la place sur sa tempe. Le froid de l'arme le surprend et l'arrête. Ce que je fais est complètement fou, mais je suis tellement instinctive. Il a l'air de mal prendre l'arme sur sa tempe. Ça n'empêche pas son membre de rester ferme entre mes cuisses. « Si je te tirais dessus, disais-je, tu survivrais n'est-ce pas ? » il me dévisage. « Tu ne ressentirais qu'une piqûre et tu continuerais à me faire l'amour ? » Ces sourcils se fronce. « Je peux essayer ? » il ferme la bouche pour exprimer de la colère sur ses lèvres. « Je peux m'allonger dans ton sang ? » son orbite lumineuse devient plus roujoilliant. « Je peux en verser dans mon sein ? » il montre ses dents. Qu'est-ce qu’il m'excite comme ça ? « Ha moins que tu veux le mien de sang ? » sur ce, il me prend le bras et dégage mon arme de sa tempe. Il me pousse et en pleine action, je l'entends crier « SALOPE ! ». Dans l'action, sa queue me transperce, toujours aussi solide, elle pourrait me couper en deux. La violence de Jericho et le plaisir que j'en ressens me font tirer un coup de feu en l'air.

J'atterris au sol, allongé sur le dos et avec Jericho sur moi. Son bras gauche tenant fermement mon bras armé sur le sol et son bras droit me tenant par le coup, me serrant doucement, mais prêt à m'étrangler. Et toujours, il n'a pas quitté ma chatte. Et je ne délecte toujours de cette colère et de cette débauche. « J'aurais du me méfier qu'une femme comme toi ai envie de me baiser » me dit-il en position de force. Il est en colère, il n'a pas compris que la puissance que lui a laissée Lazare le rendant résistant, même aux balles croisées de mon arme. Ce n'est pas qu'un vampire, c'est un hybride engendré par Lazare, et il agit encore comme un mortel craignant une balle, c'est si mignon. « Mais je veux te baiser » lui dis-je. « Mais avoue que ça t'excite d'être si puissant, de me prendre par le cou ». Je ne plaisante pas, sa queue est toujours en érection en moi. « Tue-moi si tu veux me tuer. Arrête de me faire l'amour si je ne te plais plus. Fais de moi ce que tu veux Jericho. Je suis tout à toi. » je ferme mes yeux et détends tous mes muscles pour lui montrer que je suis sincère, que je suis sa chose. Il reste figé un moment, sa main serrant mon cou hésitant à se serrer plus dangereusement et sa queue se gonflant plus qu'elle ne l'était. Après hésitation, il finit par bouger...

Ouiii...

Haaaa...

Il continue à me faire l'amour. Il me tient toujours bien fort le bras et le cou, mais il reste contre moi à donner des coups de rein. Je ressens dans tout mon corps sa force. C'est un pur plaisir. Il me tape longuement, au point que je ne peux plus tenir. Je sens sa queue en moi continuant à gonfler et me pénétrer, prêt à jouir. Je me retiens de jouir pour que nos jouissances coïncident, rendant ce moment plus fantasque. Quelle force, putain ! Oui... OUI !!! JE LE SENS DONNER DES COUPS PLUS FORTS, OUI ! JE SENS LE COUP DE GRÂCE ! OUI ! JE TIENS PLUS ! OUI ! LES PREMIÈRES GOUTTES DE SON FLUIDE ARRIVENT EN MOI, ME REMPLISSANT ! ENFIN ! JE JOUIS ! OUIIII ! HAAAAAAAA !!! Hooooo ! Putain... oui... divin... Je crois que j'ai tiré quelques coups de feu durant mon orgasme. Mes muscles ont eu un véritable spam. Jericho, épuisé, lache mon cou et mon bras et s'allonge sur moi, expirant après cet effort olympique. J'imagine les autres agents ayant entendu mes cris et les coups de feu, imaginant le pied que je me suis tapé. Ils me connaissent bien en ce qui concerne mes besoins de chaire. Ce coup la méritait plus qu'un tir de pistolet. J'aurais dégommé le toit avec un bazooka pour cet ébat. Le meilleur coup de ma vie de libertine. Bravo Jericho.

Après avoir repris son souffle, il se sépare de moi, me laissant encore en extase au sol tandis qu'il se rhabille prestement. « Où tu va Jericho ? Tu ne veux pas continuer à profiter de moi ? »

- Je préfère éviter de rester prêt d'une folle dangereuse.
Quel flatteur. Il fait celui qui n'a pas aimé le piment que j'ai rajouté à notre ébat déjà divin, mais j'ai senti qu'il en avait adoré chaque goutte. Je me relève toujours envieuse de sa force.

- Allons, ne soit pas si aveugle Cross. Tu as aimé ce qu'on vient de faire. Moi aussi d'ailleurs. Je dirais même plus, j'ai adoré. Tu verras que toi aussi tu auras envie de te défouler.

- Tu ne sais pas ce qui m'arrive, Tala. Je pourrais faire quelque chose qui me condamnerait ou qui te tuerait si tu recommences quelque chose dans le genre.

- Tu as peur. Tu n'as pas à avoir peur de tes pulsions.

Je m'agrippe à lui, entourant son torse encore nu de mes bras, palpant son corps.

- Laisse les sortir Jericho. Tu es un hors la loi, tout comme moi. On est de la même race. Ne t'impose aucune limite.
- Enlève tes sales pattes !
En disant ça, il me frappe de son bras puissant et me jette à terre. Même après notre moment de passion il est toujours aussi puissant. Une fois à terre, j'essaye de me redresser de mes bras, mais je reste à terre, et je sens du sang coulée de ma lèvre. Jericho sort avec le reste de ses vêtements et retrouve ses appartements. Désolé Jericho, mais que tu le veux ou non, tu m'as dans la peau. J'ai sentit tes pulsions. Tu as envie de moi, autant que j'ai envie de toi et de ta puissance. Tu m'appartiens Jericho.

Je léche le sang qui coule sur ma lévre. C'est surement ce qui reste de l'extase, mais que ce breuvage est divin.
Voir le profil de l'utilisateur
Lorien
avatar
Admin
Messages : 121
Date d'inscription : 16/04/2009
Age : 31
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les nuits de Tala
Félicitations, j'aime beaucoup ! J'ai hâte de lire la suite Very Happy
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionandstories.forum-actif.net
Luneccia
Messages : 7
Date d'inscription : 04/11/2012
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les nuits de Tala
Nuit 3 - La chambre de l'agent triple 0

Tala, un nom indien signifiant « Le loup qui observe ». Une louve, c'est ce que je suis. Et j'ai trouvé mon mâle dominant. Jericho Cross. Durant ma vie, j'ai eu plusieurs ébats. La plupart assez décevante, au point que j'envisage l'autre bord. Mais Jericho m'a redonné goût aux males. Il est mon loup alpha. Mon coup de folie ne lui avait pas plu, et il m'a évité depuis. Il est parti seul en mission dans un autre village paumé dans le désert. Il s'en sortira sûrement. Mais quand il reviendra, il sera bon pour son moral d'avoir de quoi se détendre. Je n'ai pas envie que ma nouvelle carte dans mon jeu se fasse une dépression nerveuse. Donc, je vais l'attendre dans sa chambre.

La chambre de l'agent triple 0. Comme s’il n'était pas déjà l'agent le plus gâté du DarkWatch, il a aussi la meilleure piaule. Un grand espace, un lit confortable là ou les autres agents et régulateurs doivent se contenter de vulgaire guérites en pierre, sûrement pour éviter qu'on s'habitue au confort pour être dépayser sur le champ de bataille. Une psychologie basique digne de Cartwright pour justifier sa considération merdique de ses agents. Vivement qu'il dégage de son poste, le DarkWatch devrait appartenir à quelquun de plus ambitieuse et de plus apte à prendre des actions pour répandre notre puissance. J'espère pouvoir prendre le darkwatch, mais je ne peux accomplir cela seul. Il me faut quelqu'un de confiance et de puissant. Quelqu'un qui partagera mon point de vue, un hors la loi comme moi, et Jericho serait parfait pour ça.

Il ne devrait plus tarder à rentrer. Je m'assois sur son lit en attendant. Il est bien confortable. Je résiste à l'envie de me mettre nue sous ses draps, mais je préfère y aller en douceur, le tenter un peu au lieu de lui faire la surprise de la femme l'attendant au chaud dans son lit, comme si nous étions ensemble. Il préférera sans doute être au courant que nous sommes ensemble. Nous le sommes dans nos tripes, mais Jericho utilise un peu trop son esprit pour l'instant et est plus préoccupé par l'idée d'accomplir sa mission que de tirer un coup, mais je suis doué pour convaincre les hommes de changer de philosophie.

Il arrive. Je reste assise sur le bord de son lit, scrutant la porte. Elle s'ouvre. C'est bien Jericho. « Bonsoir Jericho» lui dit-je. Une surprise se laisse bien sûr lire sur son visage. Une irritation, mais une joie cachée dans son regard. « Qu'est-ce que tu fous ici ? » me demande t'il. Je souris en sentant qu'il n'a qu'une seule envie qu'il essaye de combattre derrière une moralité sôte, l'envie de me prendre. « Je suis venue soutenir mon partenaire qui sort tout juste d'une mission frustrante et qui a sûrement besoin de détente ». La lueur dans son orbite vide rougeoie de passion, mais il continue à se retenir. « Commence par sortir de ma chambre, je n'ai pas besoin d'avoir une balle dans la tête". Toujours rancunier, mais nous allons arranger cela. Je me lève doucement en lui faisant bien voir mes atouts, et je m'avance vers lui en disant « Allons Jericho, tu sais que tu as aimé cette nuit... tout comme moi. »

- Ce n'est pas le moment, dit-il, tenter de céder. J'ai des devoirs, et tu ne m'aides pas à rester concentré.

- Pourquoi t'emmerder avec ça ? C'est un truc qui pourrait te faire perdre la tête. Le devoir te fait plus de mal que de bien. Tu aimes être un hors la loi, une personne aussi puissante, être dans les ténèbres du pouvoir, et je veux que tu m'y accompagnes. Je veux défier la mort et les lois avec toi. Je veux que tu t'amuses.

- Tu m'as menacé avec un flingue Tala ! Dit-il résistant à chacun de mes pas en avant. Tu crois vraiment que je veux encore de toi ?

- Mais ça t'excitait, le fait que tu ne risquer rien, que tu pouvais me noyer dans ton sang que tu n'en mourrais pas. C'est pour ça que tu continues à bander et à me faire l'amour.

Je suis juste devant lui, je sens sa respiration tendu a l'idée de me retoucher tandis que je plonge mon regard dans son oeil et sa lueur rouge.

- Les règles te disent de ne pas me toucher, lui dis je, mais ton instinct te dit de me défoncer. Que veux-tu Jericho ? Suivre tes envies ou les lois qui t'empêchent de vivre comme tu le veux ? On est pas hors la loi pour rien. Tu as envie de me prendre ? Alors prend moi ! Je me donne à toi.

- Tala... pas de flingue cette fois.

Il cède enfin à la tentation et me prend par les hanches pour m'embrasser à pleine bouche. Quelle fougue, il avait vraiment envie de me sauter !

C'est le pied ! Le contact du tissu des couvertures sur mon dos nu et mon cul est déjà exquis, mais les baisers de jericho sur mon bas ventre approchant de mon entre jambes est juste divin. Mes bras nagent de plaisirs sur l'espace du lit, tandis que j'expire de plaisir. Mes lèvres et sa langue bercent mon nombril, mais je n'en peux plus, je veux qu'il arrête ces préliminaires et me défonce. « Je t'en prie, entre en moi » lui dis-je. « Si tu veux te faire pardonner, tu devras me laisser te faire ce que je veux » il me répondit. Le petit enfoiré... je l'adore. Je sens son souffle dans mon entre jambes. Il commence a me lécher... haaa... oui... Il en profite pour enfoncer sa langue à l'intérieur à certains léchages de mon vagin. Le plaisir traverse mon corps. Je sens la chaleur de la lueur de son orbite vide. Il aime me voir soumise à lui comme ça, en position de force, mais ça ne l'excite pas autant que moi. Sa langue est bonne, mais je veux quelque chose de plus solide en moi. Fait toi plaisir Jericho et transperce-moi, je t'en prie. Je me retiens de lui dire pour éviter de retarder encore le passage à l'acte pour me punir de lui exiger quelque chose.

Sa tête sort de mon entre jambes, il se redresse, enfin. Je le vois saisir sa queue pour la diriger dans mon entre jambes, mais il n'entre pas encore, il fait le tour des remparts de mon vagin pour me tenter. « Oui, vas-y, je t'en supplie » finis-je par laisser sortir de ma bouche. Il finit par accepter ma demande et fait rentrer sa queue en moi. Ho oui, c'est encore mieux que la première fois. Il s'allonge sur moi, se laissant caresser le torse par mes seins à chaque mouvement de son corps. Il m'embrasse longuement sans s'arrêter de donner des coups de queue. Je l'enlace et le sers fort contre moi pour qu'il m'emporte à chaque coup de reins. Haaaaa ! Ouiiii ! Jericho ! Il glisse ses mains fortes sous mon dos. Il me soulève tout en m'embrassant, pour nous mettre dans une autre position. Je m'accroche à ses épaules musclées. Il s'assoit sur le lit et pose ses mains sur mes fesses pour me soulever et me reposer frénétiquement sur sa bite. Je sens la lumière venant de son orbite vide, il me regarde grimaçant et expirant de plaisir, et ça l'excite encore plus de me voir combler, je le sens dans mon vagin. « Haaaa ! Oui ! Continue ! oui » lui dis je, complètement extasié. Il monte ses mains sur mes cotes et continue ainsi à me lever et me poser sur sa bite. Je le sens venir. Je commence aussi à venir, je remue mon bassin pour accentuer le plaisir. Je me laisse tomber vers l'arriéré mais je me tiens en posant mes mains sur ses jambes pour maintenir la position.

Oui ! Oui ! Ha ! Viens ! Ha ! Oui ! Viens ! Je viens ! Ha ! Ha ! HAAAAAAAAA ! Oui ! Je l'entends crier de plaisir tandis qu'il jouit en moi ! Je l'enlace après qu'il se soit vidé en moi ! « Ha ! qu'est que c'est bon » lui dis-je pour le féliciter. Et le plus beau dans tout ça, sa queue est toujours aussi dure en moi, prêt a en redemander.

Il est incroyable, tout simplement incroyable. Depuis combien de temps il me baise ? Combien de fois j'en ai joui ? Combien de fois a t'il jouit ? Je sens mon ventre rempli de toutes ses semences. Le temps s’est arrêté avec notre plaisir. Quand est-ce qu’on a fini par se mettre sous la couverture ? Je ne sais même plus, j'en perds le fil. Tout ce à quoi je pense, c'est à sa magnifique queue me transperçant encore et encore. Ces baisers sensuels en pleines actions sont la cerise sous le gâteau. Cette avalanche de plaisir corporelle dans les draps et contre son sors. Il a dû perfectionner l'art du missionnaire. Il n'y a pas une goutte de sueur alors que moi, mon corps pli avec toute cette extase. Il s'apprête à jouir à nouveau. Je ne sais pas si c'est son pouvoir d'hybride ou son talent naturel, mais putain, que ce mec est booon ! Je jouis pour la énième fois tandis qu'il relâche sa semence une nouvelle fois. J'ouvre les yeux pour me plonger à nouveau dans cet abysse de lumière sanglante. Je lui souris tandis qu'il expire fortement après son exploit olympique. « Tu es sûrement le meilleur amant que j'ai jamais eu » lui dis je. C'est vrai, personne ne m'a fait jouir comme lui, c'est un dieu. Et malgré nos jouissances de la soirée qui doivent se compter par dizaine, sa queue reste ferme entre mes cuisses. Je sens qu'il a encore assez de force, et c'est tellement bon que j'en redemande encore. « Refait moi l'amour » lui dit-je.
- Encore ? C'est la dixième fois que je te remplis. Je ne te satisfais pas assez ?

- Ho si ! Dés que tu m'as pénétrer tu m'as satisfaite, mais tu es tellement bon que j'en suis accro, j'en veux encore plus. Et tu es toujours aussi fort, tu n’épuises pas, je veux que tu me sautes jusqu'à épuisement !

- Ta beauté ne me rassasiera jamais.

Il m'embrasse après ce compliment et recommence à me baiser.

Quelle nuit ! J'ai perdu le compte mais il as fini par nous épuiser tous les deux. Il s'est endormi en se mettant derrière moi, respirant dans mes cheveux et la main sur un de mes seins. Ça lui a fait beaucoup de bien, il m'en sera très reconnaissant de tout ce que je lui ai offert pour tenir le coup. Jericho. Tu es le plus extraordinaire de mes amants. J'envie ta puissance. C'est pour cela que je t'amènerais à me mordre quand tu seras prêt à me faire ce cadeau, après t'avoir donné tout le plaisir que tu voudras. Tu me donneras ta force, mais je te laisserais la vie sauve quand je passerais a l'action en prenant le DarkWatch. Après tout, notre passion pourrait te faire voir la beauté des ténèbres et tu me rejoindras dans mes plans. Ne me déçois pas, comme tu le fais si bien jusque-là.
Voir le profil de l'utilisateur
Lorien
avatar
Admin
Messages : 121
Date d'inscription : 16/04/2009
Age : 31
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les nuits de Tala
Et bien, qu'elle fougue, ça laisse songeur Very Happy
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionandstories.forum-actif.net
Contenu sponsorisé
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les nuits de Tala
Les nuits de Tala
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Installer Mapsource qui me prends toutes mes nuits !!!!
» [DVDRiP]Les Nuits fauves
» « Version #16 ▬ Mille et une nuits
» ◄ nuits fauves
» 1001 Nuits Arabes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stories World :: Les histoires inventées :: Histoires fantastiques :: Histoires érotiques-