Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Voici un livre que je suis entrain d'écrire en ce moment et qui j'espère sera fini avant les vacances. Je vous préviens il se peut qu'il y ai des fautes d'ortographes car je n'écrit que d'une traite avant de me relire.

attention c'est un roman

LES GUERRIERS DES ÉLÉMENTS
Chapitre1 :
Notre histoire commence en Mars 2012, le matin du 21, un jeune garçon du nom de William se promène tranquillement dans la forêt proche de la ville de Chester, en tant qu’Américain il était un peu surpris de tout ce calme mais il avoua que ce n’était pas désagréable. Le vent caressait doucement ces cheveux noirs retenus par du gel. Même s’il ne faisait pas énormément chaud, William ressentait une grande chaleur fournie par son long manteau noir qui emmagasinait les rayons du soleil, ces derniers d’ailleurs l’éblouissaient un peu.
Le printemps faisait ressortir toute sa beauté dans la forêt, les fleurs s’ouvraient délicatement, répandant leurs parfums envoûtants, les arbres exécutaient des mouvements gracieux accompagnés par les hautes herbes qui ondulaient dans le vent.
Alors que William errait dans la forêt en admirant ce somptueux spectacle, il découvrit une grotte, ou plutôt une caverne car plusieurs gravures et symboles étranges étaient représentés sur les parois de l’entrée. Curieux de nature et surtout grand amateur de lieux obscur à explorer, William entra dans la caverne munie de sa fidèle lampe de poche que lui avait offerte son père avant de mourir au front en Irak. Il alluma la lampe réduisant un peu les ténèbres de la caverne et découvris de magnifiques dessins sur les murs : des fresques représentaient des peuples faisant la fête autour de diverses chose, ici des femmes d’une grande beauté dansaient en ronde autour d’un grand feu, là des hommes agiles exécutaient de grands sauts entre des montagnes, toute la caverne était emplie de ces gravures formant une multitude de touches de couleur. En s’enfonçant plus profondément dans le tunnel, William découvrit une immense salle ou reposait cinq coffres de couleurs, le premier, noire, procurait à William une sensation étrange, il se sentait attiré par ce coffre, comme si ce dernier le suppliait de l’ouvrir lui plutôt que les autres, pourtant même si les coffres de couleur rouge, bleu, vert, ou encore blanc lui faisait envie, William choisi d’ouvrir le noire, il s’approcha lentement du coffre et l’entrouvrit légèrement un peu soupçonneux, mais rien ne se produisit, en l’ouvrant plus grand il découvrit un superbe collier d’or avec une pierre d’un noire intense incrusté dedans. William le mit à son coup mais dés qu’il eu fermé le collier, ce dernier se mit à le brûler, il ressenti une vive et intense douleur quelques secondes, puis porta sa main au collier pour l’arracher mais celui-ci c’était, mystérieusement, ancrer dans sa chaire, formant un intriguant tatouage ou seul la pierre brillait d’un éclat étrange.
William, prit de peur, essaya de retrouver l’entré de la grotte mais dans la précipitation il fit tombé sa lampe qui se cassa et se retrouva alors dans l’obscurité la plus totale. Il poussa un crie espérant que l’écho l’aiderait à sortir de la grotte, mais rien ne se répercuta dans la caverne, jusqu’à ce qu’un bruit se fasse soudain entendre, c’était un bruit léger et sifflant, en provenance du plafond. Intrigué, William leva les yeux et discerna une ombre assez petite qui se déplaçai rapidement dans les airs, sûrement une chauve sourie qui effrayer par le cri se dirigeait vers la sortie. William reprit espoir et suivi le minuscule point noir tout en essayant de ne pas tomber dans l’obscurité.
Quand il sorti de la grotte, Il prit une grande inspiration pour se déstresser, il porta sa main sur son cou et senti de nouveau la pierre désormais incrustée, de peur que sa mère ne lui pose quelques questions sur se drôle d’objet qui ornait son cou, il le cacha sous le col de son long manteau noir. Il rentra chez lui pour manger avec sa mère qui lui avait préparé une succulente omelette, à un moment il prit peur que sa mère ne découvre son secret car elle lui avait demandé s’il se sentait bien car elle le trouvait un peu pale. William menti qu’il n’avait pas beaucoup dormi la nuit dernier et sorti de la cuisine pour aller se prendre une douche. Une fois seul dans la salle de bain, il se dévêtit et inspecta le collier dans le miroir, le fin cristal noir était entouré de plusieurs courbes dorées qui avait été quelques heures auparavant une superbe chaîne.
Après s’être lavé William se rendit à la bibliothèque de la ville pour essayer de trouver des informations sur l’étrange bijou qu’il avait découvert.
Arriver là-bas, il se rendit dans les étagères du tourisme et des légendes, mais pendant plus de un quart d’heure il ne découvrit rien à part les différents restaurants de la région et quelques spécialités. En contournant un rayonnage, William percuta malencontreusement une jeune fille qui portait une pile de livres.
-Au désolé, je ne vous avais pas vu, s’excusa t il, je vais vous aidé à ramasser.
-Merci, répondit la jeune fille, elle était d’une grande beauté avec une longue chevelure rousse, ses grands yeux verts étincelaient au dessus d’une bouche pulpeuse qui formait une jolie moue d’embarra. Elle portait un maillot rouge qui lui collait au corps avec beaucoup de charme, par dessous son mini short en jean laissait entrevoir une paire de longue jambe minces et élancés, dans sa chute, elle avait perdu une de ses sandales en cuire rouge, elle ne portait aucun maquillage mais un étrange collier pendait autour de son cou et rebondissait doucement sur sa poitrine.
-Est ce que vous pourriez m’indiquer un livre qui pourrait me fournir des informations sur mon collier, demanda t il un peu gêne par la vision de cette superbe créature.
-Bien sur, montre moi un peu ce collier, moi c’est Sophie, et toi ?
-William, mais tu peux m’appeler Will.
-Dis donc il est pas mal ce collier tu l’as eu ou ?
-Euh… je l’ai acheté en Amérique.
-T’es donc bien américain, j’avais trouvé un petit accent dans ta voie. Bon, je pense que tu trouvera quelques chose dans le « Lost destini », tiens j’en ai un exemplaire dans ma pile, prend le, je l’ai fini.
-Merci, dis moi tu serais pas dans la rue de la cité.
-Si ! Tu serais donc le jeune qui vient d’emménager, tu vas faire parti du Chris Church Collège alors.
-Je rentre demain.
-Bon alors je te laisse, je dois aller retrouver quelqu’un. À demain alors.
-Oui à demain.
Will s’installa à une table et commença à feuilleter le livre. Il découvrit y que son collier serait un artefact, un de ces objets magique puissant souvent atteint d’une malédiction. Le sien apparemment daterait d’une époque encore inconnue nommé Age d’or.
Will fut un peu interloqué par ces quelques révélations à cause de la fameuse malédiction mais apprécia l’idée des pouvoirs magiques. Il essaya de canaliser ses forces, se détendit et inventa même plusieurs incantations délirantes mais rien ne se produisit. Quand il sortit de la bibliothèque, la nuit avait commencé à envelopper la ville, quelques lampadaires s’allumaient peu à peu alors que les rues se vidaient de la foule. Will humait l’air frais tout en écoutant les bruits de la nuit, il marchait paisiblement quand il entendit tout à coup une vive dispute dans une ruelle assez sombre. Il vit alors Sophie en train de se débattre avec un garçon qui avait apparemment abusé de la bouteille :
-Lâche moi tu me fais mal ! Hurlait Sophie
-Arrête de gueuler ou je te casse la figure ! Grondait l’autre en poussant Sophie dans un tas de cartons placé contre le mur, sous le choc, Sophie s’évanouie.
-Hé toi, laisse là tranquille ! Cria Will en se ruant vers le garçon
Son adversaire fut d’abord surpris mais dégaina rapidement un canif qu’il pointa vers Will, Will esquiva de peu l’arme mais ressenti une vive douleur qui s’estompât assez vite, bizarrement son assaillant avait perdu son arme, Will profita de sa position et de la surprise de son adversaire pour se placer derrière lui pour exécuter la prise « Hermann souplex », la tête du garçon percuta le sol avec violence se qui aurait put le tuer mais heureusement pour lui, Will relâcha sa prise se qui fit rouler le pauvre bougre et le laissa évanouie sur le pavé. Will se releva péniblement et s’approcha de Sophie qui commençait à se réveiller :
-Tu vas bien ? Lui demanda Will un peu essoufflé.
-Oui merci. Oh Will c’est toi, qu’est ce que tu fais par ici ?
-Moi je me balade, et toi ?
-J’étais venu chercher un élève du lycée qui n’arrivait pas à quitter un bar, mais j’ai perdue le contrôle de la situation.
-Heureusement que j’étais là. Déclara Will en aidant Sophie à se relever
Ils sortirent de la rue après qu’une ambulance est emmenée le garçon encore sonné par la prise, puis marchèrent un peu dans la rue quand Will ressenti une vive douleur au niveau du ventre comme si le canif avait touché à nouveau sa cible, il vérifia son ventre mais ne vit aucune blessure, pas même une égratignure pourtant la douleur empirait se qui obligea Will à se courber, Sophie l’aida à marcher en le prenant par l’épaule et le conduisit jusqu‘à chez lui. En arrivant, la mère de Will couru vers eux un peu inquiète :
-Tu à encore jouer au héros n’est ce pas ! Déclara t elle en voyant Will un peu pale accompagné de Sophie
-Tu sais bien ce que je suis ! Lui répondit-il
-Tu ne changeras jamais, un jour tu vas finir par te tuer, aller va te coucher maintenant !
-A demain Sophie, je sortirais vers 7heure30.
-Ok à demain.
Will rentra à l’intérieur et se dirigea vers sa chambre ou il s’affala sur son lit soulagé. Sa mère vint lui apporté un sandwich et le laissa dormir pour qu’il récupère. Au cour de la nuit, Will rêva de plusieurs choses concernant des colliers, des éléments et un peu bizarrement Sophie.
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Chapitre 2 :
Le lendemain matin, alors que Will se réveillait d’un rêve assez tourmentant, que les rayons du soleil nimbaient sa chambre de lumière, que son radioréveil entonnait une vieille musique qui faisait « je veux te voir dans un film… », Will reçu un grand choc car sous ses yeux encore un peu endormit, il vit disparaître sa main, ou plutôt sa main avait quelque peu prit l’apparence d’une « ombre », elle était encore un peu visible mais Will vit tout de même à travers, ce qui le surpris un peu. Will cligna des yeux, encore fatigué et éberlué par ce phénomène qui dura une vingtaine de secondes, puis sa main repris sa forme normale. Will, interloqué, vérifia que toutes les parties de son corps étaient toujours présentes en se prenant une douche puis s’habillât et descendit prendre en vitesse son petit déjeuner. Sa mère lui avait laissé un jus d’orange et quelques gâteaux sur la table de la cuisine accompagnée d’un mot disant qu’elle partait pour son nouveau travail. Will sourie en découvrant le mot car c’était grâce à lui que sa mère avait trouvé du travail, même s’il avait fallu déménager de loin et abandonner ses propres amis et devoirs.
Peu après, Will pris son sac à dos et les clés de la maison puis sortie dans la rue, Sophie l’attendait de l’autre coté assise contre un arbre.
-Salut Will ! Lançât elle en courant au coté de lui. Pas trop fatigués d’hier soir, je te trouve un peu pâles !
-Oh c’est rien t’inquiète pas, lui répondit il, j’ai juste un peu mal dormi. Au fait dis-moi, qu’est ce que vous faites exactement dans votre lycée ?
Sophie s’arrêta le temps de comprendre ce que venais de dire Will et répondit :
-Ben comme dans tous les lycées, tu faisais quoi dans le tien ?
-Je ne suis jamais allé à l’école.
-Houlà ! Tu sais lire, compter et écrire au moins ?rigola Sophie un peu surprise
- Je ne suis pas non plus un ignorant, seulement moi, la salle de classe, c’était les rues de New York donc je ne connais pas grands choses aux règles d’un lycée.
- Ok c’est compris, tout d’abord dans un lycée chacun porte un uniforme identique, se trimbale avec un sac lourd comme pas permis et quitte le lycée tard le soir.
-Quoi, mais c’est l’enfer ce truc ! Et tu arrives à supporter tout ça ? Mais attend un peu ! Et ma tenu ça va pas être réglo! Et puis…Tu peux me dire ce que tu fais en minishort et débardeur ?
Sophie se mit à rire aux éclats sous le nez de Will, ce dernier lui reprocha de s’être moquer de lui avec autant de subtilité mais lui pardonna quand elle lui fit visiter les bâtiments du lycée. Après avoir repéré une grande partie des lieux, Sophie conduisit Will dans le bureau de la directrice pour qu’il reçoive les dernières indications concernant sa classe.
En entrant dans le bureau, Will sentit une petite boule dans sa gorge qui monta et redescendit, serais-ce la peur. Lui qui ne l’avait jamais ressentit, même face à une arme braquée sur lui. Une femme aux cheveux bruns se tenait derrière son bureau, face à la fenêtre, le regard vers le ciel. Elle avait environ la quarantaine et affichait un visage serein emplit d’une grande sagesse.
-Vous pouvez disposer mademoiselle Fercicale ! Déclara-t-elle.
-Bien madame la directrice, à plus tard Will ! Lança Sophie en sortant.
-Eh bien jeune homme, je vois que vous avez déjà rencontré la jeune Fercicale, vous avez l’air de bien vous entendre. Je pense que vous arriverez à vous en sortir dans notre lycée avec cette petite comme amie.
Will, qui était encore en train de penser aux événements de son réveil, n’avait pas entièrement écouté se que disait la directrice et fut un peu surpris en entendant les mots « petite amie ». Il décida donc de finir d’écouter les commentaires de la directrice.
-…Vous serez dans la classe de 2nd 3. Elle est un peu spéciale, ne vous inquiétez pas, vous comprendrez vous même. Vous pouvez rejoindre votre classe et vos nouveaux camarades. Ah, une dernière requête en sortant : pourriez-vous m’amener la jeune Niwa. C’est une petite japonaise qui vient d’arriver au lycée et ne possède pas encore toutes les infos sur nos bâtiments.
-Bien madame, je vous l’amène tout de suite ! Déclara Will en sortant du bureau.
Il partit à la recherche de la fameuse japonaise en traversant chaque couloir ; Il la trouva enfin avec deux garçons qui était en train de lui reprocher la couleur de ses cheveux, un peu normal vu qu’ils étaient bleus clairs. Will alla donc terminer la discussion pour pouvoir emmener la japonaise.
-Votre attitude est irresponsable ! Cria le premier garçon. Vous devriez avoir honte de venir ainsi au lycée !
-Mais c’est la couleur naturelle de mes cheveux, je n’y peux rien gémissait la pauvre fille.
-Vous rigolez ou quoi ? Des cheveux bleus naturels! Hurla le 2ème gars. Vous allez m’enlever cette teinture plus vite que ça !
-Dis donc vous deux, vous allez la laisser tranquille !s’interposa William.
-Te mêle pas de ça toi ! Tu ne vaux pas mieux !
-Dis donc, tu changes de ton ou je te mets la figure dans le mur ! Gronda William en le prenant par le col.
-Eh, tu sais à qui tu parles au moins ? Bégaya-t-il.
-A un gars qui est en train de m’énerver à un point où j’ai envie de tout casser. Alors que je venais juste chercher cette jeune fille de ma classe pour allez voir la directrice.
-Et t’es en quelle classe pour te permettre d’aider la directrice ?
-Je suis en 2ème 3. Pourquoi, y a un problème ?
A ces mots, les deux garçons commencèrent à pâlir et se regardait comme deux merlans frits, puis tous deux se mirent à faire des excuses en implorant à genoux. Will, un peu gêné par ce changement de situation, leur demanda de déguerpir avant qu’il ne change d’avis. Il s’adressa ensuite à la jeune fille qui était un peu plus souriante, elle portait un chemisier bleu orné d’un cerisier chinois et une jupe d’un jaune assez criard :
-Ca va ?
-Oui, merci.
-Moi, c’est William mais tu peux m’appeler Will.
-Moi, c’est Naminé.
-Aller vient, tu dois voir la directrice.
Il mena Naminé jusqu’au bureau et l’attendit dans le couloir. Après qu’elle l’ait rejoint, ils se rendirent tous deux à la salle de la 2ème 3.
En entrant, Will vit Sophie en train de discuter avec un autre élève à une table, et la rejoignit avec Naminé.
-Tiens, voilà Will. Greg, je te présente William Evilington et toi, tu dois être la jeune Naminé Niwa. Je vous présente Greg Stone, déclara-t-elle en désignant le jeune garçon avec qui elle parlait.
-Bonjour ! Dit ce dernier, il avait des cheveux noirs bouclés méchés en dreadlocks, ses yeux étaient noisette et sa peau métissée lui donnait un côté hawaïen. Il portait d’ailleurs une chemise à fleurs des îles et un short vert kaki.
-Salut ! Répondirent les deux nouveaux.
Dans la classe, plusieurs élèves s’occupaient à leurs manières : à côtes de la fenêtre, trois gars discutaient et rigolaient, à une autre table, deux filles regardaient un magazine, au fond de la salle, trois élèves jouaient en ligne sur un ordinateur alors qu’un quatrième travaillait sur Word, une jeune brune dessinait à côtes du tableau et un grand blond fumait une cigarette à la fenêtre.
Pour Will, ce type de classe lui plaisait beaucoup, mais il manquait quelque chose d’important et qui, bizarrement, ne se trouvait pas dans la classe : un PROFESSEUR.
-Euh… Sophie, il est où le prof ? Demanda Will inquiet
-T’inquiète pas, il va arriver. C’est Mr Cleed, le prof de philo, c’est aussi le prof principal, et on peut dire qu’il est comme cette classe : spécial, quoi !
En effet quelques minutes après, un mec blond, cool et fringué de façon à faire craquer toutes les filles qui le croisent, entra dans la salle et s’installa derrière le bureau. Si jamais vous aviez lu le manga « GTO » vous auriez sûrement reconnu un mec ressemblant à Onizuka. Il nota quelque chose au tableau pendant que les élèves s’installaient à leur place. Quand il eut fini, il expliqua le sujet :
-Aujourd’hui, annonça-t-il, nous allons apprendre ce que ressentent les soldats sur un champ de bataille. Vu que nous ne sommes pas en guerre et qu’il serait dommage de perdre un élève, je vous emmène donc sur un terrain de paint-ball pour recréer les conditions.
A la fin de son discours, les élèves hurlèrent leur joie d’avoir un tel prof et descendirent dans la cour.
La classe se divisa en deux groupes de 12 et commencèrent les hostilités. Will accompagné de Sophie, Greg, Naminé et du fumeur blond surnommé Tony (diminutif de son prénom Anthony), qui serait un cousin de Sophie, repoussaient les attaques de trois élèves ennemies. Quand Greg fut touché, le dénommé Tony se positionna derrière le corps comme pour un bouclier et bombarda de balles les joueurs qui avaient tiré sur Greg. A la fin du match, William et Tony étaient les seuls survivants. Le prof de philo donna une note à chaque élève sur la façon dont il avait réagit sur le terrain, puis la classe se dirigea vers la cantine. Will avait pris un plat de frites avec une omelette et une pomme en dessert. Il se dirigea vers la table où étaient assis Sophie, Tony, Greg et Naminé. En mangeant, William apprit que Greg avait fait partit des Black Panthères à Miami et avait défendus les droits des afro-américains comme lui. Tony, lui, raconta qu’il était le survivant italien d’un horrible crash d’avion ayant eut lieu quelques années auparavant. On l’avait trouvé à quelques mètres de la carcasse en feu, inconscient. Il fut porté à l’hôpital où il resta dans le coma durant deux ans et avait du reprendre sa vie comme si rien ne s’était produit. Will en conclut que Tony devait avoir dix-huit ans, il aurait dut donc ne jamais être dans sa classe. Pour la peine, Will alla chercher l’eau à la place de Tony. En revenant de la fontaine, un garçon lui donna un coup de poing violent dans le ventre. Sous le choc, Will se courba puis tout à coup, la douleur disparue. Il n’avait plus mal et sentait une grande force lui monter au cerveau. Sous cet effet d’adrénaline, Will réagit vite et donna un puissant croché vers son assaillant qui le reçut violemment. Le garçon qui l’avait attaqué n’était autre que celui qui avait fait les frais du Hermann souplex la nuit dernière. Il tenait de nouveau son canif dans sa main, mais celui-ci était à présent avec du sang sur la lame et quelques filaments bizarres l’entouraient mais disparurent rapidement.
Alors que le garçon se relevait péniblement, Will commença à se sentir bizarre puis s’évanouis. Le groupe de Sophie, alerté par les bruits, accourut vers le lieu. Greg, voyant le garçon avec le canif et Will évanouie, ceintura l’agresseur et le conduisit vers le bureau de la directrice. Pendant ce temps, Sophie et Tony transportèrent Will jusqu’à l’infirmerie, tandis que Naminé nettoyait les lieux de l’incident. Après l’avoir déposé sur le lit, Sophie défit le manteau de Will puis remonta son marcel noir jusqu’au cou, une plaie était sur son ventre mais semblait avoir déjà cicatrisée. Tony la désinfecta pour y placer un bandage.
En lui remettant son marcel, Tony observa un court instants un tatouage situé sur toute la longueur du dos de Will : une épée avec une tête de mort possédant une aile de dragon d’un côté et de l’autre, une aile d’ange.
Tony chercha pendant quelques secondes où il avait vu ce tatouage mais ne s’en souvenait plus.
Pourtant c’est quand Will, après s’être réveillé, remis son long manteau noir que la mémoire lui revint.
-Will, tu es un rouge gorge, n’est ce pas ? demanda Tony.
-Comment tu le sais ? répondit William surpris par la question.
-J’ai reconnu leurs manières de combattre tout à l’heure, et puis tu portes le même blouson et le même tatouage qu’eux !
-C’est vrai, tu as raison, je fais partit de ce gang de bikers américains. Je suis d’ailleurs l’un des cinq chefs de ce gang, avoua Will.
-Mais alors pourquoi tu es à Chester ? demanda Tony interloqué.
-C’est à cause de plusieurs choses, mais c’est surtout pour ma mère...Et à cause du collier que je porte, je pense que je ne pourrais pas encore partir de ce pays sans en savoir plus.
-Hein ? Firent Sophie et Tony en même temps.
Will raconta alors sa mésaventure étrange de la grotte arrivée la veille.
-Vous devez me prendre pour un fou, n’est ce pas ?
-Pas du tout ! Je pense mal qu’un chef de gang puisse s’évanouir alors qu’il n’a reçut qu’une simple égratignure au ventre. Donc je te crois, d’ailleurs je suis sur que si j’essayait de retirer ton collier, j’échouerai.
-Et toi Sophie ?
-Pareil que Tony, ton collier est bizarre et je pense savoir qui pourrait connaître des choses à nous apprendre sur l’histoire de ce collier !
-Pourquoi « nous » ? demanda Will
-Parce qu’on est un groupe unis et qu’on se partage les problèmes entre nous, c’est la règle principal de notre classe.
-Bon d’accord, c’est qui ta source ?
-C’est le prof de philo, il doit en savoir beaucoup sur ce genre de créatures et de légendes perdues.
-Je lui demanderai demain s’il peut faire un cours en rapport avec ce collier. Proposa Tony. Bon, ce n’est pas tout, mais faut retourner en cours. Je te rappelle Sophie que tu dois jouer du Shakespeare devant la classe.
-Je sais et ça va chauffer, je peux te l’assurer !répondit Sophie en ouvrant la porte.
Le groupe se dirigea vers la grande salle où quelques personnes jouaient déjà des rôles sur scène, alors que le reste de la classe observait dans de confortables canapés placés devant la scène. Will et Tony rejoignirent Naminé et Greg pendant que Sophie allait se changer rapidement en coulisses. Pendant que les acteurs jouaient la pièce de « Marc Antoine et Cléopâtre », Naminé en profita pour glisser quelques mots à Tony et Will sur le sort du jeune garçon qui avait attaqué ce dernier :
-Ce mec est vraiment cinglé. Quand on l’a interrogé, il a affirmé que c’était bien son canif, mais qu’il l’avait perdu hier soir et que, par un pur hasard, il est réapparut dans sa main quand il a frapper Will. Et encore, ce n’est pas tout, il a affirmé que sa main était passée à travers Will en le frappant. Je ne sais pas si ce gars est drogué, mais il devrait se soigner.
-Ce gars n’est peut-être pas aussi fou que tu le penses ! Affirma Will
-En tout cas, il s’est fait exclure une bonne semaine. Ca va lui mettre les idées en place !
A la fin de la pièce, Greg conduisit le groupe dans les loges. Ils frappèrent deux coups à la porte de celle de Sophie puis entrèrent. Ils la trouvèrent dans sa tenue de scène : une magnifique robe égyptienne mettant en valeur toute la beauté de Cléopâtre assortie à une perruque de tresse ornée d’un diadème.
-Dis donc, elle s’est surpassée Lily ! Déclara Tony en la voyant
-Qui ça ? demanda Naminé.
-La jeune fille brune qui dessinait tout à l’heure dans la classe, elle était une de nos snippers pendant la philo. Lui répondit Sophie.
-Ah oui, je me souviens maintenant. C’est vrai qu’elle était assez agile et rapide pour tirer avec un fusil.
-Tu parle !rigola Greg. Elle est super forte en sport et je te parle pas des œuvres d’art qu’elle réalise.
-Sophie, tu peux me passer du feu SVP ? demanda tout à coups Tony en sortant une cigarette sa poche de jean.
-Tu devrais arrêter de fumer, ce serait dommage de te bousiller pour ces cochonneries !le réprimanda Naminé.
-T’inquiète pas pour lui, ce sont des cigarettencens. Leurs fumées est bonne pour le corps, en plus quand Tony fume, ça veut dire qu’il a une idée. Déclara Sophie en tendant son collier vers la cigarette de Tony.
Elle appuya sur un bouton et une flamme sortit d’un des trous du pendentif. Tony ferma les yeux, prit une bouffé et essouffla doucement la fumée :
-J’ai quelque chose à vous proposer .dit-il enfin. C’est peut-être risqué et je comprendrais que vous refusiez. Will nous a avoué à moi et Sophie qu’il avait découvert des objets magiques dangereux, le collier qu’il porte serait l’un d’eux.
-Je suis un peu sceptique là vieux, coupa Greg, tu veux me faire croire que Will est un sorcier.
-Je n’ai jamais dis cela Greg, mais ces objets pourraient causer de grands dégâts dans la ville si quelqu'un de mauvais se les appropriaient.
-Je comprends, mais pourquoi nous en parler ? Demanda Naminé.
-Parce que nous allons également prendre un de ces objets ainsi Will n’aura pas le poids de cette protection seul. Alors qui me veut suivre ?
-J’accepte, répondit Sophie la première, Will m’a déjà sauvé je lui dois bien ça.
-Moi aussi je viens, ajouta Naminé, je fais confiance à Will.
-Bon et toi Greg ?
-Bien sur que je viens, je n’ai pas envie de manquer un tel moment d’action.
-Très bien, nous irons donc chercher ses objets ce soir après les cours. Lança Tony après une autre bouffée.
-Merci à tous pour votre générosité, mais vous ne devriez pas faire ça. Déclara soudain Will.
-On n’est amis Will et on n’abandonne pas ses amis. Lui répondit Sophie avec douceur. On ne le fait pas que pour toi ou pour nous, mais pour les autres.
C’est ainsi que commença la grande amitié du groupe des cinq ados et qui allait désormais se mesurer à bon nombre de problèmes, aventures et périls à surmonter.
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Chapitre 3 :
Il faisait sombre dans la caverne de cristal, Will et les autres restaient groupés, cherchant les fameux coffres de couleurs avec 3 torches électriques, quand Will retrouva celle de son père, il vérifia que celle ci fonctionnait encore et pointa son faisceau à la recherche des coffres. Naminé glissa tout à coup sur une flaque d’eau et retomba en arrière, dans sa chute elle attrapa une corde accroché au mur et tira dessus pour se retenir ; on entendit alors un grondement s’élevé dans la caverne, les quelques chauve-souris qui dormaient paisiblement, bougeaient désormais en tout sens effrayées par le bruit, des morceaux de pierres qui tombaient du plafond provoquaient des nuages de poussières. Les 5 amis se regroupèrent contre le mur, les garçons enveloppant les filles de leurs corps pour les protéger des pierres qui tombaient. Puis un bruit de chaînes vint remplacer le grondement, une énorme masse noire retenue par une corde descendit lentement du plafond et s’arrêta à quelques mètres du sol. Le groupe se releva en époussetant la poussière qui s’était déposée sur leurs vêtements puis braquèrent les torches vers la masse noire, ils découvrirent soulagés que ce ne fût qu’un immense lustre qui était descendu quand Naminé avait tiré sur la corde. Il était constitué de plusieurs sculpture de bronze qui retenaient dans leurs mains des chandelles colorées, Sophie grimpa sur les épaules de Tony et alluma une à une les chandelles avec son briquet. La salle de la caverne s’illumina peu à peu et montrait désormais toute la splendeurs des cristaux incrustées dans les parois, les 5 amis réalisèrent alors que les cristaux formaient 5 gigantesques créatures : Les rouges et jaunes formaient un magnifique dragon, les verts et roses montraient un elfe de grande beauté, les blancs réalisaient les trait d’un ange entrain de s’envoler, les bleus dessinaient une sirène entrain de se coiffer, et enfin les noires représentaient une créature rassemblant un morceau de chacune des autres formant, en quelques sorte un monstre ressemblant à un espèce de démon. Mais le plus impressionnant était que le sol de la caverne regroupait une multitude de pierreries dorées qui quand les lycéens montèrent au niveau des coffres, qui curieusement étaient éclairés par un rayons qui sortait sûrement d’une fissure du mur, leurs dévoilèrent une épée superbement réalisée.
Après avoir contemplé ce spectacle, Will conduisit ses amis vers les coffres et leur expliqua :
-La dernière fois que je suis venu, j’ai entendu une voix dans ma tête qui me disait d’ouvrir le coffre noir.
-Moi, j’entends juste un petit crépitement ! Déclara Sophie.
-Attends ! Il a quelque chose, ça ressemble au vent qui souffle ! Lança Tony
-Bizarre, j’entends seulement le bruit d’un cours d’eau ! Contredit Naminé. Tu entends quelque chose, Greg ?
-J’entends un grondement, comme des pierres qui descendent de la montagne.
Les quatre amis n’entendant pas la même chose et surtout aucune voix, Will se retourna un peu bête devant le problème. Mais soudain Greg hurla :
-Euréka ! Les bruits que nous entendons, ils se rapportent sûrement aux fresques de la caverne. Donc pour moi se serait l’elfe vert.
-Bien vu Greg ! Ca doit sûrement être ça. Lança Tony en claquant des doigts.
Chacun observa la fresque qui devait se rapporter aux bruits entendus, puis ils s’approchèrent chacun vers le coffre de couleur respectif. Les coffres ne résistèrent pas aux mains des quatre ados et chacun d’eux révéla un magnifique collier exactement similaire à celui de Will, à part la pierre précieuse qui possédait la couleur du coffre respectif. Will prévint de nouveau ses amis que dès qu’ils auront mis leur collier, ceci les brûlerait quelques instants avant de pénétrer dans leur peau pour que la malédiction puisse s’accomplir. Sophie le gronda, puis lui rappela qu’ils avaient choisis d’aller jusqu’au bout quoi qu’il en coûte. Ils placèrent chacun leur collier autour de leur cou et firent la grimace quelques instants. Naminé essayait de retenir des larmes, Tony respirait de façon zen et Greg serrait les poings, seule Sophie n’avait pas l’air de souffrir de la brûlure. Quand les colliers furent enfin encrés et que chacun se fut remis d’aplomb, ils sortir de la caverne et rentrèrent chacun de leur coté en se mettant d’accord que si jamais un événement bizarre se produisait, il fallait prévenir les autres sur leurs portables.

Le lendemain matin, quand Sophie se réveilla, elle porta sa main au collier pour le toucher et sentit la pierre rouge dans le creux de son cou. La veille, quand elle l’avait mis, elle avait bien ressentit une intense chaleur, mais celle-ci ne l’avait pas brûlé. Au contraire, elle s’était sentit très sereine au contacte de la chaleur. Un peu intriguée par ce phénomène, elle décida d’en parler aux autres ce matin. Elle se prépara en vitesse, fourra son bikini dans son sac, car le mardi, comme chaque semaine, le prof de sport défiait le prof de philo à la natation et à chaque fois c’était Cleed qui l’emportait. Ce petit jeu permettait à la 2ème 3 d’avoir un moment tranquille à la piscine où l’on pouvait discuter, nager et plonger de haut pour impressionner.
Sophie retrouva William devant chez lui et discutèrent un peu des colliers jusqu’à ce qu’ils retrouvent le reste du groupe. Tony fumait à côté d’une poubelle alors que Greg et Naminé buvaient un jus de fruits à côté de la boutique du lycée quand les deux arrivants les rejoignirent. Will s’approcha de la boutique et fut surpris de voir dedans lui la directrice en tenue de boutiquière :
-Bonjour M. Evilington. Déclara-t-elle sereinement.
-Mme la directrice ? Que faites-vous ici ? la questionna-t-il.
-Oui, je sais, ça surprend un peu au début. En fait j’aide la boutiquière de temps en temps. Cela me permet de partager quelques discutions avec les élèves ou les professeurs en dehors de mon bureau. Expliqua-t-elle.
-C’est pas mal comme méthode, pourriez-vous me passer un jus d’orange s’il vous plait ? demanda Will.
-Bien sûr. Tiens, je n’avais pas remarqué que vous possédiez le même collier tous les cinq, c’est une nouvelle mode ?
-Oui, mais je ne pense pas qu’elle durera. Soupira Will en se disant qu’il ne pourrait peut-être jamais le retirer.
Après avoir salué la directrice, le groupe se rendit dans leur salle et quelques minutes après, la prof d’arts arriva. Elle était mince et portait une jupe noire avec un chemisier écru. Will eu l’impression de voir la jeune Lily, qui était assise deux tables sur sa gauche, en version adulte. Elle portait des lunettes qui lui conférait un air mystérieux et assez sexy. Elle s’adressa à la classe d’une voix suave :
-Bonjour à tous. Je vous rappelle d’abord qu’à la fin de l’année, un groupe d’élève devra réaliser une animation pour la grande fête du lycée. Je vous demande donc de réfléchir à quelques idées pour que cette soirée soit amusante. Je compte sur toi Tony pour que tu nous imagines du grandiose.
-J’y réfléchis Madame Elizabeth, ne vous inquiétez pas. Répondit Tony.
-,Très bien. Maintenant vous pouvez désormais vaquer à vos chefs d’œuvres, allez-y !
Pendant qu’une partie de la classe s’installait dans la zone de poterie, l’autre se regroupa près d’une plaque pour réaliser une mosaïque. Alors que Naminé, Sophie et Will plaçaient la colle sur le carrelage, que Greg aidait Lili à réaliser le pourtour d’un vase, Tony, lui, pensait dans un coin pour sortir une de ses fameuses cigarettes. Il l’alluma et s’installa à la fenêtre, ce n’était pas que la fumée dérangeait la classe, mais juste que quand Tony imaginait quelque chose il fallait qu’il se concentre sur autre chose, comme par exemple le paysage qui resplendissait dehors.
Il huma l’air et prit une bouffée qu’il essouffla doucement par les narines. L’odeur de l’encens déstressait un peu le jeune garçon, mais plusieurs choses lui trottaient dans sa tête : tout d’abord il avait cette histoire de fête qui serait facile à régler car il avait l’idée de créer un groupe de rock avec ses amis, mais il devait encore les prévenir. Ensuite, il y avait Delphina, la mystérieuse jeune femme qui lui avait sauvé la vie le soir du crash et qui l’avait ensuite recueillit après la fin de son coma. Ce jour là, quand il s’était réveillé, Tony l’avait vu en train de dormir contre son lit tenant sa main en la caressant, il se senti un peu mal à l’aise en découvrant la jeune femme et eu l’impression que sa vie ne dépendait que d’elle désormais. Delphina lui avait acheté un vieux local derrière le lycée et qui, après avoir été remis à neuf, fus un véritable havre pour Tony et sa protectrice. Puis Delphina était parti pour Venise pour s’occuper de l’ancienne maison de Tony, le laissant seul à Chester où il commença à écrire des livres pour se faire un peu d’argent, ce qui valut à Tony la sortie de plusieurs de ses ouvrages en librairie. Pourtant il y a quelques jours, Tony reçue une lettre étrange de Delphina disant :
« Mon cher Tony je me suis occupé de ta maison et j’ai demandé à ton oncle de m’engager comme serveuse dans son restaurant. Cependant je dois t’avouer quelques choses : je me sens un peu seul sans toi, mais cela doit rester ainsi car désormais tu n’as plus besoins de moi, ma dette est payée. Je souhaite désormais ne plus te revoir car si tu savais la vérité tu ne me le pardonnerais jamais. Profite bien de ta jeunesse
Delphina ».
Cette lettre avait laissé Tony un peu triste puis perplexe devant les mots de la jeune femme. Il avait donc décidé de partir pour Venise dès que possible mais pour le moment il ne pouvait abandonner ses amis avec qui il avait scellé son destin.
La sonnerie se fit entendre dans la classe et Tony éteignit sa cigarette pour rejoindre le groupe. La classe rejoignit les vestiaires de la piscine d’où chacune des filles ressortaient avec un maillot de bain à faire saigner du nez n’importe quel garçon, heureusement une grande partie de ceux de la classe était de gros machos qui avaient déjà vu pire. Le prof de sport arriva alors dans l’allée des tremplins, il était bronzé avec des pectoraux et des biceps digne de Rambo, un maillot de bain noir et un bonnet blanc, un vrai maître nageur « Alerte à Malibu », mais avec un hic énorme qui rompt le charme de se séducteur, une grosse verrue situé sur son front.
Il exécuta quelques étirements jusqu’à se que Cleed arrive, celui-ci ne portait qu’un simple maillot de bain tigré kaki. Les deux enseignants se placèrent sur les tremplins et au top de Greg, se jetèrent à l’eau avec force. Le prof de sport fonçait à perdre haleine grâce à un dos crollé alors que Cleed entamait sa distance sous l’eau, à mit parcours on pensa que le prof de sport allait enfin gagné car il exécuta une nage papillon d’une grande beauté mais Cleed réussi alors à faire pencher la balance en se propulsant sous l’eau puis ressortir tel un dauphin au niveau de l’adversaire, son plongeon désarçonna le prof de sport et donna l’avantage à Cleed qui remporta la course avec une bonne longueur d’avance. Cleed ayant de nouveau remporté son pari, la classe profita de la piscine : Naminé au bout du bassin avec Cleed se préparait à donner le signal à Sophie qui souhaitait faire une course avec la jeune Lily. Les deux filles se tenait prête pour le coup d’envoie avec une grande détermination, très peu de fille avait battue Lily en sport et Sophie souhaitait bien être la première. Au coup de sifflet, les deux filles se jetèrent a l’eau, elles se démenèrent à égalité quand tout à coup on aperçut Sophie entrain de ralentir puis sombrer tel une pierre. Naminé et Cleed plongèrent alors pour lui porter secours mais au grand étonnement de tous, ce fut Naminé qui la remonta la première, Will l’aida à la hisser hors de l’eau et la plaça sur le carrelage du sol. Sophie était froide et on n’entendait plus qu’un fin souffle dans sa respiration. Cleed remonta hors de la piscine et se plaça à côtés de Sophie encore inconsciente, il appliqua ses mains sur le ventre de la jeune fille et appuya fortement par secousses, mais Sophie ne se réveillait toujours pas. Will à ses côtés commençait vraiment à avoir peur, il avait déjà vu mourir des gens et en avait tué quelques uns mais jamais il n’avait vu mourir devant ses yeux quelqu’un qu’il aimait. Une étrange sensation l’envahit alors, la même que quand il s’était pris le couteau dans le ventre, il s’approcha vivement de la tête de Sophie par instinct et lui fit du bouche à bouche. Il sentait son corps chaud se refroidir tout à coup, comme si la mort avait décidé de sortir de Sophie pour se réfugier en Will. Il retira sa bouche lentement en reprenant sa respiration, la tête proche de Sophie, il ouvrit les yeux et la vit reprendre connaissance peu à peu. Will se redressa soulagé même si son cœur ressentait encore une partie de l’étrange froid. Cleed félicitait Will pour sa prouesse de réanimation quand tout à coup il se tue, il avait arrêté ses éloges et regardait bizarrement Will puis il se tourna avec le même regard vers Sophie, il en fut de plus en plus abasourdit et regarda alors les autres élèves de la classe qui s’étaient regroupés autour de Sophie pour la réconfortée. Cleed se mit alors à sourire et quelques larmes roulèrent alors sur ses joues, c’était assez émouvant car aucun élève jusqu’à ce jour n’avait vu le prof en train de pleurer pour de vrai. Il s’approcha de Will et lui demanda de le retrouver à la fin de la matinée dans son bureau avec le reste du groupe « d’élus ». Will fut un peu surpris par ces paroles mais il finit par comprendre que le prof avait vu son collier et celui des autres. Il prévint donc le reste du groupe et se retrouvèrent dans le bureau du prof après les cours.
Les 5 amis s’étaient assis comme ils le pouvaient dans la pièce en s’appuyant contre les meubles ou autre, alors que Cleed fumait une des cigarettes de Tony le sourire aux lèvres et fini par s’expliquer :
-« Mes chers enfants, ce ton solennel était rare dans les paroles de Cleed, savez vous quels merveilles vous possédez autour du cou ?
- Ben, pour le moment tout ce qu’on sait, c’est que ce sont des artefacts. Répondit Greg un peu gêné.
- C’est exact, renchérit Cleed, des artefacts, mais d’une puissance immense. Ils ont disparue il y a bien longtemps et devaient annoncer de grands changements sur Terre quand ils réapparaîtraient, par contre il est aussi dit que notre monde risque un grand danger.
- Quel genre de danger ? demanda Will
- Aucune idée, le seul indice que je possède sur cette menace est quelle « viendra des Cieux ».
- C’est bien beau tout ça, déclara Naminé, mais pourquoi nous et à quoi ils servent ces colliers. »
Le prof se calla dans son fauteuil, ferma les yeux et commença son histoire :
-« Tout remonte à une époque nommé « âge d’or », le monde était alors divisés en 4 continents : le Grael au nord qui appartenait à un peuple d’agriculteur, le second au sud appartenait au peuple chasseur et s’appelait le Fafnir. A l’ouest, les terres marécageuses de Naelyans étaient occupées par des peuples pêcheurs. Enfin à l’est, les peuples de moines habitant le Sairys. Ces peuples possédaient tous des problèmes écologiques sur leurs continents comme des tornades, séismes, tsunami ou encore feu de forêts. Puis un jour, après la chute d’une pluie d’étoiles filantes, une pierre fut découverte par un jeune homme des terres de Grael, il n’avait jamais vu ce genre de pierre : elle était noire avec quelques reflet colorés. Intrigué par ça découverte il présenta la pierre devant le shaman du village. Celui-ci examina la pierre longuement mais ne sut de quelle provenance elle était. Devant ce mystère, le shaman emmena le jeune homme et sa pierre devant le grand conseil de Jussé, une île perdue au milieu des 4 continents où un représentant de chacun des peuples venait présenter des problèmes. Quand la pierre fut présentée devant les 3 autres shamans ceux-ci restèrent également perplexes, le shaman de Sairys invoqua donc des forces occultes des Limbes, le monde des démons. Le djinn qui se présenta devant lui révéla à l’assistance que la mystérieuse pierre était en fait une météorite qui au moment de son entrée dans l’atmosphère avait absorbé une partie de chacun des 4 éléments terrestre : l’eau, le feu, l’air et la terre. Après avoir remercié le djinn de son savoir, le shaman le congédia et s’entretint avec les autres. Ils décidèrent de se servir de la pierre pour maintenir l’ordre sur les continents, ainsi les peuples prospérèrent de nombreuses années jusqu’à la mort des shamans. Parmi les remplaçants des shamans se trouvaient le jeune homme qui avait trouvé la météorite, connaissant le secret de la pierre il s’en empara pour obtenir le pouvoir suprême. Il cassa la pierre en morceaux qu’il tailla pour les incruster dans des colliers, mais heureusement le shaman de Sairys découvrit les plans du traître et le tua avant qu’il ne prenne possession des colliers. Il décida de les détruire mais la puissance des colliers étant trop forte, il ne put y arriver et failli mourir. Les 2 autres shamans unirent leurs forces pour sauver le shaman de Sairys et réussirent à lui redonner vie. Après les explications du shaman de Sairys, le shaman de Fafnir décida de forger un 5ème collier qui permettrait de détruire les autres. Ils utilisèrent les fragments restant de la météorite et formèrent le cinquième collier, mais au moment où les shamans utilisèrent le pouvoir du collier sur les autres une puissante explosion se produisit où tout les éléments se mêlèrent. Un immense gouffre noir se réalisa ne laissant aucune trace de l’île de Jussé, seul les 5 colliers tenaient mystérieusement en suspension dans l’air au centre du gouffre. Devant la perte de leurs shamans, les peuples des 4 continents furent pris d’une grande tristesse et rebouchèrent de leurs mieux le gouffre. Quand le travail fut achevé un jeune homme nommé Kaz Kami découvrit les colliers et les cacha dans une grotte connue de lui seul. A la fin de sa vie, il confia à son fils son secret et l’implora de continuer de garder les colliers cachés, mais le jeune fut tenté par l’ampleur du pouvoir des colliers et voulut se rendre immortel. Malheureusement quand il invoqua la puissance des colliers il se rendit bien immortel mais une malédiction le pénétra et il devint un garoven.
-Un quoi ?coupa Will
-Une personne maudite par l’esprit d’un animal, par exemple le loup-garou est un garoven formé à partir d’un jeune homme pervers qui se transforme en loup les soirs de pleine lune où il est avec une jeune fille. Mais bon je m’éloigne du sujet principal, où en étais-je ? Ah oui le jeune Kami devint donc un garoven et créa 5 créatures par erreur. L’une d’elle, qui ressemblait à un démon lui déclara « Nous sommes les gardiens de la puissance, pour détruire ces colliers et retrouver ta vraie forme, tu devras nous tuer ! ». A la fin de ces mots l’obscurité entoura les créatures et les fit disparaître. Quand l’obscurité s’en alla, le jeune Kami s’était métamorphosé en un oiseau chétif. Il plaça les colliers en lieux sur et lança un sort sur la grotte pour que seul des êtres aux cœurs pur viennent un jour prendre les colliers pour détruire les créatures.
Voila c’est tout ce que je sais les enfants, vous allez devoir vivre une quête dangereuse et vous n’en sortirez peut être pas entier, mais je ne peux m’empêcher d’être jaloux car vous allez découvrir des merveilles qu’aucun homme n’a vu depuis des décennies.
-En résumé, commença Tony qui s’était allumé une cigarette, nous allons devoir trouver et tuer ces créatures pour nous débarrasser de ces colliers.
-Exactement, pour cela vous devrez utiliser les pouvoirs de vos colliers, d’après d’anciens textes ils vous confèrent des transformations incroyables.
-Je crois que j’en ai subis une, avoua Will. Quand j’ai sauvé Sophie dans la rue, puis quand je me suis battu de nouveau dans la cantine j’ai ressenti une grande force montée en moi. La première fois j’ai fait disparaître le couteau de mon assaillant puis l’ai fait réapparaître durant ma seconde rencontre. De plus en faisant du bouche à bouche à Sophie (à ces mots il la regarda et se mit à rougir un peu) j’ai ressenti une force ressemblant à un grand froid sortir de Sophie et se loger dans mon cœur pendant quelques minutes.
-Ton collier est noir, n’est ce pas, tu as du « hériter » du collier des ténèbres. C’est le cinquième collier, il contrôle les forces obscures. De ton côté Sophie, je pense que tu possède le collier du feu. Son pouvoir est immense, il permet de résister à des chaleurs insupportables et d’après la légende de se transformer en salamandre.
- En quoi, ce n’est pas un lézard ce truc ? demanda Sophie
-T’inquiète pas il y a également une autre forme plus belle, tu voix la « torche » des 4 fantastiques, ben tu devrais y ressembler. La rassura Cleed
-Cool le truc !
-Dites, je me trompe peut être, mais j’ai cru voir Naminé nager plus vite que Cleed. Intervint Greg
-C’est vrai, avoua Cleed, elle m’a battu, mais en trichant.
-Hein ? Lança Naminé
-Elle s’est servi du pouvoir de l’eau pour nager plus vite.
-C’est bien joli tout ça, déclara Sophie, mais pourquoi je me suis évanouie dans l’eau, j’ai ressentie une sorte de décharge électrique en plongeant.
-C’est l’un des « problèmes »des artefacts, ils vous confèrent le pouvoir mais vous oblige certaines choses. Sophie par exemple, tu ne devras plus avoir aucun contact avec l’eau, sous peine de mourir électrocutée.
-Et pour boire ? S’inquiéta Sophie
-Tu n’en as plus besoins, c’est un des avantages.
-Ouf ce serait dommage de me ranimer chaque fois que je bois un verre.
-Mais comment allons nous contrôler nos pouvoirs, on ne sais pas comment il se manifeste ? demanda Greg
-D’après ce que Will vient de nous révéler c’est quand vous subissez un grand stress que les colliers s’activent mais je crois me souvenir que des lieux nommés Temples Ancestraux des Destins ont été érigé dans le monde pour permettre aux « élus » de pouvoirs contrôler leurs effets. Répondit Cleed
-Et comment on va les trouver ces lieux, ils doivent être en ruines après tout ce temps, en plus on ne peut quitter le lycée en plein milieu d’année.
-On a le temps, je ferais de nouvelles recherches pour trouver les temples, pendant que vous, vous continuerez votre année de cours tranquillement mais je vous conseil vivement d’essayer de ne pas vous mettre en colère.
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Chapitre 4 :

Les mois passèrent sans qu’aucun incident ne survienne, les 5 amis avaient passé leurs temps à essayer leurs pouvoirs après les cours : le soir tombait peu à peu sur le repère de Tony. Will tenait dans sa main un galet que Greg essayait de transformer par la force de son esprit, la pierre resta immobiles quelques instants puis tout à coup elle changea de forme et devins un cube. Greg se concentra de plus en plus et la pierre devint alors du cristal, aussi pur qu’un diamant. Greg se félicita de cette prouesse et demanda à se reposer quelques instants. Les 2 garçons pénétrèrent dans le studio de Tony et s’affalèrent sur le canapé, Will prit la commande et mit les infos à la Télé. Pendant ce mois de Mai il avait répété longuement avec Sophie pour pouvoir être à la hauteur du groupe de rock que le clan d’amis avait formé. Tony leurs avait proposé de former ce groupe pour la fête de fin d’année et ils avaient tous acceptés, Tony avait donc commencé à jouer de la batterie, alors que Sophie ressortait la vieille guitare électrique que son père lui avait offert, Naminé, elle s’était mise à transposer une multitude d’accords sur son synthétiseur et Greg l’accompagnait à la guitare basse. Will avait décidé de créer quelques musiques et s’était attribuer le rôle de chanteur, mais après quelques répétitions il fallut faire travailler sa voix pour que Sophie puisse chanter durant quelques chansons. Naminé entra dans le studio, prit un coca dans le frigo et s’installa avec les garçons :
-Dites les gars, vous voulez venir avec moi à la foire demain, demanda t elle.
-Pourquoi pas, après tout on a rien à faire demain, répondit Will.
-Moi aussi je viens, renchéri Greg, il y a Lili qui m’a invité à prendre une glace au magasin de la foire, je vous en paierais une en même temps.
Le lendemain, les 3 amis se retrouvèrent à la foire et passèrent leurs après midi à flâner dans les allées ou faire de l’auto tamponneuse. Vers 16 heures, ils se rendirent au comptoir du magasin de glaces. Lili se tenait derrière avec une tenue de serveuse rose et bleu ; elle salua le groupe mais elle semblait un peu bizarre. Elle servit une glace vanille à Naminé et des chocolats pour les garçons, les amis allèrent commencer leurs glaces quand Will remarqua qu’un problème était affiché sur le ticket de caisse que leur avait donné Lili. Will et Greg allèrent demander une vérification auprès d’elle puis retournèrent à la table mais ils changèrent leurs places. Lili revint avec un nouveau ticket alors que les 3 amis quittèrent leurs tables ayant fini leurs glaces, elle tendit le ticket à Greg en le regardant tendrement. Greg prit le ticket en la remerciant mais tout à coup il vit Will prendre Naminé par la taille et lui déposer un baiser fougueux sur la bouche, Greg était un peu surpris par le geste de Will mais apparemment Naminé l’était encore plus car elle repoussait Will fortement et le gifla avant de s’enfuir dans la foule de passants. Will porta sa main à la joue rouge, les yeux pleins d’étonnement comme s’il venait de se réveiller d’un rêve et articula :
-Qu’est ce qui vient de se passer ?
-C’est pas vrai, mais c’est pas vrai, cria Lili tout à coup, je n’y arriverais donc jamais, pleurait elle.
-Qu’est ce que tu racontes ? C’est toi qui es responsable de ça ? demanda Greg
-Oui c’est moi, avoua t elle je voulais que tu mange la glace au chocolat mais tu as mangé celle de Will et du coup j’ai tout foiré.
-Mais pourquoi ?
-Parce que je…je…, bégayai t elle, je t’aime.
Greg fut un peu surpris par cette réponse, il eu du mal à l’assimiler mais fini enfin par demander :
-Tu voulais que je t’embrasse ?
-Oui.
-Alors pourquoi pas maintenant ? Lança Greg en prenant Lili par la taille, il la regarda dans les yeux quelques instants et déposa ses lèvres sur celle de la jeune fille, Lili caressa tendrement la joue de Greg alors qu’il lui plaça sa main dans ses longs cheveux bruns. Ils s’embrassèrent durant 5 minutes jusqu’à ce que Will ne les sépare, il souhaitait retourner au studio de Tony pour voir si Naminé ne s’y serait pas réfugié, du moins pour éviter un problème genre inondation inexpliquée.
En revenant au studio, les 3 compères découvrirent Tony accoudé contre le mur à côtes de la porte, une cigarette aux lèvres et les yeux fermés :
-Dites, qu’est ce qui c’est passé avec Nam ? demanda t il aux garçons. Cela fait ¼ d’heure qu’elle s’est enfermée avec Sophie dans la salle de bain.
-C’est un peu délicat, lâcha Will.
-Tu parle, en arrivant ici elle m’a fait un de ces regards, j’ai bien cru qu’il y aurait de l’orage dans les secondes suivantes. Après quelques secondes de silence, Tony continua :
-Hé bien entrez je vais essayer de faire sortir les filles.
Il s’approcha de la porte de la salle de bain, les autres dans son dos pour écouter la conversation :
-Les filles vous allez bien ? demanda t il à travers la porte.
-Non laisse nous ! cria Sophie de l’autre côte avec une nuance de tristesse.
-Si c’est à cause de Greg ou de Will, vous aurez vos excuses, jura Tony. S’il vous plait sortez.
-Désolé Tony mais je ne peux pas, répondit Naminé en larmes.
-Ben dit donc c’est plus grave que je ne le pensais, souffla Tony.
-Attend Tony, je vais les faire sortir moi, lâcha Will.
-D’accord mais pas de bêtises.
-Juré, écarte-toi de la porte et vous les amoureux, mettez-vous derrière le canapé au cas où…
-Au cas où quoi ? demanda Lili interloquée.
-Je préfère ne pas y penser, lui répondit Greg, mais il a raison, allons nous mettre à l’écart.
Quand le groupe se fut enfin placé derrière le canapé, Will appuya sa main contre la porte à côté de la serrure et se concentra. Il fit le vide dans sa tête pour n’y voir plus que le néant puis il se remémora peu à peu des évènements durs comme la foi où il avait tué pour la première fois, cette sensation de terreur et de colère s’engouffra dans tout son être puis se regroupa dans sa main, son collier noir brilla d’une lueur bleuâtre, une espèce de fumée noire s’échappait de sa main. Cette dernière devint alors noire et s’engouffra dans la porte tel un fantôme. Elle fit tourner le loquet de la serrure et ressortit en redevenant de nouveau normale. Lili était impressionnée et morte de peur à la fois, ce que venait de faire Will était tout bonnement incroyable et impossible, elle le voyait désormais poser sa main sur la poignée et ouvrir la porte. Mais dès que celle-ci fut entrouverte de 10 centimètres, elle aperçut Tony se jeter sur Will pour le pousser à terre, pourtant Tony se trouvait encore à côté d’elle il y a une seconde, et à quelques mètres de Will, comment avait-il pu se rendre aussi vite auprès de lui sans quelle s’en aperçoive ? Mais Lili n’eut pas le temps de se poser la question car au moment où Will et Tony se retrouvèrent à terre, la porte de la salle de bains explosa en morceaux ardents qui volèrent à travers la pièce. Greg se jeta à temps sur Lili pour lui éviter qu’un morceau ne l’atteigne en pleine face, dans sa chute, il était retombé sur elle et avait malencontreusement posé ses mains sur la poitrine de Lili, ce qui gêna les deux amoureux. Alors que des morceaux de la porte en feu volaient encore en éclat, un grand cri se fit entendre et tout à coup les flammes rétrécirent et s’éteignirent peu à peu. Lili, encore un peu sonnée, se redressa péniblement et regarda d’où provenait le bruit. Elle distingua alors Sophie allongée dans l’encadrement de la porte de la salle de bains, des flammes dans les cheveux. Ni une ni deux, Lili attrapa un pichet d’eau pour les plantes posé sur la table et se précipita auprès de Sophie. Elle se prépara à déverser le contenu sur la tête de Sophie quand elle entendit tout à coup un cri, un « non, pas ça » de désespoir aussi déchirant que rapide, mais Lily était lancé et rien ne pourrait arrêter son geste désormais, l’eau sortit à toute allure pour atteindre Sophie en pleine figure. Un geste qui l’aurait à coup sur tué pour de bon si Tony n’avait pas utilisé de nouveau la rapidité des sylphes de l’air pour se mettre en face de l’eau qui fonçait sur Sophie. Tony se prit tout le pichet d’eau en pleine figure, l’eau était glacée mais il était soulagé qu’aucune goutte n’ait atteint Sophie. Tony entraperçut une Lili surprise et apeurée quand il apparut ainsi, il secoua sa tête en avant puis se retourna vers Sophie et s’abaissa auprès d’elle. Quelques flammèches brûlaient encore dans ses cheveux roux, Tony entrouvrit la bouche de Sophie et souffla légèrement dessus, aussitôt les flammes sur ses cheveux s’agrandirent et après quelques souffles, sa chevelure n’était plus que flamme. Sophie ouvrit enfin les yeux et se mit à respirer calmement, elle se redressât lentement alors que ses cheveux redevenaient peu à peu normaux.
Lily aurait bien voulu crier mais elle n’y arrivait pas, tout c’était passé si vite qu’elle n’avait pas eu le temps et désormais elle se sentait sereine, comme d’un cauchemar que l’on s’évade pour rejoindre de meilleurs songes. Elle fut tout à coup ramenée à la réalité :
-Sophie, évite de te mettre en colère quand tu es dans mon studio, tu as failli tout incendier, et toi Nam, évite d’arroser Sophie avec ta vibraqua, tu as failli la tuer ! Cria Tony
-Oh ça va, si je ne l’avais pas fais, ton studio aurait fini en cendres, et nous avec, lui répondit Naminé.
-C’est vrai mais évite à l’avenir ! Ronchonna Tony
-Arrêtez de vous chamailler tous les deux, on a plus important pour le moment. Déclara Will en se tournant vers Lili.
-S’il vous plait, ne me faites pas de mal, gémissait t elle en se recroquevillant contre le canapé un peu brûlé. Je ne dirai rien, moi aussi je suis comme vous.
-Quoi, qu’est ce que tu racontes ? demanda Greg en s’approchant d’elle doucement pour la réconforter comme à un enfant qui vient de faire une bêtise dont il a honte.
-C’est un peu long à expliquer mais écoutez-moi, répondit-elle en se blottissant dans les bras de son Greg.

Lily s’était assise sur le canapé, qui portait désormais quelques traces de brûlure, Greg à côté d’elle lui tenait la main tendrement. Tony préparait du café grâce à sa machine à expresso alors que Naminé, Will et Sophie s’essayèrent contre la table de billard/baby-foot, et apparemment ils ne s’étaient pas encore réconciliés. Tony donna la tasse fumante à Lili puis alla s’asseoir derrière le bar pour se griller une cigarette. Lili prit une gorgée de café et commença son histoire :
-Pour commencer, je dois vous dévoiler mes origines car c’est en partie à cause de ça que je ne suis pas une vraie « humaine ». Peut être que certains d’entre vous ont remarqué que madame Elisabeth me ressemblait un peu physiquement, et bien ils ont raison car elle est ma mère, mais ce n’est pas tout car son mari et mon père ne sont autres que Cleed.
Rien que ces quelques révélations avaient suscités beaucoup de surprise dans la pièce, aucun élève n’avait, jusqu’à ce jour, sût qui était le mari de la prof d’art et apprendre qu’en fait c’était Cleed était plutôt étonnant. En particulier, parce que Cleed était un éternel dragueur (il avait d’ailleurs tenté sa chance à midi avec l’infirmière de l’école), on le voyait mal marié depuis plus d’une quinzaine d’années. Mais la suite du récit de Lili s’avoua encore plus incroyable :
-J’ai gardé ce secret depuis l’âge de 10 ans, je venais de perdre mon chien et mon père l’avait enterré dans le jardin, j’avais déposé une rose rouge sur la terre retournée et pleuré longuement près de la tombe. Le lendemain, quand je revins pour déposer de nouvelles fleurs, je sursautai avec un cri de surprise, laissant tomber mon bouquet : sur la tombe, un rosier aux somptueuses fleurs rouges se dressait désormais.
Mes parents arrivèrent pour découvrir le miracle alors que j’humais la délicieuse odeur des roses. Ma mère, après avoir admiré le rosier, s’est jeté dans mes bras en pleurant tendrement puis nous sommes rentrés à la maison. Une fois dans le salon, elle me révéla qu’elle était une princesse elfe et qu’apparemment j’avais hérité de quelques pouvoirs de son sang. Cette annonce m’avait rendu si joyeuse que je dansais dans tous les sens en chantant que j’étais une elfe, mais je me calma quand ma mère me révéla que je n’étais qu’une demie elfe vu que mon père était humain. Elle me raconta qu’elle avait rencontré mon père une nuit dans la forêt où elle vivait avec son peuple, elle l’observait en train de sortir la patte d’un blaireau d’un piège à ours et devant cet acte elle en tombât amoureuse. Elle ramena le blaireau au village et le soigna en repensant au geste de mon père. Quand le blaireau fut remis de sa blessure, ma mère l’emmena se promener dans les bois où ils jouèrent ensemble, jusqu’à ce que ma mère découvre mon père en train de dormir contre un arbre. Elle s’était approchée de lui pour l’observer car elle n’avait jamais vu un humain de si près. Un peu folle, elle s’approchât de mon père et faillit l’embrasser mais le blaireau la retint par sa robe en grognant ce qui réveilla mon père, il admira ma mère quelques instants avant qu’elle ne s’enfuit dans les bois. Il voulut la suivre mais il ne put la rattraper, mais il découvrit un fin diadème orné de feuilles de chêne qu’il ramassa sous un buisson et le prit en souvenir de la mystérieuse femme qu’il avait vue. Ma mère, ayant perdu son diadème royal de princesse décida de retourner voir où était le jeune homme pour tenter de le récupérer. Arrivée à l’arbre, elle découvrit un message lui disant de revenir ici le soir de pleine lune. Ma mère fut contrainte d’accepter et revint le soir venu, elle trouva mon père accoudé à l’arbre, le diadème à la main. Elle se décida à s’approcher et le salua, mon père fit de même puis proposa un marché à ma mère : il rendait le diadème à condition que ma mère lui accorde une nuit avec lui.
Ma mère accepta et se vendit corps et âme cette nuit-là, la même où je fus conçu. Le lendemain, mon père tenu parole et rendit le diadème. Ma mère retourna donc dans son village mais quand elle découvrit quelques mois plus tard qu’elle était enceinte de mon père, elle préféra quitter le village tel un banni que de me voir tué à la naissance. Elle retrouva mon père et se marièrent, obligé par ma naissance.
J’ai donc décidé de cacher mes origines toutes ces années mais en m’entraînant tout de même à la vie des elfes comme par exemple la préparation de certains filtres comme celui qu’a prit Will par erreur. J’espère que vous me pardonnerez mon geste, je souhaitais juste que Greg me déclare sa flamme et je n’avais pas vu qu’il m’aimait réellement.
-Ca va, on te pardonne pour cette fois, lui annonça Naminé, on sait que ce n’est pas faciles tous les jours quand on est différent des autres.
-Tu peux compter sur nous pour ton secret, renchérit Sophie.
-Merci, je garderai le votre comme si c’était le mien, les remercia Lili de nouveau joyeuse.

Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Chapitre 5 :

La semaine suivante, Sophie parlait de nouveau à Will, bien entendu elle était toujours un peu en colère après lui mais c’était déjà ça. Heureusement sa façon de pensée changea après l’heure de chimie. Le prof, Mr Key (surnommé Monkey par les élèves à cause de ses oreilles rondes et ses grands yeux rappelant ceux d’un singe), avait organisé un exercice travaux pratiques de chimie à haut risque. La classe était donc divisé en plusieurs groupes de 2 et chacun (du moment que la salle n’explose pas) pouvait discuter ou autre activité.
Pour Will et Sophie, ils étaient en train de préparer une combustion en discutant du concert de fin d’année qui approchait :
-Tu sais ce que tu vas porter ce soir là ? demanda Will
-Sûrement un truc léger comme mon t-shirt orange fluo avec des étoiles roses.
-C’est vrai qu’il va faire chaud dans la salle.
-Au fait, Tony a surpris Cleed en pleine conversation téléphonique l’autre jour.
-Je pari sur la nouvelle fille qu’il essai de draguer, tout de même, quand on sait que ce mec est marié !
- Détrompe-toi, notre cher prof essai de nous dégoter un agent.
-Tu rigoles ! Il croit vraiment qu’on pourrait avoir une chance en concert.
-Bah, laissons le rêver un peu, tu peux me passer la laine de verre ?
- Bien sûr, sers-toi. Dit il en tendant la bobine, apparemment c’est bien parti pour Greg et Lili, je les ai vus au ciné hier, c’était romantique tout plein.
-J’espère avoir la même chance que Lili ! répondit Sophie en soufflant.
Malheureusement pour Will, Sophie avait sans le vouloir, déclencher son pouvoir et son souffle devint si chaud que la pelote se mit à prendre feu, résultat Will se brûla les doigts vivement en criant de douleur.
Monkey après avoir éteint la pelote en feu, voulut donner une heure de colle à Will pour avoir non seulement ruiné une pelote de laine de verre neuve, mais également car il avait faillit faire brûler la salle de classe. Heureusement Sophie se sachant coupable de la faute, improvisa une excuse et rabattit l’heure de colle sur elle, maîtrisant la chimie mieux que Will, elle fini rapidement sa punition et sortie du lycée alors que tout le monde l’avait quitté une demi heure plus tôt. En arrivant à l’entrer du portail, elle aperçut Will assis sur un pilier du parking et se dirigea vers lui.
-T’était pas obliger de faire cette heure de colle. Lui déclara t il
-Arrête, c’était ma faute ! Je m’en serais voulut à mort si tu avais pris.
- Pareille si je ne te remercie pas. Allez viens, je t’invite au Mac do.
-Super je meurs de faim.
Ils allèrent au super marché et s’installèrent en terrasse pour déjeuner.
-Ca change de la cantine. Rigola Sophie en prenant quelques frites.
-Tu parles ! lui répondit Will en mordant dans un Bigmac dégoulinant de ketchup.
-Fais gaffe, t’en fous partout ! Attend prend mon miroir. Dit elle en voyant Will qui essayait de s’essuyer.
-Merci ! répondit il en prenant l’objet, il se regarda dedans quelques instants puis tout à coup il tomba à la renverse en poussant un cri. Sophie un peu surprise se pencha près de lui.
-Qu’est ce qu’il y a ? On dirait que tu as vu un fantôme. Lui demanda Sophie
-Presque, j’ai vu un visage. Répondit Will
-Normal c’est un miroir. Se moqua Sophie
-Le visage d’une vieille femme c’est normal ?
Ils se regardèrent un peu apeuré par cette dernière parole. Sophie ramassa doucement le miroir et regarda dedans, elle y vit son reflet quelques instants puis soudain les traits d’un autre visage se dessina, celui d’une vieille femme mais le plus impressionnant fut quand celui-ci s’adressa à Sophie avec clarté :
-Sophie enfin te voila, cela fait une heure que j’essai de te joindre.
-Grand-mère, je t’ai dis 100 fois de m’appeler sur mon portable ! Gronda Sophie au reflet
-Je sais, mais je n’y comprends rien à ce fichue téléphone, au fait c’est qui l’autre voyous avec de la sauce autour du bec ?
-C’est juste un copain, bon qu’est ce qui se passe ?
-Il faut que tu rentres au manoir, j’ai trouvé des infos sur ce que tu m’as montré.
-Ok, j’arrive, pense à déverrouiller la porte de derrière.
-Bien sur ma chérie, à tout de suite.
Sophie rangea son miroir dans son sac, aida Will toujours surpris et se rendirent au manoir des Fercicales. En chemin, Sophie expliqua à Will que sa grand-mère était une personne possédant le don de télépathie, et qu’elle se servait de celui-ci durant des séances de voyance ou encore pour la contacter grâce à son miroir. Arrivé à destination Will fut surpris par la demeure, en effet le manoir Fercicale était une imposante bâtisse de deux étages, et qui me diriez vous, semblerait à l’abandon en voyant le toit sans quelques tuiles, certaines fenêtres murées par des planches, un portail rouillé et une allée remplie de mauvaises herbes. Seule la cheminée fumante prouvait une existence de vie dans ces ruines où corbeaux et autres animaux logeaient. Will se demanda si Sophie ne lui jouait pas une blague quant elle l’emmena derrière la bâtisse pour ouvrir une porte noire massif, pourtant quand il pénétra à l’intérieur il découvrit une cuisine design, tout dernier cri, et plus il explorait la maison, plus il découvrait des pièces richement meublées. Sophie et Will montèrent le long escalier et traversèrent le couloir pour atteindre une pièce peu éclairée. Elle était tapissé de voiles colorés de symboles bizarres, une armoire avec des bocaux de poudres et autre mixtures encadraient une large table ronde avec l’aide d’une immense bibliothèque remplit de livres aussi poussiéreux les un que les autres. Assis dans un coin, une vieille femme avec un châle tenait entre ses mains une grosse boule de cristal, elle avait l’air de dormir. Sophie prit un couffin et s’asseye en face de la femme qui n’avait pas bougé d’un poil, Will s’approcha lentement de Sophie et se plaça derrière elle. La femme se mit soudain à parler dans un langage incompréhensible et la boule s’illumina puissamment. Après quelques secondes la lumière se mit à faiblir et la femme ouvrit les yeux, fixant le vide au dessus de la boule, Will l’imita et vit alors une ombre planée au dessus de leurs têtes, un grand cercle de plusieurs rectangles tournait lentement avec en son centre une feuille de chêne. L’apparition s’évanouie alors peu à peu laissant place à une pièce sombre comme avant, seul la femme parla :
-Le gardien du Temple vert se réveille et attend que son maître le rejoigne ! Déclara t elle d’une voie grave.

Sophie se leva, tira sur une corde près du mur et la lumière nimba peu à peu la pièce. Will cligna des yeux, ébloui par le reflet de la boule de cristal et se leva interloqué :
-Dis moi Sophie, tu as compris ce qui viens de se passer, parce que moi je suis à la ramasse !
-Moi non plus je ne comprends pas, c’est la première fois que mamie me fait une scène pareille. Normalement quand un client se présente, elle utilise son don de télépathie pour lui dire ce qu’il veut entendre, mais le coup des apparitions c’est nouveau.
-Tu parles, ça semblait si réel que j’ai failli hurler. Avoua Will
-Ce que vous avez vu était réel, lança tout à coup la vieille femme qui se réveillait peu à peu de sa transe. Je viens de réaliser une séance de spiritisme pour essayer d’être encore plus convaincante durant mon travail. Seulement quand j’ai imploré les esprits de me rejoindre dans la pièce, une secousse a ébranlé la salle, faisant éteindre tout mes cierges. De peur, j’ai envoyé mon esprit dans le miroir de Sophie grâce à la télépathie, c’est alors qu’une force surnaturelle prit place dans ma tête. Elle a fini par réussir de prendre possession de mon corps quelques instants jusqu’à ce que vous arriviez dans la pièce, là j’ai put profiter de votre intrusion pour repousser cette force. J’ai fini par la vaincre et elle s’est logée dans ma boule de cristal, par télépathie elle m’a déclaré avoir trouvé ce qu’elle cherchait et de vous laisser un message.
-Que le gardien d’un temple vert attend son maître, répéta Will devenu sombre à cause des paroles de cette femme
-Oui, confirma t elle, ainsi que le symbole qui a plané au dessus de nous.
-C’était un cercle de carrés avec une feuille de chêne au milieu, précisa Sophie, mais cela ne me dit rien du tout, et toi Will ?
-Aucune idée, on devrait peut être allé trouver Tony et les autres pour les prévenir ?
-Tu as raison, retournons au studio. A plus tard grand-mère.
-Ne rentre pas trop tard ma chérie !
Sophie et Will montèrent dans un taxi et arrivèrent devant le studio un quart d’heure plus tard. Quand ils entrèrent dedans, ils trouvèrent Greg en train de broyer des feuilles de peuplier dans un bol, Naminé faisant bouillir de l’eau dans une casserole et Tony qui prenait le pouls de Lily allongé sur le canapé.
-Ciel ! Lâcha Sophie. Qu’est ce qui lui est arrivée ?
-Aucune idée, lança Greg en donnant les feuilles à Naminé qui les plaça dans l’eau fumante, elle s’est évanouie alors qu’on s’embrassait dans le parc.
-Tu embrasses donc si mal ! Rigola Will
-Arrête Will, gronda Tony, elle était blême quand il nous l’a amené, heureusement elle va mieux désormais.
A ces mots, Lily se réveilla et essaya de s’asseoir plus confortablement sur le canapé. Naminé lui tendit une tasse de tisane qu’elle avait préparée et se plaça à cotes d’elle. Après quelques gorgées, Lily raconta qu’elle avait ressentit une vive douleur au niveau de la poitrine, comme si on la poignardait et qu’elle avait sentit ses forces l’abandonner avant de s’évanouir. Juste après Will raconta ce qui s’était passé, au Manoir Fercicale, ce qui ajouta encore plus d’anxiété dans le groupe.
-Penses tu que mon malaise est un rapport avec la vision de ta grand-mère ? demanda Lily
-Je ne sais pas. Cela se pourrait bien vu que ça semble avoir eu lieu en même temps.
-En tout cas ce mystérieux gardien souhaite nous rencontrer. Mais comment le trouver ? Ajouta Naminé songeuse
-Si jamais c’est lui qui a troublé ma promenade avec Lily, je l’ensevelis ! Ragea Greg
-Du calme Greg, lança Tony, on doit d’abord le localiser, se symbole devrait nous permettre de le retrouver. Lily, cette feuille de chêne a peut être un rapport avec les elfes. Tu ne connaîtrais pas quelques choses dessus ? Hé Lily, tu m’écoutes ?
Mais la jeune fille ne l’écoutait pas, elle regardait la fenêtre, où de l’autre cotes un corbeau tapait le carreau de son bec. Lily ouvrit la fenêtre et l’oiseau se posa sur sa tête, il laissa tomber quelque chose à terre. Sophie ramassa l’objet et déclara :
-C’est juste une boucle d’oreille.
-Elle ressemble étrangement à celle de ta mère, Lily. Renchérit Greg
-C’est vrai, mais pourquoi ce corbeau me l’a amené ? demanda Lily en tendant le poignet pour que l’oiseau se pose autre part que sur sa tête.
-J’ai peut être une idée sur la question, lança Tony qui avait sorti une de ses cigarettes. La mère de Lily a besoins d’aide.
-Quoi ? Hurlèrent les autres
-Réfléchissez un peu, si un elfe se trouve seul dans la nature et qu’il a besoins d’aide d’urgence, qui appel t il en premier pour lui porter secours ?
-Sa mère ? Rigola Greg
-Ne rigole pas Greg car tu as raison, il appel mère nature. Répondit Tony
-Ce corbeau doit donc nous conduire à ma mère d’après toi ?
-Cela vaut le coup d’essayer.
Lily relâcha l’oiseau par la fenêtre puis ils sortirent tous pour essayer de ne pas le perdre de vue. Pour le moment il effectuait quelques cercles au dessus du studio pour ensuite s’élancer vers le parc en croassant. Le groupe suivit alors l’oiseau à travers la forêt du parc tout en le gardant à porter de vue, mais celui-ci semblait tout de même les attendre car il s’arrêtait parfois sur une branche quelques instants. Ils finirent enfin par retrouver la mère de Lily, allongée contre un hêtre, inconsciente.
-Regarder la voila ! Cria Sophie en courant vers elle. Elle appliqua sa main contre son front et ressentit une forte fièvre s’en dégager.
-Elle a l’air d’aller bien, mais elle est très fiévreuse. Naminé, tu peux la rafraîchir un peu ?
- Bien sûr, écarte-toi un peu.
Elle se concentra en fermant les yeux et leva les mains doucement vers le ciel en exécutant de petits cercles. Son collier brilla alors intensément d’une lueur bleue et de la brume entoura peu à peu ses mains. Elle modela le nuage en une espèce de cousin qu’elle appliqua ensuite sur le visage du prof en le massant. Après quelques instants la forme s’évapora et la jeune femme reprit conscience. Greg et Will l’aidèrent à se relever et la conduisirent au studio en la portant par les épaules. Ils la déposèrent sur le canapé et lui servirent le reste de la tisane désormais froide. La femme accepta la tasse et leur déclara :
-Je vous remercie d’être venu me chercher les jeunes. Sans vous je serais encore au pied de cet arbre à l’heure qu’il est.
-Cela ne vous aurez pas dérangé, vu que vous vivez dedans ! Ironisa Will
-C’est vrai qu’il était confortable, même si je préfère de loin les chênes. Bien sûr ça ne vaut pas… s’arrêta t elle soudain en regardant Will avec étonnement.
-T’inquiètes pas maman, ils sont au courant. Tu peux leur faire confiance.
-Mais comment se fait il que… ?
-Elle nous l’a avoué. Déclara Sophie
-Pourquoi, ma chérie ?
-Parce qu’ils sont comme moi ! L’un de vous peut lui montrer ?
-Bien sûr, admire un peu ! répondit Greg en prenant la tasse des mains de la prof.
Il se concentra quelques instants, le temps que son esprit se vide et se focalise sur son objectif puis le pouvoir monta en lui faisant luire son collier. Il ordonna son désir et la tasse se nimba alors d’un halot bleuté en s’élevant dans les airs, elle brilla quelques secondes avant de redescendre dans la main de Greg, mais cette fois elle avait pris la forme d’un bol finement ouvragé fait de quartz. La jeune femme n’en revenait pas, les seuls mots qu’elle prononça furent « C’était donc vrai. ».
La jeune elfe se mit à pleurer tendrement, elle essuya une larme en souriant tout en pensant qu’elle avait attendus depuis toutes ses années que cet événement se produise. Elle avait douté quelques fois de la prophétie des anciens temps, mais désormais un espoir venait de renaître en elle, se qui lui fit un bien fou. Mais trêve de sentiment, se dit-elle, il fallait qu’elle révèle le destin des 5 jeunes avec qui elle avait créée un lien d’amitié puissant. Elle savait qu’elle allait courir le risque que l’un d’eux meurt mais elle se décida quand même à leurs raconter :
-Tout d’abord, commença t elle, est ce que ma fille a ressentit un malaise aujourd’hui ?
-Oui. J’étais avec elle.
-Que faisais tu avec elle ?
-Eh bien euh… on discutait, oui c’est ça, on discutait dans le parc.
-Tu ne l’aurais pas embrassé par hasard ?
-Euh… c’était juste un petit baiser rien de mal. Répondit-il comme si il avait fait une bêtise.
-Où l’as-tu embrassé exactement ?
-Euh…Dans le cou, sur la joue, la bouche… avoua Greg de plus en plus mal à l’aise
-Non pas ce genre de choses, réprimanda la mère, dans quel lieu l’as-tu embrassé ?
-Sur la place ronde avec le chêne.
-Tu peux répéter ! s’exclama Will
-Ben oui… tu sais, c’est la place avec les bancs en pierre.
-C’est ça ! S’écria Sophie comprenant- l’intervention de Will. Le symbole du gardien, un cercle de rectangles avec une feuille de chêne au centre, c’est cette place que nous devons visiter.
-Pas d’affolement les jeunes, calma l’elfe redevenue prof, et puis quelle est cette histoire de symbole et de gardien ?
-C’est une assez longue histoire maman, je t’expliquerais ce soir.
-Je vois que tu fais partie des leurs désormais. Quand j’ai remarqué ce que vous portiez au cou j’ai pressenti que la prophétie se réalisait enfin, se qui c’est révélé de plus en plus sur quand ma fille m’a avoué avoir trouvé l’amour et que des nausées ont commencé il y a peu. Malheureusement, ne connaissant pas le petit ami de ma fille je ne pouvait révéler à cet élu la tache qu’il devra accomplir s’il veut garder son amour. J’ai donc communier avec des arbres du parc pour savoir le nom de se sauveur et c’est au cours de l’une d’elle que j’ai perdue connaissance. Désormais, Greg et vous autres, mon destin et celui de ma fille son lier au votre, si vous échouez nous ne survivrons pas et peut être la planète aussi.
-Si c’est pour sauver Lily, je serait prêt à tout, lança Greg, que dois je faire ?
-Tu devras te battre contre l’un des monstres créés dans les temps anciens, durant ce combat ton pouvoir sera à son maximum et te permettra d’obtenir l’ultime transformation.
-C'est-à-dire ?
-Te métamorphoser à volonté en « être de boue », c’est le nom donné à cette créature de l’ancien temps. Mais bon pour le moment je dois aller communier avec le chêne de la place du parc pour connaître le message de ce gardien. Peut être connaît il le lieu du Temple Ancestrale ? Et pendant que j’y pense Greg, abstient toi de câliner ma fille, cela pourrait lui causer un autre malaise.
-J’y penserais, rassura t il, au fait votre mari a dit qu’il réservait une surprise à la classe demain, et que cela nous concernait en particulier, il ne vous aurait pas dit en quoi ?
-Tu leurs a vraiment tout raconté à ce que je vois, déclara la mère à sa fille, mais non désolé je ne sais rien des plans de mon mari. Il Faut dire que s’il connaissait votre destin, il s’est passé de me le faire savoir.
-Tout de même, gronda Sophie, il vous délaisse pour d’autre femmes, bien moins belles que vous.
-Il est vrai que mon mari n’est pas un ange mais je ne saurais me résoudre à le quitter.
-En plus il ne vous prévient pas alors que vous êtes une elfe.
Tu ne devrais pas dire autant de mal de Cleed, objecta Tony, même s’il essai de se montrer comme un dragueur sans cœur, je pense qu’il cache son jeu. Quand il vous a rencontré il y a des années de cela, il a sûrement pensé à la prophétie de l’ancien temps et des risques à courir s’il vous aimait, hors cela fait plus de 18 ans que vous vivez heureux ensemble sans jamais vraiment vous détester. Ce penchant pour la drague d’autres femmes s’est fondé au moment où nous lui avons révélé notre secret, notre cher Cleed s’est remis en cause car si la prophétie mettait fin à votre vie et celle de votre fille, il fonderait une nouvelle vie. Mais je suis sur que c’est la peur de vous perdre qui l’a incité à ne rien dire, je pense même que vous le trouver un peu plus amoureux depuis quelques temps.
-C’est vrai, tu as raison, je ne dois pas douter de lui, de plus, même si certaines de ces conquêtes se laissent séduire, il ne m’a jamais trompé ce qui prouve son amour pour moi. Mais bon, assez discuté, je dois rendre visite à ce chêne et vous, vous devez vous reposer pour être en forme demain. Qui sait ce que mon mari a encore inventé.
-Tu peux tenir le coup maman ?
-Ne t’inquiète pas ma chérie, si j’ai le moindre problème, mère nature te préviendra.
L’après midi touchant à sa fin, chacun retourna chez soi ou ses occupations, seul Naminé et Tony se trouvaient au studio. Elle, préparait du café, alors que lui, continuait d’écrire la suite du manuscrit de son nouveau roman. Le téléphone sonna et Tony répondit, il raccrocha quelques minutes après l’air amusé.
-C’est fou comme mon éditrice est flippante quand je suis en retard, rigola t il.
-Qu’est ce qu’elle va tenter cette fois ci ?
-Elle vient de m’annoncer que si jamais le manuscrit ne lui était pas remis ce soir, elle venait entamer une grève de la faim devant ma porte dès demain.
-Il lui suffirait de te viré, comme ça ce serai résolu. Ricana Naminé
-Elle ne peut pas, je serais capable de trouver un auteur éditeur et elle perdrait beaucoup !
-Tu comptes vraiment devenir écrivain pour la vie ? Questionna t elle en posant une tasse fumante sur le bureau.
-Je ne sais pas, on verra quand cette prophétie sera terminée.
-Tu pourrais faire avocat ou psy.
-Désolé ce n’est pas un bouleau pour moi.
-Arrête, tu aurais du voir le discours que t’as fais sur Cleed, c’était grandiose comme défense.
-Tu parles, je suis juste une bouffé d’oxygène pour beaucoup.
-Ne dis pas ça, tu sais réconforter et mettre en confiance comme personne.
-C’est facile de dire ça. Toi tu n’as pas passé 2 ans de ta vie dans un hôpital, pour apprendre qu’a ton réveil tu es orphelin !
Naminé ne put supporter les paroles de Tony et alla se blottir dans le canapé pour pleurer. Tony, un peu culpabilisant se rapprocha d’elle doucement pour la réconforter.
-Excuse moi, dit il, je ne voulais pas te blesser, c’est juste que j’ai du mal à supporter mon passé. Je ne dois pas t’en vouloir surtout que je ne sais rien de toi.
-Ce n’est rien, moi aussi mon passé me fait mal. Répondit-elle en se frottant les yeux. Bon allez, reprend vite ton travail sinon ton éditrice va encore exploser un câble !
Tony reprit son écriture et la termina juste au moment où son éditrice venait le chercher. Alors qu’elle réprimait encore le retard, Tony pensait qu’il devrait interroger Naminé sur son passé, un jour, quand l’air serait moins lourd et humide.

Le lendemain matin, le ciel bleu et ensoleillé des derniers jours laissait désormais place à des nuages d’orage, pour autant aucune goutte n’était tombées donc toutes les classes du lycée s’étaient réunies dans la cour, attendant le prof de philo devant leurs révélés la fameuse épreuve qu’il avait concocté. Il apparut enfin à l’une des fenêtres un micro en main : « Bonjour à tous, scandât il dans les haut-parleurs. Comme vous le savez, notre lycée s’engage depuis quelques années d’organiser une grande soirée de fin d’année. Malheureusement cette année, les professeurs n’ont put organiser les préparatifs de la fête, je vous propose donc que ce soit vous qui organisiez cette soirée. J’ai obtenu carte blanche pour l’organisation de celle-ci et voici donc la répartition des taches : la 2nd 3 s’occupe de la musique, la 2nd 2 achètera boisson et nourriture avec l’argent fournie par les dons de notre écrivain local et enfin la 2nd 1 sera chargé de la déco. Sur ceux bonne journée à tous et bon courage !
Après ce discours du prof, chaque classe vaqua à ses occupations durant la matinée. Discrètement, des messages téléphoniques se lançaient entre chaque salle pour savoir comment organiser les préparatifs, se qui bien entendu était réservé aux élèves discret possédant uniquement la « young song » (sonnerie que seul les ados entendent) car même avec un mode vibreur ils pouvaient se faire repérer par le système le plus malin du prof de chimie : en effet, Mr Monkey avait placé des grains de maïs dans chaque classe et si plusieurs élèves se risquaient à utiliser leurs portables, les grains sauteraient en formant du pop corn à cause des ondes.
Vers midi, tous les préparatifs étaient supervisés. Les élèves entamèrent un grand déménagement dans la salle de sport et la transformèrent en piste de danse. Une estrade avait été montée pour que Will et les autres puissent jouer, des projecteurs et des enceintes pendaient au plafond. Les tables de la cantine avaient été rassemblées pour servir de banquet, et quel banquet : entre chips, coca, fanta, hot dog, burger, bonbons et banane choco, les estomacs seraient gavés. Bien entendu une bonne trentaine de chaises furent disposées autour de la piste car bizarrement les slows sont très fatiguant.
Quand la salle fut enfin prête, les élèves se reposèrent à d’autres activités comme le criquet, le rugby ou encore la sieste. De leurs cotes, Lily initia les 5 amis aux secrets des entraînements elfiques. Elle les fit courir, grimper à des arbres, lancer des pierres le plus loin possible et faire du canoë. Naminé était sur le point de craquer devant tout ces efforts physiques, quand tout à coup Lily leurs demanda de s’asseoir en tailleur et de fermer les yeux. Aucun ne se fit attendre et se reposèrent un peu, Lily en profita pour leurs fournir la leçon la plus importante :
- Mon père et ma mère m’ont demandé de vous mettre en harmonie avec votre corps grâce à ces quelques exercices mais le dernier que je vous impose est l’harmonie avec l’espace. Dans tout combat vous devez user de l’environnement qui vous entoure car si vous ne savez pas l’observer, il pourrait se retourner contre vous. Nous allons donc écouter en faisant le vide dans notre tête, ainsi cet espace vous paraîtra clair. Si vous arrivez à ressentir cet effet alors vous pourrez communiquer avec l’environnement, c’est ainsi que les elfes ressentent la vie dans la nature. Pour le moment je vous demanderais de vous entretenir avec vos éléments respectifs, voir si vous pouvez insuffler un peu d’esprit à cet élément. Commençons par toi Greg, tu vas essayer de prendre le caillou dans ma main.
- Si c’est pour faire le petit scarabée, tu peux passer aux autres, je suis imbattable.
- Mais as-tu déjà testé une demi elfe ?
- Très bien. Voyons voir un peu tes réflexes. Répondit-il en s’approchant d’elle.
Greg observa la pierre quelques instants puis dévisagea Lily, après quelques secondes sa main fila vers la pierre avec une grande précision mais elle n’atteignit que le vide car les réflexes de la demi elfe s’avouèrent plus rapide qu’il ne l’avait pensé. Plusieurs tentatives après, il n’avait toujours pas réussi à toucher la pierre, ce qui contrariait quelques peu Greg. Il tenta de se calmer en fermant les yeux, mais l’image de la pierre était ancrée dans son esprit, il la maudit en pensée et c’est alors qu’il entendit une voix faible. Greg ouvrit les yeux pour voir qui avait parlé, mais apparemment personne prononcé un seul mot. Intrigué, il ferma de nouveau les yeux et interpella la pierre par hasard. Il fut alors surpris que celle-ci lui réponde mais avec une voix plus claire cette fois ci.
- Ce n’est pas la peine de vous énervez contre moi, fulmina la pierre, je n’y peux rien si vous êtes aussi lent qu’un mégalithe.
- Euh…excusez moi, je ne suis pas très habituer à parler aux pierres. Répondit Greg par l’esprit
- On le voit bien, continua t elle, vous contrôlez les forces terrestres alors que vous en ignorez tout, c’est navrant.
- Je m’en excuse ! Est-ce que vous pourriez m’aider à réussir ce test ?
- Bien sur que je peux.
- Génial !
- Mais avant cela…
- Vous souhaitez quelques choses ?
- Oui vous devrez passer plus de temps à l’écoute des miens. Notre enseignement doit être un peu dépoussiéré.
- Très bien, je promets de rester en contact plus souvent. Que dois-je faire maintenant ?
- Tend ta main doucement vers moi paume vers le haut, puis fixe cette demi elfe dans les yeux comme tout à l’heure. Je m’occupe du reste mais ne bouge surtout pas.
- Merci de ce conseil, à tout de suite.
Greg rompit la connexion et ouvrit les yeux, il tendit la main tout en fixant Lily droit dans ses magnifiques yeux verts comme lui avait demandé la pierre. Lily ne bougea pas, concentré sur le moment d’esquive pour connaître le moment où Greg allait agir, mais soudain elle ne sentit plus la pierre dans sa main. Baissant les yeux, elle découvrit la pierre dans la main de Greg qui n’avait pas bougé d’un poil.
- Mais… comment as-tu fait ? Tu n’as pas bougé.
- Normale c’est elle qui a bougé, répondit il en montrant la pierre qui se mettait à sauter dans sa main. Bon du calme maintenant, tu vas me cassez les doigts et te retrouver en gravillons sur le sol si tu continues !
La pierre se calma et Greg la déposa par terre pour qu’elle reprenne sa vie normale.
Durant les heures qui suivirent, se fut au tour des autres de s’atteler à test de Lily : Tony dut éteindre une flamme de « larme de salamandre » en la privant d’oxygène. Sophie obligea un feu de ne brûler que les orties qui poussaient autour d’un rosier. Naminé rendit l’eau très ferme pour pouvoir marcher dessus quand aucune personne ne put les voir. Enfin Will s’amusa au bunto en demandant aux ombres des gobelets où se trouvait la noix.
Puis l’heure de la fête approchant ils retournèrent à la salle de sport. Tout le lycée était réuni : certains faisaient grillés un barbecue, d’autres bavardaient un verre à la main et quelques un se lançaient déjà des défis de danses. La boîte était ouverte et la fête commençait.
Les 5 amis se rendirent sur la scène rejoindre leurs instruments derrière un épais rideau rouge. Chacun d’eux avait une trouille énorme et ce n’était pas peine de le cacher :
- Dire que c’est notre premier concert. Chuchota Will.
- J’espère que ce sera pas le dernier. Répondit Greg avec un sourire.
- La prochaine fois rappelez-moi de ne pas boire de gazeux avant de monter sur scène, avoua Tony qui étouffait un rot, mon ventre joue déjà.
- T’es pas le seul, renchérie Naminé, je sens que mes jambes vont me faire des castagnettes.
- Allons reprenez vous un peu, encouragea Sophie, on est là pour s’amuser, qui sait si on pourra le faire de nouveau durant la quête des artefacts.
- T’as raison Sophie ont va mettre le feu ce soir ! continua Will.
- Evitez quand même l’incendie, repris Naminé, sinon je vais encore avoir du boulot.
- Ce serait drôle une soirée t-shirt mouillé pour finir tien. Rigola Tony
Le groupe pouffa quelques instants jusqu’au moment où la voix de Cleed retentie dans la salle :
« Chers élèves, j’ai l’immense privilège de vous présentez un groupe que chacun connaît ici, un groupe qui sait nous faire bouger, qui va nous faire danser durant plus d’une heure avant que le DJ ne finisse ses installations, n’est ce pas Jeff. Je vous demande un tonnerre d’applaudissement et de danse endiablée pour le groupe des « Mysticats ».
Son discours fini, le prof monta le rideau dévoilant aux 5 ados la foule du lycée en délire. Will, guitare électrique à la main, s’approcha du micro sur pied et lança avec enthousiasme « Bonsoir tout le monde, pour notre première sur scène on vous a concocté un remix pop rock des meilleurs musiques de manga que vous préférez. Préparez vous à vous éclatez jusqu’au bout de la nuit ! »
Après un puissant délire du publique, Will attaqua un des openings de Naruto retravaillé par le groupe. Tout en jouant, il insuffla ses émotions au rythme de sa guitare pour que peu à peu, l’obscurité emplisse la salle. Les projecteurs s’allumèrent alors un à un, permettant au reste du groupe de se joindre à la musique. Ils enchaînèrent durant plus de 2 heures des morceaux qui provoquèrent une formidable excitation dans le publique. Chacun se laissait aller à son instrument en ajoutant des effets qui rendirent la salle digne des meilleurs concerts :
Des boules facettes tournaient en lévitation au dessus de la foule grâce au pouvoir de Greg qui vibrait sur sa guitare basse. Naminé provoqua une pluie de bulles par des systèmes installés sur son synthétiseur, alors que Tony faisait tournoyer ses baguettes sur sa batterie en provocant un brouillard fumigène dans la foule, et rock oblige, Sophie clôtura leurs représentation par une gerbe de flamme qui déferla de sa guitare électrique.
Après que le rideau fut baissé pour laisser place au DJ, le groupe descendit sur le cotés de la scène où il trouvèrent Cleed accompagné d’un homme sûrement d’origine africaine à cause de sa couleur de peau, portant des lunettes de soleil sur sa tête, une chaîne en or autour du cou, un foulard noué à son poignet gauche avec un jean et un t-shirt Lewis qui faisait contraste sur ses Nike jaunes.
- Les jeunes, commença Cleed, je vous présente Bart Jemset, un jeune rappeur du Brésil qui devait me rendre un petit service.
- Tu parles Cleed, ce n’est rien par rapport à ce que tu as fais pour moi.
- Tu me touches vraiment Bart ! Les enfants, je viens de convaincre mon vieil ami de vous fournir son jet privé pour les quelques voyages que vous allez effectuer.
- Vraiment, s’exclama Greg, mais fallait pas voyons.
- C’est rien du tout, moi aussi j’ai été jeune avec des rêves de voyages. En plus vous avez bien assez de talent pour pouvoir réaliser cette tournée.
- Une tournée ? Quelle tournée ? demanda Sophie éberluée
- Celle que vous allez faire durant vos séjours pardi ! lui répondit Cleed avec un clin d’œil discret
- Houlà, est ce que ça implique les interviews, les pubs, les paparazzis et tout le bines people ? demanda Will
- Je pense que oui.
- Alors je suis partant. Répondit Naminé
- Moi aussi, renchérit Greg, et vous, vous en pensez quoi ?
- On a juré de commencer ensemble et de finir ensemble, rappela Sophie, donc c’est oui. En plus qui ne rêveraient pas d’un petit séjour comme ça voyons ?
La suite de la soirée se passa dans la joie et la bonne humeur. Le DJ enchaîna quelques tubes du moment jusqu’à 23 heures, puis il laissa place aux slows. Sur la piste on voyait les couples s’enlacés tendrement au rythme de la musique, certains garçons s’efforçaient de repousser leurs timidité en allant invité une fille quand ce n’était pas elles qui arrangeaient un coup, alors que d’autres préféraient complimentés le groupe des « Mysticats » pour leurs superbe prestation et leurs fabuleuse tournée à venir. Will, qui ne s’attendait pas à un tel succès, était un peu perdu. Entre les différents autographes à faire et les 1000 questions que ses camarades lui posaient, il ne savait plus où donner de la tête dans la masse encombrante qui s’agglutinait à lui. Il était tellement abandonné dans cette foule que lorsque Sophie lui prit la main pour lui faire danser un slow, il ne la reconnu pas tout de suite. Heureusement il reprit quelques peu ses esprits quand Sophie l’enlaça.
- C’est un peu troublant n’est ce pas ? lui souffla t elle
- J’avoue que je ne m’y attendais pas du tout.
- J’espère que ce sera moins gênant la prochaine fois.
- Fais-moi penser à m’acheter un garde du corps.
- Pourquoi ? Tu as peur de moi ? rigola t elle en se blottissant contre lui.
- Non, de elles ! lui répondit-il en montrant un groupe de filles qui le regardaient tels des chiens qui convoitent un os.
- Ne t’inquiète pas, je te protégerais de ces vautours. Regarde, on dirait que Greg et Lily sont au paradis eux.
En effet les 2 adolescents voguaient sur la piste, bercés par la musique et se câlinant tendrement, avec dans un coin, Cleed qui les surveillait.
- Vous ne devriez pas avoir peur ! Lança une voix dans le dos de Cleed, il se retourna et vit Tony adossé au mur.
- Cigarette ? Proposa t il.
- Pas de refus. Je ne peux m’empêcher d’avoir peur pour elle Tony. C’est ma seul fille, je ne peux me résoudre à la perdre.
- Mais qui vous dit qu’elle va mourir ? Répondit Tony en allumant les cigarettes.
- Mais si la prophétie ne se réalise pas ou se termine mal…
- Faites confiance à moi et aux autres, surtout Greg, il l’aime vraiment. Il ne l’abandonnera jamais même face à la mort.
- Tu as sans doute raison, mais je ne peux m’empêcher de m’inquiéter même si je vous connais. Je ne voudrais pas apprendre qu’elle soit morte par accident.
- Le seul truc que l’on t’annoncera ce sera le jour de son mariage voyons.
- On n’en est pas encore là ! Tiqua Cleed.
- Qui sait ?
Vers minuit, Will raccompagna Sophie chez elle. L’air était frais et une légère brume tombait dans les rues. Il proposa son manteau à Sophie pour qu’elle n’attrape pas froid, mais celle-ci lui répondit qu’elle se réchauffait assez grâce à son pouvoir mais que c’était gentil de sa part. Ils déambulèrent dans les rues en remémorant les derniers événements et trouvèrent que le destin les poussait beaucoup à faire cette quête, comme si un dieu souhaitait sauver la Terre de la destruction. Arrivé devant chez elle, Sophie sauta par-dessus le portail et courut jusqu’à la massive porte de chêne, seulement au moment de tourner l’interrupteur, un groupe de chauve-souris, effrayées par la lumière, s’envola en renversant la gouttière. Toute l’eau se déversa sur Sophie, qui encore sous l’effet de sa chaleur, tomba dans les pommes, enveloppé dans un nuage de vapeur.
Will prit de peur, courut jusqu’à elle. Il la prit dans ses bras en pleurant, disant qu’elle ne devait pas mourir maintenant, pensant qu’elle était la seule fille qu’il est « aimé ». Et alors que le mot lui traversait l’esprit, une onde horrible lui pénétra le cœur et le fit hurler de douleur. Cette souffrance aussi froide que la mort, s’insinua quelques instants dans tout son être, lui donnant l’impression que son corps allait exploser. Il s’évanoui alors lui aussi contre la porte, avec Sophie inconscient dans les bras, tels « les amants maudits par les étoiles, qui se meurent ensemble par amour » dans Roméo&Juliette. Un tel vacarme aurait à coup sur réveillé un mort, mais cette fois si ce ne fut que la grand-mère de Sophie qui fut tiré du sommeil. Elle s’était réveillé en sursaut et avait attrapé une batte de base bal pour se ruer dans le hall afin de surprendre la chose qui l’avait tiré de Morphée. Elle alluma la lumière et voyant que le loquet de l’entrée était ouvert. Elle prit la poignée de la porte et ouvrit celle-ci prêt à assommer quiconque se trouve derrière, mais elle fut encore plus surprise quand elle vit Sophie et Will tomber inanimés à ses pieds.
Quelques heures plus tard, Will se réveilla allongé dans un confortable fauteuil de cuir. La pièce dans laquelle il se trouvait était un somptueux salon décoré de manière rustique : une imposante armoire surplombait la table massive qui avoisinait une étagère remplit de livres volumineux. Le tout lustré d’une cire de pin avec une odeur de cannelle, ajouté un feu dans la cheminé et vous vous serrez crut dans un chalet des Pyrénées.
Will entendit quelqu’un ouvrir la porte située à sa gauche et vit la grand-mère entrée en robe de chambre mauve en portant un plateau de tasse de thé.
- Tiens prend ça, ça va te faire du bien ! déclara la vieille femme avec douceur
- Merci, comment va Sophie ? s’inquiéta Will
- Elle dort dans sa chambre, elle va mieux désormais.
- Seigneur, faites que je survive à cette fille.
- Si tu l’aimes vraiment, oui. Répondit la grand-mère en rigolant
- Si j’arrive seulement à aimer un jour, pensa Will au souvenir de sa profonde souffrance survenue plus tôt.
- N’ai pas peur de la douleur jeune rouge-gorge, elle ne sera pas éternelle.
- Mais…Comment vous savez que je suis rouge-gorge ? s’étrangla Will
- Désolé, je n’ai pas put m’empêcher de lire dans tes souvenirs pendant que tu étais inconscient.
- Sinon la soirée s’est bien passée ? questionna la grand-mère en prenant un peu de lait
- Je pensais que vous aviez lu mes souvenirs, se moqua Will, on a fait un carton ce soir, d’ailleurs on part en tournée
- Si vite, vous avez de la chance, à l’époque les groupes devaient attendre quelques mois et albums pour réaliser une tournée.
- Je sais, mais le temps passe si vite que chaque instant de la vie n’est que souvenirs, lança Will, d’ailleurs je devrais rentrer il se fait tard.
- Bien sur, fait attention en rentrant.
Will reprit la route du chemin de chez lui, des rues désertes avaient un air mystérieux, presque surnaturelle, au loin on entendait encore le bruit de quelques fêtards rentrant chez eux. Will sentit la fraîcheur de la nuit descendre peu à peu sur lui et il se dépêcha de rentrer. Arrivé chez lui, il prit une douche et alla se coucher sans réveiller sa mère. Cette nuit là, Will perçut une ombre noire dans ses rêves, une ombre effrayante et mauvaise mais qui lui ressemblait étrangement.

Quelques semaines plus tard, les 5 amis s’étaient retrouvés chez Tony qui devait leur montrer une copie des pubs qui étaient diffusées parfois à la TV. Les autres se doutant que les fameuses pubs étaient en rapport avec eux, ne purent refusés et acceptèrent de regarder. Tony lança un DVD et l’image de Will apparut sur l’écran, apparemment il était d’humeur massacrante et rentrait dans une cuisine l’air sombre. Sophie, habillée en cuisinière, faisait cuir quelques chose dans une casserole et en regardant de plus près on distinguait du cassoulet. Sophie servie une assiette de cassoulet au Will morose, celui-ci prit une bouchée et soudain son regard s’illumina, on avait l’impression qu’il était au paradis, il prit une bouchée puis une autre et encore une autre avec un enthousiasme débordant. Puis Sophie réapparut au premier plan, un sourire de satisfaction aux lèvres, déclamant la superbe phrase : « William Saurain, William serein !»
Après un temps de quelques secondes de noir, l’écran montra une nouvelle pub où on voyait Naminé en bikini, allongé dans un transat et entrain de manger du melon. Une voix suave d’homme se mit alors à susurrer : « excitant, fondant, croquant… »
« Melon de milan » répondit alors Naminé avec délice avant de manger un morceau.
Tony arrêta alors le DVD et regarda alors ses amis consternés.
- Tu peux me rappeler pourquoi j’ai fait ce truc Sophie. Déclara Will un peu honteux
- Je sais que s’était l’idée de Cleed, mais après…
- Je me demande ce qui lui est passé par la tête !
- S’il veut nous rendre célèbre comme plouc de pub c’est gagné ! lâcha Greg
- Désolé de te contredire, mais son idée est géniale. Lança Tony, l’air pensif
Les autres le regardèrent avec des yeux de merlans fris et l’air de dire « t’as pété un câble ! ». Il expliqua alors le stratagème que le prof avait élaboré selon lui.
- D’après moi, Cleed pense que l’Homme qui a créé la malédiction devrait toujours être en vie. Ce qui veut dire que si celui-ci voit les colliers dans hors de sa cachette, il va s’empresser de venir aider les élus. Malheureusement je pense que cela implique également nos nouveaux ennemis, ce qui va les pousser à nous rencontrer pour les combattre.
- Ce prof à l’esprit tordu mais il est vraiment génial. Tu devrais tenter une carrière dans la police, vieux ! Ce genre de truc je ne l’aurais jamais imaginé. Répondit Greg
Tout à coup, la porte du studio s’ouvrit violemment et l’on vit Lily entrer en trombe. La frêle jeune fille soufflait comme un bœuf mais son visage blanc restait toujours accompagné de sa douceur délicate. Après avoir reprit son souffle elle annonça enfin :
- On sait où est le premier temple !
- Comment vous avez fait ? interrogea Will en éteignant la TV qui était resté en pause sur les pubs.
- Après quelques heures de communion avec le chêne de la place du parc, ma mère a enfin reçu un message du fameux gardien, et heureusement car elle était très affaiblit quand elle a quitté sa transe.
- Alors, où est ce qu’on va ? demanda Greg
- Vous ne devinerez jamais. Le temple ne se situe pas loin de l’ancien peuple elfique de ma mère, il devrait se trouver à Stonehenge.
- Ça alors, ce tas de cailloux servait bien à quelques choses ! rigola Naminé, Après toutes les légendes qui ont été créées dessus, c’est presque trop facile.
- Oui mais nous ne savons encore rien de ce que l’on va découvrir là bas, alors restons sur nos gardes !prévint Tony
- T’inquiètes vieux, lança Greg, avec nos pouvoirs on a toutes les chances de vaincre le fameux monstre de la terre.
- Donc c’est d’accord, déclara Lily enthousiaste, nous partons pour Stonehenge dans 2 jours.
- Pourquoi « nous », tu comptes venir ? Demanda Will
- Bien sur voyons, j’ai bien envie de rencontré mon peuple maternelle, en plus vous aurez besoins de moi pour trouver les elfes.
- Très bien, tu nous accompagnes. Mais pas de bêtises tout les 2 ! Lâcha Will en regardant Greg et Lily qui se mirent à rougirent de plus belle.



Le jour du départ venu, l’équipement de l’expédition attendait devant le studio et le groupe impatient.
- Une dose de provision, 2 tentes, du linge, une trousse de secours. Bon je crois qu’on a tout, déclara Sophie.
- T’es sur de rien oublier ? questionna Naminé
- Non, quoi d’autres ?
- Je sais pas…le moyen de se rendre à Stonehenge par exemple.
- Ne t’inquiète pas Nam, réconforta Tony, Cleed nous emmène jusque là bas et nous dépose.
A ces derniers mots, un mini bus passa en trombe devant le groupe de jeunes et s’arrêta de manière assez brutale contre l’un des chênes à côtés du studio. La porte arrière s’ouvrit alors et l’on vit le prof sortir un peu sonné, une égratignure sur le front :
-Je retire se que je viens de dire, tu peux t’inquiéter de l’arriver en seul morceaux.
-Salut les jeunes, rigola le prof en descendant du véhicule un peu cabossé, alors près pour la grande aventure.
-Bien sur ! lui répondit Greg. Je meurs d’envie de rencontrer le monstre pour lui botter le derrière.
-Moi c’est plutôt les elfes que je voudrais rencontrer, lança Lily qui descendait de la voiture avec un bleu sur le front.
-Pour cela faudrait déjà qu’on parte. Allez, aidez-moi à ranger tout ça dans le coffre. Répondit Tony en prenant un des sacs de voyage.
Le coffre remplit, les passagers installés (et accrochés), le véhicule sorti de l’arbre pour prendre la route de Plymouth et ainsi atteindre Stonehenge. Pourtant il y avait chez les jeunes plus de peur au ventre que le prof commette un accident à force de rouler si vite, que de partir à l’inconnu en ne sachant s’ils en sortiraient indemne.
Arrivés à la lisière de la forêt, chacun prit un sac à dos et fit ses adieux au prof, Lily resta longuement avec son père en espérant que ce ne serait pas son dernier câlin avec lui. Puis la jeune troupe s'enfonça dans la forêt en faisant un dernier signe de la main à Cleed qui laissait partir ses anciens élèves et sa fille avec un poids sur le cœur.
Plus les jeunes continuaient de se promener dans la forêt, plus ils la sentaient vivante. Le soleil se faufilait à travers le feuillage des arbres. Quelques écureuils se cachaient sur leurs passages, intrigués et apeurés. Des oiseaux chantaient le début de l'été dans les branchages et de nombreux parfums de fleurs s'échappaient dans l'air pur des lieux.
En fin d'après midi, la troupe s'arrêta dans une clairière proche d'une rivière et mit en place le camp. Les garçons et les filles formèrent deux groupes et s'attaquèrent à la construction des tentes, ce qui fut rapide pour Sophie et Lily qui avaient déjà campé par rapport aux garçons qui n'avaient jamais pratiqués, et qui, une heure plus tard demandèrent l'aide des filles. Le soleil se couchait peu à peu quand les campeurs se mirent à table, avec au menu, du cassoulet William Saurain cuit au feu de bois et du melon en dessert, bénéfices de leurs séances de pubs.
-Heureusement que l'on a fait ces pubs, rigola Will en mangeant un morceau de melon.
-Oui mais j'espère que l'on va trouver les elfes rapidement car je mangerais pas du cassoulet tout les repas! Lui répondit Tony
-Moi aussi, ça me donne des gaz! Rigola Sophie
-Attention au lance-flamme si t'as le feu aux fesses! Renchérit Greg, rendant ainsi les autres hilare
-Bon qui fait la vaisselle ce soir? Demanda Naminé en essuyant une larme
-J'y vais. répondit Will qui regroupa le tout dans un saladier
-Je t'accompagne. Lança Lily en prenant une éponge et une lanterne
Les deux volontaires se dirigèrent vers la rivière située à une dizaine de minutes du camp et s'installèrent à cotes pour s'occuper du nettoyage. Lily, assise prêt de l'eau, nettoyait les plats et les couverts avec l'éponge, tandis que Will, agenouillé contre un rocher, les faisait sécher.
La nuit tomba peu à peu, dévoilant les premières étoiles dans le ciel qui passait du rubis au saphir et puis la lune accompagna bientôt celui ci de sa lueur argenté. Will alluma la lanterne alors que l'obscurité (tout comme le froid) prenait place dans la forêt, dont seul l'écho de l'harmonica de Tony au loin donnait encore un peu de vie.
-Tu veux que je te remplace? Demanda Will à Lily qui plongeait ses mains dans l'eau avec une casserole.
-Non c'est bon, mais merci quand même.
-Allez. L'eau doit être froide désormais. Tu as surement les mains glacées.
-Ça m'est égal, nous les elfes adorons nous baigner dans des cours d'eau frais la nuit sans nous soucier du froid.
-Toi peut-être, mais je ne voudrais pas que tu files la grippe à Greg en voulant lui faire un câlin.
-Bon, et bien si tu veux te mouiller, commence par le visage! Lui lança Lily en l'aspergeant d'eau.
Will se prit une dose importante d'eau glacée en pleine tête, puis lui coulait dans le dos ou sur ses cheveux en provocant des ondes de froid qui lui hérissèrent les poils. Lily lui lança alors d'autres giclées d'eau avec amusement pour qu'ensuite Will lui cour après dans l'eau pour essayer de la plonger de force.
-Attend un peu que je t'attrape. Lança t il en courant dans l'eau, quand tout à coup quelques chose siffla près de lui et alla s'écraser dans le cours d'eau. Inquiet, Will invoqua son pouvoir et sonda l'obscurité des lieux à la recherche d'une quelconque vie. Malheureusement son esprit repéra un grand nombre d’êtres autour de lui : des lapins dans un terrier, une chouette dans le ciel, des écureuils dans les branches ou quelques poissons dans l’eau. Il ne put donc apercevoir que tardivement l’ombre monstrueuse, qui tapit derrière les arbres, s’approchait d’eux.
Aussitôt, Will bondit vers Lily pour la protéger, mais un autre objet siffla et l’atteignit cette fois à l’épaule, provoquant une vive douleur et le fit tomber sur Lily. Son esprit devenait de plus en plus trouble, il perdait le contrôle de son corps comme si un poison le rongeait peu à peu. Même si le pouvoir du collier luttait contre le mal, Will finit par s’évanouir dans l’eau, les yeux rivés vers les étoiles, entendant Lily appeler à l’aide.

Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Au campement, on s’amusait de plus belle. Tony avait sorti son harmonica et s’était mit à jouer quelques musiques qui, avec l’aide du pouvoir de l’air, offraient une superbe mélodie envoutante. Greg, de son cotés, plaçait des guimauves sur des pics à brochettes que Naminé et Sophie faisaient cuir sur le feu.
Alors que Tony entonnait le refrain de « All summer long », la voix de Lily se fit entendre au loin en implorant de l’aide. Greg, prit de panique pour la jeune fille, sauta sur ses pieds et voulut se lancer à son secours, mais il fut stopper par Tony qui s’interposa devant lui avec rapidité :
-Pousse toi de là Tony, elle a besoins de moi !
-Du calme, répliqua Tony en le retenant par les épaules, tu restes ici pour surveiller le camp !
-Mais…ragea Greg.
-Pas de mais, tu restes ici avec Sophie. Je vais aller voir avec Nam.
-Et pourquoi elle ? lança Sophie qui s’était levée avec des flammes dans les yeux.
-Parce qu’il y a de l’eau, c’est pas le moment de t’évanouir. Je préfère que chacun aient son élément à ses cotés.
Tony et Naminé coururent alors j’jusqu’au cours d’eau, une torche électrique à la main. Des bruits stridents et des grognements se faisaient entendre à mesure qu’ils approchaient. Arrivés là-bas, ils découvrirent Lily entrain de faire face à une créature bipède en la stoppant grâce à un bouclier psychique qui émettait des étincelles de couleurs émeraude à chaque collision du monstre. Will était allongé derrière Lily, le visage souffrant alors que Lily concentrait toutes son attention sur le bouclier, et d’après la sueur sur son front, elle décuplait des forces très fatigantes. Alors que la créature se lançait de nouveau sur le bouclier, Tony s’interposa et engendra une petite tornade qu’il projeta contre le monstre. Celui-ci prit l’attaque de plein fouet et s’écrasa dans le cours d’eau. Tony exécuta un saut dans les airs et descendit en piquet sur la bête, le poing en avant, mais même si sont attaque était d’une grande puissance et rapidité, la créature réussi à la stopper avec le dos de sa patte, ou plutôt une pince d’après la forme. De son autre pince, elle attrapa le cou de Tony qui ne put réagir assez rapidement à la contre-attaque. Tony vit alors parfaitement son assaillant. C’était une créature proche de l’être humain, mais sa peau ressemblait à une carapace noire. Sa tête était dépourvue de cheveux et des espèces de mandibules apparaissaient sur sa bouche. Ses bras et jambes étaient minces et courtes mais les pinces à la place de ses mains étaient de vraies tenailles, deux longues queues ressemblant à celle d’un scorpion se balançaient dans son dos.
Tony avait du mal à respirer car la pince qui l’enserrait se fermait de plus en plus. Heureusement Naminé vint à son secours en provocant une montagne d’eau qui se mit à surgir sous le monstre qui lâcha Tony. Tony libérer de son emprise, exécuta un mouvement de jambes au sol, ce qui provoqua une bourrasque qui fit perdre l’équilibre à la créature. Naminé enchaina alors de grand mouvement de bras et une vague puissante s’abattit alors en envoyant voler leur adversaire dans le cours d’eau, il se retrouva évanoui par la force de l’impact. Le monstre hors d’état de nuire, ils accoururent auprès de Lily qui hissait Will hors de l’eau, celui-ci avait l’air de souffrir affreusement, la zone où il était blessé possédait une tache noire semblable à un trou noir, comme si le collier tentait d’aspirer le mal qui s’infiltrait dans le corps de Will.
-Tony, nous n’avons que très peu de temps. Lança Lily en l’examinant. Le pouvoir des ténèbres le maintient en vie mais cela ne dura pas indéfiniment.
-Qu’est ce que l’on peut faire ? Demanda t il
-Je vais tenter de le soigner mais je vais avoir besoins de ton aide, tu as toujours ton harmonica ?
-Oui, il est dans ma poche.
-Très bien, approche-toi ! Je vais imprégner dans ta mémoire une musique que tu vas jouer.
Lily appliqua ses paumes sur le front de Tony en prononçant quelques mots et tout à coup le cerveau du garçon enregistra une foule de notes de musique et d’accords. Il sortit son harmonica et se mit à jouer la sublime mélodie, Le pouvoir de son collier offrant des nuances qui faisaient vibrer les environs. Lily appliqua alors ses mains sur la blessure de Will et entonna un chant elfique au rythme de la mélodie, à chaque changement de temps, des frémissements parcouraient Will qui se calmait peu à peu alors que le trou de la blessure disparaissait.
Après quelques minutes, le silence revint et Will ouvrit les yeux. Il s’agenouilla péniblement en se tenant le front, conséquence d’un mal de crâne engendré par l’opération.
-Mon Dieu, qu’est ce que c’était cette chose ? Grogna t il
-Je pense savoir mais il faut que je vérifie. Déclara Lily en se relevant pour examiner la créature.
-Fais attention, elle n’est qu’assommée ! Prévint Tony
-Il ne me fera aucun mal… à moi en tout cas. Répondit elle à cotés du monstre. Cette créature est un elfe.
Le reste du groupe fut alors cloué par la stupeur. Apprendre qu’une telle créature ressemblait à ce genre de monstre, alors que depuis des siècles on l’imaginait tel le plus bel humain qui soit : c’était un choc.
Lily leurs demanda alors de l’aider à le porter jusqu’au camp. Bien sur ils trouvèrent tos l’idée inconcevable mais durent l’accepter. Ils transportèrent donc cet elfe aux allures de scorpion géant sur leurs épaules. Arrivé au camp, l’elfe fut allongé sur un des sacs de couchage par les garçons tandis que Naminé résumait les événements à Greg et Sophie, tous deux inquiets. Lily déposa une compresse sur le front de l’elfe et retourna ensuite s’asseoir auprès du feu pour s’entretenir avec le groupe :
-N’ayez aucune craintes, cette personne est bien un elfe mais si je ne me trompe pas, il fait parti d’une certène espèce.
-J’en ai entendu parler, intervint Greg, il s’agit des elfes de la nuit, des elfes des bois ou des elfes royaux n’est ce pas ?
-En effet, mais ce genre d’elfe qui nous intéresse est moins bien connu. On le nomme « nantuko », reprit-elle, Cette famille d’elfe appartient à une race dénommée « garoven ».
-Les êtres maudits par l’esprit d’un animal, ton père nous en avais parlé. Coupa Sophie.
-Il a bien fait, nous risquons d’en rencontrer d’autre durant notre périple. Concernant les nantukos, ils sont hantés par les esprits des insectes pour protéger le peuple elfique. Dans le cas présent, nous sommes en compagnie d’un nanuko scorpion d’après les queues, les pinces et la carapace noire qu’il possède.
-N’oublie pas le poison, s’interposa Will, Je ne sais même pas comment il m’a injecté cette saleté.
-Je ne connais pas grand-chose aux nantukos, mais j’ai du moins appris qu’ils possédaient 3 formes d’évolutions bien distinct : le neutre, l’ordre et le chaos.
-Et qu’elle forme possède t il pour le moment d’après toi, demanda Naminé en regardant la créature qui bougeait parfois dans son sommeil.
-J’opterais plus pour le chaos, en effet sa transformation insectoïde est totale, mais nous avons eu beaucoup de chance car le plus souvent, seul un autre nantuko peut arrêter l’un des siens sous ce genre de forme.
-Et comment peut-on le rendre de nouveau « neutre » ? Intervint Tony inquiet.
-Seul son calme et une totale sécurité peuvent le retransformer, répondit alors Lily soucieuse. S’il reste alongé ainsi toute la nuit cela devrait suffire.
-Quelques chose d’autre te préoccupe, n’est ce pas ? Reprit Tony
-En effet, je suis perturbée. Ce genre de créature ne deviens chaotique que si, et seulement si, sa vie ou celle d’un elfe est en danger de mort. Hors aucun danger ne le guettait d’après Will.
-Et toi alors, tu oublies ton sang elfique. Objecta Greg. C’est peut être toi qui était en danger.
-Peut être, mais même si mon origine pouvait influer sur cette transformation, il aurait fallut un grand danger pour la provoquer.
-Tu as raison, répondit Will, il y a peut être dans ces bois des créatures pires que ce nantuko. Je propose que l’on organise des tours de gardes cette nuit.
-On prend le premier moi et Sophie. Lança Greg en se levant. Allez vous reposez, vous en avez bien besoins !
-Merci Greg, mais je reste au moins avec toi pour soigner notre « hôte ». Déclara Lily en sortant un sac d’une poudre jaune qu’elle appliqua sur le front du nantuko dont les pinces et la carapace disparaissaient peu à peu.
-Très bien, mais ne tombe pas malade non plus !
La discussion se termina ainsi et chacun alla se coucher ou prendre son tour de garde, heureusement la nuit continua sans encombres, enfin presque car Will avait reçu la visite de moustiques durant son sommeil. Le collier ressentant les moindres affaiblissements de son corps, les rêves de Will furent troublés par le pouvoir des ténèbres : Des nuées d’insectes géants tentaient de le dévorer en le pourchassant à travers la forêt. Bien entendu, il ripostait grâce à des attaques de ténèbres tel que des boules d’auras noires qu’il projetait avec vivacité et rage. Mais ses ennemis réussirent à le submerger en le blessant de plus en plus, réduisant ses forces et le fit bientôt trébucher. Les insectes allaient enfin l’abattre, quand tout à coup un trou noir s’ouvrit devant lui. Une ombre lui ressemblant sorti alors du passage et lui tendit la main pour l’aider à se relever. Will hésita quelques instants mais en entendant le bruit des insectes il se décida à prendre la main et se releva pour suivre ce clone. Il l’entraina vers le trou noir et plongèrent dedans. Ils se retrouvèrent dans un endroit obscur où un ciel aux reflets de sang était éclairé par de nombreuses étoiles pourpres. Le sol était couvert d’une herbe marron qui semblait avoir souffert de plusieurs incendies. Le relief se trouvait très instable car Will remarqua qu’ils se trouvaient sur un ensemble de canyon. Se penchant pour voir le gouffre, il découvrit un spectacle encore plus effrayant : sur le fond du précipice se trouvait un champ de plantes difformes aux feuilles acérées sur lesquelles se déplaçaient des nuées de boules bleuâtres qui gémissaient. Ces pleurs offraient une sensation horrible dans le cœur de Will et lui donnèrent envie de se tuer pour ne plus les entendre.
Epouvanté par les complaintes, le compagnon de Will ouvrit un autre trou noir puis se tourna vers le fossé en déclarant :
-Voici le monde des ténèbres et son malheur. Toutes les âmes en peine qui n’ont put assouvir leurs dernières volontés viennent se réfugier ici. Je veille sur elles, leurs permettant parfois de se rendre sur Terre pour tenter de réaliser leurs vœux et trouver le repos.
-Pourquoi m’avoir fait venir ici ? Demanda Will. Je te remercie de m’avoir sorti des insectes mais pourquoi suis-je ici, je ne suis pas mort.
-Tu l’es en parti Will, car je suis l’âme de celui qui habite ton collier. Je suis le Dieu des ténèbres, Omyder est mon nom.
-Qu’attend tu de moi ?
-Que tu combattes pour moi, et maintenant part !
D’un geste de la main, Omyder fit léviter Will dans les airs et le propulsa dans le trou noir. Will se réveilla alors en sueur dans son sac de couchage, le soleil envoyait ses premiers rayons à travers la toile de la tente révèlent que le matin était déjà présent depuis longtemps. Will se frotta les yeux en tentant de se souvenir du rêve de cette nuit qui lui semblait très important. Le souvenir de l’ombre lui ressemblant et du monde des ténèbres lui revint alors en mémoire. « Omyder le Dieu des ténèbres, est ce que je peux te faire confiance ? » se demanda Will en commençant à s’habiller, cette question le mit perplexe mais décida de ne pas mettre au courant les autres. Baillant à sans décrocher la mâchoire, il sorti de la tente pour rejoindre le groupe :
-Jour tout le monde.
-Banjayr jiyni gyirreir, lança une voix suave de jeune baryton.
-Cropsio fait un effort voyons, ce ne sont pas des elfes. Réplica la voix de Lily.
Will chercha des yeux le fameux Cropsio et le trouva assis près du feu. C’était un jeune homme au crâne rasé et fins yeux de couleur amande, toutefois ses oreilles étaient plus longues que la normal et étaient pointu en haut. Il portait uniquement un pantalon de toile légère retenue par une grosse ceinture composée de 3 rangées de boules d’argents et d’une attache ressemblant à 2 dards de scorpion qui se superposent. Il ne dépassait pas le mètre Soixante et sa musculature était souplement élancée. Will lui aurait donné un âge d’une vingtaine d’années mais il se doutait que l’elfe devait en posséder bien plus.
-Hum, hum… Excuser mae princesse, reprit l’elfe, cilo fait longtemps qyi ji ne mi suis pos adresser o dis humains. Ji disais donc : Bonjour jeune guerrier.
-Bonjour messire elfe, répondit Will en essayant de faire une révérence.
-Pos besoins d’autant di manières, rigola l’elfe avec un sourire, ji ni suis pos aussi important qyi vays. Appelez mae juste Cropsio ço suffira.
Will prit une place près du feu et se servi du café. Alors qu’il buvait, Will écoutait Cropsio raconté son histoire de la veille au soir et il apprit que c’était lui qui avait engendré la métamorphose du nantuko.
-Désolé di vays avoir attaquer hier saer Will, s’excusa l’elfe, moes j’ai ressenti yni puissante force in vays quand ji vays ai vy poursuivre so majesté, yni force tris sinistre. Ci danger m’o pousser o mi transformer it vays attaquer.
-Ce n’est rien Cropsio, personne n’est blessé et tout est rentré dans l’ordre, déclara Will en tendant la main. L’elfe la serra à pleine poigne en remerciant le garçon puis il demanda au groupe de plier bagage pour qu’il puisse les conduire à Brilodiane, la cité elfique de la région. Après que toutes les tentes et affaires fussent rangées, le groupe son chemin à travers la forêt. Cropsio, l’avant de la file, entonnait une mélodie elfique dont les arbres offraient l’impression de suivre le rythme.
-On dirait qu’ils dansent. Complimenta Naminé
-Mère Nature adore lo musique, si ty sais lye offrir por tan cœur elle ti répondra.
-Comment ce fait il que vous arriviez à prononcer de longs mots dans notre langue et pas des courts ? Demanda Sophie un peu perplexe.
-Les elfes utilisent presque le même dialecte que nous, seul les voyelles changent. répondit Lily qui observait les plantes afin d’en trouver comme médicaments d’urgences.
-Elles sont inversées n’est ce pas ? Le « a » est le « o », le « e » devient « i » et ainsi de suite. Hasarda Greg
-In effet Greg, moes c’ist assez dyr di changer lis lettres pour lis mots courts. D’ailleurs… ? Cropsio s’arrêta alors, stoppant le groupe, il se mit à tendre l’oreille tandis que tout le monde retenait son souffle, attendant de savoir ce qui troublait l’elfe. Une fine brise passa en emportant quelques feuilles, les oiseaux s’envolaient à tire d’ailes des arbres. Le silence se fit bientôt entendre comme si toute la vie de forêt fuyait les environs, quand tout à coup un tremblement de terre ébranla la forêt. La secousse n’était pas d’une grande ampleur mais elle était assez puissante pour mettre tout le monde par terre. Cropsio obligea soudain le groupe à se relever et de le suivre au pas de course sans le perdre de vue, bien sur les jeunes ados eurent du mal à suivre l’elfe qui se déplaçait rapidement dans le bois. Un grognement rauque provenant de quelque chose derrière eux les encouragea à ne pas s’arrêter et ils se mirent à courir encore plus vite. Leurs sprint continua jusqu’à un immense chêne entouré de sapins qui semblaient se tenir par les branches afin de protéger l’arbre. Au milieu des racines du chêne se trouvait une pierre ronde orné d’un symbole étrange entouré de fleurs de lys. Cropsio appliqua sa main sur la pierre et cria des mots elfiques alors que le grondement se trouvait désormais très proche d’eux. Soudain une fente d’où sortait de la lumière apparue sur l’arbre et s’ouvrit de plus en plus. Will en repensant à son cauchemar eu la désagréable impression de le revivre, voyant Lily plonger par la faille puis suivi par Greg et les autres, passa lui aussi par le passage en tendant la main à Cropsio mais celui-ci lui fit comprendre qu’il restait pour éloigner leur poursuivant et poussa Will dans le passage. Will se mit à chuter dans un long tunnel de lumière vert émeraude, il arriva à rejoindre les autres qui s’étaient réunis pour se tenir par les mains et ainsi se ralentir dans leurs chutes. Ils attrapèrent les mains de Will quand il passa à leurs niveaux et se mirent ensemble tel des parachutistes. Le sol apparue enfin mais avant qu’ils ne purent réaliser qu’ils allaient le percuter, le groupe se mit à ralentir pour se mettre à flotter à 50 cm du sol. Ils lévitaient ainsi comme si l’endroit était dépourvu de pesanteur. Le lieu où ils avaient atterrit était une pièce sphérique recouverte de plusieurs pierres verte qui émanaient une douce lumière. Un chant sublime en elfique se faisait entendre dans toute la pièce, rendant l’endroit comme une bulle coupé du monde extérieur. Quand le chant se mit soudain à s’atténuer, chacun ressentit son corps s’alourdir de nouveau, et une fois le chant disparut tout le monde retrouva son poids normal et le plancher des vaches. Alors que les 6 jeunes étiraient leurs muscles quelques peu endoloris, un des cristaux vert se déplaça et dévoila quatre personnes. Les trois premiers étaient des soldats elfes habillés de cuirasses cuivrées et équipé d’arcs de cerisier, mais bizarrement ces elfes avaient tout trois une taille ne frôlant pas le mètre vingt, ce qui choqua quelques peu Will et les autres. Le dernier personnage était lui aussi un elfe mais atteignait le mètre quatre vingt, il portait un pourpoint pourpre recouvert d’un manteau vert foncé qui dépassait sur son pantalon, lui aussi de toile verte, retenu par de grandes bottes de cuir noir. A ses poignets étaient placés des bracelets argentés dont une fine lame grande comme un poignard dépassait de chacun.
-Divans nays lis obbottri cammondont ? demanda l’un des archers en bandant son arc.
-Non attendez ! Lâcha le grand elfe qui examinait les enfants. Ses yeux fixaient chacun d’eux comme si ils tentaient de sonder leurs esprits. Il fini enfin par prononcer quelques mots.
Par Gaïa, cela c’est réalisé. Genoux à terre mes braves, voici les élus de la prophétie.
Les elfes soldats se mirent à genoux en baissant la tête pour saluer les enfants mais le soldat qui avait interpelé le commandant continuait de bander son arc en direction du groupe, un air de doute et de peur était visible sur son beau visage.
-J’ai dit genoux à terre soldat ! Gronda le commandant.
-El u o yni hymoen di trap cammondont.Citti felli ni divroet pos itri lo. Répondit le soldat en désignant Lily de son arme.
-Ces enfants viennent nous sauvés imbécile, repose ton arme où tu seras plus que dégradé ! Tonna le commandant en se plaçant vivement devant le soldat.
-J’oe bioycayp d’istemi payr vays it vas ixplaets misseri Tanem, maes ji ni loessiroes pos intrir citti hymoeni qye payrro rivilir natri sicrit. Reprit le soldat effrayé qui ferma les yeux devant le courroux du commandant.
-Si tu ouvrais tes yeux imbéciles, tu verrais que j’ai évolué. Lança le commandant en montrant ses poignets. Les lames des bracelets d’argents avaient grandit de 30cm et quand le pauvre soldat ouvrit les yeux il crut voir la mort face à lui. Il comprit alors qu’il avait fait une énorme gaffe et se jeta à terre devant Lily en l’implorant.
-Ixcysiz mae mojisti, ji ni syes qy’yn emmandi concrilo.
-Vays itis pordanni voliyriyx saldot. Répondit Lily en posant une main sur l’épaule de l’elfe, puis se tournant vers le commandant. Commandant Tanem je présume ?
-Commandant Tanem, 1er nantuko d’émeraude, chevalier de l’ordre du Lys, à votre service princesse Lily. Répondit-il en exécutant une révérence alors que ses lames de bracelets rétrécissaient à vue d’œil.
Pourquoi êtes-vous seul ? J’avais pourtant envoyé Cropsio vous quérir.
-Nous étions poursuivis, il est resté là haut pour assuré nos arrières. En attendant, laissez moi vous présentez mes amis. Voici Sophie, Naminé, Tony, Greg …
-Le fameux Greg. Enchanté de vous rencontrer, nous attendons beaucoup de vous.
Euh plus tard voulez vous Tanem, reprit Lily, et enfin voici Will.
Will face à face avec le nantuko, le jaugea et observa les lames de ses bracelets :
- Pas mal comme pouvoir, quel insecte êtes-vous ?
-Une mante religieuse, son esprit vif me permet de tuer de mes lames avec précision et discrétion.
-J’ai connu le plaisir des lames de poignards il y a quelques années mais j’ai… évolué.
Tout à coup, une onde glacée traversa le dos de Will de haut en bas, une sensation comme celle où Cropsio l’avait surpris la veille le submergea, le pouvoir des ténèbres s’activa de lui-même en faisant luire le collier de Will ainsi que ses yeux. Will alerté par ces nouveaux sens, senti la sensation d’un danger provenant du plafond. Il eu à peine le temps de sauter sur Tanem que quelque chose tomba là où ils se tenaient avant. La était Cropsio qui pour amortir sa chute avait utilisé sa double queues de scorpion comme ressort.
-Joli réflexe Will, remercia Tanem, un peu plus et il nous embrochait.
-Plutôt nous écrasait comme des insectes, rectifia Will.
-Yni autre faes payr lis jeux di mots, coupa Cropsio qui avait souris, el faut s’entretenir avec lo reine.
L’assemblée se dirigea donc vers la sortie de la salle, Will et les autres étaient encadrés par les soldats et les nantukos. La salle du passage était situé sur un pic rocheux qui surplombait une immense caverne où pendait de grosses stalactites entourées de racines ; Sur certaines d’entre elles, on voyait luire la lueur luminescente de champignons bleu. Le fond de la caverne était composée de multiples boules de bois grosses comme des montgolfières qui s’empilaient les une sur les autres en formant des pyramides. Le groupe chemina entre ces assemblages atteignant parfois la taille d’un immeuble de vingt étages. Des petits arbres de la taille de 2m avec des fleurs rouges attiraient des nuées de lucioles formant ainsi une allée éclairé aussi bien qu’avec des poteaux électriques. De fins ruisseaux s’étiraient à travers certaines rues avant de rejoindre un fleuve souterrain, permettant ainsi au peuple elfique de prendre de l’eau. D’ailleurs les elfes, adultes comme enfants, ne dépassaient pas le mètre vingt, ce qui surpris un peu Will :
-Les elfes ne sont pas sensé être de taille humaine ?
-Il fut un temps où cela était exact. Répondit Tanem. Mais cela nous vous l’expliquerons plus tard.
Désignant une estrade de pierre entourée de 3 cristaux, il conduisit le groupe au centre de la place de la ville. Sur leurs passage plusieurs elfes regardaient curieusement ce jeune cortège, certains méfiants ou peureux, regardaient à travers les fenêtres ou se cachaient derrière les murs, alors que d’autres, explosaient de joies en criant en elfique ou encore venaient baiser les mains des enfants. Ces derniers étaient franchement mal à l’aise face à ces réactions. Les quelques gardes repoussaient parfois quelques un de ces joyeux drilles afin de libérer la rue. Arrivés sur l’estrade, Tanem et Cropsio entonnèrent un chant en frappant parfois des mains pour accentué le rythme. Après quelques secondes, les cristaux qui entouraient l’estrade se mirent à changer de couleurs les un après les autres, allant du rouge au vert en passant par le bleu, le jaune ou encore le violet. Quand ils s’arrêtèrent tous enfin sur le blanc, un rayon lumineux sortis de chacun d’eux et allèrent se percuter au dessus de l’estrade. Une intense lumière dorée descendit alors en cascade sur le groupe. Sophie, émerveillée, avait l’impression de voir des rideaux de pluie d’or déferlés sur elle. Les reflets dorés tombèrent encore un peu moins d’une minute, puis la lumière se dissipa autour d’eux, laissant parfois quelques taches dorées qui voletaient pour ensuite s’éteindre.
Le décor s’était métamorphosé autour du groupe : désormais ils se trouvaient dans un couloir assez large où des fleurs et du lierre tapissaient les murs de manières harmonieuses. Des boules bleues pâles à l’air duveteuses, retenues par des lianes au plafond, émettaient des spores fluorescentes qui, à travers le couloir sombre, donnaient l’impression d’une nuit étoilée.
Toujours conduit par les 2 nantukos de plus en plus silencieux, le groupe de jeunes avançaient calmement en découvrant les merveilles des odeurs qui parvenaient jusqu’à leurs narines. Mais après avoir passé une forte porte de chêne, ce furent leurs yeux qui se trouvèrent captivés par les lieux. En effet, la pièce où ils se trouvaient désormais faisait la taille du stade olympique qu’avaient organisé les chinois pour les Jeux Olympiques de Pékin en 2008, à ceci près que le ciel ouvert de cette salle était en fait un agencement de multiples pierres colorées qui formait une immense rosace. Des arbres, dont les branches vigoureuses se perdaient dans le plafond, faisaient office de colonnes. Le sol était couvert d’une tendre étendue d’herbes où quelques fleurs des champs se montraient parfois. Au milieu, une fontaine projetait de fins jets d’’eaux sur un Saul au feuillage argenté qui se tenait au centre. Au fond de la salle se tenait 2 trônes de granit, l’un orné de bois de cerf où une épée était suspendue dans son fourreau, l’autre encadré par une foule de papillons. C’est sur ce trône que se trouvait une frêle jeune fille aux cheveux d’un noir d’ébène et aux yeux vert amande. Elle avait elle aussi la taille d’un mètre vingt comme tous les elfes, mais par rapport aux autres on aurait put la prendre pour une enfant humaine : malgré ses oreilles pointus, le haut vert fluo ressemblant à un débardeur et la jupe en jean noir assez sexy, assorti à des chaussures qui, on aurait cru à s’y méprendre, étaient une paire de tennis blanche, lui donnait une apparence très humaine.
La jeune fille lisait tranquillement un livre rouge et releva la tête sereinement avec un air amusé en voyant arrivé les 2 nantukos devant elle, mais en apercevant le groupe arrivé derrière eux, elle devint tout à coup surprise. Tout en déposant son livre sur l’accoudoir du trône, elle s’avança d’un pas hésitant vers le groupe pour s’arrêter, la bouche serrée, devant Lily. Cette dernière, après quelques secondes de silence lâcha enfin : « Bonjour cousine. »
La petite elfe, toute heureuse, se jeta dans les bras de Lily en ne retenant plus ces larmes. Pour l’apaiser, Lily lui caressa les cheveux doucement en l’étreignant. Naminé, émue par cette scène de retrouvaille, ne put retenir quelques larmes qui roulèrent sur sa joue avant de disparaître.
Quelques instants après, les 2 jeunes filles se séparaient et Lily fit les présentations :
-Les amis…la reine des elfes et cousine, la jeune Dalia.
-Heureux de vous rencontrer majesté ! répondirent-ils les uns après les autres avec une courte révérence.
-Tout le plaisir est pour moi ! Vous devez être le fameux Greg ? demanda t elle en le regardant avec un sourire.
- En effet, répondit-il en se frappant la poitrine. Moi et mes amis venons vous débarrassez de la créature de la terre.
-Je vois que tu as assez bon gout, rigola la jeune reine à sa cousine. Il aurait fait un superbe roi.
-Ce n’est pas pour vous déranger majesté, interrompit Tanem. Mais nous devons nous réunir d’urgence. Vous pourrez reprendre cette conversation plus tard.
-Bien sur Tanem, je comprends, mais laissez moi au moins conduire nos invités jusqu’à leurs chambres. Ils doivent être fatigués.
-Très bien, répondit le nantuko avec une révérence. Nous vous retrouvons dans la salle du conseil.
Les 2 elfes empruntèrent une porte située sur la gauche des trônes et laissèrent ainsi le groupe et la reine. Cette dernière mena ses invités jusqu’à un couloir dissimulé 50 mètres plus loin sur la droite. Tout en avançant, Lily acheva les présentations de chacun en précisant les pouvoirs qu’ils possédaient.
-Vos pouvoirs sont donc déjà développés, demanda Dalia, c’est parfait ! Mais je pense que nous pouvons les améliorer grâce à notre entrainement.
-Je ferais tout les entrainements que vous voudrez si vous me laissez dormir tranquillement cette nuit. Lança Will avec dédain. Cela fait déjà 2 jours que j’échappe à des morts accidentelles.
-N’ayez aucune craintes, rien ne vous arrivera avant votre vrai combat.
-J’aimerai tant vous croire ! Soupira t il
Après avoir passé quelques escaliers ornés de fresques de fleurs, ils arrivèrent enfin dans une aile où 5 portes se faisaient face. Dalia conduisit tout d’abord Naminé et Sophie jusqu’à la porte de droite, où se trouvait une chambre d’un mauve mystérieux avec 2 lits à baldaquins en soie, une sublime armoire en cerisier et une table de coiffe avec un miroir.
-Vu que vous n’avez pas besoins d’eau pour vous lavez, je vous offre cette chambre. Déclara Dalia. La chambre voisine sera celle de Tony et Will, en face se trouve celle de Greg et Lily. Les 2 dernières sont ma chambre et celle de Dame Uveve, ma dame de compagnie qui se trouve être la troisième et dernière de nos nantukos.
-Merci pour votre hospitalité reine Dalia, répondit Tony. Je suis honoré et mes amis également, de passer quelques temps en votre compagnie. Nous ferons tout notre possible pour que votre peuple prospère encore longuement.
-Très contente de l’entendre. Reposez vous pour le moment, Dame Uveve viendra vous cherchez pour l’heur du repas. Je vous quitte sinon Tanem va me gronder.
Ils se séparèrent donc en allant vers leurs chambres alors que la reine disparaissait rapidement dans le couloir.
Tout en défaisant ses chaussures, Naminé couru jusqu’au lit violet où elle plongea. Elle rebondit quelques instants sur les couvertures duveteuses puis roula sur le cotés pour s’allonger de tout son long en fixant le plafond. Sophie, elle, avait jeté son sac à dos dans un coin pour courir jusqu’à l’armoire où elle découvrit des robes élégantes de matières inconnues ainsi que quelques tenue de la mode humaine, dans l’autre porte se trouvait des armures et de l’attirail de combat. Sophie sortie l’une des robes elfique d’un rouge profond et la mit devant elle.
-Comment tu me trouves ?
-Elle tirait super bien !
-T’es sur ? Demanda t elle en se tournant vers le miroir. Je crois qu’elle flash un peu trop.
A peine avait elle fini sa phrase que le miroir devint flou. Une légère brume apparut dans le reflet de Sophie puis laissa place à un énorme visage de femme ridée orné de bigoudis.
-Sophie, ti m’entends ? Lança alors le reflet de la grand-mère avec une voie rauque.
-AAAAAAHhhh !...Sophie qu’est ce que c’est ? hurla Naminé terrorisée par la soudaine apparition.
-C’est rien Nam, c’est juste mamie qui m’appelle. Lui répondit-elle. Je t’entends très bien mamie, ça va de ton cotés ?
-Très bien ma chérie, merci. Je vais pouvoir rassurer les parents de ton ami Lily que vous êtes bien arrivés.
-Tu n’as pas eu trop de mal à me trouver au moins ?
-M’en parle pas ! J’ai du passer par pas moins de 10 reflets dont le fond d’une marmite de soupe de poissons, j’ai même croisé le reflet d’une femme qui se collait des escargots sur le visage comme soins antirides. Heureusement que je viens de croiser ton petit copain à cotés, sinon je cherchais encore.
-Will n’est pas mon petit copain !
-Pourtant il devrait ! Fais moi confiance, ce garçon n’est pas ordinaire et a tout pour plaire.
-C’est pas ce que tu disais la première fois que tu l’as vue ! Répliqua Sophie ironiquement.
-J’avoue ne pas apprécier ces airs de voyous, mais j’ai confiance en lui. Je suis même sur qu’il ne te sera pas insensible si tu portes cette belle robe.
Le regard qu’elle lança en prononçant ces mots provoquèrent chez Sophie un rougissement plus d’embarras que de plaisirs.
-Bon dépêche toi de te changer ! Le chef cuistot a dit que le repas est dans moins d’une heure. A plu tard ma chérie.
Le visage disparu alors et le reflet de Sophie revint peu à peu dans le miroir. Sophie encore sous le choc des propos de sa grand-mère, resta quelques instants devant le miroir avant de tirer la langue avec amusement.
-J’ai le droit de choisir mon mec quand même ! Je ne suis plus une gamine !
-Mais reconnais que tu es heureuse qu’elle apprécie Will. Au fait comment ce fait il que ta grand-mère prenne bien l’histoire de la malédiction ?
-Tu sais, depuis le temps que j’ai appris qu’elle pouvait lire dans les pensées, je me suis mis à tout lui raconter, de peur qu’elle ne lise mon esprit à mon insu et qu’elle ne se fasse des idées sur mon opinion.
-Mais tu ne vas pas me dire qu’elle t’as crus quand tu lui as raconté quand même ?
-Au début non bien sur, mais en lui montrant le collier et quelques pouvoirs elle a fini par me croire.
-Ben t’as de la chance qu’elle le comprenne, j’imagine pas la prise de tête. Bon tu la met cette robe ou tu attends que je trouve la mienne ?
-Je vais d’abord regarder les autres, mais je t’en pris si tu veux aussi t’habiller, te gêne pas !
Après de nombreux essayages de robes plus tard, ce fut la robe rouge que Sophie fini par porter. Naminé qui avait opté pour un chemisier vert orné de feuilles de cerisier et d’une robe bleu marine, se coiffait à l’aide d’un instrument de bouleau très proche du peigne mais dont une sève à l’odeur sucrée de miel sortait pour lui permettre de lisser ces cheveux. On frappa à la porte alors que Sophie se demandait quelle heure il pouvait bien être. Elle ouvrit la porte et se trouva face à Will qui portait toujours son habituel manteau noir, mais avait remplacé ses vêtements par un haut de lin violet et un jean sombre un peu délavé. Will ne put s’empêcher de siffler en contemplant Sophie, ce qui la fit quelques peu rougir. Dans le couloir, les autres les attendaient déjà en tenue de soirée : Greg portait un pourpoint grena et un pantalon de toile semblable à celui de Tanem. A ces cotés Lily avait déniché une robe couleur émeraude où des fleurs cousues brillaient d’un éclat léger. Tony, lui, avait opté pour un plastron léger de couleur azur ainsi qu’un pantalon de cuir noir entrelacé par des bottes brunes à lanières. Juste derrière lui se tenait une elfe aux longs cheveux noir qui se terminaient par des mèches argentées. Elle avait les yeux couleurs onyx et un bandeau pourpre lui barrait le front. Sa tenue était composée d’un court maillot violet sans manches et une jupe bleu marine. Elle se déplaçait pieds nus et de manière souple comme si elle dansait.
-Je suis Dame Uveve, déclara t elle d’une voix cristalline. Je suis la dame de compagnie de sa majesté et sa gardienne en tant que nantuko. Si vous voulez bien me suivre, le repas va être servi.
Ils traversèrent de nouveau le couloir qui mène à la grande salle mais ils bifurquèrent à gauche sur les derniers mètres pour arriver dans une pièce spacieuse couverte de cerisiers en fleurs. Sur la gauche se trouvait une cheminé entourée de fauteuils et canapés aux allures de vielles souches. A la droite, une longue table entourée de chaises avec des lucioles volant au-dessus en émettant des lueurs colorées. Dalia, Tanem et Cropsio étaient déjà assis à table et invitèrent chacun à se placer comme il le souhaitait : Dalia, en bout de table avec à ses cotés Dame Uveve et Lily, à l’autre bout, Tony entouré de Naminé et Sophie. Du cotés de Naminé et Dame Uveve se trouvait les 2 autres nantukos qui faisaient face à Greg et Will.
Au menu, il y eu de la soupe de poissons (comme l’avait dit la grand-mère), du faisan, des quiches aux légumes ressemblant à des poivrons, de la salade de champignons accompagnée d’œufs de piverts, mais aussi des croquettes de fourmis (noir ou rouge en fonction de la sauce) et des sauterelles grillées à la poêle.
Lily surpris sa jeune cousine en savourant une aile de faisan car la jeune elfe n’avait jamais vu un des leurs, même s’il fut demi-elfe, mangé de la viande. Dalia voulu tenter de manger une croquette de fourmi mais Tanem lui prit de force le morceau des mains grâce à l’une de ses lames. La jeune princesse bouda un peu le geste du commandant qui la fixait avec un air de reproche, mais elle retrouva vite son visage radieux lorsque Tony lui raconta des histoires du monde humain.
-Le monde extérieur semble si beau, soupira Dalia. Tu as tellement de chance Lily de vivre dehors avec Greg.
-Merci, mais tu sais ce n’est pas facile tout les jours.
-Je pense à un détail grave, intervint tout à coup Dame Uveve. La cousine de sa majesté est plus vieille que sa majesté si je ne m’abuse.
-Sur un certain point c’est exact, répondit Lily ne comprenant pas la gravité de la chose. J’ai 18 ans et Dalia n’en possède que 10 vu qu’elle n’a vécu que 100 ans.
-C’est donc à vous de remonter sur le trône, reprit Tanem qui avait comprit l’inquiétude de sa consœur.
-Moi… sur le trône de Brilodiane ?
-Mais c’est impossible, intervint Greg en prenant la main de Lily, qui s’était mise à trembler comme une feuille. Sa famille ne le voudra jamais et moi non plus d’ailleurs. Elle n’est même pas une elfe à part entière.
-De plus je n’ai aucune expérience de l’art de gouverner !
Illi marque yn point.
-Malheureusement Mère Nature n’acceptera pas de la laisser partir vu qu’elle de sang royale, répondit Tanem dépité.
-On ne peut donc rien faire Tanem ? Demanda Dalia inquiète.
-Je ne vois malheureusement aucune solution. Cette règle du sang existe depuis bien trop longtemps grâce à ère Nature. Nous ne pouvons nous risquer de tenter la défier, même après le combat contre le gardien.
-C’est donc sans espoir. Soupira Will
Lily avait enlacé Greg et s’était mise à pleurer, lui tentait de la réconforter en lui caressant ses cheveux. Les nantukos, Sophie, Will et Naminé regardaient le couple avec un air abattu, une boule de fer dans la l’estomac. Quand tout à coup, Dalia rompit le silence.
-Tony je vous pris d’éteindre cette cigarette, la fumée est nocif pour mes poumons.
Naminé s’était alors tournée l’air grave plein de reproches vers Tony, celui-ci fumait sa cigarette entre 2 doigts, puis souffla un nuage en fermant les yeux.
-Cette fumée n’est pas nocive, répondit Sophie en donnant un coup de pied à Naminé. Il s’en sert pour se faire plaisir ou se libérer l’esprit et s’éclairer les idées, ce qui veut dire que… Tony, tu as une solution ?
-Je crois bien, mais laisse moi encore 2 minutes pour en être sur.
-Allez raconte même si c’est dangereux, je veux rester avec Lily. Rétorqua Greg impatient.
-Je propose que nous répétions l’histoire, répondit-il après quelques instants. Lily, tu vas épouser Greg avant de partir de Brilodiane.
Ces mots prononcés provoquèrent un silence mêlant stupéfaction, amusement et admiration parmi les convives.
-Tu as perdu ton courage Greg ? Rigola Tony
-C’est… comment dire ? Un peu brutal comme solution !
-Tu trouve ! Elle est pourtant très simple, reprit Tony avec détermination, Elysabeth, la mère de Lily, avait été contrainte de quitter la forêt pour que son enfant puisse vivre, pour cela, elle s’est résolue à épouser un humain. La seule chose qu’une mère ne peut refuser à son enfant c’est l’amour et le bonheur.
-Savamment bien joué Tony, reconnu Tanem, mais pense tu que le mariage suffira ?
-Je l’espère, car c’est notre seul et unique solution.
-Y a juste un problème, intervint Greg, pour se marier il faut avoir l’âge requis et aux dernières nouvelles, je ne l’ai pas.
-Désolé de te décevoir, mais chez les elfes, il suffit d’avoir 150 ans pour se marier, hors ton âge de 16 ans vaut 160 années elfiques.
-Bon, et bien vu que tout le monde est d’accord, lança Dalia avant queGreg ne se défile, nous organiserons le mariage après votre combat, c'est-à-dire après demain.
-Tu comptes les faire combattre demain soir, intervint Lily, ils n’ont pas encore beaucoup d’expérience en combat tu sais.
-Malheureusement notre adversaire deviens plus fort d’heure en heure ma chère.
-Ni vays inquiétée pos majesté, demain els seront presque oysse fart que mae.
-Nous allons donc aller nous coucher tout de suite, déclara Will. Merci pour ce délicieux repas et bonne nuit.
Ils reprirent donc le chemin du couloir pour atteindre le hall des chambres. Durant leurs marches, ils entendirent une douce mélodie flottée dans l’air. Elle était si reposante et belle que personne n’osait émettre le moindre bruit, de peur de rompre le charme de ces notes de rêves. Ils atteignirent enfin leurs chambres, et après un dernier « bonne nuit », chacun reprit ces quartiers.
Will enleva son manteau qu’il déposa sur le dossier d’une chaise, puis s’empressa de se dévêtir pour se plonger dans l’eau chaude d’une baignoire où coulait une source claire. La chaleur de l’eau sur son corps lui permit de détendre ses muscles quelques peu douloureux. Après s’être lavé et essuyé, il enfila un caleçon de toile puis s’allongea dans son lit. Sur un sifflement de Tony, les pierres qui émettaient de la lumière dans la chambre, s’éteignirent peu à peu.
-Tu penses que tout ira bien demain ? Demanda Will qui fixait le plafond dans l’obscurité.
-Honnêtement, je l’espère Will, mais j’ai peur pour la vie de chacun.
-Moi aussi j’ai la trouille, mais si jamais la mort veut s’emparer de l’un de mes amis, je la repousserais grâce aux ténèbres !
-Fais attention de ne pas sombrer dedans, ce pouvoir est dangereux.
-Je sais Tony. Fais-moi penser de surtout veiller sur Sophie et Nam demain soir
-Tu as raison, mieux vaut éviter que leurs oppositions de pouvoirs ne soit trop risqué. Surtout que d’après la légende, seul Greg peut stopper le gardien de la terre.
-Ça c’est moins le problème, mais bon on verra bien demain. Bonne nuit vieux.
-A toi aussi.

Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Au cour de la nuit, Will refis le rêve où il se trouvait avec le Dieu Omyder mais cette fois ils se trouvaient autre part. L’endroit était sombre avec d’étranges colonnes de pierre. Omyder avait brandit de son dos une épée ressemblant à celle du tatouage de Will, et après avoir invité le garçon à faire de même grâce au pouvoir des ténèbres, il lui enseigna l’art de l’escrime. Lorsque Will tentait de porter un coup à son adversaire, celui-ci disparaissait dans un trou noir pour se téléporter à distance de Will. Mais quand ce fut au tour de Omyder de toucher Will, il ratait son attaque car le garçon s’était lui aussi téléporté. Cette bataille dura des heures sans que l’un d’eux ne lâche sa garde, mais il fut tout de même un moment où Will sentit perdre plus ses forces et s’affaissa alors que Omyder l’embrochait.
-Et tu meurs!
-Très drôle, ce n’est qu’un rêve.
- Détrompe-toi, le monde des songes peut s’avérer mortel pour qui ne sais y survivre.
-Le pouvoir des ténèbres m’aurait sauvé de toute manière.
-Malheureusement non, répondit Omyder en retirant la lame du corps de Will, Seul les ténèbres peuvent détruire le chaos de celui qui m’a mit ici, mais tu dois savoir qu’il des forces encore plus puissante que les ténèbres.
-La lumière par exemple ?
-Oui par exemple… mais tu n’auras pas à t’en soucier car désormais les ténèbres sont lumières. Sur ceux je te souhaite une bonne fin de sommeil et te laisse te reposer. A plus tard, jeune guerrier.
Omyder disparut alors dans un nouveau passage ténébreux et laissa seul Will qui s’était étendu dans un paysage de plaine verdoyante sous un ciel étoilé. Cela dura un certain temps avant que Will ne fut réveillé par Tony qui le secouait.
-Allez debout Will ! Il faut aller déjeuner. Tanem vient nous chercher dans une heure pour l’entrainement.
-2 secondes, s’il te plait, laisse moi le temps d’émerger.
-Ok mis dépêche toi quand même, les autres sont déjà partis manger.
Will, encore un peu endormi, se força à se lever et s’habilla en hâte avec les habits habituels qui avaient été lavés durant la nuit.
Accompagné de Tony, il se rendit dans le salon et s’asseya à la table. Le petit déjeuner était composé de tartines avec du nectar doré au gout de miel, de petites brioches aux noisettes, d’un muesli aux fruits des bois et d’une boisson chaude située entre le thé et le café. Après avoir savouré ce repas, Tanem conduisit le groupe d’adolescents dans une pièce dont les murs étaient percés de petits trous, une légère brume odorante s’élevait dns l’air.
-Nous voici dans la salle des capacités, commença Tanem. Cette pièce est en fait une ruche dont les abeilles peuvent procurer un don grâce à leurs piqures. La brume présente dans l’air empêche les insectes de sortir des trous où elles logent.
-Pourquoi une telle pièce ? Demanda Naminé. Je veux dire… Les elfes n’ont pas les mêmes dons ?
-Avec l’arrivé du gardien sur nos terres, notre peuple a subit une malédiction pour l’empêcher de s’en prendre aux humains. C’est pour cela que les elfes sont de tailles réduites, à part les nantukos qui sont déjà maudits. Les capacités de notre peuple sont également presque nuls, c’est pour cela que cette pièce a été fondé, permettant ainsi de redonner quelques dons utiles.
-Et vous souhaitez nous offrir l’un d’eux, n’est ce pas ?
-En effet, mais contrairement aux pouvoirs qui sont fournis par vos colliers, l’énergie utile à ce don proviendra de votre propre énergie !
-Il faudra donc apprendre à gérer cette force, c’est ça.
-Exactement, Lily vous aidera à gérer cette énergie nécessaire, mais pour cela vous devez être piqués. Je vais donc faire disparaître la brume pour que les abeilles sortent. Ne réagissez pas brusquement, la piqure est presque invisible, mais si vous excitez les insectes, ils risquent de vous piquez plus de fois, ce qui est dangereux !
-Très bien, nous allons fermer les yeux pour être plus tranquille. Proposa Sophie.
-Bonne idée, et ne les rouvrez que dès que je l’aurais dit !
Après que chacun aient enfin fermé les yeux et se soient un peu détendu, Tanem fit disparaître le brouillard odorant. Une fois l’odeur dissipée, un bourdonnement se fit entendre, léger tout d’abord, puis se mit à grossir très vite. Les abeilles sortaient des trous avec rapidité pour tourner dans les airs. Quelques unes se posait parfois sur le corps des adolescents, mais elles reprenaient rapidement leurs envoles. Après une dizaine de minutes, le bourdonnement de la ruche commença à décliner, pour enfin être stoppé par le retour du nuage d’odeur.
Quand Sophie rouvrit les yeux, elle commença par regarder ses amis pour voir s’ils avaient changé d’apparence, mais ils semblaient être pareils à d’habitude.
-Pas la peine de vous étonnez d’aucun changement, lança Tanem. Les pouvoirs conférés par les abeilles ne sont pas visibles, ce dons des sens ou des connaissances qui vous ont été confiés.
-Et comment on fait pour savoir quel don on a ? Demanda Will en se grattant la tête.
-Très simple, le don d’une abeille est inscrit dans son dard. Hors chaque don étant différent, le dard l’est également.
-Il faut donc retrouver la piqure pour connaître le pouvoir, c’est ça ? Continua Will qui continuait de se gratter le crâne.
-En effet, et si je ne m’abuse ton dard est dans tes cheveux Will.
-Ça n’arrête pas de me démanger, vous pouvez calmer ça s’il vous plait !
-Approche que je regarde.
Will pencha sa tête en avant pour que l’elfe puisse voir, mais à travers sa chevelure noire enduite de gel, le dard était invisible. Tanem gratta la tête de Will avec s main jusqu’à ce qu’il sente enfin l’endroit de la piqure. Il fini par extraire le dard d’un rouge prune aussi gros qu’une aiguille de pin. Will se redressa pour examiner le dard et se trouva impressionné qu’un tel objet soit rentré ans son corps sans éveiller le pouvoir des ténèbres.
-Parfait Will, tu es désormais un adepte caméléon, annonça Tanem en cassant le dard.
-Ce qui veut dire ?
-Un art de camouflage physique mais aussi mental de toi. Tu peux faire disparaître n’importe qu’elle partie de toi ;
-Cela peut aller jusqu’où exactement ? demanda t il les yeux brillants d’excitation.
-De la disparition d’un cheveu blanc à celle de la vie.
Cette réponse fit déglutir Will, si le don de camouflage était réellement dangereux, il allait devoir apprendre à jauger son énergie vitale. Néanmoins, l’idée de devenir invisible l’enchantait.
Concernant les autres dars, leurs recherches furent plus longue car les piqures se situaient parfois à des endroits qui ne démangeait pas comme le bout de l’annulaire droit de Tony, le bas du dos de Greg ou encore la poitrine de Naminé. Après avoir enfin extrait tout les dards chacun savait quel don il possédait : Tony était doté désormais d’un sang curatif pouvant soigner n’un porte quel blessure, mais pour pouvoir soigner il fallait faire boire ce sang à la personne blessée. Sophie avait acquis le pouvoir de parler avec n’importe quel animal, malheureusement l’utilisation de se pouvoir lui vaudrait la métamorphose de son comportement en celui d’un animal si elle se risquait à parler ce langage trop longtemps. Greg, lui, héritait de l’expérience du meilleur chasseur, pouvant déceler les réactions de chacun et capable de piéger n’importe qui, autant par le dialogue que par une traque. Quand à Naminé, elle avait reçu des pouvoirs psychiques lui permettant de rentrer en contact avec l’esprit des gens pour leurs parler ou lire leurs penser. Mais pour user de leurs pouvoirs, Greg et Naminé devaient se préparer à dormir ensuite, car la dépense de l’énergie utile à leurs pouvoirs les forceraient à dormir durant un temps indéterminer.
Une fois les dernières infos fournies par Tanem et quelques petits tests de dons. Ils se rendirent dans une autre salle immense où plusieurs soldats elfes étaient entrain de se battre à l’épée ou à la lance. Quand le groupe arriva sur un grand cercle d’herbe de 500 m de diamètre, nombres des soldats se regroupèrent autour du terrain.
-Nous voici dans l’aire d’entrainement. Expliqua Tanem
-Ah bon, je pensais que c’était les cuisines. Plaisanta Greg
-Si vous souhaitez être cuisiné Greg, vous allez être servie. Cropsio sera votre adversaire.
-En effet, le nantuko venait d’apparaître dans la foule de soldats (sa taille permettant de mieux le voir) et se positionna sur le terrain en un bond puissant. Sa ceinture se dénoua et se mit à grossir de plus en plus pour ne former qu’une paire de queues de scorpion noire. Ses muscles devinrent également plus impressionnant (ou alors c’était juste une illusion) et la totalité de sa peau était devenu plus sombre et dur comme une carapace.
Greg impressionné par la transformation, resta immobile quelques secondes jusqu’à ce qu’il se met à sourire.
-Joli numéro Cropsio. Fini t il par lâcher en rigolant
-Heureux qyi ço vous plaisent, prêt payr li combat ?
-Et comment !
En pénétrant sur le terrain, Greg remarqua qu’un mur bleuté transparent entourait la zone. Par curiosité, Greg appliqua sa main sur le voile et ressenti alors une force solide qui l’empêchait de passer. Il comprit alors que cette barrière magique servait à protéger la foule amassée autour du terrain et que s’il voulait pouvoir en sortir, il allait devoir gagner ou abandonner. Avançant au milieu du terrain, il sonda l’environnement comme le lui avait appris Lily, voir s’il pouvait distinguer quelques éléments rocheux. Malheureusement la zone ne comptait qu’une unique pierre moyenne située au centre du terrain, le sol était juste composé de sable fin où les herbes s’étaient mises à s’étendre pour former un tapis vert. Pas le moindre gravillon se trouvait à porter, au hasard il sonda également la ceinture queue de Cropsio, mais il n’y découvrit pas un seul morceau de métal dans cette partie non plus. Toute fois Greg imagina plusieurs hypothèses sur comment vaincre son adversaire et ce fut un manga qui lui donna la solution. Il effleura l’esprit de la pierre au centre du terrain tout en s’apprchant de Cropsio, et dès que celui-ci rua sur lui en criant « En garde », il demanda à la pierre de bouger. La roche roula donc devant le pied du nantuko et lui fit un crochepied. Cropsio perdit l’équilibre et roula en avant pour ensuite se relever rapidement. A l’avenir, il savait désormais qu’il faudrait se méfier de la pierre et la projeta donc à l’autre bout du terrain avec force. La roche s’écrasa contre la barrière magique et se fractura en plusieurs morceaux. Cropsio reprit alors son attention sur Greg qui n’avait pas bougé d’après lui car il était devenu immobile et fermait les yeux.
-Ji ni vois pos comment tu vos pouvoir mi battre sons rachirs. Ty devrais abandonner ! conseilla t il, mais Greg ne bougea pas
-Allons abandonne ! Ji ni veux pos ti blesser inutilement. Continua t il sans obtenir de réponse
En effet, Greg restait là les yeux fermés, droit comme un poteau, son collier ne brillait même pas. Le plus impressionnant fut que la foule retenait son souffle, personne n’osa faire de bruit jusqu’à ce que Tony se mette à l’encourager, puis vint Sophie et Will, pour qu’enfin tout le public l’encourage. Mais rien de tout cela ne fit bouger Greg.
-Greg, li peuple vays acclame. Si vays ni bougez pos, ji li ferais ! lança Cropsio qui fonça vers Greg toujours de marbre. Il lui décocha un puissant crochet du droit qui propulsa Greg dans les airs sur une dizaine de masse de sable qui explosa. Cropsio, tout comme la foule, était éberluée devant ce tas de sable qui venait de se former là où avait atterrit Greg. Mais la stupeur devint encore plus importante quand plus importante quand ce sable se mit à bouger pour former peu à peu une masse qui devint un Greg flambant neuf. Cropsio fonça de nouveau vers Greg mais il stoppa rapidement à 5m de lui quand le sol se mit à bouger autour de lui. Jettant un coup d’œil au collier de Greg toujours les yeux fermés, le nantuko se demanda ce qui se passait car la lueur du pouvoir de la terre n’était pas activé. Une dizaine d’autres Greg se formaient de la même manière que le premier et se mirent à encercler le nantuko. Ils ouvrirent les yeux et c’est alors que toute l’assistance cria de surprise : Les yeux des Greg étaient tous blanc comme du sable.
Les clones de sables se jetèrent alors sur Cropsio. Le nantuko frappa chacun d’eux avec rapidité, provocant des tourbillons de sables autour de lui chaque fois qu’il en touchait un. Mais d’autres clones se reformaient pour revenir à la charge. On vit passer pas moins de 20, 30, 40, voir 50 Greg au cour de se combat mais Cropsio frappait toujours avec la même force en réduisant chaque clone en poussière. Cependant le nantuko sentait qu’il avait de plus en plus de mal à bouger les jambes à chaque mouvement effectué. En parti à cause du sable qui s’entassait sur ses pieds mais il se rendit compte que le sable avait désormais passé ses genoux. Cropsio compris alors trop tard le plan de Greg : il ne souhaitait pas l’épuiser contre une armée de clone mais le piéger dans des sables mouvants.
Cette prise de conscience tardive lui value de se prendre 2 clones qui le plongèrent sous une masse de sable, enfonçant son corps jusqu’à la taille. Encore 5 clones sur lui et il se retrouva enfoui totalement, ne laissant que sa tête hors du sable. Un Greg passa de derrière lui à devant lui et s’agenouilla. Ses yeux noir brillaient d’excitation :
-Alors tu abandonnes Cropsio ?
-Jomoes ! Hurla le nantuko
-Il ne faut jamais dire jamais !
-It qu’est ci qyi ty dis di ço ? Lança t il en faisant jaillir une de ses queues qui alla frapper le torse de Greg.
Certain avait poussé un cri en voyant surgir la queue du sable, mais d’autres suivirent d’horreur en voyant la queue traversé le corps de Greg.
-Mauvaise réponse ! Souffla le clone en se désintégrant au dessus du nantuko, laissant tomber le sable et 2 fragments de la pierre brisée en début de combat.
Le vrai Greg surgit alors du solen bondissant tel un diable hors de sa boîte et activa son pouvoir pour sortir Cropsio hors des sables mouvants grâce à un tourbillon de gravité. L’elfe était allongé
Sur le sable, exténué par les efforts qu’il avait décuplés. Greg le prit par l’épaule et l’aida à se relever pour le conduire à la limite du terrain. Il passa la ligne magique et déposa son adversaire sur une civière.
-Je crois qu’il ne sera pas en état de se battre tout de suite. Lança Greg alors que la foule commençait à le féliciter par plusieurs cris de joies. Ses amis le rejoignirent rapidement et lui dirent l’admiration qu’ils avaient éprouvés face à l’ingéniosité qu’il avait usé pendant le combat. Greg avoua que sans le souvenir du personnage de Gaara du désert dans Naruto, il n’aurait jamais pu s’en sortir et n’attendit pas que Tanem lui propose de se reposer, pour s’asseoir au premier rang afin de souffler un peu. L’annonce du/ prochain combat se fit entendre alors : Tanem contre Sophie et Naminé.
Tanem retira son haut de cuir, révélant son torse musclé aux 2 jeunes filles, celles-ci avaient opté pour des des shorts en jean et des maillots à manches courtes. Après que Tanem se soit placé en position de combat, les lames de ses bracelets devinrent plus grandes. Puis il s’élança à grande vitesse vers les filles. Sophie lui envoya un salve d’une dizaine de petites boules de feu. Il en arrêta quelques une avec ses lames, esquiva une autre partie puis exécuta un bond pour éviter le reste et atterrir derrière Naminé pour se protéger. Vif comme l’éclair, la jeune japonaise tourna rapidement la tête de façon à ce que sa chevelure touche le visage du nantuko. Elle invoqua son pouvoir et fit passer une vibraqua dans ses cheveux. Tanem prit la forte onde d’eau ce qui le fit reculer, mais à peine se relançait il à l’attaque que Sophie lui envoya une énorme boule de feu d’un mètre de diamètre. Tanem arrêta la boule à l’aide de ses lames mais la force concentrée dedans était si puissante que cela le fit reculer sur tout le terrain en formant 2 rails de tranché dans le sol.
-Merde, ragea Sophie, même ma meilleur flamme ne lui fait rien.
-En plus je ne peux pas trop utiliser mon pouvoir sinon je te blesserai, renchérit Naminé.
-On fait quoi alors ? On abandonne ?
-Pas question ! Je crois que j’ai une solution mais c’est dangereux.
-Dit toujours, avant qu’il ne revienne.
De l’autre cotés du terrain, Tanem reprenait son souffle, même s’il savait qu’il avait l’avantage, il avouait que les tentatives des filles étaient assez intéressantes, il se méfiait donc un peu. Il vit alors Sophie monter sur les épaules de Naminé et fit sortir des jets de flammes de ses mains. Tout en maintenant son ami fermement, Naminé se mit à tourner sur elle-même, formant ainsi une toupie de flamme qui engendra un anneau de feu autour d’elles. Les flammes se mirent à grandir de 3m et commencèrent à s’étirer de plus en plus sur le terrain en ravageant l’herbe. Tanem s’écarta hors de la portée des flammes en se plaçant au bord de la zone herbeuse. Luttant contre la chaleur, il attendait devant ce mur des enfers en suant à grosses gouttes qui se perdaient dans le sol. Ses yeux ne supportant pas la lumière intense qui se dégageait il se les protégea du mieux qu’il pu avec son bras, tout comme la foule qui était éblouie. Après une bonne demi-heure, les flammes s’éteignirent enfin, révélant un étrange spectacle au nantuko et au publique : alors que tout le terrain était noir de cendre, la zone où se trouvait les filles était devenue un cercle d’herbes hautes d’au moins 2m. Tanem en fut stupéfait, mais il avoua que la manière de coupler les 2 pouvoirs pour former une puissante photosynthèse était vraiment simple, mais bête car cela ne protégeait en rein ses adversaires. Il s’élança et exécuta un grand bond pour atterrir au centre de l’herbe. En arrivant au sol, il créa une bourrasque qui fit coucher les plantes. C’est alors que les 2 filles sortirent de l’herbe en se jetant à terre. Tanem ne comprit pas d’abord la manœuvre mais remarqua rapidement que les herbes s’entouraient autour de ses jambes en le ligotant. Il tenta de couper l’herbe à l’aide de ses lames mais les tiges lui entourèrent les bras et l’immobilisèrent.
-Plus la peine de vous débattreTanem, conseilla Sophie. Je peux encore embraser ces herbes pour vraiment gagner.
-Mais comment se fait il que l’herbe vous obéissent ?
-J’ai usé de votre sueur pour la photosynthèse, répondit Naminé. Lily nous avait dit que ses larmes avait une rose en rosier sublime. J’ai voulu tenter avec l’herbe.
-Très bien penser jeune fille.
-Surtout un coup de chance, vous savez.
Peut être mais je m’incline.
Les herbes relâchèrent leurs étreintes, libérant l’elfe qui se détendit un peu. Tanem se massa les muscles quelques instants puis appela Will pour le combat suivant.
-Pas trop fatigué Tanem, rigola t il.
-Au contraire, je suis chaud maintenant !
-Alors en garde. Cria Will en se mettant à courir.
Après son sprint il se mit à bondir à quelques mètres de Tanem, mais alors qu’il était dans les airs, il ouvrit un passage ténébreux et disparut dedans. Tanem eu juste le temps réagir pour bouger, que Will reparut dans son dos. Il passa ses bras sous les aisselles de l’elfe et maintenait sa tête à l’aide de ses mains, avec l’aide de ses jambes placée autour des cuisses de son adversaire, Will l’avait immobilisé. Mais cela ne dura que 5 minutes car Tanem lui donna un coup de boule avec l’arrière de sa tête. Désarçonner par le coup, Will lâcha prise et tomba au sol sur le dos. En tombant il ressenti une vive douleur le long de son dos comme si une barre de fer s’y était écrasée, il remarqua vite qu’il y avait réellement un objet dans son dos. Il ouvrit alors un nouveau passage et disparu. Tanem sur le qui vive, brandissait ses lames en guettant le moindre mouvement. Il exécuta alors un début de coups dans les airs sans rien visé et on vit Will apparaître, une épée à la main qui vient percuter les lames du nantuko. Will fit quelques échanges puis recula pour faire face à l’elfe. Son épée était d’un noir profond et une sorte de flamme d’aura noire émanait de sa lame. Cette épée était le tatouage que portait Will dans son dos.
-Belle arme Will, c’est un pouvoir des ténèbres ?
-Il semblerait.
-Et bien testons la.
-En garde ! Cria Will de nouveau en s’élançant arme au poing.
Les é bretteurs échangèrent plusieurs coups, alliant parades et feintes dans une danse légère mais mortelle. Après quelques attaques les 2 adversaires étaient à égalité, quand tout à coup Tanem se mit à reculer rapidement, la tête penchée en avant et les bras contre son ventre en gémissant. Will s’approcha lentement avec méfiance.
-Tanem, vous allez bien ?
-Danger…Protéger…Tuer…articula l’elfe avec une voix rauque.
-Will ! Fais attention ! Lui cria Lily. Il devient un nantuko chaos.
-Et merde ! Lâcha le garçon en tenant son arme à 2 mains.
-Tiens bon, on va chercher Uveve pour t’aider.
A peine lui avait on dit la phrase que Tanem poussa un cri de rugissement et se lança contre Will. Le nantuko avait des lames de la taille de faux. Il avait l’air d’une vraie mante religieuse maintenant car ses membres s’étaient allongés et ses mains étaient désormais des moignons où étaient plantées ses lames. Tanem percuta Will avec violence et obligea celui-ci à parer de plus en plus. A chaque attaque, l’elfe déversait un flot de rage et de force. Will parait les coups les plus durs, prenant parfois des égratignures à causes d’un mouvement trop lent, jusqu’à ce que Tanem réussissent à le désarmé en envoyant son arme à l’autre bout du terrain. Will disparut rapidement dans un passage de ténèbres alors que le nantuko fendait l’air pour le décapiter. L’elfe, encore plus vif à cause de sa transformation, sprinta à grande enjambé jusqu’à l’arme de Will pour éviter qu’il ne la reprenne. Il était à 5ocm de l’arme quand Will réapparu et attrapa l’épée noire pour embrocher Tanem. La lame noire transperça le corps en passant par le cœur, ce qui fit rugir de souffrance l’elfe.
« Abandonnez vos ténèbres et revenez nous Tanem, 1er nantuko d’émeraude, chevalier de l’ordre du lys ! » cria Will en enfonçant sa lame au fond du corps avant de l’extraire. L’elfe s’écroula à genoux les bras le long du corps avec la tête en arrière. Sa plaie était noire avec des reflets verdâtres du sang frais. Une bulle noire sortie alors de la plaie en flottant et alla recouvrir la lame de l’épée noire. Will appliqua alors sa main contre la blessure et la ferma grâce à son pouvoir. L’elfe poussa un dernier cri et commença sa transformation. Uveve apparu alors derrière Will, suivi de Sophie qui se jeta à son cou pour l’enlacer en tremblant, puis il vit arriver Tony et Lily.
-Ciel Will, j’ai eu si peur pour toi ! Lança Sophie en le serrant.
-Moi aussi, mais serre moi moins fort st plait ! Souffla t il
-Oh pardon.
-C’est rien, je suis juste un peu trop fatigué. Dit il en replaçant l’épée dans son dos pour l’absorber
-Tu la sors d’où cette épée Will ? Interrogea Tony en voyant l’arme redevenir un simple tatouage.
-Un de mes rêves. Répondit il
-En tout cas elle est très puissante, tu as mis KO un nantuko chaotique des plus puissant à toi seul. Remarqua Lily avec admiration.
-Bien plus que cela Majesté kof…, toussa Tanem qui reprenait ses esprits. Elle transperce le corps kof kof… traverse le cœur et blesse l’âme elle-même. Cette lame kof… a absorbé toute ma rage et ma violence kof.
Cette remarque jeta un froid sur le groupe qui comprenait l’ampleur de l’exploit de la lame noire.
-Reposez vous Tanem, vous avez épuisé toutes vos forces. Tony se battra contre Uveve.
-Merci Majesté kof… Uveve fais attention ! Les pouvoirs de ce garçon peuvent être aussi surprenant que ceux de ses amis. Dit il en regardant Tony.
-Je prends la relève Tanem, j’ai envie d’un vrai combat depuis bien longtemps.
L’elfe soupira devant l’impatiente de sa consoeur. Tout en se relevant il prit l’épaule de Will et ils quittèrent le terrain en traînant des pieds, mais la tête haute. Il prenait ses défaites comme un honneur et souhaitait faire bonne figure devant l’armée elfique pour les réconforter. Cela aurait n’importe quel guerrier expérimenté de perdre face à de simples adolescents, cependant ces combats marqueraient les légendes des elfes pour longtemps, en cela Tanem était content.
Sur le terrain, les 2 derniers adversaires se faisaient face : Tony avait opté pour une chemise de toile sombre et un pantalon de cuir retenu par une ceinture en tissue vert. Afin de remplacer la gêne de ses baskets trop serrés, il avait mit des sandales de pailles. Il appréciait sentir l’air sur ses pieds, cela lui permettait de penser qu’il pouvait voler tel un oiseau. Face à lui, Uveve se tenait droite les bras croisés sur la poitrine. Elle portait une brassière de soie noire et une mini jupe rouge, ses pieds étaient entourés de spartiates à lanières montant jusqu’aux genoux.
-Et bien Tony, montre moi si ta force vaut ton intelligence.
-Je vous en pris, les dames d’abord.
-Trop aimable.
Elle s’approcha vivement de lui, brandissant son poing avec vitesse. Tony l’arrêta avec le dos de sa main gauche en utilisant la pose qu’avait utilisé Cropsio l’autre soir. L’attaque fut stoppée mais la force de l’elfe avait provoqué une douleur assez vive dans sa main. Il enchaîna en se baissant pour donner un coup de pied dans les jambes de l’elfe. Son adversaire fut plus rapide que lui à réagir, elle exécuta un salto arrière et en posant ses mains à terre pour faire le poirier, Uveve fit redescendre ses jambes vers une position assise pour qu’elles passent entre ses bras. Tony esquiva de peu le puissant coup de pied en roulant sur le cotés, puis s’empressa de se relever et décocha un crochet du droit à l’elfe déjà debout. Celle-ci stoppa le coup elle aussi avec le dos de sa main en prononçant « nan », puis elle décocha un coup de poing en direction de la tête de Tony en prononçant « tu ». Tony décala sa tête pour éviter l’attaque qui l’effleura, mais à peine avait il éviter ce poing que Uveve fit partir son autre main comme si elle nageait le croal. Son annulaire percuta la tête de Tony juste entre ses 2 yeux, elle prononça alors un « ko » et l’on vit l’adolescent voler en arrière sur quelques mètres avant de retomber au sol en faisant une tranchée. L’elfe s’élança dans sa direction prête à lui refiler de nouveaux coups, mais juste au moment où elle allait utiliser un pied marteau-pilon, Tony exécuta un poirier qui donna un coup pied violent sous la tête de Uveve, il retomba ensuite lourdement sur le sol en ajoutant encore quelques bleus à sa collections. Tony vit l’elfe monter dans les airs à cause du coup, son regard se porta sous la jupe rouge et il remarqua qu’il n’y avait aucun sous vêtement dessous. Il détourna les yeux en rougissant de honte quelques instants jusqu’à ce qu’il sente une chose s’accrocher à son ventre. Il découvrit alors une corde blanche se coller sur sa chemise et qui se tendit tout à coup. A peine eu t il le temps de regarder en l’air, qu’il fut attiré en haut par la corde. Tony contempla alors un des pouvoir de Uveve : la nantuko avait fait sortir une corde de toile d’araignée de son sexe et se servait de celui-ci comme d’un élastique pour l’attirer jusqu’à elle. L’adolescent repensa à la technique de la fleur de lotus de Lee dans Naruto, et quand on sait comment Gaara y a échapé de justesse en mode verso, on peut facilement imaginer l’inquiétude que Tony ressentait à ce moment. Il arriva debout face à Uveve, prêt à riposter pour s’éloigner d’elle. Il se trouva alors pétrifier par un autre pouvoir de son adversaire : Uveve faisait pousser une paire de bras au niveau de ses épaules pour saisir des racines au plafond, puis une autre paire poussa au niveau de sa taille et enserra les bras et le corps de Tony comme une pince à étaux. Immobilisé par la prise, Tony ne pouvait plus bouger, ce qui permit à Uveve d’utiliser ses mains d’origines pour lui décocher des coups de poings redoutables. Tony tentait de suivre le mouvement des coups pour moins ressentir la douleur. Il avait un œil au beurre noir, une de ses lèvre commençait à laisser échapper du sang et ses joues lui donnaient de grosses douleurs. Les bras de Uveve lâchèrent enfin leurs étreintes mais les originaux s’abattirent sur la tête du garçon tel un marteau sur un clou. Tony, un peu sonné senti l’air fouetter son corps à toute vitesse durant sa chute. Etant dos au sol, il ne savait pas quand aurait lieu l’impact horrible. D’instinct, il déchira sa chemise pour en faire un parachute de fortune et activa son pouvoir de l’air. La pression d’un vent sous la toile de la chemise fit ralentir sa chute mais il tombait toujours trop vite. Fermant ses yeux pour ce concentrer, il poussa son pouvoir au maximum jusqu’à ce que la vitesse soit la plus faible possible. Malheureusement il ne put ralentir assez et percuta le sol avec assez de force pour lui ajouter quelques bleu et 2 cotes cassées. A peine avait il atteint le sol et soufflé un peu, que quelque chose s’écrasa contre son ventre en lui donnant envie de vomir. Uveve se tenait assise sur son ventre et s’empressa d’aplatir son corps à terre pour l’immobiliser : les bras de sa taille aplatissant ses jambes, ceux de ses épaules plaquant les bras de l’adolescent en croix contre le sol et les derniers maintenant sa tête. La nantuko était allongée sur Tony, sa tête à quelques centimètres de la sienne, une lueur de victoire brillait dans ses yeux sombres tandis que ses longs cheveux tombaient en cascade sur le visage de Tony en formant un rideau noir. On aurait crut qu’ils s’embrasaient.
-J’ai gagné, annonça l’elfe triomphante.
-Pas encore, répliqua Tony avant de lécher sa lèvre et boire les quelques gouttes de sang qui s’en échappaient. Aussitôt le remède répandit une énergie nouvelle dans son corps et lui offrit de nouvelles forces. Il tenta de se dégager de l’emprise de l’elfe mais celle-ci résistait. Uveve se plaqua alors avec force pour maintenir sa prise et cala sa tête dans le cou de Tony, elle le mordit alors en utilisant son dernier pouvoir : un poison paralysant situé dans ses canines.
Tony senti une vague de froid le parcourir peu à peu dans tout son corps, réduisant ses mouvements, même son sang curatif devenait moins puissant face à l’infection, heureusement les forces de sang restant lui permirent de garder la tête et l’esprit clairs. Il réfléchi alors à toute vitesse, voyant que l’elfe relevait la tête pour admirer sa victoire. Il vit alors l’oreille de Uveve à travers sa chevelure noire et la solution s’imposa tout à coup. Invoquant une nouvelle fois le pouvoir de l’air, il inspira profondément jusqu’à ce que ses poumons soient pleins à éclater puis il ouvrit la bouche et expulsa tout l’air dans un « Kiaï ! » assourdissant. Si le cri qui tue peut réussir à paralyser un humain pendant plusieurs secondes, pour un elfe à l’ouïe (très) fine et qui plus est se trouve (très) proche de la bouche, cela arrive à pétrifier complètement le corps jusqu’à une bonne trentaine de minutes.
Uveve était désormais une statue et maintenait Tony d’une poigne de fer. Le garçon souffla un peu en fermant les yeux pour laisser se dissiper le poison. Il sentait la chaleur et la douceur de la peau de l’elfe sur son tors, la respiration aux odeurs de fleurs allait au rythme doux des battements de son cœur. Tony, déjà affaiblit par le poison, ne put s’empêcher de succomber à la beauté des bois et comprenait un peu ce que ressentait des hommes comme Cleed face à ce genre de merveille. Cependant, son esprit de plus en plus faible ce laissait aller vers des fantasmes dans cette position quelques peu inconfortable mais si riche en plaisir. Heureusement Lily et Naminé arrivèrent enfin pour le libérer :
-C’est pas trop tôt, articula t il le souffle court.
-Désolé Tony mais c’est la première fois que nous avons à faire à un match nul, nous avons du faire quelques changement dans l’incantation de la barrière de protection.
-Ok mais libère moi vite, je ne sens plus mon corps tellement son poison fait effet.
-Y’a pas que ça qui fait effet à ce que je vois, rigola Naminé.
-Pourquoi tu dis ça ? demanda Lily interloquée, ne voyant pas que Tony rougissait de honte.
-Whoua… pour rien, bailla la jeune fille
Lily se doutait qu’on lui cachait quelque chose et regarda bizarrement Naminé, mais elle n’insista pas pour ensuite se pencher auprès de Uveve. Elle émit une note aigue dans un sifflement et l’elfe reprit mouvement en se laissant tomber sur Tony comme un pantin désarticulé. Elle roula sur le côtes en remerciant Lily puis se redressa pour s’étirer un peu, par la même occasion elle fit rentrer ses paires de bras dans son corps. Tony lécha de nouveau sa lèvre encore en sang pour atténuer l’effet du poison puis ferma la plaie de la morsure et enfin soigner ses dernières blessures telles que réparer ses côtes cassées ou cicatriser sa lèvre. Ayant reprit des forces, il se leva et aida Uveve à se relever par galanterie, mais se souciant d’une nouvelle remarque de Naminé, il s’abstint dans faire plus. Ils rejoignirent la foule qui criait de joie grâce au spectacle que chaque adolescent avait donné, et après avoir serré quelques mains, reçus des félicitations et passé une partie des soldats surexcités, ils parvinrent enfin jusqu’à Cropsio de nouveau sur pieds.
-Remarquable Tony, vays égalez vas omes in forces it ingéniosités. Ollans prendre yn déjeuner, cilo firo dy bien o tout li monde.
Heureux d’entendre cette invitation, les adolescents, accompagnés des nantukos, quittaient la salle de l’aire d’entraînement pour rejoindre la salle à manger sous les applaudissements de nombreux soldats.


Après un repas fait de tartes aux orties accompagnées d’œufs de pivert que tous savourèrent, Tanem conduisit Will et les autres jusqu’à l’estrade de téléportation. Une fois tout le monde dessus, Tanem entonna un chant de celui qui avait permis d’arriver dans la citadelle. Les cristaux changèrent de couleurs autours d’eux avant de déverser la scintillante pluie dorée. Ils attendirent plusieurs secondes, puis les dernières gouttes du rideau s’estompèrent. Ils arrivèrent dans la cité de Brilodiane où le marché avait été dressé dans la grande rue. Cheminant à travers la foule d’elfes, les adolescents regardaient quelques uns des étalages avec curiosité : ici, un orfèvre vendait de somptueux bijoux dignes des grands rois, là un menuisier sculptait un pied de table avec un marteau et un burin pour lui donner des formes harmonieuses. De l’autre côté quelques armuriers et forgerons marchandaient armures et armes en tout genre à acheter ou réparer. Ils passèrent quelques allées et arrivèrent à la rivière souterraine où un petit ponton de bois avait été dressé. Une dizaine de barques à rames y étaient amarrées par des cordes. Tanem quitta le groupe pour aller parler avec un elfe à la barbe et cheveux de cuivre. Ils discutèrent un peu en langage elfique, puis Tanem donna quelques perles rosées avant de revenir au groupe.
-Nous allons prendre 2 de ces barques pour nous rendre chez moi. Cropsio, prends ces messieurs, je prendrais ces damoiselles.
-Très bien Tanem. Allez tout le monde à bord !
Ils montèrent donc à bord et après avoir détaché les cordes, les 2 elfes prirent place aux rames. Avançant au rythme régulier des coups de rames, les barques filèrent sur la rivière avec légèreté. Des ondes se formaient sur l’eau à leur passage, faisant ainsi onduler les roseaux et nénuphars parsemés ça et là du cours d’eau. D’autres barques voguaient sur l’eau en transportant des couples d’amoureux ou des pêcheurs, sur les bords de l’eau jouait de jeunes elfes, tout cela éclairé par les pierres vertes et les arbres lanternes qui parcouraient les lieux.
Après un bon ¼ d’heure à remonter le cour d’eau, on vit enfin apparaître la maison de Tanem : c’était un ensemble de huttes de bois placées dans un saule monumentale au feuillage bleu pâle. Un lierre à fleurs blanches se répandait à travers l’arbre, plusieurs lucioles venaient butinées les fleurs, créant ainsi des guirlandes mouvantes. Pour passer d’une hutte à une autre un agencement de ponts, d’escaliers et d’échelles avait été réalisé. Des racines du saule plongeaient dans l’eau pour trouver un peu de fraîcheur, d’ailleurs en regardant autour de ces racines, on pouvait apercevoir des poissons étranges. Une sorte de raie Manta dont le dos était orné de rayures lumineuses rouges et la queue munie d’une espèce de grappin. Alors que Cropsio finissait d’attacher les barques à une des racines du saule, Tanem conduisit Will et les autres auprès d’un des escaliers où plusieurs cristaux verts de différentes tailles étaient plantés. Tanem brisa 4 fragments et les jetta aux raies. Dès que les fragments pénétrèrent dans l’eau, les raies se ruèrent dessus avec vivacité, le grappin placé sur leur queue s’empressant d’attraper un morceau de cristal. C’est alors que les rayures rouges des raies devinrent du même vert que les cristaux, on aurait cru y voir quelques étincelles grésillées sur leurs dos.
-Ces poissons sont nommés électraies, expliqua Tanem, nous avons découvert cette espèce en explorant la caverne de Brilodiane il y a plusieurs siècles. Ce type de poisson puise l’énergie contenue dans les cristaux verts qui recouvrent la caverne.
-Ils sont jolis, on peut les toucher ? demanda Naminé
-Surtout pas, ils sont chargés constamment d’une énergie électrique équivalant à 200 000volts ! prévint Tanem
-Vous avez rajouté un peu trop de 0 Tanem, corrigea Lily, elles ne font que 20volts en réalité.
-Désolé majesté, je ne suis pas très à l’aise avec les valeurs scientifiques.
-Je comprends, mais vous avez raison ces électraies peuvent provoquer un coup de jus à éviter.
-Ces poissons pourraient être utiles pour créer de l’énergie renouvelable. Remarqua Tony
-C’est le cas Tony, reprit Tanem, quand les électraies auront emmagasiné assez d’énergie, elles vont planter leurs dents dans les racines du saule. Elles vont ainsi déversées leurs énergie électrique dans tout l’arbre et me fournir de la lumière à travers les huttes.
-Incroyable ! Lança Greg en voyant les poissons venir s’accrocher aux racines immergées.
-Nays pouvons mantir Tanem, lis barques sant attachées.
-Merci Cropsio, alors allons y. répondit il en gravissant les marches de l’escalier.
Ils grimpèrent jusqu’à un petit plateau puis traversèrent un des ponts avant de prendre une allée de marches qui s’enroulaient sur la gauche. Ils pénétrèrent enfin dans une des huttes de formes rondes. La pièce était éclairée par une sorte de bulbe bleu suspendu au plafond. « Il brille grâce à l’énergie des électraies » expliqua Tanem. Une table basse ronde prenait place au milieu de la pièce, elle était entourée de plusieurs fauteuils et d’un canapé. Contre les murs sans fenêtres, une armoire à vitrine comportant quelques bouteilles et verres ainsi que d’étranges objets. Au cotés d’une bibliothèque circulaire était suspendu une tapisserie représentant plusieurs personnes, dont Tanem, devant le Stonehenge des origines. « Faites comme chez vous » invita Tanem en désignant les sièges, il prit une bouteille et des verres à pieds dans l’armoire, puis offrit un verre de boisson à chacun. C’était une boisson d’un rose clair dont les fines bulles s’échappaient en pétillant, elle avait une odeur douce qui rappelait des fraises gorgées de soleil, cependant il y avait une légère pointe épicé qui piquait un peu le nez. Quand Sophie tenta de boire une gorgée du liquide elle ne ressentit aucune décharge de douleur mais une douce chaleur même si la boisson était fraîche.
-Il n’y a pas d’eau dans cette boisson ? Interrogea t elle
-Ni d’alcool ma chère, répondit Tanem, ce jus que vous buvez est en fait un mélange de plusieurs feuilles de mon saule, qui une fois broyées avec des cristaux verts et ajoutés à un ingrédient de mon secret, donne se superbe cocktail.
-C’est vraiment délicieux, moi qui n’ai plus le droit de boire quoi que ce soit, j’en reprendrais bien un peu.
-Heureuse que cela vous plaise. Je vous mettrais quelques bouteilles de cotés.
-Merci beaucoup… mais au fait, pourquoi nous avoir conduit ici ?
-Qyi savez vays di Stonehenge ? Demanda Cropsio
-Pas grand-chose, avec toutes les histoires qui circulent dessus il est difficile de connaître la vérité. Avoua Tony.
-Vous avez malheureusement raison Tony, reprit Tanem, Il fut un temps où les Hommes connaissaient la signification de ces pierres comme le changement des saisons. Mais aujourd’hui seul certain elfes comme moi peuvent encore témoigner de cette époque.
-Que c’est il passé exactement ?
-Au temps que je me souvienne, les Hommes et les elfes étaient en parfait harmonie. Nous avons travaillé l’élevage et développé l’agriculture pour remplacer la chasse. Les populations vivaient le plus souvent en paix. Mais un jour, un énorme tremblement de terre se déroula où l’on perdit plusieurs arbres et familles. D’autres séismes apparurent de jours en jours avec une ampleur toujours plus puissante. Les mois passèrent et le sol était craquelé de partout, les secousses avaient réalisé de mauvaises récoltes, ce qui provoqua des famines en certains lieux. Puis un jour on découvrit la cause de ce désastre : le monstre de la terre.
Ce monstre était en fait un reptile géant aux dents et griffes aussi dures que le diamant le plus pur, ses 2 pattes postérieurs faisaient au moins 3 mètres de hauteur et il devait bien faire 5 ou 6 mètres en se tenant dessus. Son corps était couvert de grosses écailles noires aussi solide que la montagne. Heureusement pour ceux qui le trouvèrent, le monstre dormait à point fermé.
Après un long conseil entre humains et elfes de la région, il fut décidé que le monstre devait disparaître. Un mage d’un clan du sud de l’ancienne région de Plymouth eu alors l’idée de sceller le monstre grâce à un lieu magique. C’est ainsi que n’aquit l’idée de Stonehenge.
-Stonehenge est donc une prison si j’ai bien compris ; Coupa Greg
-En effet, reprit Tanem avec un air nostalgique, une prison qui s’est construite durant 10 années de la sueur des Hommes et des elfes.
-10 années ! s’exclama Naminé. Mais le monstre ne vous a pas dérangé durant tout ce temps ?
-Une partie des elfes et des mages de l’époque dont le grand Merlin se sont unie pour maintenir le monstre endormi pendant la construction du monument. Les peuples elfiques se sont chargés de faire venir les fameuses pierres bleues du Pays de Galles, alors que les Hommes s’attelèrent eux à la mise en place des portes de mégalithes. Une fois la structure achevée, les Hommes canalisèrent leur force mentale avec l’aide des elfes et remplirent alors les pierres bleues de toutes leurs puissances. Stonehenge était désormais édifiée par la volonté de la force physique et du mentale mystique.
-Et que s’est il passé une fois le monument achevé ? S’empressa de demander Will.
-Nous avons laissé le monstre se réveiller et l’avons attiré jusqu’au cercle de pierres. Chacun de ses pas provoquait une secousse sur plusieurs kilomètres mais le monument resta tout de même intact. Une fois que le monstre fut enfin arriver au centre de Stonehenge, plusieurs mages ont entonné une invocation pour le piéger. Il se trouva alors prisonnier à l’intérieur d’une table de pierre circulaire placé au centre du monument. Les réserves magiques contenues dans les pierres bleues permirent de maintenir le sortilège au fil des ans. A chaque solstice le soleil fournissait une énergie nouvelle pour recharger les pierres et beaucoup de druides, mages et elfes venaient renforcer la prison au cours de différents rituels. Le monde redevenait tranquille. Mais cela fut malheureusement détruit. Après plusieurs années, les Hommes ont évolué et ont oublié l’histoire de Stonehenge. Les guerres ont commencé alors dans les régions en emmenant ses innombrables horreurs. Le peuple elfique s’est alors retiré dans la forêt pour protéger Mère Nature du malheur et survivre. Les Hommes nous ont peu à peu oubliés, et puis quelques années plus tard, une nouvelle religion est apparue : la religion chrétienne.
Cette religion a subi un franc succès à l’époque car elle promettait le paradis, une vie meilleur après la mort, une justice divine. Tout cela était faux et l’est toujours d’ailleurs mais beaucoup d’Hommes furent séduit par le concept et acceptèrent les pires abominations, allant de la chasse aux sorcières considérées comme païens alliés au diable jusqu’à la destruction d’ancien monument mégalithique. Stonehenge ne fut pas épargné par les assauts de l’Eglise et ce fut au cours d’un rituel de dépaïanisation qu’un prêtre commis la pire erreur de sa vie : Non seulement il brisa le cercle de pierres bleues, mais en plus il fractura la table de pierre, libérant ainsi le monstre.
Bien sur en voyant le reptile titanesque apparaître dans une incontestable lumière, le prêtre et ses fidèles ont eu une peur inimaginable et se sont enfuis à toutes jambes en disant que c’était la bête du diable. Le monstre était de nouveau libre de semer la terreur dans la région, mais fort heureusement une partie des sortilèges maintenus dans les pierres bleues existaient encore, emprisonnant ainsi le monstre sur une certaine distance.
Des Hommes tentèrent de venir dans le territoire pour tuer le monstre mais aucun n’y parvint, le lieu devint alors un endroit maudit où aucun Homme ne voulut s’aventuré. Pour faire disparaître le danger que courrait les Hommes, un des rois de notre peuple lança un sortilège pour empêcher le monstre d’apparaître en dehors de certaines époques de l’année, mais en échange les capacités physiques et magiques de notre peuple devait être sacrifiées, c’est pourquoi encore aujourd’hui le peuple elfique se trouve plus petit que la normale.
-D’accord, déclara Greg qui avait en parti compris l’histoire. Mais pourquoi vous autre nantukos êtes « normales » alors ?
-Ce qui est bien avec les malédictions, expliqua Tanem. C’est que l’on ne peut les cumuler. Une fois que vous en avez une, vous n’en aurez pas d’autre, mais ce n’est qu’un ridicule avantage.
-It ovic votre arrivé, natri peuple vo îtri infen libéré, danc pys besoins di ci soucier d’autres histoires qye ni vays concerne pas.
-Vous avez raison, laissons au temps le soin de changé le passé par le futur. Répondit Tony. Pourrions-nous au moins nous reposer un peu avant l’heure de l’affrontement.
-Bien sur, reposez vous dans la salle au dessus, il y a des fauteuils transats très confortable. Nous viendrons vous cherchez le moment venu.
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Chapitre 6 :
La plaine de Stonehenge était déserte sous le ciel étoilé. La lumière de la pleine lune éclairait les pierres du monument qui se dressait de manière étrange, imposantes gardiennes qui étendaient leurs ombres pour protéger les lieux. Le vent qui soufflait entre ses portes produisait un son proche des lamentations. C’est sur cette plaine que Lily et ses 5 amis, se trouvait seul face à la peur qu’instaurait l’atmosphère des lieux. La jeune demi-elfe marcha vers le monument dans cette semi obscurité, répétant dans sa tête les mots qu’elle devrait prononcer durant son incantation. Arrivé à l’imposante porte de pierre, elle ne put s’empêcher de prendre la main de Greg à sa gauche. La présence du garçon lui redonna du courage et elle continua d’avancer jusqu’à la table de pierre. La roche était froide et humide quand Lily posa sa main dessus, la surface lisse l’empêcha de monter facilement mais heureusement Greg l’aida à grimper. Une fois hissée sur la table, Lily se mit en tailleur, fermant les yeux, elle fit le vide dans son esprit afin de ne plus voir que son incantation. Le chant vibra dans l’air, transformé avec l’aide d’une respiration lente qui offrait un léger tremblement de mélopée. Le balai de quelques chauves-souris suivait le rythme de la voix de Lily. Après quelques minutes de chant, une secousse légère sortie du sol, puis d’autres arrivèrent peu à peu de plus en plus intense. Elles étaient accompagnées par un grognement sourd proche de l’orage qui éclate au loin. Une ombre se dessina alors à 500 mètres de Stonehenge, une masse immense s’approchait et provoquait une secousse à chacun de ses pas. Greg avança vers le monstre, l’estomac noué de peur, il discerna 2 yeux rouges et une rangée de dents luire à la lumière de la lune. Ses amis restés à la porte du monument pour veiller sur Lily, le voyaient avancer jusqu’au monstre en luttant contre les ondes de chocs du sol. Quand il ne fut plus qu’à 200mètres du monstre, Greg vit enfin ses traits difformes qui le constituaient : c’était bel et bien un lézard immense qui se tenait sur ses pattes postérieures pour marcher. Il avait des allures de tyrannosaure sauf que ses membres antérieurs étaient plus gros et pourvu de pattes griffues qui auraient put éventrer une vache aussi facilement qu’un coupe-papier ouvre une enveloppe.
Greg approcha lentement mais se stoppa quand le monstre ne bougea plus. Il observa la créature se balancer lentement et dès qu’il estima qu’il fallait agir, il appela toutes les pierres environnantes à se battre avec lui. C’est alors que Greg discerna une pensée étrange non loin de lui, il ouvrit son esprit et découvrit la présence d’un fragment de cristal similaire à celui de son collier, incrusté sur le dos du monstre.
-Tu souhaites te battre mon frère ? demanda le cristal par la pensée.
-Es tu un ami ou un ennemi pour me demander cela ? Contra Greg
-Ni l’un ni l’autre, je ne suis qu’un fragment de pouvoir.
-Mais tu offres tes pouvoirs à cette créature !
-Tout comme le morceau que tu autour du cou, répliqua le cristal, vous êtes tout 2 les porteurs maudits des fragments de la terre, tout des victimes du destin orchestré par les dieux.
-Je ne dois donc pas me battre ? Interrogea Greg septique.
-Non car si tu es l’élu du dieu du chaos, mon maître est celui de Nexus, le pire des Dieux. Il faut que l’un de vous meurent pour régir le hasard du destin.
-Même si je meurs ton maître ne pourra plus faire de mal car il sera de nouveau, piéger de Stonehenge et un nouveau sortilège. Prévint Greg en souriant.
-Si ton ami réussi à terminer son incantation, reprit le cristal. Défend toi, défend là, défend tout ce que tu aimes ! Mon maître s’enrage et utilise mon pouvoir pour assouvir sa profonde haine.
La connexion entre Greg et la pierre fut arrêtée par le rugissement soudain su monstre de pierre. Il hurla à la lune en faisant luire son impressionnante mâchoire d’airain. Ce hurlement, qui se répercuta sur plusieurs lieux alentours, fit frissonner chacun. Greg, profitant de l’ouverture que lui offrait son adversaire, concentra son énergie magique et tenta de modifier le corps rocheux du monstre en corps calcaire, ce qui lui offrirait un avantage considérable. Malheureusement il se heurta à un type de roche totalement inconnue, sûrement l’œuvre du pouvoir du fragment de cristal contenue dans le corps du monstre. Après analyse de la roche, Greg découvrit plusieurs cellules organiques à l’intérieur ainsi qu’une puissant force magique. Il en conclu que la roche avait du fusionner avec le corps organique du monstre, créant ainsi cet horrible titan de roche. Mais à peine eu t il émis cette supposition que le monstre tendit son effroyable tête, la gueule grande ouverte, vers Greg. La mâchoire se referma vivement dans le vide avec un claquement de marteau sur une enclume, Greg avait esquivé en sautant sur le côté, puis il se coucha rapidement à terre pour éviter un autre coup de dents qui le frôla de peu. Il se retrouva alors dans les énormes pattes, roulant de cotés dans un sens puis dans l’autre pour éviter de se faire écraser. Tout à coup, le monstre se laissa tomber lourdement, s’affalant de toute sa masse pour réussir à aplatir
Greg. Il pensait s’être enfin débarrasser de ce ridicule humain, mais dès qu’il se releva pour voir sa victime, il ne découvrit qu’un trou dans le sol.
Profitant de la stupeur du monstre, Greg jaillit alors du tunnel qu’il avait creusé inextrêmiste. Il sorti du sol tel un bouchon de champagne de sa bouteille et alla s’écraser dans le dos du monstre. Celui-ci, comprenant enfin ce qu’il se passait, se mit à ruer à la manière des mustangs sauvages. Chacun des pas que faisait le monstre provoquait une secousse sismique qui faisait trembler les pierres de Stonehenge. Greg se maintenait tant bien que mal au dos de son adversaire, attrapant quelques morceaux de roches assez grosses pour en faire des prises. Il lutta contre les secousses pendant une dizaine de minutes, puis quand le monstre s’arrêta de ruer pour se reposer un peu, il invoqua de nouveau le pouvoir de la terre et rendit ses mains aussi dures que le mithril. Il donna alors un puissant coup de poing dans le dos du monstre, sa main s’enfonça à travers une première couche de roche ce qui fit hurler de douleur le monstre. Enfonçant son poing encore plus à l’intérieur du corps, Greg cherchait le point vital quand il effleura un objet difforme logé au niveau du cœur. Il attrapa la chose et l’arracha de toutes ses forces en faisant hurler le monstre encore plus fort, celui-ci fou de rage avait reprit ses ruades frénétiques et parvint à expédier Greg jusqu’à Stonehenge au moment où il avait enfin extirpé l’objet étrange.
Greg se releva péniblement aidé par Tony qui lui offrit quelques goutes de son sang d’une écorchure à la main.
Sentant son corps habité par de nouvelles forces, Greg examina ce qu’il tenait dans sa main et découvrit et découvrit un fragment de cristal vert de la grosseur d’une balle de golf, entièrement recouverte de sang chaud. L’esprit de la pierre s’imposa alors dans celui de Greg en se joignant aux pierres bleues de Stonehenge :
-Merci de m’avoir sorti de là jeune homme.
-De rien, mais il est toujours vivant l’autre lézard là bas !
-C’est l’esprit du Dieu Nexus qui le maintient en vie, c’est lui qu’il faut détruire !
-Un esprit de Dieu…Tu m’as dit que je représentais les ténèbres, c’est ça ?
-Oui ainsi que la déesse de la lumière, pourquoi cette question ?
-L’un de mes amis possède le pouvoir des ténèbres, est ce qu’il peut détruire cet esprit de Dieu ?
-Si il est habité par les ténèbres pures alors oui.
-Will ce monstre est habité par un esprit de Dieu que tu pourrais détruire, est ce que tu peux me filer un coup de main ?
-Mon épée de l’ombre sera peu être suffisante pour ça mais il faudrait qu’il soit immobilisé, il est bien trop gros pour que le tue en un seul coup.
-Je peux m’occuper de ça, intervint le cristal de la terre dans l’esprit de Greg, avec l’énergie contenue dans les pierres bleues je vais me fusionner avec ton cœur pour que tu obtiennes de nouveaux pouvoirs.
-D’accord mais fais vite, le monstre vient par ici.
Il prit la pierre à deux mains et l’appliqua contre sa poitrine. Aussitôt, des éclairs verts sortirent de toutes les pierres bleues pour aller percuter le cristal de la terre. Toute l’énergie magique contenue depuis des siècles pénétra la roche, puis une lueur aveuglante enveloppa Greg, on ne vit plus rien pendant au moins deux minutes à cause de ce soleil d’émeraude. Une fois la lumière dissipée, tout le monde découvrit Greg sous une toute nouvelle forme : il atteignait 6m de haut et 4m de large, ses membres avaient non seulement décuplé mais en plus ils étaient devenues roche. Ses vêtements étaient en lambeaux par terre et découvrit qu’il était entièrement nu, gêné, il voulut cacher son sexe mais découvrit que celui-ci avait disparu. Cela le déconcerta un peu mais il préféra ça.
Se redressant en lourdement il contempla son corps, car il représentait maintenant la puissance de la terre, l’être ultime de la légende : le Golem titanesque.
Greg admira, stupéfait, son nouveau corps, sentant en lui une immense envie de gravir les montagnes et franchir les canyons d’un saut. Il tenta de faire 3 ou 4 pas, il ressentit la lourdeur de ce corps qui faisait trembler le sol mais se découvrit une force colossale en prenant un mégalithe pour le lancer à son ennemi qui s’était arrêté par crainte. Greg se mit à courir hors du cercle de pierres (laissant au passage d’énormes empreintes de pas) et arrivé au niveau du lézard cuirassé et d’un puissant uppercut du gauche, il envoya valser son adversaire. Après s’être mit à croupit, Greg bondit alors sur le dos du lézard et appuya sur la tête de toutes ses forces pour l’immobiliser. « Maintenant Will ! » hurla Greg avec une voie caverneuse. En quelques secondes, Will apparut devant la tête du lézard grâce à une téléportation ténébreuse, de sa main droite il prit l’épée tatouage de son dos et enfonça sa lame entre les 2 yeux. La créature poussa un cri de douleur qui vrilla les oreilles de Will, mais ce dernier se retint de se protéger les oreilles du son pour continuer de maintenir l’épée.
L’onde de ténèbres contenue dans le corps du monstre commença à déferler dans la lame, le flux était si puissant que Will ressenti la force qui en émanait, au bout de quelques minutes il se trouva à bout de forces tellement il avait usé de son énergie. Il fit sortir la lame de la tête du monstre, qui malgré la douleur, affichait un sourire carnassier en tentant de se libérer de l’étreinte de Greg.
-Je ne peux pas continuer, souffla Will, son aura ténébreuse est trop puissante !
-Tu sais que je vais pas tenir longtemps non plus, alors trouve une idée avant que je flanche.
-Je veux bien mais je n’ai que l’épée…peut que si elle était plus grande…
-Attend, tu la veux juste plus grande ?
-Tu penses pouvoir faire ça ?
-Je peux toujours essayer, tiens la au dessus de toi et dès qu’elle sera assez grande abat la sur lui.
Alors que Will souleva son épée, prêt à frapper pour tuer le monstre, Greg, tout en maintenant sa prise, concentra sa force magique dans son esprit. Il projeta ensuite cette force dans la lame ténébreuse, cherchant le moindre morceau de métal à faire évoluer. La lame, sous l’effet de l’afflux magique, se mit à grossir de plus en plus, passant de la taille d’une estoc à celle d’une épée bâtarde et continuait de grandir encore. Will vit la lame atteindre les proportions d’une épée digne de Final Fantasy, cependant sa nouvelle forme n’avait pas influé sur son poids initial, ce qui lui permit de manier l’épée de manière à transpercer la tête du monstre tel un poulet que l’on embroche. La dose de ténèbres absorbées par l’épée se trouva décuplée également, réduisant ainsi les forces du monstre. Dans un dernier élan de rage, le monstre tenta d’éjecter Greg pour se libérer, mais après un coup de poing puissant du golem sur son crâne, il ne put résister plus longtemps à la force de l’épée ténébreuse et fini par mourir en laissant tomber sa lourde tête dans un dernier râle. Greg relâcha enfin son étreinte. Tout en se relevant, il fit craquer son dos rocheux à causes de quelques courbatures, puis il ferma les yeux et respira un bon coup. Tout à coup, il senti une douleur au niveau du cœur, mettant sa main sur la poitrine, il se pencha en avant pour essayer de se calmer. Dans son élan il avait oublié son poids et se retrouva par terre à cotés du corps du monstre. Il crut que son cœur allait exploser quand son corps se mit tout à coup à briller. Des volutes de lumières sortaient de son corps tel des bulles, puis une intense lumière émana alors de tout son être en un flash aveuglant, illuminant la nuit durant quelques secondes. Will avait du détourné ses yeux tellement cela était puissant. Une fois le flash dissipé, il se retourna et découvrit Greg redevenu humain, il le discernait à peine, affalé par terre entrain de trembler.
-Greg ça va ?
-Oui et non ! Je pense être de nouveau moi, mais je suis nu comme un ver !
-Attend je te passe mon manteau.
-Merci, il fait un peu froid.
-C’est normale cette soudaine retransformation ?
-Je pense que oui. J’ai tellement puisé dans mes forces que maintenir mon évolution était presque impossible.
-On a beaucoup de chance quoi !
-Tu l’as dit ! Lança Greg en regardant le cadavre du monstre terrassé. Au fait, tu peux désormais faire grandir la lame de ton épée comme tu le souhaite.
-Merci, je ne me voyais pas me balader avec une telle arme, mais comment je fais pour la rétrécir ?
-Ta lame est composée des mêmes cellules que celles du monstre de la terre, et si je ne me trompe pas la dose de pouvoir ténébreux peut modifier son volume.
-Cool ! reprit Will en extirpant l’épée du crâne reptilien.
Seulement une fois la lame sortie, le corps du monstre se mit à trembler. Les deux ados surpris, reculèrent en se mettant en position d’attaque, espérant que le monstre n’était pas immortel, mais le cadavre ne fit que trembler quelques avant de devenir un imposant tas de poussière.
-Ce n’est… que du sable. Remarqua Greg surpris.
-Et tu retourneras à la poussière car tu n’es que poussière ! Répondit Will.
-Hé attend, je voix quelques chose qui dépasse. On dirait un os mais il a une forme étrange.
-Etrange en effet. Je me demande pourquoi il est encore intact, mais bon j’ai plus la tête à ça ce soir.
-J’aurais pas dit mieux. Bon range ton épée et allons retrouvés les autres, j’ai besoins de dormir !
Will ferma les yeux et concentra son énergie ténébreuse dans ses mains, il fixa la lame se son regard puis il fit courir la magie le long de celle-ci. L’épée vibra alors et se mit à diminuer de volume pour ne plus qu’atteindre sa forme initiale. Will la plaça ensuite dans son dos et la fit redevenir tatouage. Une fois cela fait, ils se dirigèrent jusqu’au cercle de pierres où ils trouvèrent Tony entrain d’aider Lily à se relever car la jeune fille semblait assez faible, tandis que les filles préparaient de quoi redonner quelques forces aux garçons.
-Tout le monde va bien ici ? demanda Will
-Oui…ça ira ! Répondis Lily un peu essoufflée.
-Par contre Stonehenge en a pris un sacré coup. Fit remarquée Sophie en voyant plusieurs mégalithes effondrées.
-Tu veux que je répare ? Avec l’évolution de la terre, j’ai la force d’un titan.
-Ne va pas t’épuisé pour rien, les secousses de ce soir seront une excuse suffisante pour expliquer l’état des lieux. Conseilla Tony. Allons nous coucher, on verra bien ce que nous réservera demain.
-Bonne idée, surtout qu’il y a pas mal de préparatifs à faire, répliqua Naminé avec un air soupçonneux
Ouaaaaah…de quoi tu parles ? Tu sais où est le prochain monstre ? Bâilla Greg.
-Mais non banane, je parle de ton mariage !


Au cours de la nuit, Greg se réveilla quelques peu courbaturé, sachant que ce n’était pas la faute du lit qui était aussi moelleux qu’une guimauve, il se leva sans trop bouger les couvertures afin de ne pas réveiller Lily qui dormait profondément. A pas de loup, il avança à tâtons jusqu’au sac à dos appuyé contre l’armoire. L’obscurité ne l’aidait pas, il chercha plusieurs fois au fond du sac avant de trouver enfin ce qui l’intéressait. Il sorti une fiole ronde avec un bouchon en forme de pyramide et dont l’odeur du liquide qui se trouvait dedans offrait une odeur pestilentiel. Greg en eu la nausée en ouvrant la bouteille, buvant une gorgée, il se retint de vomir car il découvrit que le goût était encore plus insoutenable que l’odeur. Se dépêchant d’avaler, il sentit le trajet du liquide jusqu’à son estomac car il produisait une intense chaleur sur son passage, le brûlant de l’intérieur. Après avoir prit une bonne inspiration, Greg retourna se coucher lentement mais il réveilla malencontreusement Lily en déplaçant les couvertures.
-Désolé je t’ai réveillé !
-Ce n’est rien, mais toi tu ne dors pas après le combat de ce soir ?
-Ce sont mes courbatures qui m’empêchent de dormir.
-Tu veux que je chante une mélopée de soins ?
-Non c’est bon, j’ai prit un peu de ton horrible anti douleur.
-Insinuerais tu que je chante avec horreur, les médicaments efficaces sont souvent les plus « repoussant » ! Rigola t elle en battant de la main devant son nez à cause de l’haleine de Greg.
-Mais non, tu es bien meilleur comme docteur, je te parie que je m’endors plus rapidement si tu chantes une berceuse que si je prends un somnifère.
-Ce n’est pas pareil, mais vu qu’il est encore un peu tôt pour discuter et que tu le proposes si gentiment. Dors au son de ma voix, je te rejoins dans tes rêves !
Elle se mit à fredonner un petit air elfique proche de « Frère Jaques » et « Menier, tu dors ! ». Greg, envoûté par la voix sublime, commença à se blottir la tête dans les oreillers, prêt à s’enfuir dans les songes. Il sombra bientôt dans un sommeil profond, couché contre Lily ne tarda pas à s’endormir également en posant sa tête sur la poitrine de Greg en écoutant battre le cœur de celui-ci.
Grâce à cela, nos 2 amoureux se trouvèrent un peu en retard pour l’heure du petit déjeuner. Avec les événements de la veille, la demi heure d’absence à table leurs fut excusé par tous. Cependant une fois arrivés à leurs chaises, Dalia ne put s’empêcher de les questionner sur l’incroyable combat contre le monstre. Greg raconta ses exploits, allant du premier contact avec le monstre jusqu’à la victoire finale, dont Will apportait parfois des précisions quand la mémoire de Greg faisait défaut.
-Voila reine Dalia, vous savez tout désormais.
-Merci infiniment à vous tous, vos exploits resteront gravés dans les livres de notre bibliothèque.
-C’est trop d’honneur, je suis déjà heureux que votre peuple ne souffre plus de la malédiction.
-En effet vous avez la reconnaissance de tout mon peuple pour vous et vos descendants. Cela vaut d’ailleurs encore plus pour toi Greg, vu que tu épouses un sang royale.
-En parlant de ça. Est-ce que je peux connaître la date arrêté ? Demanda Greg inquiet
-Bien sur, nos préparatifs permettront de réaliser la cérémonie demain soir.
-Demain…ce n’est pas un peu tôt.
-Allons Greg, vous serez prêt à temps ! Vous avez bien battu un monstre mystique, un mariage est un jeu d’enfant pour toi.
-Oui, cela va de soit. Répondit-il en se demandant dans quoi il était encore embarqué. Ah au fait… Après le combat nous avons découvert cet os dans les restes du monstre, je pense qu’il peut nous être utile car c’est le seul truc qui soit encore intact.
-Je vais faire analyser cet os, déclara Tanem en prenant l’objet et le ranger dans sa veste. Mais en attendant les résultats, nous mettrons en œuvre le mariage.
Une fois sorti de table, Greg et Lily partirent avec Dame Uveve afin de leurs apprendre les principes rudimentaires pour la cérémonie du lendemain. Tanem et Cropsio s’en allèrent peu après pour aller régler différents préparatifs chez les soldats ou encore en cuisine. Le reste du groupe resta avec Dalia qui les conduisit jusqu’à la salle du trône où des travaux effervescent avaient lieu. Plusieurs elfes redevenus à une taille allant du mètre quatre vingt au deux mètre de hauteur. Avec cela on pouvait facilement voir que le peuple avait réaquit ses anciens dons car beaucoup d’entre eux réalisaient ce que la science n’arrivait à démontrer (tel que exécuter des sauts jusqu’au plafond pour accrocher des guirlandes de lys, ou bien faire pousser des arbres pour les transformées en tables de banquet avec seulement un chant). Quand Dalia passait devant ces différents ouvriers, ceux-ci exécutaient de belles révérences qui ressemblaient à une danse. Certains y ajoutaient parfois des politesses à la reine et aux jeunes. Leurs voix étaient fluides et légères. Un air suave qui enchante les oreilles et vous fait perdre la mémoire quelques instants. Le charisme de leurs visage de Dieux rendait encore plus envoûtante leurs attitudes. Dalia, tout en gratifiant ses sujets continuait d’avancer jusqu’à une sorte d’estrade dressée non loin des trônes.
-Est-ce que je peux vous demandez une faveur ? Demain soir, un petit orchestre vous fera découvrir les bals des elfes, mais je souhaite également faire découvrir la musique humaine à mon peuple, que cela serve un peu d’union entre nos peuple comme ce mariage.
-Vous savez, le style humain est un peu « barbare », majesté. Votre peuple risque de ne pas trop apprécier. Intervint Naminé.
-J’ai déjà écouté quelques musiques humaines, avoua la reine en riant. C’est vrai que cela ne vaut pas notre art mais j’avoue que plusieurs de vos chansons sont assez amusantes et entrainantes.
-D’accord mais pour écouter de la musique humaine il nous faut des CD, des enceintes et plein de matériels du monde d’en haut ! Fit remarquer Will.
-Sauf si c’est nous qui jouons ! Intervint Tony.
-Pas sur qu’il y ait un synthétiseur ici pour Nam. Reprit Will
-A quoi ça ressemble ce synthéptitsoeur ?
-« Synthétiseur » majesté, mais vous pouvez dire « synthé », c’est plus facile. Cet un instrument que j’utilise qui ressemble à un piano mais en moins volumineux et plus performant.
-Si il est plus avantageux pourquoi ne pas l’amener ici ?
-Malheureusement cet appareil est électrique et nécessite du matériel humain, même si j’arrivais à en faire venir un ici, je ne pourrais le faire fonctionner.
-Hmmmmm…en effet c’est embarrassant. Je vais devoir annuler mon projet, à moins que…J’ai peut être une idée, suivez moi !
Le groupe, intrigué, suivit Dalia à travers la foule d’ouvriers, ne manquant pas d’être polis envers eux. Ils arrivèrent jusqu’au couloir de téléportation où d’autres elfes apparurent chargés de draps de tissus bleu et vert ornés d’argent. Après s’être assuré que aucune téléportation n’ait lieu, le groupe prit place sur le piédestal puis Dalia se mit à chanter. Elle avait une voix superbe, bien plus douce que celle de Tanem ou Cropsio, cela donnait l’impression d’un chant d’oiseau durant l’été. Quand ils arrivèrent enfin, le village elfique était métamorphosé, car non seulement les elfes avaient retrouvé leurs tailles normales mais en plus les rues étaient décorées par des guirlandes qui donnaient des airs de fêtes nationales rendant presque ainsi le milieu « humain ». Dalia mena ses amis à travers les rues alors que les elfes s’écartaient avec une révérence pour les laisser passer. Continuant ainsi, ils atteignirent une maison sphérique coincée entre plusieurs racines. En entrant à l’intérieur, les jeunes adolescents découvrirent plusieurs établis où s’afféraient huit elfes à la chevelure blonde : 2 d’entre eux mettaient en éclats des morceaux de troncs avec des outils proche de couteaux de boucher, un peu plus loin, 3 autres taillaient des pièces d’instruments diverses en faisant voler plusieurs copeaux autour d’eux. Tandis qu’un peu plus loin, 2 femmes elfes caressaient le tour des instruments en chantant d’une voix à mettre n’importe quelle chanteuse au vestiaire. Enfin la dernière elfe avait l’air de testé chaque instrument crée dans l’atelier. Dalia s’approcha et fit une révérence à cette elfe, cette dernière posa son instrument et fit de même.
-Banjayr mojisti. Qyi nays voyt cit hanniyr ?
-Banjayr Domi Cheontas, j’oyroes bisaens di vas sirvecis.
-Qyi pyes ji foer payr so mojisti ?
-J’oe bisaen d’enstrymints payr nas voliyriys gyirreirs, semeloeris o ciyx dis hymoens moes di moteiri ilfeqyi. Ist ci riolesobli?
-Ji pinsi mojisti moes ji n’oe jomoes rilivi porielli dife. Ji voes tintir tayt man passebli.
-Tris bein, ji danni lo lesti dis enstrymints it ji vays loessi trovoellir. J’aurais besoins des noms de vos instruments ainsi que leurs descriptions et fonctions, reprit-elle à l’adresse des jeunes qui avaient vaguement compris la discussion.
-Eh bien…nous avons un instrument chacun, je ne sais pas s’il sera possible de tous les réaliser !répondit Sophie
-Ne vous en faites pas, Dame Cheontas est la meilleur artisanne musicale de la cité. Tous sera prêt à temps, je vous le promet.
Le groupe accepta de donner la liste des instruments que Dalia s’empressa de traduire pour l’elfe artisanne. Une fois ceci fait, ils sortirent de l’atelier pour reprendre la rue marchande qui menait à la place de téléportation.
Avec l’annonce du mariage, tout le peuple elfique se précipitait pour avoir la plus belle apparence. Une queue immense d’hommes et de femmes se trouvait massée devant la porte d’un elfe couturier qui s’attelait à coudre des habits dans les bonnes (et nouvelles) mesures de tailles. Une autre enseigne avec de grandes baies vitrées montrait plusieurs femmes entrain de se faire coiffer et maquiller. Les bijoutiers et armuriers étaient en surcharge de commandes pour aider des elfes à trouver le cadeau où l’objet unique qui les distinguerait durant le mariage.
-Excusez mon peuple mais un tel événement n’est pas arrivé depuis longtemps.
-Ce n’est rien majesté, les humains sont pareils dans ce genre de situation. Répondit Sophie.
-Le monde d’en haut vous manquerait il ? Demanda Dalia qui avait perçu une légère amertume dans cette réponse.
-Non, pas énormément, mais je pense aux parents de Lily, je trouve dommage qu’ils ne puissent pas assister au mariage.
-N’ayez aucune inquiétude ! J’ai déjà fait prévenir ma tante. Elle sera présente ainsi que son mari, mais je vous demanderais de surveiller un peu ce dernier. Ma tante m’a dit qu’il était « spécial » durant les fêtes.
-Nous voyons ce qu’elle veut dire, reprit Tony. Si Lily ou Greg ne sont pas encore au courant, pourriez vous garder le secret pour leur faire la surprise.
-Bien sur, c’était d’ailleurs mon intention. Bon et bien, que désiriez vous faire en attendant que nos amoureux nous rejoigne pour le déjeuner ?
-J’avais pensé aller faire un tour à la bibliothèque, proposa Will. Ça tente quelqu’un ?
-Moi je te suis, et vous les filles ?
-Je pensais faire un peu de shopping pour me trouver une robe, répondit Naminé.
-Moi aussi je n’ai rien à me mettre, renchérie Sophie. Vous savez où trouver un bon tailleur majesté ?
-Le meilleur tailleur du royaume est Dame Uveve.
-Mince ! Elle est occupée avec nos tourtereaux.
-Mais je peux vous proposer ma garde de robe et la sienne si vous désirez.
-Vraiment ? On peut vous emprunter quelques habits ?
-Puisque je vous le dit, allez j’insiste.
-Et bien c’est d’accord, à plus tard les gars.
-On se retrouve au déjeuner.
Le groupe se divisa alors, les filles reprenant la direction des appartements de la reine, tandis que les garçons se dirigèrent vers la bibliothèque. Pour le moment nous suivrons ces dames.
Après avoir enfin atteint le hall des chambres, Naminé et Sophie passèrent la grande porte blanche qui conduisait chez Dalia. La chambre de la reine, même si elle n’était pas pleine de luxure, se trouvait très belle et assez bien meublée malgré des couleurs qui tapaient un peu les yeux : Un dallage rosé s’étirait sur le sol en formant plusieurs figures géométrique telles que des rosasses ou des pentacles. Un bureau en marbre clair entouré de quelques fauteuils en acajou orné de coussins rouge, reposait aux cotés d’une bibliothèque remplit de livres aux couvertures sombres. Sur la gauche, un imposant lit à baldaquins blanc ressemblait à un gros nuage cotonneux en contraste avec le bleu turquoise des murs. Une porte blanche se tenait non loin d’une coiffeuse en cèdre blanc, mais le plus impressionnant se trouvait être une immense fenêtre en demi cercle de 3m de rayon située sur le fond de la pièce. De là où se tenait les filles, elles ne pouvaient voir qu’un ensemble de stalactites par cette fenêtre, cependant en s’approchant plus de la vitre, on pouvait observer tout Brilodiane vu dans haut. La vue magnifique de la cité s’offrit aux yeux de Sophie quand elle vint devant la vitre, puis s’empressa de montrer cela à Naminé qui fut également subjuguée par tant de splendeurs.
-C’est incroyable, la vue est imprenable ! s’exclama t elle.
-C’est beau n’est ce pas, renchérie Dalia en contemplant le paysage. J’aime bien regarder par cette fenêtre quand je m’ennuie un peu, il y a toujours un truc à voir en ville.
-Vous n’y descendez pas beaucoup majesté ?
-Non à cause des affaires du royaume, mais laissons cela de cotés ! On est là pour vous trouver de jolies robes non, et puis appelez moi Dalia ! On est entre copines après tout.
-D’accord maj… euuuh Dalia.
Dalia, de sa marche féline, se dirigea vers la porte blanche à cotés de la coiffeuse. Elle ouvrit la porte et tira d’un grand coup sur un anneau de bronze qui pendait derrière. Aussitôt, une grande tige horizontale s’étira à travers la pièce en passant par un passage situé derrière la porte. Une fois la barre en place, plusieurs vêtements accrochés par des cintres apparurent hors de l’ouverture. Ils se mirent à glisser un par un, formant ainsi un défilé sur la barre. Le nombre de robes, pantalons, hauts de corps et sous vêtements qui passèrent devant Sophie et Naminé leurs donna le tournis. Dalia s’empressa ensuite de sortir un paravent qu’elle déplia près du lit. Contente de son petit effet, elle proposa à Sophie de choisir ce qui lui plaisait. Choix bien difficile car sur toute la rangée de vêtements qu’elle examina, Sophie se trouvait tenter par bon nombre : il y avait cette robe d’alchimie verte pomme ornée de pierres blanche sur le col et les manches, mais aussi une robe argenté composé de plusieurs entrelacements de rubans, ou encore la robe rouge fendue au niveau des jambes et du dos. Ne sachant que mettre, Sophie se décida de prendre plusieurs vêtements pour les essayer. Elle alla derrière le paravent et déposa les habits sur le lit de mousseline. Tout en retirant ses vêtements, elle remarqua alors que quelques un des habits qu’elle avait choisis risquaient d’être trop courts ou trop long pour elle. Inquiète, elle en informa Dalia :
-Dalia !
-Oui qu’est ce qu’il y a ?
-J’ai un problème, les vêtements risquent de ne pas être à ma taille.
-Ce n’est rien, je vais t’arranger ça. Passe moi les habits et dis moi qu’elle taille tu portes !
-Tiens voilà, répondit elle en passant les habits au dessus du paravent. Je fais du 38 et du 36.
Dalia prit les vêtements et se mit à chanter de sa sublime voix en gardant les nombres à l’esprit. Les tissus se mirent tout à coup à frémir puis se modelèrent à la taille voulue. L’elfe repassa les habits au dessus du paravent et Sophie les attrapa sans les froissés pour les redéposer sur le lit. Elle essaya une à une les robes qui désormais lui allait parfaitement bien. Commençant par une tenue aguichante, puis essayant la robe d’alchimie verte, pour ensuite porter un corset de cuir bleu marine, avant de se rabattre sur un chemisier de lin rose. Malheureusement, même si elle trouvait toutes ces robes somptueuses et que son élégante beauté aurait put rabaisser n’importe qu’elle miss monde, Sophie ne se sentait pas à l’aise dedans. Non pas qu’ils soient inconfortables, elle sentait que ces habits n’étaient pas fait pour elle.
-Les filles comment vous me trouver là dedans ? demanda t elle en sortant avec une longue tunique pourpre.
-Tu es très jolie. Répondit Naminé avec admiration.
-« Jolie » oui, mais pas « magnifique ». Ceci n’est pas pour toi. Réprimanda Dalia songeuse et perplexe.
-Je m’en doutais un peu, mais je ne trouve rien d’autre sur les cintres qui me semble plus que ce que je porte.
-Moi aussi je me demande si l’une de ces robes est vraiment assez belle pour moi. Confessa Naminé.
-Je pense que finalement que ces tenues ne vous iront pas, l’âme de leurs propriétaires les imprègne trop.
-Qu’est ce qu’on fait alors ? On attend Dame Uveve ?
-J’ai peu être une solution, reprit Dalia. Pour faire un vêtement, Uveve se sert de la toile d’araignée nantuko qu’elle transforme par magie. Si je me souviens bien, il me reste une pelote de toile dans ma coiffeuse.
Dalia ouvrit les tiroirs un à un en fouillant pour trouver la toile. Tournant et retournant des pots de poudre, de crèmes et de fleurs, déplaçant plusieurs ustensiles de coiffures tel que des broches, peignes ou ciseaux. Après quelques minutes, elle parvint enfin par mettre la main sur la pelote de toile. C’était une boule de fils argentés aussi doux que la fourrure d’un chat, ces fils brillaient tellement qu’on aurait put les confondre avec les cheveux d’une déesse de la lune. Il en émanait une certaine beauté qui émerveilla Sophie et Naminé.
-Très bien, nous allons pouvoir vous habiller. Cette toile peut déceler l’âme de la personne qui la porte, ce qui permet de savoir ses goûts exacts. On peut choisir de la tisser à la main, ce qui en fait un excellent et puissant artefact, ou bien opter pour la magie qui en fera une tenue unique.
-D’accord mais nous n’avons pas de magie elfique Dalia ! Intervint Naminé.
-On peut toujours tenter de se servir de vos colliers, essayer de prononcer les mots « Actisor, niranue, etacico, eurosia, oielila, ireteor. » en usant de vos pouvoirs élémentaux.
Les deux filles prirent donc un morceau de toile, puis tout en invoquant leurs pouvoirs, se mirent à prononcer les mots magiques. Une force suave entra alors en elles, pénétrant la moindre pensée, la moindre émotion, s’infiltrant dans leurs plus profonds secrets. Cette sensation traversa leurs corps tout entier avant de se mouvoir dans la toile qui commençait à remuer. Les fils s’étirèrent longuement, s’entremêlèrent les un dans les autres, se mélangèrent en plusieurs matières et couleurs, pour ne donner qu’à la fin les vêtements de chacune.
Naminé ramassa alors son habit et découvrit avec stupéfaction une splendide robe bleu marine et azur. Cette merveille était composée d’une brassière de soie torsadée où pendait des perles et d’un bikini en jean cousu à une longue traîne de lin léger agrémenté de paillettes, formant ainsi une fine robe invisible et scintillante à la fois.
La tenue de Sophie, elle, était une longue robe rouge avec un grand col retroussé sur les épaules pour les dégagées. En faisant bouger le vêtement, Sophie découvrit les reflets de fils d’or cachés dans le tissu.
Impatientes de mettre leurs nouvelles robes, les filles s’empressèrent de se dévêtir derrière le paravent puis les enfilèrent avec soin pour ne pas les abîmer. Une fois dedans, elles se contemplèrent dans le miroir et en furent subjuguées. Le reflet qui leur était renvoyé était resplendissant. Ces filles banales en jean et t-shirt avaient évoluées tel des chenilles en sublimes papillons qui resplendiraient durant la soirée.
-C’est vraiment moi, ça ? demanda Naminé en effleurant les perles.
-Pourquoi, ça te plait pas ? Rigola Sophie en extase devant les longues manches de sa robe.
-Tu plaisantes, j’adore cette robe ! J’ai l’impression que c’est une seconde peau.
-Est-ce qu’on peut les garder ?
-Bien sur, elles sont faites uniquement pour vous. Je vous en fais cadeau.
-Oh merci Dalia ! répondit Naminé en la prenant dans ses bras.
-De rien, mais il faut ME trouver une robe maintenant.
-On a fait le plus simple, ça va aller tout seul, tu vas voir.
-Si tu le dis. Racontez moi encore le monde d’en haut pendant que je cherche de quoi m’habiller !
Et c’est ainsi que les 3 filles parlèrent des cérémonies de mariages et des fêtes qui suivent. Racontant les gâteaux titanesques qui s’écroulaient le plus souvent à cause d’un mauvais coup de couteau. Les parties de « lancé de bouquet », de « retire la jarretière », ou bien le « soulevé de mariés dans les airs ». Les danses aussi, entraînantes que romantiques, et qui durent jusqu’au lendemain. Pendant ce temps, Dalia avait choisit plusieurs robes qu’elle essaya une par une en défilant devant ses 2 juges qui racontaient. Cela dura longtemps car toutes les robes de Dalia allaient à merveille sur la jeune reine, ce qui rendait le choix difficile. Mais après une bonne heure, elle trouva enfin une tenue aguichante qui allait très bien avec une longue jupe verte.
Assaillit par la faim, elles rangèrent les robes dans leurs chambres respectives avant de retourner dans la salle à manger où les attendait le repas.

Pendant ce temps, quelques heures plus tôt. Will et Tony descendaient la rue principale de Brilodiane en direction d’une stalagmite aussi grande que la tour Eiffel. Sur la façade était sculpté un énorme livre ouvert. A différents niveaux, on pouvait apercevoir des lucarnes qui rejetaient la lumière intérieure du bâtiment, laissant passer parfois quelques ombres. Les portes de l’entrée étaient en bronze et comportaient des clous d’étain. Quand Tony les ouvrit, elles provoquèrent un grondement sourd proche d’un ours entrain de ronfler. En pénétrant dans la bibliothèque, les garçons furent impressionnés : le bâtiment était une salle conique taillée dans la roche. Tout avait été façonné dans la pierre, rayonnages comme tables, seul les sièges offraient une réelle différence avec leurs renforcements de tissu. Des escaliers en colimaçon s’étiraient vers le sommet en formant un triangle équilatéral, ils montaient ainsi jusqu’au sommet en s’arrêtant parfois à des étages en forme de disques. Au centre de la pièce descendait une lourde chaîne où étaient suspendu plusieurs lustres imposant qui illuminaient la pièce. A l’intérieur de ce magnifique sanctuaire de la littérature, Tony fut émerveillé par la diversité des ouvrages elfiques. Des livres petits ou volumineux, sous vitrine ou poussiéreux, à la couverture cornée et vieillit par le temps ou tout juste reliée, reposaient sur les présentoirs en côtoyant parfois des parchemins ou des tablettes. A d’autres endroits s’élevaient des tours de volumes ne tenant que par la force d’un miracle. Quelques elfes étaient plongés dans l’écriture de nouveaux livres mais le plus souvent c’était des lecteurs que les garçons rencontrèrent le long des étagères. Le silence qui régnait dans les lieux était surnaturel et inquiétant à la fois, cependant cela formait également une atmosphère apaisante, tel une bulle coupé du reste du monde trop mouvementé.
-Bon…et bien nous y sommes, déclara Tony en se tordant le cou pour regarder le sommet.
-On dirait bien. Tu cherchais quelque chose en particulier ?
-Rien de spécial. Juste quelques infos sur la littérature elfique…Et toi ?
-Des réponses à certaines questions !
-Concernant la quête et les Dieux je présume.
-Entre autre, mais surtout sur les ténèbres.
-Tu vas devoir monter les escaliers alors. Le classement a l’air alphabétique en fonction des thèmes. Moi je commence en bas.
-Ok, à tout à l’heure.
Will abandonna son ami au rez-de-chaussée et se dirigea vers un des escaliers. Se tenant contre la rampe, il gravissait les marches une à une en passant les étages pour atteindre la section « T ». 273 marches plus tard, il arriva enfin au 7ème étage comportant les sections « S-T-U ». Un peu essoufflé, il s’appuya quelques instants contre une table, puis commença à longer les étagères pleine de livres.
Les œuvres étaient rédigées en elfique, Will dut faire un effort pour parvenir à lire les différents titres, mais au bout d’un certains temps ses yeux furent tellement habitués au langage, que son cerveau se mettait à traduire sans grande difficulté. Il passa par plusieurs livres parlant de Tanem et de ses exploits, ou bien de Terrylor, le grand elfe roi. D’autres parlaient encore des Contes du Saul, de Recettes et champignons ou encore Aude à un chêne, mais finalement aucun d’entre eux ne mentionnaient la moindre info sur les ténèbres.
Nullement découragé, Will agrippa la grande échelle de l’étagère qui grimpait de 15m, puis escalada les échelons en prenant soin de bien se tenir. Malgré ces recherches avancées dans les rayonnages, aucun volume n’apporta d’information.
Cependant, en redescendant de l’échelle, son regard fut porté sur des pages déchirées allongées sur une rangée de livre très poussiéreux. Il prit les feuilles jaunies et souffla dessus pour chasser un gros nuage de poussière. Une fois en bas de l’échelle, il examina les quelques pages et découvrit en haut le titre : Dossier de Jane Esis 5 : « l’âge des héros où les ténèbres sont lumières ».
Ces mots interpellèrent non seulement Will car ils parlaient des ténèbres, mais aussi parce qu’ils n’étaient pas écris en elfique mais en humain. Cette découverte le mit dans une grande joie, il s’empressa de redescendre au rez-de-chaussée grâce à une téléportation ténébreuse pour arriver en un éclair en bas. Tony qui était plongé dans un livre, fut quelques peu surpris par la soudaine apparition de son ami et failli en tomber de sa chaise.
-Héééé ! Evite d’apparaître comme ça, j’ai faillit avoir une crise cardiaque !
-Désolé. Je voulais éviter de me retaper les 7 étages à pieds, c’est urgent.
-T’as trouvé quelque chose ?
-Je crois bien, regarde ces pages ! lui répondit il en tendant les feuilles.
-« Le dossier de Jane Esis »…bizarre, je ne l’ai pas vu dans le registre bibliographique.
-Peut être parce que c’est une humaine. Les phrases ne sont pas rédigées en elfique. Elle ne devait pas faire parti du village.
-A moins qu’elle ne fut accepté grâce à un mariage avec un elfe, va savoir. Je vais faire des recherches sur elle. Regarde un peu ce qu’elle raconte en attendant !
Will, en attendant que son ami revienne de la réception, se plongea dans les écrits de la mystérieuse Jane Esis :

Dossier de Jane Esis 5 :
L’âge des héros où les ténèbres sont lumières.

Comme nous l’avons vu dans les précédents dossiers, l’espèce humaine a survécu aux nombreuses tentatives de destruction de Nexus. Mais cela ne s’est produit que par la coopération de Noremi et Omyder.
En effet, sans le lien qui uni la déesse de l’ordre et le dieu du chaos, la Terre ne serait plus que ruines depuis bien longtemps. Tant que les deux forces seront unies, l’harmonie perdurera. Malheureusement, Omyder voulut plus de pouvoir que sa sœur aînée, et après la période de l’âge d’or, il complota en secret et forma les colliers des 4 éléments pour faire face à Nexus. Il faillit réussir dans son entreprise mais sa sœur découvrit ses plans.
Après une profonde colère, la déesse pardonna à Omyder et lui demanda de détruire les colliers, qui selon elle, pourraient se retourner contre Omyder et elle. Le dieu du chaos accepta donc de créer un 5ème collier, celui des ténèbres, où il emprisonna une part de son âme. Malheureusement, au moment de détruire les colliers, Nexus s’interposa en offrant également un part de son âme au collier des ténèbres. Cet acte lui permit de protéger les artefacts ainsi que détruire une partie de la Terre. Omyder fut désolé des souffrances qu’il avait causées, car même si il aimait la guerre, il ne supportait pas de voir mourir ses troupes. Il accepta de se réconcilier avec Noremi et promis de ne plus la trahir.
Ainsi, la paix revint durant plusieurs années avec l’aide que Noremi apporta pour reconstruire la Terre et la protection que Omyder réalisa en dissimulant le pouvoir des colliers aux humains. Cela dur longtemps, puis vint apparaître le jeune Kami. Cet humain rencontra Nexus au cours d’une mésaventure et fut séduit par les promesses de pouvoir que lui racontait le Dieu. Plus tard, il réveilla le pouvoir des colliers sur idée de Nexus et se trouva berner quand le Dieu le transforma en oiseau. Nexus, grâce aux ténèbres contenues dans le 5ème collier, créa une nouvelle espèce de créature qu’il nomma « Dikrandr », puis il ressuscita des créatures de l’ancien temps touchées par les précédents Souffles Divin et en fit ses esclaves.
Plusieurs événements tragiques survinrent à cause de cela : la famine, la peste, la guerre et la mort se mirent à chevaucher à travers la planète en fauchant de nombreuses vies. Noremi et Omyder luttèrent avec acharnement pour étouffer le fléau qui ne cessait de croître. Le combat perdura longtemps mais les humains survécurent tout de même, de nombreuses évolutions apparurent parmi eux et l’harmonie put se maintenir quelques peu.
Omyder sacrifia une autre partie de son âme pour infliger à Nexus une terrible blessure, en mourrant il créa une énorme explosion céleste qui atteignit Nexus et ses sbires. Les radiations entraînèrent un talon d’Achille à chacun d’eux, 5 parties de corps qui une fois assemblées pourront détruire les colliers élémentaux et leurs malédictions.
Afin de finir le travail de son frère, Noremi se mit en quête de 5 humains qui pourraient contrôler les colliers et l’aider à détruire Nexus.
Pour qu’enfin survienne l’âge des héros qui feront revivre la paix sur Terre.
Le dossier intéressa grandement Will car il révélait beaucoup d’informations qui étaient similaires à ce qu’il savait : le lien entre Omyder et le collier des ténèbres, l’origine de la malédiction et comment s’en défaire, qui croire ou non.
Tout cela correspondait à ses recherches, mais en même temps de nouvelles questions naissaient dans son esprit :
Qui sont exactement Omyder, Noremi et Nexus ?
Qui sont les sbires de Nexus ?
Où les trouver ?
Qui était cette fameuse Jane Esis et comment en a t elle appris autant ?
Will réfléchissait à cela quand Tony revint enfin avec de nouvelles feuilles jaunies. Son air de vainqueur affiché sur son visage, montrait qu’il avait trouvé quelque chose d’intéressant. Il déposa les pages du dossier devant son ami, celui ci put lire ainsi « Dossier de Jane Esis1 : Naissance des forces ».
-Il n’y a que celui-ci ? Demanda Will en examinant les feuilles.
-Apparemment oui. Ce sont les seuls exemplaires que le bibliothécaire a retrouvés.
-Dommage…On a déjà le premier et le cinquième, c’est déjà ça. Tu l’as lu ?
Oui, ça semble parler de la naissance de la Terre. Tu me passes le tien !
-Vas y prend. Je vais lire ce que t’as trouvé.


Dossiers de Jane Esis 1 :
Naissance des forces

« Tout a commencé alors que l’univers était composé de boules de glaces, de feu, et de gaz qui voguaient à travers un néant éternel. C’est en cet univers hostile qu’apparut le premier être vivant. Un être divin, de force primal, du nom de Nexus, allant à très grande vitesse et semant la destruction sur son passage en ne laissant qu’une traînée de lumière. Ce Dieu était le pouvoir absolue incarné, mais il se désolait de ne pouvoir l’exercer sur d’autre que lui.
Frustré, il se décida à créer des êtres inférieurs à lui sur lesquels il pourrait régner en maître. Avec l’aide des éléments du feu, de la glace et de gaz à sa disposition, il se lança dans la création d’un nouveau type d’élément et de planète : la Terre.
Il réussi dans son entreprise, mais en utilisant le Souffle Divin, son plus puissant pouvoir, il se passa une conséquence inattendue. En effet en regroupant les 3 éléments de la triforce pour n’en former qu’un, ce fut 2 nouveaux éléments qui se créèrent au lieu d’un seul.
La Terre apparu bien selon les attentes de Nexus car celle-ci était de pouvoir inférieur au sien et égale à celui des éléments de la triforce. Nexus se voyait déjà maître incontesté de la planète, mais il dégluti tout à coup en voyant apparaître le cinquième élément qui naquit en même temps que la Terre. Cet élément inattendu était aussi puissant que les 4 autres réunis, un élément qui pourrait rivaliser avec le pouvoir de Nexus.
Le Dieu donna le nom d’Ether à cet élément inconnu et tenta de le contrôler, mais à peine eu t il tenté de devenir maître de l’Ether, ce dernier se rebellait en formant 2 nouveaux êtres divins à partir de lui-même. Ainsi n’acquirent Noremi, Déesse de l’ordre et de la lumière, et son frère Omyder, Dieu du chaos et des ténèbres.
Avec l’arrivé de toutes ces forces divines, Nexus savait que désormais il devrait lutter pour devenir maître de la Terre.
Être prêt à tuer, tromper, trahir et autres moyens stratégiques devenait sa priorité.

Voila un dossier qui était vraiment très intéressant, offrant une part des réponses que Will attendait. Cette Jane Esis connaissait décidément beaucoup de choses, mais était ce bien la vérité ? Cela Will l’ignorait.
Tony ayant fini sa lecture, se trouva dans le même état d’esprit que son ami. Il proposa que l’on emporte les dossiers pour les montrer aux autres et ainsi décider s’il fallait s’intéresser ou pas à leurs contenus. C’est à ce moment précis que sonna l’heure du déjeuner. Les 2 garçons reprirent donc le chemin du palais au pas de courses, esquivant quelques elfes qui s’affairaient pour le mariage.
Arrivés à la salle à manger, ils trouvèrent les autres déjà entrain de se servir quelques morceaux de sangliers aux airelles et du porridge avec des pommes de terre à la vapeur. Reprenant quelques peu leurs souffles, ils s’installèrent à leurs places en s’excusant du retard. Chacun étaient joyeux à la table, racontant les nouvelles de la matinée et des projets à venir. Puis on en vint à la découverte des mystérieux dossiers, Will exposa un résumé du contenu et exprima les quelques réflexions qu’il se faisait dessus, révélant au passage la présence de Omyder durant ses derniers rêves. Ces compagnons approuvèrent les remarques de Will mais lui reprochèrent de leurs avoir caché ces rêves étranges :
-Tu aurais put nous en parler avant ! se plaignit Sophie
-Et tu aurais pensé quoi ? Tu serais fière d’avoir le Dieu des ténèbres dans ta propre tête ?
-Non c’est vrai, mais j’aurais au moins prévenu mes proches, juste au cas où cela aurait été dangereux pour eux.
-Désolé mais je ne voyais pas trop ce qu’il aurait put vous faire en rêve !
-Arrêtez de vous chamailler tout les deux ! cria Tony à bout de patiente. On sait désormais ce que l’on doit faire pour se débarrasser des colliers, alors c’est pas le moment de devenir ennemi.
-Tony a raison, continua Lily. Si vous commencez déjà à vous opposer au début de la quête, jamais on ne sent sortira. Tanem vous avez fait analyser cet ossement ?
-Oui ; il s’agit bien d’un os mais je n’ai pas trouvé à quel animal il appartient.
-Peut être aux restes du gardien comme le dit le dossier, fit remarquer Greg.
-Peut être…j’ai également relevé une puissante force magique dedans, ce qui pourrait coïncider avec une force divine.
-Je me demande ce qui est advenue des autres dossiers. S’interrogea Naminé.
-Aucune idée, cette Jane Esis ne me dit absolument rien, répondit Tanem. Je ne savais même pas que de tels dossiers existaient.
L’arrivée du dessert coupa court à la discussion et personne ne reparla des dossiers ou quoi que ce soit à part les préparatifs du mariage. C’est justement sur les préparatifs que se termina la journée, tout le monde s’affairait dans la salle du trône : accrochant diverse guirlandes de fleurs ornées de joyaux, issant de grands lustres de verre, transportant divers tonneaux de boissons, ou bien composant des chansons.
C’est au cours de la soirée que les instruments réalisés par l’elfe luthier arrivèrent dans la salle. Hormis les couleurs étranges qui recouvraient chacun d’eux, ils ressemblaient beaucoup à des instruments humains. Cependant quand Naminé examina son synthé, elle ne trouva aucune prise électrique dessus. Intriguée, elle appuya sur une touche au hasard et se trouva émerveillée par le son qui se produisit. La note qui venait de sortir de l’instrument était douce et claire, une mélodie harmonieuse à elle seule et qui s’intensifiait ou diminuait selon la pensée de Naminé. Les guitares et la batterie possédaient également ces améliorations, ce qui rendit les musiques encore plus impressionnantes. Après un morceau pour tester le groupe uni, les adolescents comblés allèrent remercier l’elfe luthier :
-C’et magnifique. J’ai l’impression que ma voix n’a plus besoin de micro pour chanter. Lança Will
-Hiyriysi qui man vays ploesi.
-Ce n’est pas du travail mais de l’art que vous avez façonné, corrigea Tony. Vous pouvez être fiers de vous.
-C’ist dijo yn hanniyr di riolesir cis enstrymints payr vays, j’u oe mes tayt man caiyr.
-On en prendra grand soin. Promit Sophie, touchée par ce cadeau hors du commun.
-On s’en refait une petite ? lança Naminé qui regardait son synthé avec envie.
-Pourquoi pas ? Du « DNAngel » ça te dit ?
-Bonne idée, c’est pile ce qu’il me faut vu que je dois souvent y mettre des effets instrumentaux.
Le groupe enchaina plusieurs morceaux d’affilés, passant par la force des musiques de « Death note » en continuant avec un peu de « GTO »et de « Naruto » pour finir avec du « Love hina ». A chaque fois qu’ils jouaient, leurs esprits voguaient sur les instruments, transformant ainsi ces quelques musiques en véritables chef d’œuvre.

Le lendemain, tout Brilodiane se trouvait en effervescence pour ce grand jour. Il faut dire aussi qu’un mariage, qui plus est royale, n’avait pas eu lieu depuis bien longtemps. Dans les rues de la cité, un grand défilé de soldat avait lieu avec à leurs tête, Greg en superbe armure verte. Derrière cette escorte, tout le peuple elfique suivait en chantant alors que les plus jeunes lançaient de grosses poignées de pétales de fleurs. La procession circula ainsi dans toutes les rues en semant leurs bonheurs, puis elle se dirigea vers la place des cristaux de téléportation.
Par petit groupe de 10, on se plaça sur l’estrade et l’on se téléporta jusqu’au couloir du palais. Greg, toujours en tête, pénétra dans la salle du trône en suivant un long tapis de fleurs rouges. La foule qui le suivait se massa de chaque côtes du tapis et continua son avancé jusqu’à un grand pommier en fleur. Greg s’arrêta devant l’arbre et mit genoux à terre. C’est à se moment là que le foule se mit à chanter une seule et même note durant au moins 2 minutes. Cela sembla une éternité pour Greg qui avait l’impression de dériver dans une autre dimension, mais heureusement pour lui quelqu’un apparut enfin à l’entré de la salle. C’était Dalia, habillée dans une robe de satin nacré, qui se mit à avancer en éparpillant de petites graines sur la foule. Derrière elle venait la mère de Lily vêtue d’un ensemble vert émeraude, ainsi que Cleed dans un beau costard blanc. Tout deux marchaient côtes à côtes d’un pas lent, la mère de Lily versant parfois une larme sur son visage délicat. Puis vit enfin la mariée, portant une longue robe blanche ornée de plusieurs ronces en argent. Lily était resplendissante, même en étant qu’une demie elfe, sa beauté surpassait toute celle des elfes présent. Greg fut ébloui par la splendeur que dégageait la jeune fille et se demanda un moment si il rêvait ou non.
Une fois qu’elle l’eu rejoint sous l’arbre, Greg se trouva encore plus bouleversé car aucun trésor n’aurait put égaler le joyau qu’il allait épouser. Se tournant vers lui, elle lui sourit avec un tendre regard dont il ne put répondre que par un autre sourire.
Dalia se plaça sous le pommier et parla à haute voix :
-Nous sommes ici rassemblés pour sceller l’amour de deux êtres que le destin à choisi. Espérons que leurs unions les aides à surmonter les épreuves qui se présenteront à eux, pour cela ils vont prêter serment. Princesse Lilyanne, acceptez vous de prendre pour épouse le jeune homme ici présent en jurant devant Gaïa, notre mère à tous ?
-Oui je jure de l’aimer de tout mon être et mon cœur.
-Guerrier Greg, acceptez vous de prendre pour épouse la jeune femme ici présente en jurant devant Gaïa, notre mère à tous ?
-Oui je jure de l’aimer et la protéger même après ma mort.
-Par ce serment, je vous déclare maintenant unis par le lien du mariage. Que votre amour soit é…
Un bruissement fit s’arrêter tout à coup Dalia, ne faisant plus un bruit. On entendit des craquements provenir du pommier, tout à coup, deux grandes branches descendirent vers le bas du tronc tel des bras. Le feuillage trembla et l’on vit l’écorce se déformer peu à peu en un visage, il sourit alors en prononçant quelques mots. Dalia et le peuple elfique se mit alors à genoux têtes baissées comme s’ils priaient, seul les mariés et leurs amis restèrent debout à contempler l’apparition.
-Chers enfants, reprit l’arbre plus distinctement, vous avez exprimé votre promesse avec sincérité et ne peux qu’accepter votre choix. Moi, Gaïa, déesse elfique de la terre, je vous délivre ma bénédiction et tous mes vœux de bonheur. Je vous demanderais juste de poursuivre votre quête ensemble et d’accepter tout ceux qui souhaiteront vous rejoindre. La Terre sent un grand danger approcher et me fait savoir ses peurs chaque jours, vous devrez rester tous unis pour la sauver, nous sauver.
-Nous te le promettons Mère Gaïa ! Promis Greg en se frappant la poitrine.
-Je ne souhaite que votre bonheur chers enfants. Ce jour va marquer un tournant dans votre vie et j’espère qu’elle sera longue et heureuse. Au revoir mes enfants et amusez vous bien cette nuit.
Sur ces mots le visage disparu dan l’écorce tandis que l’arbre revenait à lui. Alors que la foule se relevait avec quelques larmes pour certaines personnes, Greg déposa un baiser sur la bouche de Lily, liant ainsi leurs promesses de mariage. C’est d’ailleurs dans cet ultime baiser que toute la splendeur apparu par un procédé magique : les ronces de la robe de Lily se couvrirent de multiples roses rouges.
-Ça c’est le bouquet ! J’ai épousé la plus belle fleur qui soit mais il faut qu’elle se pare d’épines.
-Et moi un homme au cœur de pierre mais aussi beau et pure qu’un diamant !
-Prête pour affronter les festivités et le bal ?
-Je te suivrais n’importe où.
- Alors allons-y !
La fête du mariage se passa merveilleusement bien. Durant toute la nuit on mangea et but à en faire exploser sa chemise. Le groupe joua son premier concert avec les nouveaux instruments et rencontrèrent un franc succès. D’autres elfes animèrent également la soirée avec d’anciennes danses telles qu’une danse de claquettes irlandaise qui montra la souplesse des elfes. Il y eu aussi d’autres événements marquant tels que « la buvette à l’affilée du nouvel hydromel » où Cleed vida 15 verres en une minute ou encore la découpe d’une pièce montée de 75 gâteaux. La mère de Lily filma et photographia quelques un de ces moments qui font désormais de merveilleux souvenirs.

Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Chapitre 7 :

Les vacances avaient filées désormais en emportant une part de souvenir. Le groupe d’adolescent commençait à devenir célèbre grâce à internet, même si pour le moment seul les japonais s’intéressaient à leurs prestations. Ce fut au cour de septembre que la première tournée fut annoncée et que l’on commença à surnommer le groupe : le clan Mysticats.
En effet depuis qu’ils étaient touchés par la malédiction des colliers, ils s’étaient décidés à rester uniquement entre eux pour ne pas révéler leurs secrets mais aussi éviter de blesser accidentellement un de leurs proches. La crise du mouvement people les avaient désormais conduit dans un milieu encore plus solitaire car plus personnes ne pouvaient les approcher sans passer par le garde du corps de Bart Jemset : il n’était pas méchant malgré ses airs de gorilles monstrueux, mais les adolescents le trouvait parfois un peu trop maniaque au niveau de la sécurité.
Après 2 semaines de tourné au Japon où ils ont fait un malheur grâce à leurs instruments. Le clan était maintenant en Chine pour de nouveaux concerts tels que celui de Leh au Tibet, proche de l’Himalaya et son toit du monde qu’est l’Everest.
La ville de Leh, même si elle est connue comme capitale de cette région Tibétaine, n’est pas une « grande ville ». Bien sur son étendue est importante mais elle possède un style très pittoresque car il n’y a que cinq vrais immeubles là bas : deux d’entres eux étaient des hôtels de luxe et les autres des centres économiques et politiques qui faisaient marcher les affaires.
Ces cinq doigts qui montaient vers le ciel défiguraient un peu le paysage mais les habitants ont fini par les accepter grâce à leurs intérêts. Les quartiers et les rues sont parfois étroits mais il n’y a trop ou pas de monde dedans, ce qui ajoute du charme au lieu. Par contre les voix de communication sont assez restreintes pour ce rendre à Leh. Les routes sont parfois très cahoteuses et sont souvent bloquées par des éboulements, ce qui gêne parfois la circulation. Il arrive d’ailleurs souvent que des touristes se retrouvent bloquer et se retrouvent obliger de jouer les randonneurs forcés. Heureusement pour le clan, une autre route avait été instaurée pour rejoindre la ville : l’aéroport de Leh.
Grâce au jet privé fourni par Bart Jemset, ils avaient put se rendre facilement dans différentes villes pour leurs concerts. Cet avions luxueux possédait trois membres d’équipage à son bord : le commandant, son second et une hôtesse qui s’occupait du service et de l’entretien de l’appareil. Le confort était très bien représenté à l’intérieur :
Fauteuils en cuir chromé qui pouvaient être déplacés, un écran plasma géant équipé d’une sono, un bar contenant un frigo de diverses boissons et une salle de bain contenant des WC, un lavabo et une douche.
C’est dans ce petit bijou qu’arriva le clan sur l’aéroport. La descente de l’avion fut quelques peu difficile car une trentaine de fans s’étaient aglutinés contre les marches de l’escalier. Le garde du corps ouvrit la marche en tentant de créér un passage à travers la foule qui se bousculait pour avoir une photo ou une dédicace de leurs idoles. Une fois qu’il eu enfin ouvert une brêche, le clan s’enggouffra jusque dans une limousine noire aux vitres teintées d’un prune sombre.
La voiture démarra et se lança tranquillement dans les rues de la ville. Ce genre de voiture était très impressionnante dans les quartiers car le plus souvent on ne trouvait que des petites voitures de location ou de fonction. Il arrive que l’on croise un ou deux camions de marchandises mais se sont surtout les piétons et les vélos qui sillonnent la ville. En chemin pour l’hôtel, Naminé expliqua quelques mots et tournures de phrase souvent utilisées dans la région ainsi que quelques coutumes du pays. Une fois arrivé à l’hotel, chacun tenta de mettre en pratique ce qu’il venait d’apprendre. Il y eu des massacres de languages mais le maître d’hôtel compris tout de même les intentions de ses clients. Il leurs confia à chacun une carte magnétique qui leurs permettraient d’accéder à leurs chambres : Tony et Will avaient une chambre deux lits alors que Naminé et Sophie avaient un lits deux places comme Greg et Lily.
Mais avant de monter dans leurs chambres, ils se rendirent au restaurant où ils prirent une table en non fumeurs. La salle n’était pas bien remplie pour un week end mais quelques habitués avaient tout de même prit réservation. Les tables, couvertes de nappes rouge, comportaient chacune une bouteille de saké par place à côtes de 2 verres. La carte des menues était écrite en chinois et en en anglais ce qui permit au clan de savoir ce qu’ils allaient manger. Cela s’avoua quelques peu surprenant de trouver des plats comportants des algues vu que Leh était loin de la mer, cependant Naminé réussi à convaincre ses amis de lui faire confiance pour la commande.
Ils prirent donc chacun une assiette de sashimi de dorade au sésame. Ce qui fut un excellent choix car le sashimi est l’un des meilleurs plat de la cuisine chinoise. Il s’agit en fait d’un filet de dorade cuite avec des graines de sésame grillées accompagnés de feuilles d’algues bouillies avec du riz. L’assiette qu’on apporta à chacun comportait également une salade de concombre et de l’omelette coupée en lamelles. Le goût n’était pas désagréable, même si les algues avaient une saveur surprenante, ce repas fut aimé de tous. Par contre Will avait du liquider trois bouteilles de saké de la table pour faire passer le riz et les algues. Pour le dessert, Naminé leurs réserva une mousse au café età la noix de coco qui baignait dans une crème sucrée à l’amande ressemblant un peu à une île flottante.
Alors que tous allait rejoindre leurs chambres pour se reposer du décalage horaire. Will, un peu trop ivre, trébucha et s’écroula sur Naminé. En se relevant, Will tenta de s’excuser, mais il titubait tellement qu’il dut s’accroché au dossier de la chaise pour rester debout. Naminé se releva péniblement en prenant la main de Tony, elle frotta ses vêtements un peu chiffoner et remarqua que Will avait laissé tombé sa carte passe pour accéder à sa chambre. Elle la ramassa et lui rendit pour qu’il la range mieux, ce qu’il fit en la plaçant dans la poche intérieur de son manteau. Tony aida Will à avancer hors du restaurant pour le mener jusqu’à l’ascenceur. Heureusement un groom se présenta dans l’ascenceur et proposa de reconduire Will jusqu’à sa chambre après avoir demandé l’étage où il logeait. Lily et Greg l’accompagnèrent pour aider mais les autres ne purent monter car la cabine ne pouvait contenir plus de quatre personnes.L’ascenceur monta les étages un à un pour atteindre le 10ème. Une fois les portes ouvertes, le groom et Greg aidèrent Will à avancer tandis que Lily actionnait la serrure de la chambre 6 où il logeait. Appuyant sur un interrupteur, elle alluma la chambre spatieusement aménagée : contre le mur gauche, deux lits bien bordés encadraient une table de chavet comportant une lampe et radio réveil. Au centre de la pièce, leurs faisait face une télévision à écran plat équipé d’un lecteur DVD et cassettes vidéos. Une table basse chauffante se trouvait non loin de là avec à ses cotés un réfrigirateur. Sur la droite se trouvait une penderie où avait été placé les valises de Will et Tony, il y avait également une porte qui permettait de se rendre dans une salle de bain équipé de WC. Tout au fond de la chambre, une grande baie vitrée donnait sur un balcon qui dominait les maisons de Leh.
Will demanda à se qu’on le laisse au balcon, qu’il se rafraîchisse un peu les idées. Les autres l’aidèrent à s’y rendre sans se casser la figure, puis une fois qu’il se fût installé en s’accoudant contre la rembarde de pierre, ils quittèrent la pièce en laissant la carte passe sur la table de chevet. Alors que le groom reprit place dans l’ascenceur pour aller chercher les clients restant, Greg et Lily se rendirent dans leurs chambre :
-Tu penses que l’on peut laisser Will seul ? S’inquiéta Lily
-Il est bien assez grand pour éviter de mourir, tu sais !
-Oui mais il serait capable de faire une bétise dans l’état où il est.
-Tony va monter s’occuper de lui. Tu sais que t’es mignonne quand tu t’inquiètes pourles autres ! Ajouta t ilen la prenant par la taille pour lui déposer un baiser sur les lèvres, passant par la même occasion sa main sous sa jupe.
-Attend que nous soyons dans notre chambre pour ça ! souffla t elle en retirant la main de son compagnon.


Tony, Sophie et Naminé, après avoir attendue une dizaine de minutes, montèrent enfin dans l’ascenceur. En arrivant au second étage, le groom s’adressa soudain à Naminé en chinois. Il lui posa une question à laquelle elle lui répondit en chinois en faisant « non » de la tête. Le groom prononça quelques mots d’excuses, l’air septique.
-Qu’est ce qu’il te demandait ? interrogea Tony interloqué.
-Il voulait savoir si j’avis de quoi lui payer un pour boire.
-Attend, moi j’ai un peu d’argent. Il l’a bien mérité pour nous avoir aidé.
Il tendit quelques pièces au groom en les lui plaçant dans sa main avec un salut en se penchant. Le groom prit l’argent avec un air interloqué, mais après l’avoir rangé dans une poche il s’empressa de remercier Tony un salut. Arrivé en haut, il descendirent de l’ascenceur et se dirigèrent vers les chambres. Celle de Sophie et Naminé se trouvait juste à cotés de celle de Lily et Greg.
-Naminé, tu peux rester 5 minutes s’il te plaît ? appela Tony
-Bien sur. Vas y Sophien, je serai pas longue.
-Ok, je serai dans la salle de bain. Répondit elle en rentrant dans la chambre.
-Bon alors, qu’est ce qu’il y a Tony ?
-Dit moi, le groom ne t’avais pas demandé de pour boiree, n’est ce pas ?
-Euh… bien sur que si ! Pourquoi tu dis ça ?
-Parceque j’ai l’impression qu’il semblait te connaître.
-Un peu normal vu que l’on est célèbre, non !
-Sauf qu’il t’as appelé Naminé Satomi, et non Niwa !
La jeune fille déglutit quelques peu en regardant Tony. Ne sachant trop que répondre, elle baissa les yeux. Tony s’appuya contre le mur en la fixant, puis il posa enfin sa question :
-Qui est tu vraiment Naminé ?
-Je m’appel bien Naminé Niwa, mais il s’agit en fait de mon nom par adoption. Répondit elle en relevant les yeux dans le vague. Mon véritable nom est Satomi. En fait je suis à l’origine une Chinoise, ma mère a vécu dans un monastère non loin d’ici dans l’Hymalaya. Je n’ai jamais sut qui était mon vrai père à cette époque, j’aidais ma mère à faire la cuisine pour les moines et je jouait souvent avec quelques un d’entre eux. La vie là bas n’était pas trop rude mais il s’y passait souvent plein de choses inhabituelle que je dois garder secrête par serment. Et puis un jour ma mère a disparu dans la montagne mystérieusement, j’avais alors 3ans et j’ai pleuré qu’elle revienne pendant plusieurs semaines. Quelques mois plus tard, j’était toujours triste mais j’avais accepté la mort de ma mère. Une couple japonais arriva ensuite au monastère, ne pouvant avoir d’enfant, ils étaient venus priés au monastère pour qu’un miracle se produise. Après deux semaine, je m’était lié d’amitié avec eux et quand ils me proposèrent de m’adopter, je ne refusa pas. Je quittait donc le monastère et devins Naminé Niwa, jeune Chinoise qui vivait en Japonaise.
-Et ce groom a réussi à te reconnaître ? Il est fort ce gars !
-Tu sais, le plus souvent les garçons vont travailler dans un temple ou un monastère quand ils son jeune. Et puis avec mes cheveux bleus c’est dur de se tromper sur la personne.
-D’accord mais pourquoi avoir caché ton passé ?
-J’avais promis de garder secret certains événements du monastère.
-En oubliant ton ancienne vie n’est ce pas ?
-Oui, désolé d’avoir caché ceci.
-Ce n’est rien, tu avais une promesse à honorer. Par contre je voudrais que tu racontes tout ça aux autres ! Sans parler des secrets du monastère bien entendue.
-Merci Tony ! Passe une bonne nuit !lança t elle en déposant un baiser sur sa joue. C’est alors qu’ils entendirent une fille hurler de peur.

Dans la chambre de Sophie, la jeune fille faisait couler un bain. Après s’être déshabillée, elle se plongea le visage au dessus de la vapeur puis elle se frictionna le corps dedans. Depuis qu’elle ne pouvait plus toucher l’eau, Sophie était obligé de réaliser se rituel pour se laver. Alors qu’elle s’enduisait le corps lotion alcoolisée, un bruit se fit entendre dans la chambre voisine. C’était un bruit saccadé, qui s’amplifiait parfois, un peu comme des paroles de feuilleton télé où l’action serait démesurée. En tendant l’oreille elle entendit le nom de Greg, Sophie comprit alors que c’était la voix de Lily et se mit à rougir. « Au moins il y en a qui s’amuse un peu. » pensa t elle en tournant la molette du siphon de la baignoire. Elle s’enroula dans un drap de bain pour s’essuyer puis elle regagna la chambre pour se coucher.
La suite qu’elle possédait était identique à celle de Will sauf qu’il n’y avait qu’un lit deux places entouré de deux tables de chevets en différence. Sophie s’allongea confortablement sous les couvertures et posa sa tête sur un des oreillers. Fixant le plafond dans l’obscurité, elle se demanda où pouvait se trouvé la suite de la quête car rien ne s’était produit depuis Stonehenge. Néanmoins elle était heureuse qu’aucun accident ne soit arrivé à Will depuis cela. Pourtant à peine avait elle fait cette remarque, qu’une masse sombre surgit au dessus d’elle par un passage ténébreux pour se jeter sur elle. D’instinct, elle avait lancé une boule de feu contre la chose en poussant un cri d’effrois.

De son cotés, Will reprenait un peu plus ses esprits. Quand il était saoul, il avait du mal à se déplacer correctement et évitait de trop bouger pour ne pas tomber. L’air frais qui soufflait ce soir lui fouettait le visage, tels des griffes invisibles qui lui remettaient les idées en place. Il tenta de se redresser et se tourna pour rentrer dans la chambre, mais ses jambes étaient aussi molles que de la guimauve. Il s’appuya contre la rambarde avant de se lancer contre la baie vitrée, espérant qu’il arriverait à prendre appuie dessus, mais il était tellement épuisé par l’alcool que ses jambes le lâchèrent pour laisser tomber à plat ventre sur le sol. Il ressentit la douleur vive qui lui avait infligé la chute et tenta de ramper jusqu’à la chambre pour éviter d’empirer la douleur. Alors qu’il rampait, il entendit un sifflement se rapprocher puis il vit quelque chose exploser près de lui avec un petit flash et une détonation. D’autres projectiles explosèrent près de lui, heureusement sans le toucher, mais en provocant un énorme mal de crâne. Se doutant qu’il ne pourrait pas échapper longtemps à cette rafale étrange, Will ouvrit un passage ténébreux et s’y engouffra en roulant sur le cotés. Il se mit alors à chuter dans les profondeurs abyssales des ténèbres. Normalement, il arrivait à marcher dans ce milieu obscur mais apparemment l’alcool avait changé sa perception des lieux, il ne savait plus où était le haut du bas. Dans un ultime effort de volonté, il ouvrit un nouveau passage ténébreux pour retourner dans le monde réel en espérant qu’il ne serait pas sous l’eau ou trop du sol. Heureusement pour lui, il vit qu’il arrivait dans une des chambres de l’hôtel et allait s’écraser sur un lit, mais il déglutit rapidement quand une boule de feu grosse comme un ballon de foot se mit à surgir devant lui pour le percuter en pleine poitrine. Le choc de l’impact lui fit faire quelques vrilles dans les airs avant qu’il ne s’écrase enfin contre un mur. La douleur n’était pas trop forte grâce aux effets de l’alcool, mais la brûlure restée sur sa peau se trouvait assez intense. Son esprit réagissait encore cependant il n’arrivait pas à bouger, ni ouvrir la bouche ou les yeux. Il entendit des cris autour de lui, puis il se sentit soulevé du sol pour être transporté jusque sur un lit de la chambre. On lui ouvrit la bouche pour y verser un liquide chaud, il reconnu le goût du sang et avala quelques gouttes en se doutant que celui-ci appartenait à Tony. Ses courbatures et sa gueule de bois s’envolèrent en un instant, mais la brûlure sur sa poitrine continuait de le piquer un peu. Il se redressa en poussant un grognement et fit sourire un peu crispé.
-La malchance est revenue on dirait ! Grogna t il en se tournant vers ses amis.
-Désolé de t’avoir blesser Will, j’ai eu très peur en te voyant surgir comme ça !
-C’est rien, tu as bien fait de te défendre. C’est moi qui devrais m’excuser parce que j’avais trop bu.
-Mais pourquoi as-tu utilisé les ténèbres pour te déplacer ? C’était bien plus dangereux que de te traîner à terre.
-Je sais, je m’en suis rendu compte. Seulement…je me suis fait attaquer.
-Attaquer ! Par quoi ? Un sniper ? Un oiseau ?
-Je sais pas mais je me suis fait canardé.
-Le mieux c’est d’aller sur le balcon pour trouver des traces.
Naminé, après que Sophie et les garçons soient sorties de la chambres, révéla son passé secret en s’excusant de leurs avoir caché. Ils ne lui en voulurent pas trop car beaucoup de monde avait des choses à cacher sur son passé. Une fois dans la chambre de l’attaque, Will et Tony s’approchèrent lentement du balcon pour voir s’il n’y avait pas de danger, mais apparemment il n’y avait plus rien à craindre. En observant le sol du balcon, les garçons découvrirent des impacts à différents endroits avec parfois des traces de brûlures :
-20 impacts, tu as eu beaucoup de chance de ne pas être touché Will !
-Oui, mais par quoi ? Cela ne ressemble pas à des impacts de balles !
-Par contre il y a pas mal de plumes contre la fenêtre !
-T’as remarqué aussi hein ! Je me demande si cela provient d’un oiseau touché par les projectiles.
-Je vais en prendre une pour voir si il y a des résidus, on sait jamais. Proposa Tony en n’en ramassant une.
-Alors vous avez trouvé quelque chose ? questionna Sophie.
-Pas grand-chose, juste des impacts et des plumes comme celles-ci.
-Attend, montre moi cette plume tu veux ! Demanda Naminé, soucieuse.
-Bien sur, tu as déjà vu cette sorte ?
-Malheureusement oui, répondit elle en examinant la plume. Cette plume provient d’une créature du monastère où j’ai vécu.
Cette révélation jeta un froid dans la chambre. Plus personne n’osait parler rien qu’à l’idée d’imaginer la chose qui avait laissé ces plumes. Ils furent également bouleversés que le passé de l’un d’entre eux est un rapport avec leur destin à tous. Naminé proposa d’aller se coucher car pour le moment elle ne savait plus à quoi appartenait cette plume, espérant que la nuit lui rafraîchisse la mémoire. Tous acceptèrent car ils avaient eu chacun leurs doses de surprises pour ce soir, ils prirent donc le chemin de leurs chambres respectives avant d’aller sombrer dans un profond sommeil au fond de leurs lits. Au cours de la nuit, Will rencontra de nouveau Omyder en rêve :
-Cela faisait longtemps Will. Salua le Dieu en s’asseyant en tailleur.
-En effet, il s’est passé pas mal de choses depuis. Surtout ce soir. Répondit il en imitant Omyder.
-Je sais.
-…Vous saviez ?
-Je fais parti de toi Will. Je suis comme ton ombre : je fais tout ce que tu fais et suis toujours là, même si tu l’oublis souvent.
-Vous savez donc que j’ai encore subit un « accident ».
-Oui, et heureusement que je veille à ce qu’il ne t’arrive rien grâce aux ténèbres. Mais bon, tu n’y ai pour rien car le destin des ténèbres n’est que fatalité.
-… !
-Pour en revenir à ton attaque. Il faut tout d’abord que je te parle du monstre que vous avez battu à Stonehenge. Tu sais déjà que je suis l’un des Dieux qui sont nés avec la Terre. C’est donc moi qui aie créé une partie de la population terrestre. Le monstre était en fait le roi de la première population, il se nommait Retic. Il a fait vivre son peuple durant plusieurs décennies avant que celui-ci ne s’éteigne après un « Souffle divin ».
-Une attaque du Dieu Nexus, c’est ça ?
-Exactement. Le peuple de Retic disparue de la Terre, mais dans les océans ma sœur Noremi avait elle aussi créer un peuple. Celui-ci avait survécu au désastre, et après quelques siècles d’évolutions elle a repeuplé la Terre et nous avons créé chacun une espèces pour cela. La chose qui t’a attaqué ce soir est une des créatures de ma sœur et sûrement une de l’espèce gardienne.
-Il y avait des plumes, est ce que ça vous dit quelque chose ?
-Ma sœur aimait bien les airs et l’eau en effet, il doit s’agir d’un archange. Cependant leur espèce s’est éteinte depuis le dernier Souffle divin.
-Retic aussi était sensé avoir disparu. Fit remarquer Will.
-C’est vrai, et c’est ça qui m’inquiète. Les archanges étaient invincibles sauf face aux flammes de forces divines.
-Sophie contrôle le feu et j’ai une force divine. A nous deux on devrait pouvoir y arriver.
-Peut être, mais cela veut dire aussi que tu vas devoir veiller sur elle. Si cette créature ne s’est montrée que maintenant c’est uniquement parce que vous êtes venus à elle.
-Naminé dit qu’elle a déjà vu cela dans son ancien monastère. Vous pensez qu’il y est toujours ?
-Sûrement ! Ma sœur m’a fait savoir qu’une aide vous sera apporté par une personne là bas.
-Vous pourriez me parler de votre sœur ?
-Un autre soir Will, veux tu ! La nuit est déjà bien avancée et tu as besoins de repos après tout ces événements.
-Comme vous voudrez, bonne nuit Omyder.
Will s’allongea, les mains derrière la tête, le regard porté sur les étoiles pourpres du ciel. Les gémissements des âmes traversant le canyon ressemblaient à une douce mélodie emplie de tristesse. Ce son étrange fit couler quelques larmes à Will avant qu’il ne puisse enfin dormir vraiment.

Le lendemain matin, tout le clan se retrouva au restaurant pour prendre son petit déjeuner. Au cours du repas, Sophie commença par expliquer la mésaventure de Will à Lily et Greg qui n’étaient pas au courant car ils n’avaient rien entendus. Puis Naminé résuma son passé caché et révéla que celui-ci avait peut être un rapport avec les événements de la veille.
-Je n’en suis pas totalement sur, continua Naminé, mais la plume retrouvée chez Will provient peut être de mon ancien monastère.
- Ton intuition est bonne. Intervint Will. Durant mon sommeil, Omyder m’a dit que la créature était sûrement là bas car nous devrions y trouvé de l’aide.
-Content de l’apprendre. Est-ce qu’il t’a dit quelle créature c’est ? Interrogea Tony.
-D’après lui, il s’agirait d’un archange créé par sa sœur il y a longtemps et que seul le feu divin peut détruire.
-Donc c’est pour ma pomme cette fois. Rigola Sophie ;
-Oui mais tu auras besoins de mon aide car seul les ténèbres possèdent une force divine parmi nous.
-Super on va pouvoir retravailler en duo. Ça faisait longtemps, au moins au cours de physique je crois.
-Tout ça c’est bien beau. Intervint Lily. Mais il y a quelque chose que je ne comprends pas.
-La durée de vie inhabituelle des créatures ? Demanda Greg.
-Toi aussi cela te choque, n’est ce pas ? Je n’arrive pas à comprendre comment de telles créatures comme le monstre de Stonehenge ou cet archange ont put rester en vie.
-Peut être la force divine de Nexus. Répondit Will. Je l’ai sentie durant le premier combat.
-Nous sommes donc en conflit avec un Dieu, c’est pas bon ça ! Fit remarquer Greg.
-Espérons seulement que les notre ne nous lâchent pas. Mais bon, pour le moment notre seul souci c’est le concert de ce soir.
-T’as raison Will, on devrait se faire une petite séance de répét, ça nous détendra avant les interviews de cet aprèsm.
-Bonne idée Nam, Je crois qu’on en a tous besoins.
La matinée du clan se passa donc à la répétition de leurs morceaux, puis après avoir savouré un Hayashi rice au restaurant, ils s’attaquèrent aux interviews télévisées puis radiophoniques avant de finir par les journalistes et paparazzis de tout genre. Une fois enfin libre, ils se rendirent dans le centre ville pour déambuler un peu à travers les quelques monuments historiques de Leh. Quand le soir arriva, ils retournèrent une dernière fois au restaurant avant de se lancer sur scène.
Comme toujours la foule de fans qui étaient venus était impressionnante à voir. C’est parfois fou l’émotion que l’on peut ressentir face à une telle marée humaine unie par la même émotion. Certain éprouverait de la peur face à cela, mais pour le clan ce n’était plus grand-chose. Pour eux, même si un événement totalement ridicule survenait pendant qu’ils jouaient, ils continueraient de jouer pour ce publique venu les écouter. Depuis le concert du lycée, leurs répertoires de musiques s’était agrandit ainsi que leurs effets spéciaux. Avec l’aide des instruments offert par les elfes luthiers, le clan avait conquit tous les âges et on attendait la sortie de leur premier album avec impatience. Le concert dura jusque tard dans la nuit, enchaînant rythmes endiablés et moments tendre où le publique s’unissait à leurs voix.
Ce ne fut que le lendemain après midi que le clan se réveilla frais et dispo après cette merveilleuse nuit blanche. Alors qu’ils prenaient un repas peu copieux pour ne pas se rendre malade, le maître d’hôtel vint les prévenir qu’un jeune garçon souhaitait s’entretenir avec eux pour une affaire urgente. Le clan accepta bien entendu du moment que celui-ci n’était pas journaliste, cependant ils ne rencontrèrent leur invité qu’une fois que leur garde du corps l’eu fouillé. Cela ne dura d’ailleurs pas très longtemps par rapport à d’habitude car en effet, celui qu’ils recevaient était un jeune garçon d’une dizaine d’années. Il avait des cheveux d’un bleu électrique et de doux yeux verts d’enfant. Son visage était si mignon que les filles eurent envie de lui faire un câlin. Sa tenue vestimentaire se composait d’un gros blouson bleu marine et d’un épais jogging noir qui s’enfonçait dans des chaussures d’escalades brunes.
-Salut je suis Kamy Satsu ! Lança t il d’une voix joyeuse.
-Bonjour Kamy. Répondirent ils les uns après les autres.
-Vous vous demandez qui je suis, hein ?
-Ben, un peu oui. Reprit Greg
-Tu n’es pas journaliste ou producteur au moins ? Interrogea Sophie en rigolant.
-Non pas du tout. Rigola il à son tour avec un grand sourire.
-Attend…Tu serais pas le Kamy Satsu qui vit au Monastère du Mont Hamstère par hasard ? Tenta Naminé
-Ben, comment vous savez ça ?
-Tu es moine au monastère et tu es guide en montagne pendant les périodes de vacances. Ton père s’appel Kami Kaz, qui est un garoven et tu possèdes le don de parler avec des esprits de dragons. Continua la jeune fille en fixant l’enfant.
-Whoua, vous êtes mentaliste ou quoi ? J’ai plus de mystère moi du coup !
-Tout est écrit sur ton visage, il suffit de savoir lire.
-Trop fort !
-Prend toi un café Nam ! Tu commences à t’endormir. Lui conseilla Tony qui avait comprit le tour elfique de son amie.
-Désolé, j’ai mal dormi depuis hier. Mentit elle.
-Bon, explique nous ce que l’on peut faire pour toi Kamy !
-C’est plutôt moi qui vais faire quelque chose pour vous, corrigea t il. C’est moi qui vous emmène au monastère, vous êtes content, hein ?
Cette nouvelle avait quelque peu décontenancé le clan, même si ils s’y étaient un peu attendus. Kamy les rassura qu’il était le meilleur guide des environs et réussi à les convaincre de partir le lendemain pour le monastère. Néanmoins, il s’inquiéta de leur tenue vestimentaire qui risquait d’être un peu « légère » pour une ascension d’une partie de l’Himalaya. Heureusement, le clan avait hérité de plusieurs équipements de sports neufs grâce à des pubs télés qu’ils avaient tournées quelques semaines plus tôt. Ils possédaient donc chacun un sac de randonnée contenant gourdes, trousses de soins, cordes et pitons d’escalade ainsi qu’habits en conséquence. Une fois le point résolu, Kamy s’empressa de leurs expliquer le trajet à parcourir tout en commandant un autre chocolat chaud. Il avait décidé de les faire monter par un sentier rocailleux pendant une journée pour pouvoir atteindre le monastère, et d’après lui, le plus tôt serait le mieux car de nombreuses avalanches avaient lieu ces derniers jours. Après tout ces détails sur l’expédition, Kamy souhaita en apprendre plus sur le clan et engagea la discussion :
-Alors dites moi, est ce que vous êtes tous de la même famille ?
-Pas du tout, pourquoi ?
-Juste pour vérifier ce que dit la presse people.
-Faut pas trop les croire tu sais.
-Donc Will ne sort pas avec Sophie, c’est ça ?
-Et non, par contre Lily est mariée à Greg. Répondit Naminé.
-Whoua, c’est possible ça !
-Tu demandes si c’est possible alors que tu parles avec des esprits de dragons, t’es gonflé.
-Oh tu sais, j’ai vu tellement de choses pas normales que je préfère le voir pour être su que ça existe.
-On comprend ce que tu veux dire.
-Au fait, pourquoi vous devez aller au monastère ?
-On te l’as pas dit ?
-Ben non.
-On va aider ton père à redevenir normal. Lança Naminé avant de s’endormir soudainement.
La réponse avait autant surpris Kamy que les autres, mais ce fut le sommeil soudain qui interpella le plus Kamy. Inquiet, il demanda si elle était malade ou droguée. Tony lui expliqua que tout allait bien, que cela arrivait parfois et qu’il n’y avait pas de raison de s’inquiéter. Sur ce, il demanda à Kamy de les laisser se reposer pour la randonnée du lendemain et se quittèrent d’un gros câlin.


Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Higure
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 25
Localisation : Oise (france)
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Le lendemain matin, très tôt, alors que l’aurore se levait à peine. Le clan se trouvait face à un grand sentier, qui s’enfonçait dans les hauteurs de l’Himalaya. N’ayant plus rien à faire à Leh, ils avaient chargé leur garde du corps de payer la note de l’hôtel avant qu’il ne prenne un peu de repos au près de sa famille aux Bahamas.
Le clan avait l’air de parfais randonneurs de montagnes dans leurs combinaisons neuves. Selon Kamy, l’ascension ne mettrait pas plus d’une journée vu que la météo ne semblait pas trop mauvaise. Et en effet, après avoir marché durant toute la matinée, ils avaient gravi une bonne cinquantaine de kilomètres. Durant tout ce temps, Kamy avait cherché à savoir ce que le clan pouvait faire pour aider son père et avait propose pas mal de suggestions sur des extra terrestres, des super héros ou encore des personnes venues du futur. Ils étaient entrain de savourés un plat de nouilles au miso, quand Sophie commença à avoir le tourni. Elle s’était mise à genoux et respirait profondément très rapidement comme si elle faisait une crise de panique. Tony s’agenouilla rapidement près d’elle et lui demanda ce qui lui arrivait :
-Je sais pas. Répondit elle à bout de souffle. J’ai du mal à respirer tout à coup.
-Elle a le mal des hauteurs, expliqua Kamy, ça arrive souvent en montagne quand on n’est pas habitué à ne plus avoir assez d’oxygène.
-Si on lui en donne ça se calmera ?
-Normalement oui, mais pas trop vite pour que le corps ne s’emballe pas !
-Ok, détend toi Sophie, je vais devoir t’embrasser.
-Hé, mais ça va pas Tony ! Cria Will en voulant le retenir.
Mais à peine avait il réagi que Sophie colla ses lèvres à celles de Tony dans un baiser fougeux. Le garçon, un peu surpris, mit du temps avant de penser à activer son pouvoir de l’air. Après quelques minutes, Sophie lâcha enfin Tony à bout de souffle et baissa les yeux pour ne pas voir le regard des autres.
-Désolé Tony. S’excusa t elle honteuse.
-Ne t’excuse pas, tu embrasses super bien ! Répondit il avec amusement.
-Mais t’as pas bientôt fini tes conneries oui, espèce de pervers ! Lança Will en lui donnant un coup sur la tête.
-Whouaaa, Tony, ça c’est du bouche à bouche. S’exclama Kamy , les yeux plein d’admiration.
-T’es sur ? Pourtant je n’ai rien fait d’extraordinaire.
-Mais tu va te … ?
-Qu’est qu’il y a Will ? Demanda Tony, inquiet de la réaction soudaine de son ami.
-Y a une onde glaciale qui vient de me traverser le dos.
-C’est sûrement un courant d’air, y fait pas très chaud ici tu sais ! Répliqua Kamy.
-Non ! Il y a un danger pas loin, mais ce n’est pas vivant.
-Chut ! Vous entendez pas ? Lança Greg tout à coup aux aguets.
En effet un grondement sourd se faisait entendre et s’amplifiait à mesure que les secondes passaient. Cela devint bientôt un bruit proche d’une fusée entrain de décoller. Soudain la réponse se présenta à eux par l’image de tonnes de neige qui tombèrent au dessus de leurs têtes. Pour éviter de se faire ensevelir par l’avalanche, Will plongea en avant en attrapant Sophie et Kamy puis s’engouffra avec eux dans un passage ténébreux. Ils se retrouvèrent donc en lévitation dans cet espace de néant, Sophie et Kamy serrant Will de toutes leurs forces pour ne pas tomber dans l’abysse.
-Will où sommes nous ? J’ai peur ici ! Gémit Kamy.
-C’est le monde des ténèbres, mon autre monde.
-Au fait, excuse moi pour tout à l’heure. Lui chuchota Sophie.
-Tu n’as pas à t’excuser. Vu que je peux encore te sauver la vie c’est que je ne suis pas devenu inutile.
-Dites on pourrait retourner dans notre monde au lieu de chuchoter ! J’ai vraiment la trouille là ! reprit Kamy.
-Ok, tenez vous bien on y va !
Une fissure lumineuse apparue devant eux tel un rayon aveuglant. Will s’y engouffra avec les autres et sortirent ainsi des ténèbres pour revenir dans leur monde. Ils atterrirent à l’endroit qu’ils avaient quitté mais désormais tout était recouvert par la neige. Aucune trace de leurs compagnons n’était visible aux alentours et comme si cela ne suffisait pas il avait commencé à neiger. Alors qu’ils se demandaient si les autres avaient réussi à s’en sortir indemne, une secousse fit bouger la neige. On vit bientôt une masse énorme surgir de sous celle-ci en provoquant des tourbillons glacés. Un colosse de cobalt se dressa ainsi devant eux avec à ses pieds Tony qui serrait contre lui Naminé et Lily.
-Bien joué Greg. Lança Will.
-Whoua ! C’est remake de l’abominable homme des neiges ! Admira Kamy béat
-Pourquoi « remake », il existe vraiment ? S’inquiéta Sophie.
-Bien sur que oui, mais comparé à Greg c’est un minus tu sais !
-Kamy, dit moi que nous ne sommes plus très loin du monastère. Demanda Greg d’une voix caverneuse
-Ben en fait on en a pour environ 5 heures de marches avec cette avalanche qui vient de tout recouvrir.
-Alors pas question que je me retransforme, sinon je vais finir congeler.
-Par contre, si tu nous transportes sous cette forme, je te jure que dans une heure tu seras au monastère.
-Bonne idée.
-Et je pari que l’on peut se servir de la tente pour que tu puisses nous transporté plus facilement.
-Kamy tu es un génie ! s’écria Naminé
-C’est seulement maintenant que vous le remarquez ? Je vous ai pourtant dit que j’étais le meilleur guide de la région.
-Du monde tu veux dire ! Répondit elle avant de lui déposer un gros baiser sur la joue.
Le garçon se mit à rougir du compliment puis s’empourpra encore plus après le baiser. Les autres rigolèrent un peu de cette scène touchante, avant de se décider enfin à monter la tente pour que Greg les transporte. Une fois cela fait, ils se blottirent à l’intérieur pour qu’il les hisse sur son épaule. Le titan de roche s’engagea donc dans la montagne, ses pieds s’enfonçant parfois lourdement dans la neige en provoquant des tranchées. Un peu ballotté dans ce sac à dos de fortune, les autres tentaient de se réchauffer comme ils le pouvaient tandis que Kamy aidait Greg à ne pas se perdre en lui indiquant la bonne direction à travers la tempête de neige qui s’amplifiait. Et c’est ainsi que une heure plus tard, l’ombre du monastère se dessina sur le paysage blanc de la montagne. Greg se mit à accélérer le rythme de marche pour se dépêcher d’arriver, quand tout à coup Will hurla de stopper immédiatement. Greg obéit et demanda ce qu’il se passait, mais la flèche qui se planta dans la neige devant lui donna une réponse plus rapide.
-Restez à couvert, on nous tire dessus avec des flêches ! Commanda le titan en maintenant la tente dans son dos.
-Attend Greg ! Cria Kamy. Ils tirent parce qu’ils croient que tu attaques.
-Et je dois faire quoi pour les rassurer ? Me transformer en humain et finir en esquimau ? Pas question ok !
-Avance lentement vers le monastère en mettant ta main sur ta poitrine et l’autre qui montre la tente en évidence.
-Je te fais confiance Kamy, mais si jamais une autre flèche est tirée je fonce dans le tas, d’accord !
Greg se mit à avancer lentement comme le lui avait dit Kamy, veillant à ce que la tente ne soit pas une cible trop facile. Il vit parfois un éclat brillant sur le haut des murs mais aucun projectile ne fut tiré. Quand il atteignit enfin les portes massives de la palissade, il déposa la tente par terre et laissa ses amis sortir. Ceux-ci enfin extirpés, se présentèrent devant les portes et frappèrent celles-ci à l’aide des lourds anneaux de bronze qui y étaient suspendus. Ce fut après quelques minutes que les portes commencèrent à s’ouvrir. La personne qui se présenta était une jeune fille d’environ 19 ans, elle portait une longue natte qui tombait sur son épaule. Sa tenue était composée d’une courte chemise en laine et d’un pantalon en cuir qui lui serrait les jambes, le tout était recouvert par un tablier blanc de domestique.
-Bonsoir Kamy, commença t elle avec un large sourire. Je vois que tu t’es fait de nouveaux amis, mais je vous en pris, entrez donc. Vous devez avoir froid dehors.
-Elle dit ça alors qu’elle est à peine couverte. Pensa Will.
-Bonsoir Ana, lui répondit Kamy, nous allons aller dans la grande salle. Peux tu prévenir tout le monde que je suis rentré.
-Bien sur, accompagne tes hôtes à l’intérieur je m’occupe de les prévenir. Par contre ton ami le géant va avoir du mal à rentrer. Fit elle remarquer en contemplant Greg.
-Si vous accepter de me passer une couverture, je promet de ne rien casser en entrant. Promit il en tentant de ne pas l’effrayer.
-Je ne sais pas si je trouverais une couverture à votre taille ! Rigola t elle.
-C’est que norma…aaaa…aaaa…ATCHOUM. Eternua Greg en provoquant une bourrasque qui cloua tout le monde au sol et fit voler pas mal de neige autour d’eux. Désolé.
-La jeune fille releva vers lui un sourire à faire fondre la montagne et lui donnait envi de sourire à son tour. Mais il la vit soudain avoir un visage surpris avant de la voir détourner son regard en rougissant comme si elle était gênée. Tout à coup, Greg commença à sentir un froid mordant qui pénétrait tout son corps, et surtout ses pieds, puis il remarqua alors que sa vue avait changé car il regardait tout comme si il était humain. C’est en se contemplant qu’il comprit alors le problème : il était redevenu humain et se trouvait nu comme un ver dans le froid Himalayen.
-Oups, pardonnez moi ! s’écria t il en se jetant dans la tente pour se cacher et se réchauffer quelque peu.
-Je …Je vais vous cherchez une couverture. Balbutia la jeune fille déroutée avant de s’éclipser.
Une fois qu’elle eu disparue, Kamy et les autres se regardèrent quelques instants avant d’éclater de fou rire, ce qui gênait grandement Greg.
-Ok, ça va hein ! Ça peut arriver à tout le monde. Ronchonnait il.
Ils en riaient aux larmes pendant une bonne dizaine de minutes en attendant que la couverture arrive. Quand la jeune fille revint enfin, elle avait prit plus qu’une simple couverture ce qui relança les rires. Greg prit ce qu’on lui avait ramené de si drôle et compris vite pourquoi ce l’était : tout d’abord la couverture se trouvait être un kimono long de fille, ensuite elle avait ramené du linge tel qu’un grand maillot et des chaussettes en laine mais également l’une de ses culottes.
-Oh putain de merde! Pensa Greg en voyant tout cela.
Il se doutait bien que mettre le maillot et les chaussettes serait facile, mettre le kimono encore supportable, mais le fait de porter le sous vêtement de cette jeune fille le gênait affreusement. Il ferma les yeux, inspira profondément et tout en se disant « A la guerre comme à la guerre. »Il enfila les vêtements.
Quand il eu enfin le courage de sortir, il ouvrit la tente et découvrit qu’il y avait aussi une paire de sandales montante. Il les enfila et se leva pour tenter quelques pas. Il n’était pas très à l’aise dedans, mais au moins il n’avait plus aussi froid.
-Le premier qui rigole, il est mort compris ! Prévint il.
-Il l’a mise ? Demanda Will amusé.
-Il l’a mise ! Confirma Kamy qui regardait dans la tente.
-Désolé je n’ai pas trouvé de couverture, commença la jeune fille, et comme je ne peux aller dans la chambre des garçons, je n’ai put vous proposer que mes vêtements. Vous m’en voulez n’est ce pas ?
-Pas du tout, enfin juste un peu, mais comme je n’ai plus froid je vous pardonne.
-Merci, merci beaucoup. Je vais vite prévenir les maîtres maintenant. Lança t elle avant de s’enfuir.
-J’ai l’air ridicule ? Dit-il à Lily alors qu’il voyait partir la jeune Ana.
-Un peu oui. Avoua t elle avec un sourire.
-Pourtant je suis heureux de l’avoir fait.
-Hé, je vais être jalouse là.
- De elle? Y a pas de quoi, elle ne t’arrive pas à la cheville. Se rattrapait-il. Non, ce que je voulais dire, C’est que j’ai l’impression de lui avoir prouvé mon respect.
-Le respect d’un golem titanesque…C’est vrai que c’est pas rien, mais la prochaine fois retiens toi d’éternuer !
-Promis ! Jura t il.
Une fois que la tente fut rangée, le groupe pénétra enfin dans le monastère. Le lieu était composé de plusieurs bâtiments de différentes tailles : au centre, il y avait une bâtisse dépourvue de fenêtre et dont la porte était encadrée par les statues de 2 gros dragons chinois. Sur la droite, un long couloir ouvert sur l’extérieur permettait de longer diverses chambres à coucher. Enfin sur la gauche se trouvait un bâtiment moins gros que celui du centre, c’est là que Kamy les conduisait.
Ils pénétrèrent dans une grande pièce dont le sol était fait de grosses lattes de parquets. Sur les colonnes qui jalonnaient les murs, se trouvaient des lanternes dont les globes de tissus émettaient de douces lumières. Le mobilier du lieu ne comportait qu’une très longue table basse entourée de plusieurs coussins. C’est autour de cette table qu’était assises 5 personnes : 3 jeunes garçons tous habillés d’un long kimono bleu se tenaient sur la gauche. L’un avait des cheveux longs retenus en arrière par un élastique, son visage exprimait une grande sérénité sur la position de ses mains. Le second avait les cheveux courts mais en désordre, on voyait des cernes profonds sous ses yeux et sa tête avait la fâcheuse manie de se pencher en avant pour ensuite remonter dans un soubresaut. Le dernier aux cheveux ras, se tenait droit avec un visage dur dépourvu d’expression. Ce dernier fixait la jeune fille qui avait ouvert au groupe tout à l’heure et qui se trouvait assise face à lui. Elle adressa un léger sourire au groupe quand ils arrivèrent, puis fit face au regard du garçon en face d’elle. Au fond de la pièce, sur la droite, apparut un vieil homme au crâne rasé et la barde aussi longue que blanche. Il avançait lentement de dos courbé, s’appuyant sur un long bâton comme d’une canne. Il s’approcha de la table et fit face au groupe pour s’adresser à eux :
-bienvenu dans notre monastère jeunes gen ! Je ne connais pas encore les intentions qui vous ont mené jusqu’ici mais je vous offre gîtes et couverts durant tout ce séjour, dit il dans un anglais irréprochable.
-Merci beaucoup monsieur, lui répondirent les adolescents en se penchant.
-Bon et bien mangeons mes amis !
-Nous n’attendons pas Yoki, maître ? demanda soudain le garçon à l’air fatigué.
-Non, il m’a dit qu’il devait médité encore un peu. Allons, asseyez vous et mangez, et toi Kamy fais donc les présentations.
-Oui maître. Très bien, voici maître Mochi, c’est lui qui dirige le monastère. Ensuite nous avons Ana Hata que vous avez rencontré tout à l’heure, c’est elle qui s’occupe des tâches ménagères du temple, c’est également la seule fille vivant ici. Enfin voici nos 3 apprentis moines guerriers : Reko, Mokata et Uyro. Dit il en désignant les garçons un à un.
-Moines guerriers ? Vous maniez des armes alors ? Interrogea Will.
-Uniquement le bâton pour nous, répondit Uyro, mais le Guerishu peut en manier bien plus !
-Le Guerishu est un moine guerrier d’expection, il fait parti de la légende de notre monastère et c’est mon frère qui l’est en ce moment ! Se vanta Kamy.
-Se serait ton frère qui nous aurait tiré dessus tout à l’heure ?
-Oui, c’est moi. Lança une voix derrière eux. En se retournant, le clan découvrit un garçon d’environ leur âges, il avait des cheveux de la même couleur que ce de Kamy, mais ses yeux étaient d’un bleu bien plus clair. Il portait lui aussi un long kimono comme les autres garçons mais celui-ci d’un bleu marine profond.
-Et voici Yoki, mon grand frère !
-Bonjour à tous et désolé pour la flêche…tiens ?...Est-ce bien toi Naminé ?
-Bonjour Yoki. Ça fait un baille !
-Oui, en effet…mais tu es toujours aussi jolie !
-V…Vous connaisez ? S’étrangla Kamy.
-J’ai vécu ici quelques années alors que tu étais un simple bébé. Répondit Naminé avec un sourire.
-T’aurais put au moins me mettre au courant fréro, moi qui croyait que j’allais pouvoir leurs faire visiter le monastère !
-Mais rien ne t’en empêche tu sais, le rassura Yoki, mais pour l’heure mangeons ce que nous a préparé Ana avant que cela ne soit aussi gelé que la montagne.
-Bonne idée, je meur de faim. Lança Greg en se jettant sur le premier plat à porter de main. Au fait, moi c’est Greg, et je ne suis ni une fille ni un travestie.
-Alors pourquoi tu portes ces vêtements de filles ? Demanda Reko avec une certaine indifférence.
-Ce sont les miens, expliqua Ana en rougissant, il était quasi nu dans la neige en arrivant. Je lui ai passé mes vêtements pour qu’il se réchauffe.
-T’es un peu bizarre comme gars pour venir ici à poil, rigola Mokata. Et vous autres, vous êtes qui exactement ?
Naminéfit donc les présentations puis elle raconta leurs rencontre avec Will, la malédiction qu’ils avaient choisi de subir et le combat contre Retic. Tous écoutèrent sans s’interposé, mais rigolèrent parfois des situations qu’ils avaient décrit.
-Vous êtes donc ici pour délivrer ce pauvre Kami de sa malédiction…s’exclama le maître en se caressant la barbe d’un air pensif. Je me demandais quand cela arriverait enfin car le pauvre désespérait depuis quelques mois.
-Pouvons nous le voir ce soir ?
-Non, il vaut mieux vous reposer pour le moment. Surtout que les nuits sont froides en ce moment si l’on ne se couche pas tôt.
-Très bien, nous le verrons demain alors.
-Kamy tu peux nous montrer des chambres libres, s’il te plaît !
-Bien sur, suivez le guide !
-Bonne nuit à tous.
-A vous aussi les jeunes.
Et c’est ainsi que se termina la journée du clan, avant de plonger dans un lit bien chaud.

Le lendemain matin, alors que le soleil se levait à peine, Sophie fut réveillée par un drôle de bruit. Cela ressemblait au chant d’un oiseau mais elle n’arrivait pas à déterminer lequel. Tout en cherchant à savoir d’où cela provenait, elle remarqua que Naminé s’était déjà levée car son lit était vide. La jeune fille chaussa des baskets en hâte et enfila un peignoir par-dessus son pyjama. Tirant la porte coulissante, elle senti l’air frais lui gifler le visage avant de sortir. Les rayons de l’aube naissante formaient un reflet lumineux sur la neige fraiche au sol, éblouissant quelques peu les yeux fatigués de Sophie. En continuant de chercher de quoi provenait le son, elle s’aventura dans la neige et découvrit une ligne de traces de pas récentes. Curieuse, elle suivie cette piste qui menait derrière le bâtiment centrale et déboucha face à une petite maison se trouvant à cotés d’un mur qui s’étirait en demi cercle contre la palissade. Une épaisse vapeur s’échappait de derrière ce mur, et à en croire les bruits d’eau, il ne devait s’agir que des sources chaudes du monastère. Sophie remarqua que les empreintes se dirigeaient justement vers la maison des sources et que bizarrement le chant mystérieux provenait également de derrière ces murs. Elle entra donc dans la maison par la porte réservé aux femmes, puis elle dénicha une corbeille d’osier où elle rangea ses vêtements avant d’enrouler une serviette autour de sa taille et enfin rentrer dans les sources. L’endroit était composé de 2 grands bassins coupés par un muret de bambou s’éparant la zone des hommes et des femmes. C’est dans l’un d’eux que Naminé se prélassait tranquillement en écoutant le chant magnifique d’un grand oiseau rouge perché sur un bambou. Il avait de grandes plumes couleurs cuivres qui se mêlaient harmonieusement aux reflets colorés du ciel matinale, son regard se porta sur l’intruse et s’arrêta de chanter quelques instants avant de reprendre une nouvelle fois sa douce mélodie. Sophie, tout en s’approchant du bassin, continuait d’admirer l’oiseau majestueux puis se plaça au cotés de Naminé sur le bord du bassin.
-Bonjour, bien dormi ? lança Naminé en regardant qui l’avait rejointe.
-Comme un loir, et toi ?
-Pareille, sauf que je me suis levé tôt pour pouvoir entendre ce chant.
-Il est merveilleux, c’est quoi comme oiseau ?
-Voyons Sophie, tu ne devine pas ?
-… Un phoenix ? Tenta t elle en examinant mieux l’oiseau.
-Dans le mille ! Celui-ci chante uniquement à l’aube mais il en existe aussi des bleus qui viennent aux crépuscules.
-Il vient chanter tout les jours ? C’est que je préfère écouter ça à un réveil tu vois !
-Non, celui-ci n’est qu’un jeune qui cherche une nouvelle compagne. Il ne sera peut être pas là demain.
-Tu penses que je peux le caresser ?
-Si tu mets quelques flammèches sur tes mains, je pense que oui, mais fais attention ! Ce genre de créature est assez farouche.
Sophie invoqua son pouvoir et fit danser de fines flammes autour de ses doigts, puis elle tendit lentement la main. Le phoenix qui la fixait, intrigué, s’arrêta de chanter pour se déplacer de cotés pour arriver au niveau des flammes. D’un battement d’ailes, il alla se poser sur le poignet de la jeune fille et commença à picorer ses doigts pour tenter de manger les flammèches. Heureuse du résulta, Sophie gratifia son ami d’un sourire et caressa la tête de l’oiseau dont les plumes étaient d’une infini douceur. Elle resta ainsi quelques minutes avant de tendre son bras pour que l’oiseau reprenne son envole. Ce dernier quitta le poignet pour rejoindre les cieux et partir vers le soleil levant avant de disparaitre dans un dernier cri.
-Je crois qu’il a été heureux de te rencontrer. Expliqua Naminé avec un sourire.
-Je le crois aussi, d’ailleurs sa queue a perdue une plume quand il s’est envolé, il a voulu me l’offrir je pense.
- Garde-la précieusement, ce genre de présent est inestimable.
-Alors là pas d’inquiétude, je risque pas de m’en séparer !
-Bon, vu que t’es là et que l’on a encore une bonne heure avant que les autre soit debout. Que dirais tu d’une petite séance détente.
-Pas de refus, les vapeurs de cette source sont vraiment très agréables. Acquiesça Sophie en s’allongeant sur le ventre.
-Tu veux que je te fasse un massage ?
-Pourquoi pas, mais fais gaffe à ne pas me mouiller, dac !
-Promis. Ça va aller si je fais ceci ? Demanda t elle en passant ses mains sur les épaules de son ami.
-Oh oui, descend un peu plus bas tu veux bien !
-Là ?
-Hummmm, c’est parfait. Tu fais ça vraiment bien tu sais !
-C’est Yoki qui m’a appris.
-Vous étiez très proche, n’est ce pas ?
-En effet…Je lui ai même promis de me marier avec lui étant jeune. Rigola t-elle.
-Et tu comptes tenir cette promesse ? Rigola Sophie à son tour.
-…
-Nam ?
-Quoi ?
-Tu veux être avec Yoki ?
-…Je voudrais bien.
-Mais… ? Demanda Sophie curieuse.
-Non rien, ça n’ai pas important !
-Allez Nam ! Tu en as trop dit ou pas assez pour m’intéresser. Raconte !
-Ok, mais pas un mot à personne.
-Promis.
-Tu sais que Kamy et Yoki sont les enfants du Kami de la légende ancestrale ?
-Oui, même si je me demande comment il a put avoir des enfants sous la forme d’un oiseau ?
-Là n’est pas réellement le problème. En fait, en étant les enfants de Kami, Yoki et Kamy ont hérité eux aussi de malédictions.
-Kamy peut voir des esprits de dragons si je me souviens bien ? C’est pas trop une malédiction !
-Disons qu’il est plutôt hanté par ces esprits. Apparemment il a beaucoup souffert de ça et cela ne semble pas s’être arrêté, vu ce que j’ai vu dans son esprit l’autre jour.
-Le pauvre ! Et son frère il a quoi ?
-Il ne peut pas enlacer de filles ou de femmes sans qu’elles ne se transforment en animaux pendant une durée limitée.
-C’est vrai que c’est un sacrée problème ! Et on ne sait pas comment les en délivrer ?
-Concernant Kamy, je ne sais pas, mais pour Yoki le maitre Mochi m’avait révéler un moyen : Yoki sera libéré si il arrive à offrir un plaisir profond à une femme sans qu’elle ne se transforme.
-Mission impossible quoi !
-Oui et c’est pour ça que j’avais promis à Yoki de me marier avec lui. Et je compte bien tenir ma promesse !
-Et bien bon courage ma vieille !
-Pareil pour toi et Will.
-Héééé…Tu sais bien qu’il n’y a rien entre nous.
-Et moi je ne sais pas faire un œuf à la coque !

Quelques heures plus tard, tout le clan se rendit dans le bâtiment central. En entrant dedans, ils passèrent dans un couloir aux murs pourpres éclairés par des lanternes qui émettaient une douce fumée odorante. Après avoir traversé le couloir, ils pénétrèrent dans une immense salle qui devait faire tout le bâtiment. Elle était composée de plusieurs colonnes de pierres reliées à des paravents, par endroit étaient posé des statues de dragons chinois. Au fond de la pièce se trouvait un jeune homme assis en tailleur qui méditait les yeux fermés. En silence, chacun avança jusqu’à lui et s’agenouilla devant lui. L’homme ouvrit les yeux lentement et se pencha en avant pour les saluer.
-Heureux de vous rencontrer enfin cher guerriers. Je suis Kami Onome, celui qui, et j’en suis désolé, est la cause de votre malédiction. J’ai attendu votre venu depuis bien longtemps…
-On dirait pas. Rigola Greg
-Greg ! Gronda Lily en lui donnant un coup dans les cotes.
-Ce n’est rien ma chère. Il a le droit de se moquer de moi, je l’ai mérité. D’ailleurs je me trouve bien plus beau en oiseau.
-C’est vrai ça ! Pourquoi n’êtes-vous plus métamorphoser ? Interrogea Will
-Je n’en suis pas totalement sur mais je crois que cela à un rapport avec la mort des gardiens que j’ai créé.
-Vous voulez dire que cela s’est produit depuis août dernier ? C’est à ce moment là que nous avons battu le gardien de la terre. Expliqua Tony.
-J’ai en effet ressentit mes « chaînes » se détendre un peu ses derniers mois. Mais elles avaient commencés depuis déjà 18 ans.
-Comment ? S’écria Sophie. 18 ans ! Mais nous ne portons les colliers que depuis cette année, il y a un problème quelques part…
-L’avenir n’est pas écrit ma chère. Rassura Kami. Même si la prophétie doit se réaliser, le hasard choisira de ce qui adviendra en seul maître. Je pense donc qu’il est arrivé quelque chose à l’un des gardiens, mais je ne saurais dire lequel.
-Ça ne fait rien, c’est toujours un de moins à combattre. Se réjouis Will.
-Peut être…mais cela va rendre votre quête bien plus ardue.
-Ah bon ?
-En fait, chaque gardien possède en lui une partie divine, une sorte de reste qui ne disparait pas après sa mort…
-…et qui est chargé d’énergie divine. Termina Tony. Nous avons récupérer un os comme cela après notre victoire.
-Excellent travail ! Gardez-le précieusement, il vous servira à forger une arme pour abattre le Dieu Nexus.
-Vous êtes sur qu’on pourra le tuer ? C’est un Dieu tout de même ! S’inquiéta Naminé.
-J’en suis certain car c’est un être divin qui me l’a assuré.
-Omyder ? Demanda Will, interloqué.
-Non, sa sœur, la déesse Norémi. Elle a choisi elle aussi de coupé son âme en plusieurs parties pour vous aidez dans votre quête. Celle que j’ai rencontrée était une très jolie jeune femme qui m’a chargé de vous soutenir.
- Comment s’appelait-elle ?
-Jane Esis…A vos têtes, je devine que vous avez entendu parlez d’elle.
-Nous avons découvert des dossiers lui appartenant, mais ils sont incomplets.
-Je le sais…Je possède le 3ème que je devais vous remettre…et que voici.
Joignant le geste à la parole, il sorti de sa poche des feuilles jaunies quelques peu froissées et les tendis aux jeunes.

Dossier de Jane Esis n°3 : l’avénement de l’Atlantide et de Mü

Alors que Nexus pensait avoir détruis toute trace de vie sur Terre, Noremi fit sortir des eaux le peuple des Océans qu’elle avait conçut, celui-ci évolua et repeupla le sol Terrien très vite, empêchant ainsi Nexus de créer son peuple. Avec l’aide de Omyder, Noremi fit évoluer la plupart des espèces et en formèrent ensemble une nouvelle : l’être humain.
D’abord sauvage et barbare, ce peuple évolua vite pour devenir intelligent, il se montra d’ailleurs si doué que ce fut le premier à repousser les souffle divin de Nexus. Ils avaient découvert que seule une force divine pouvait en venir à bout. Hors on trouvait ce genre de force dans les restes d’ancien souffle qui avaient déjà atteind la Terre. A l’aide de ces restes ils formèrent une énergie capable de repousser les attaques de Nexus et protéger la Terre. Norémi et Omyder étant impressionné par les humains, ils choisirent de tout faire pour que cette espèce ne meure jamais. Norémi s’occupa du peuple qui vivaient sur les océans et que l’on nommait les Atlantes, tandis qu’Omyder veillait sur le peuple des montagnes, les habitants de Mü. Tout 2 firent tout leurs possibles pour que leurs empires vivent dans un monde meilleur : ils leurs apprirent la magie et la science, leurs accordèrent de nombreux miracles et empêchèrent plusieurs catastrophes, ainsi perdura une longue période de paix.
Malheureusement, Nexus à force de tenter de détruire directement l’un des peuple, imagina une feinte ignoble :
C’est durant une journée d’été, en plein midi, qu’un souffle divin s’écrasa sur le pôle nord de la Terre. La force destructrice de l’onde se propagea alors jusqu’à l’autre extrémité de la planète en créant de nombreux cataclysmes : tsunamis, tremblements de terre et autres catastrophes effroyables rasèrent la Terre en décimant les populations d’humains et d’autres espèces. La fin du monde aurait été totale si les Dieux n’avaient pas réagi : Norémi, se servant de 2 espèces où elle inséra une part de son âme, protégea les hommes de son mieux : la première emmena les atlantes de ses bras multiples au fond de l’océan, tandis que la seconde, surgis des cieux, de ses ailes faites de lumières repoussa la cité de Mü dans les profondeurs de la terre.
Omyder, quand à lui, usa de ses forces pour attaquer directement Nexus ceux qui provoqua dans le ciel un nuage sombre des foudres divines qui s’échangeaient. Au bout de 3 jours Nexus abandonna enfin alors que Le dieu du chaos était à bout de force.
L’espèce humaine fut ainsi sauvée et la terre échappa de nouveau à l’emprise du dieu Primal.

-On sait pourquoi elle connait tant de choses maintenant, fit remarquer Sophie après lecture du dossier.
-Tu parles, elle était là depuis le début, c’est facile pour elle.
-Vous pensez que l’on pourra la rencontrer monsieur Onome ? interrogea Will.
-Peut être…c’est une partie de déesse, personne ne peut lui dicter ses choix.
-Cela fait longtemps que vous la connaissez ?
-Oui, et nous étions très proches si c’est ta question. Elle est la mère de mes fils.
Cette révélation consterna tout le monde et il leurs afllu quelques minutes avant de vraiment réaliser son importance : Ils connaissaient des descendant direct de la déesse.
-Est ceque cela veut dire qu’ils sont « demi-dieux » ? Demanda Tony perplexe.
-Appel les comme tu veux, ils sont des adolescents comme vous. Cependant, ils ont eux aussi hérités de certaines « qualités particulières ».
-Je comprends.
-Yoki est également maudit ? reprit Lily, soucieuse
-Oui, malheureusement. C’est d’ailleur un problème majeur.
-Pourquoi ? Il est dangereux ?
-Non, pas du tout ! Naminé, tu ne lui as pas dit ?
-Désolé, je ne savais pas que Yoki était encore au monastère, je ne l’ai appris que hier soir en arrivant.
-Bon alors explique, j’aime pas les secrets. S’exclama Greg.
-Yoki ne peut toucher une fille ou une femme sans qu’elle ne se transforme en animal quelques instants.
-Ça t’es déjà arrivé n’est ce pas. Lança Will avec un sourire.
-Oui, plusieurs fois par accidents.
-T’étais comment en animal ?
-Je ne sais plus trop…
-Un phoque !
-Maître ! s’indigna Naminé avec un regard glacial.
-Quoi ? Tu étais plutôt mignonne en bébé phoque. Tu avais une si jolie frimousse avec tes petits yeux et ton petit museau noir.
-Arrêtez ça me gêne ! Rougit elle, confuse.
Tout à coup un grand bruit se fit entendre dehors. Tout le monde s’y précipita pour voir ce qu’il se passait, le bruit étant puissant, une sorte de râle bestiale mélangé à une certaine complainte. Ce cri provenait de derrière la palissade et après quelques secondes, des coups furent donner contre la grande porte en faisant grincer les gonds. C’est alors que dans un grand fracas, la porte céda et laissa entrer une immense créature recouverte de fourrure brune. Elle faisait au moins 2m50 et ressemblait beaucoup à un gorille, mais se tenait debout sur ses pattes arrières pour marcher. Elle poussa un nouveau hurlement en se frappant la poitrine de ses poings, puis elle se pencha en avant pour émettre un grognement qui dégagea un nuage de vapeur par ses narines. Elle se teint ainsi, immobile, fixant chaque personne dans la cour.
-Qu’est ce que c’est que ça ? Souffla Lily, impressionnée.
-Ça, jeune demoiselle, c’est le yéti. Répondit Naminé aussi calmement qu’elle le put.
-Plutôt « la » yéti, corrigea Kamy, cette femelle vient parfois rôder autour du monastère, mais c’est la première fois qu’elle se comporte ainsi. C’est un être pacifique vous savez.
-Si vous le dites. Reconnu Will en contemplant cette masse de muscle énorme.
-Il a dut se passer quelque chose de grave pour lui donner autant de rage. Si on le répare cela devrait la calmer. Malheureusement nous ne savons pas encore communiquer avec les yétis.
-Je peux essayer ? Intervint Sophie. J’ai fais « animal » en seconde langue.
-Fais attention Sophie, elle a l’air très en colère. Prévint Greg qui se tenait prêt à se transformer en golem en cas de pépin.
Lentement, elle s’approcha de la femelle en regardant ses yeux sombres. Lorsque le yéti se mettait à bouger, elle stoppait et restait aussi immobile qu’une statue, la peur au ventre, elle s’arrêta même de respirer. Ses amis, restés derrière elle, n’osaient faire quelque chose alors que cette situation les rendait de plus en plus nerveux.
Sophie se teint à un peu moins d’un mètre de la femelle puis invoqua son pouvoir elfique pour la première fois. Elle se mit alors à pousser des grognements incroyablement graves pour une voix de jeune fille. La femelle yéti fut surprise d’entendre de tel grognements et recula un peu en continuant de dévisager cette étrange humaine. Sophie poussa de nouveaux grognements et fit plusieurs gestes plus expressifs, ce qui convainquit la femelle de se calmer. Il s’ensuivit alors une sorte de conversation entre les 2 êtres qui grognaient avec ferveur. Kami Onome et les autres moines présent dans la cour se trouvèrent ébahis devant un tel prodige : en à peu près 5 siècles, aucun humain n’avait put approcher et communiquer avec un yéti ainsi. Ce que venait de réaliser Sophie relevait de ces exploits qui deviennent les légendes de l’Himalaya.
Au bout d’une dizaine de minutes, Sophie revint auprès des autres et leurs expliqua ce qu’il se passait :
-Groooaaa graaaaoum grroooo. Grogna t elle.
-Tu parles encore yéti Sophie, on a rien compris.
-Groumm graa… graa… aaardon, articula t elle enfin. Je disais que cette femelle veut qu’on l’aide à retrouver son petit. Il a disparu dans une grotte dans la montagne et elle ne peut aller le chercher car une créature l’empêche d’entrer.
-Tu penses que c’est l’archange ? Demanda Will.
-Oui, elle m’a parlé de plumes étranges qui l’ont blessé un peu.
-Il faut absolument aider ce petit, intervint Naminé, il doit être mort de peur sans sa mère.
-Vous devriez montez jusqu’à cette grotte vous 2, cela fera une pierre deux coups ! Lança Kami en désignant Will et Sophie.
-On ne va pas avec eux ? S’inquiéta Greg. On est puissant vous savez !
-Je n’en doute pas Greg, mais ils sont les seuls à pouvoir vaincre l’archange, aller avec eux serait les gêner plus qu’autre chose.
-Très bien, nous les attendrons ici, mais vous avez intérêts à revenir en un seul morceau !
-T’inquiète pas Greg, je te paris qu’ils seront revenues avant le dîner. Lança Tony avec un sourire.
-Tenu, mais si tu perds c’est toi qui ira les chercher.

Une heure plus tard, Will et Sophie, accrochés sur le dos de la femelle yéti, étaient entrain de gravir les flancs de la montagne, luttant contre le froid glacial qui leurs piquait le visage tel de multiples aiguilles. Leurs muscles un peu engourdis par la température, avaient du mal à les maintenir à la fourrure devenue glissante à cause de la neige. Néanmoins, cette couche de poils bruns s’avéraient aussi chaude qu’un radiateur, ce qui leurs permit de ne pas avoir trop froid aux doigts.
La femelle yéti courrait vite sur de grandes distances, effectuant parfois un bond contre une paroi avant de s’élancer de nouveau sur un plateau neigeux, faisant voler dans son sillage des tourbillons de neige. Ils finirent enfin par arriver face à une cavité dans le flanc de la montagne, c’est par ce trou qu’entrèrent Will et Sophie après être descendus du yéti. Cette dernière, essoufflée par sa course, se lova en boule dans la neige pour se reposer, laissant ainsi ses sauveurs pénétrés seul dans la grotte de l’archange.
A l’intérieur de la grotte, Sophie fit brûler du feu autour de sa main pour éclairer le chemin. Will, à ses cotés, avait dégainé son épée ténébreuse et se tenait sur ses gardes. Plus ils s’enfonçaient dans la grotte plus l’air se mettait à manquer, se qui donna quelques nausées à Sophie. Will lui prit son bras pour le mettre autour de ses épaules. Ce soutien du garçon, fit sourire Sophie qui tentait d’éloigner la flamme de son visage pour qu’il ne la voit pas rougir. Au bout d’un moment, ils arrivèrent enfin jusque dans une immense, que dire, infiniment grande caverne : le chemin continuait sur un grand pont de pierre, trônant au dessus d’un gouffre aussi profond que sombre.
Traversant ce canyon insondable, ils découvrirent sur un plateau rocheux, les restes d’un village creusé à même la roche de la montagne. Ils déambulèrent ainsi à travers les rues désertes, cherchant dans quelques maisons encore en états, mais ne trouvèrent aucune trace du bébé yéti ou de l’archange.
Un peu épuisés, ils s’arrêtèrent à une fontaine érigé sur la grand place du village, l’eau qui en jaillissait toujours semblait l’unique forme de vie dans cet endroit au silence pesant. Will, un peu assoiffé par la chaleur dégagée par Sophie, se pencha au dessus du bassin, puis passa sa tête sous le jet d’eau avant d’en boire un peu. Le liquide froid lui brûla un peu les entrailles mai lui fit un bien fou. Une foule de questions continuaient de tourner dans son esprit : Quel était ce village et son histoire ? Où se trouvait l’archange et le bébé, Sophie avait elle assez de forces pour se défendre ? Et lui, en avait il assez pour la défendre ?
A tout cela il ne pouvait vraiment répondre mais il savait au moins une chose : la fin ne serait pas pour aujourd’hui. Cet espoir en tête, il se redressa et reprit ses recherches avec son amie dans le village fantôme. Pourtant il leurs fallut moins de temps qu’ils ne le pensaient avant de trouver enfon quelque chose. Ils étaient face à une sorte de temple, quand un bruit rompit le silence, une sorte de petit gémissement qui provenait de l’édifice antique. Sur leurs gardes, ils pénétrèrent dans le temple, de nouveau un gémissement se fit entendre. Sophie projeta une petite boule de feu dans la pénombre de la salle, révélant ainsi diverse statues de grands félins ailés ressemblant quelques peu à des Anges. La flamme traversa la salle entre les statues et colonnes de pierres, puis s’écrasa sur un mur. Un autre gémissement avait surgit dans la salle, Will eu le temps de voir une petite touffe de poils brun trembler dans un coin, et devinant de quoi il s’agissait, montra à Sophie où aller. Ils approchèrent doucement du bébé yéti qui se mettait en boule de peur d’être découvert, tremblant en faisant voler de la poussière. Pour le rassurer, Sophie usa de son don elfique pour lui dire qu’ils ne lui feraient aucun mal. Le petit douta un peu et émit un autre gémissement en regardant Sophie qui lui souriait. Il s’approcha d’elle, fixant les flammes autour de la main de la jeune fille, tel un papillon. Son petit visage illuminé dans cette pénombre fit enfin apparaître un léger sourire attendrissant. De son autre main, Sophie prit le bébé et le hissa contre sa poitrine où il se blottit en ronronnant.
Ayant enfin trouvé le petit, Sophie et Will sortirent du temple pour retourner à la sortie, en espérant ne pas rencontrer l’archange tout de suite. Malheureusement, une fois arrivé sur la grand place du village, un sifflement perça le silence et une pluie de plumes lumineuses apparut dans l’obscurité. Will, aussi vif qu’il le put, se teint devant Sophie, maniant son épée ténébreuse tel un gardien de hockey. Il para et détruisit les plumes qui approchaient de trop près, mais bizarrement la plupart s’écrasèrent à un mètre devant eux. Aussi immobile qu’une statue, il observait la pénombre des lieux, attendant une nouvelle attaque. Sophie se mit dos à lui pour le couvrir, intensifiant ses flammes pour obtenir le plus de lumière possible.
-Will on fait quoi maintenant ?
-Ne bouge pas et reste sur tes gardes ! Il peut nous attaquer à tout moment.
-Oui mais je n’y vois pas grand-chose.
-Je sais, même moi avec mon pouvoir je ne le distingue pas.
-…Dit moi ! Est-ce que tu serais capable de retrouver la sortie dans le noir ?
-Je pense, pourquoi ?
-C’est ma flamme qui indique notre position et si je l’éteind…
-Il ne nous verra plus, j’ai compris. Éteint ta flamme et accroche toi à moi !
-Ok, on y va.
Sophie arrêta le feu sur sa main et attrapa le bras de Will. Une nouvelle nuée de plumes fendit l’ombre des lieux en s’écrasant au sol en petites explosions d’étincelles. A travers cette pluie explosive, Will se mit à courir en entrainant Sophie derrière lui. A l’aide du pouvoir des ténèbres, il visualisait en parti le chemin qu’il prenait et grâce au souvenir du comment retourner vers la sortie, il retrouva rapidement le grand pont de pierre. Lui et Sophie s’élancèrent dessus le plus vite possible tandis que la pluie de plumes continuait, les frôlant parfois de peu. Ils étaient bientôt à la moitié du pont lorsque celui-ci se mit soudain à trembler, des morceaux de roches tombaient dans le gouffre, dans des craquements sourds, plusieurs fissures tailladèrent le pont et au bout d’un moment celui-ci se mit à s’effondrer peu à peu. Will, inquiet du sol qui commençait à se dérober sous ses pieds, choisit de faire demi-tour et de courir vers le village. Hors d’haleine, il entraina Sophie derrière lui, tout deux peinaient à rester debout, mais ils finirent par atteindre enfin le village. Dans un ultime effort, Will les conduisit jusque dans une maison dont la porte était ouverte. Une fois à l’intérieur, il ferma la porte et plaqua son corps dessus pour la retenir, alors que dehors d’autres explosions avaient lieu, faisant parfois tomber la poussière du plafond ainsi que quelques objets de la pièce qui se brisaient par terre. Une dizaine de minutes plus tard, les explosions s’arrêtèrent et le silence reprit. Will se décolla de al porte et rejoignit Sophie qui s’était abrité sous une table, elle alluma quelques flammèches au bout de sa main libre, réduisant ainsi l’obscurité. Accroché à sa poitrine et retenu par son autre bras, le bébé yéti s’était endormi, il émettait parfois un petit gémissement en se cramponnant à la jeune fille. Elle le berça doucement pour calmer ses rêves, puis elle se tourna vers Will. A la lueur de sa flamme, elle vit le garçon tout décoiffé et portant quelques égratignures au visage, son manteau un peu froissé était couvert de poussière par endroit.
-Et maintenant ? Demanda t elle.
-Aucune idée, désolé Sophie je suis trop épuisé. S’excusa t il en massant ses membres endoloris.
-Ce n’est rien, reposons nous. On en a besoins.
-Il y a une lampe à huile sur ta droite si tu veux garder de la lumière.
-Merci, ça m’évitera de faire la lanterne.
Elle attrapa la bouteille pleine d’huile et y plaça un morceau de cordon de son parka pour faire une mèche. Une fois celle-ci allumé, elle plaça la lampe derrière la table. Elle s’allongea ensuite, le bébé contre elle, elle vit Will trembler un peu dans son sommeil. Il avait étendu son manteau sur lui comme couverture de fortune, mais apparemment cela ne suffisait pas pour le réchauffer. Sophie regarda le visage de ce garçon à la fois beau et effrayant, elle se rapprocha de lui et se glissa sous son manteau. Le petit yéti entre eux, elle fit chauffer son corps, créant une douce chaleur contre Will qui se colla un peu plus à elle. Exténué, elle sombra rapidement dans le sommeil en se blottisant tel un chat au soleil.

-Will ! Appela une voix
Le garçon regarda autour de lui, il était sous le ciel étoilé du monde d’Omyder mais cette fois ci près d’un arbre immense ayanr perdu ses feuilles, le dieu se tenait assis contre son tronc. Will le rejoignit et se plaça à ses cotés.
-Bonsoir mon ami, as-tu vu le ciel de ce soir ? Demanda Omyder en fixant le ciel.
-Il est beau, mais est ce une impression ou les étoiles sont devenues bleues ?
-Oui tu as raison. C’est parceque ma sœur n’est pas loin.
-Est elle dans ce monde ?
-Non. Elle se trouve dans le monde réel. Elle empêche l’archange de te blesser toi et tes amis.
-Je voudrais bien la remercier.
-Tu le pourras mais pour cela tu vas devoir retrouver un objet important qui se trouve dans le village où tu te trouves.
-Qu’est ce que c’est ? Et quel est ce village fantôme ?
-Vous vous trouvez dans les restes d’un village de Mü, jadis beau et prospère, protéger par un archange de ma sœur. Jusqu’au jour où une créature s’est emparé d’un objet appartenant à l’archange. Cet objet est une plume, mais pas n’importe laquelle, c’est la plus longue plume que porte l’archange, celle qui lui montre le bien du mal. Sans elle, l’archange n’a plus aucune notion de ces 2 forces et se met à attaquer tout ce qui lui semble dangeureux : les ténèbres comme la lumière.
-Si je lui rend cette plume, pourra t il redevenir lucide ?
-Oui mais pour cela il va te falloir détruire la fausse plume qui se trouve en ce moment sur l’archange. Si je ne me trompe pas elle est l’œuvre de Nexus et devrait dégager une aura violette. La vraie plume est de couleur rouge.
-Trouver la vraie plume, détruire la fausse et replacer l’autre, c’est noté !
-Alors si tu as compris va !Et libère cet archange ! Lança Omyder en disparaissant peu à peu.

Will se réveilla doucement, ses yeux encore un peu fatigués eurent du mal à lui montrer où il se trouvait. Tout en se redressant, il entendit Sophie bouger à cotés de lui. Elle se frotta aussi les yeux et baîlla un peu avant de s’adresser à lui :
-Bien dormit ?
-Oui et toi ?
-Ça aurait put être mieux, c’est un peu trop dur par terre.
-Ne t’inquiète pas, je sais quoi faire pour nous sortir d’ici.
Will lui raconta alors ce que venait de lui dire Omyder dans son rêve et lui expliqua son plan pour libérer l’archange. Sophie fut un peu perplex sur son efficacité mais n’ayant pas de meilleur idée, elle accepta. Ils emmenèrent le bébé yéti dans un coin dégagé pour le mettre à l’abri, puis l’enroulèrent dans le manteau de Will en veillant à ne pas le réveiller. Sophie plaça la lampe à huile pas trop de lui pour que la lumière le réconforte en leurs abscence. Une fois cela fait, ils sortirent discretement de la maison et reprirent leur chemin à travers les rues du village. Will, grâce à sa vision nocturne, leur permit de marcher sans se faire repérer par l’archange qui devait attendre le moindre mouvement dans un recoins de la grotte. En même temps qu’ils avançaient, Will analiait chaque endroit des ruelles pour y déceler une quelquonque source d’aura. Ce fut au bout d’un bon moment qu’il repéra enfin une très légère lueur s’échapper de sous une dalle d’une place de marché. Lui et Sophie courrurent jusqu’à la pierre et tentèrent de la soulever, en vain. Même à deux, ils ne parvinrentà dégager la dalle. Will tenta alors de se servir de son épée comme d’un levier mais cela ne fut pas plus concluant. Il ne restait plus qu’à la détruire morceau par morceau pour enfin atteindre la plume. Sophie fit chauffer la roche autant qu’elle le put jusqu’à ce que celle-ci se mette à craquer, Will prit ensuite le relais en fracassant la dalle à coups d’épée. La dalle résista mais fini enfin par se fendre en pusieurs morceaux dans un nuage de poussières.
Malheureusement, leurs travail vaait alerté l’archange qui envoya une nouvelle pluie de plumes explosives dans leurs direction. Will tournoya alors avec son épée pour détruire les projectiles aériens, tandis que de son cotés, Sophie s’empressait tant bien que mal de retirer les morceaux de dalles pour dégager la plume. Alors qu’elle allait enfin l’attraper au fond de son trou, l’archange s’élança du plafond pour la percuter de plein fouet. Sa rapidité avait été si impressionnante que Will n’avait pas eu le temps de pousser son amie à temps. La jeune fille se retrouva alors propulser dans les airs avant d’aller s’écraser sur les restes d’un étalage en bois.
Fou de rage et de haine, Will hurla de fureur, son coeur douloureux ne demandait qu’à exploser. Grâce au pouvoir des ténèbres il contempla enfin les traits du visage de son ennemi dont une aura violette émanait. Il faisait presque 2m de hauteur et ses ailes étaient immenses, sa musculature assez conséquente lui donnait l’apparence d’uen statue grecque car il ne portait aucun vêtement. Sa tête était pourvu d’une longue cheveulure où était planté une longue plume. A l’aura qui s’en dégageait, Will comprit qu’il s’agissait de la fausse plume, il la fixa puis regarda le visage de son adversaire. Il remaqua alors que l’archange semblait sourire, mais ses yeux luisaient d’une force surnaturelle, à la fois attirante et machiavélique. En observant la beauté de cet être il comprit l’expression « avoir le visage d’un ange », mais cela n’effaça pas la colère qui brûlait en lui, au contraire ce doux visage donna encore plus de dégout à Will. Epée en main, il s’élança contre l’archange et lui assena de nombreux coups d’épée. L’archange en esquiva un grand nombre et repoussa les autres de ses mains comme si les attaques du garçon n’étaient que de vulgaire pichennettes. Cela énerva encore plus Will qui donna encore plus de rage à ses coups mais sans réel succès. Dans un dernier élan, il tenta une feinte en tierce qu’il changea rapidement en quarte. Cette attaque value deux conséquences : la lame de son épée avait tranché la fausse plume, tandis que l’archange lui décochait un puissant coup de poing qui l’envoya percuter le mur d’une maison. Il s’affesa par terre, plusieurs douleurs dans le dos surement dut à quelques cotes cassées, du sang lui coulait des cheveux. Il n’arrivait plus à bouger, sa vue devint de plus en plus trouble. Avant de s’évanouir, il discerna l’archange souriant ouvrir ses ailes, surement pour lui décocher une volée de plumes.
-Désolé Sophie. Articula t il comme pour dire qu’il mourait enfin.

Sophie avait du mal à se relever, le coup porter par l’archange s’était avéré très puissant mais elle pouvait encore bouger. Elle put enfin se redresser et tenta de discerner où était Will et l’archange. Elle les trouva entrain de se battre l’un contre l’autre dans la faible lueur qui émanait de l’aura rouge de la plume dans son trou. Soudain Will, grâce à un coup d’épée, réussi à atteindre la fausse plume et la coupa en deux, mais malheureusement l’archange lui avait porté un coup que Will ne put esquiver. Elle vit alors son ami s’effondrer contre la paroie d’un mur et ne plus bouger. Alors que l’archange faiait face à sa victime et ouvrait ses ailes immenses, Sophie s’élança à perdre haleine vers lui. Telle une fusée, elle courut le plus vite possible sur l’archange.
-Laisse le tranquille ! Hurla t elle en lui donnant un coup de poing enflammé sur son flanc gauche. Il fut propulser dans les airs et se posa à une dizaine de mètres d’eux. Il semblait ne plus avoir de réaction, attendant là les ailes ouvertes, comme si un doute se dessinait sur son visage d’Appolon.
Sophie regarda quelques instants son adversaire puis examina rapidement Will d’un regard. Le garçon saignait à la tête et semblait ne plus respirer, néanmoins la faible lueur de son collier montrait qu’il était toujours en vie. Sophie ferma les yeux et sera ses poings le plus fort possible, tentant de retenir la colère qui commençait à bouillir en elle. Elle senti une larme couler sur sa joue et atteindre ses lèvres. Elle essuya celle-ci d’un coup de langue pour en sentir le gout, à la fois acide et aigre, une sensation qu’elle n’avait plus vécu depuis qu’elle portait son collier. Cette larme fut de trop, le flot de tristesse et de douleur intensifia la colère qu’elle tentait de contenir. Ne contrôlant plus son sentiment, elle fini enfin par faire déferler son pouvoir qui s’engouffra dans tout son être.
-J’espère que tu as une place au paradis, car je vais te faire vivre l’enfer ! Hurla t elle à l’archange en laissant échapper les flammes sur tout son corps. Celle-ci lêchèrent les vêtements de Sophie pour ensuite s’embraser totalement et finir en cendre. Elle devint très vite une immense flamme gardant quelques peu son allure humaine, ses cheveux étaient dressés en l’air tel un grand feu de bois, ses yeux étaient aussi ardent que des braises et sa peau aussi brûlante qu’un volca en ébulition. Elle était devenue l’incarnation suprême du feu : une salamandre de flammes violettes.
Trop contente de sa nouvelle forme, Sophie profita de cette transformation pour utiliser son lance flamme. Le jet de feu sorti de ses mains avec une puissance exceptionnelle, l’archange eut du mal à contenir l’attaque en rabattant ses ailes sur lui. Plusieurs de ses plumes furent réduite en cendre tellement la force de flamme le submergeait. Pour éviter de finir calciner, il s’envola hors de portés des jets de flammes. Sophie continuait de maintenir son rayon et tentait désespérément d’atteindre son adversaire, mais celui-ci s’avérait bien plus difficile à atteindre dans les airs. Il évitait chaque jet avec rapidité et tentait parfois une attaque en piqué pour toucher Sophie mais jamais il ne put aller bien loin. Excité par la puissance de son pouvoir pyrotechnique, Sophie fit exploser une vague de chaleur autour d’elle, rendant l’air ambiant aussi chaud qu’à l’intérieur d’un four. L’atmosphère était si caniculaire que plusieurs stalactites de glace se mirent à fondre avant de tomber pour s’écraser au sol. L’archange eu désormais plus de mal à se protéger car il devait à la fois esquiver la pluies de glace ainsi que les rafales de flammes. Il continuait de se déplacer dans les airs à vive allure lorsque tout à coup une des stalactites lui transperça l’aile gauche et le fit chanceler. Il battit de l’aile pour tenter de remonter mais une attaque de Sophie le percuta et lui fit perdre connaissance avant de s’écraser au sol. Heureuse de son coup, Sophie ramassa l’épée de Will et s’élança vers l’archange à terre. Elle brandit alors l’arme et enflamma sa lame pour porter le coup fatal à son adversaire. Ce dernier se relevait tant bien que mal mais il continuait de faire face à Sophie, même si on sentait de la détermination dans son beau regard, on pouvait y lire aussi un certain effroi face à cette lame de feu. Sophie fendit l’air et décocha une attaque à son ennemi, visant le cœur pour plus de réussite.
-Tu n’as plus aucune chance ! Hurla t elle en portant son coup.
Mais soudain, Sophie se trouva médusé par une horrible vision et lui fit mâcher l’épée : Will était apparut entre elle et l’archange d’un seul coup, se plantant l’épée dans sa poitrine, il affichait un sourire forcé en regardant Sophie puis retira l’arme de son corps.
- Calme-toi Sophie ! Souffla t il exténué.
-…Will !...Pourquoi ? Pourquoi tu as fait ça ? J’ai failli te tuer.
-Mais non, tu as juste failli le tuer lui.
-Quoi ? Mais l’attaque…
-Tes flammes ne m’ont rien fait et ce sont mes ténèbres que tu m’as infligé. Allons tu vois bien que je vais bien. Enfin presque ! Reconnu t il en sentant une douleur aux cotes.
-Tu n’en n’es pas pour autant invincible, guerrier des ténèbres. Lança l’archange à genoux derrière lui.
-Serait ce une menace ? Tu n’es pas dans la meilleure posture pour te le permettre ! Ironisa Will.
-Une simple remarque, mais si cela te dérange pourquoi m’avoir sauvé la vie. Répondit-il avec le même ton que le garçon.
-Parce que tu est de notre cotés désormais, n’est ce pas Noremi !
-…Tu veux dire que cet archange…
-Une partie seulement, corrigea la créature, je suis Piteur, l’archang de l’Ordre et gardien de l’ancien empire de Mü. J’ai été créé à partir d’une part de l’âme de la déesse de l’Ordre.
-Vous êtes comme Jane Esis alors ?
-Oui…mais je n’ai pas exactement le même rôle qu’elle. Je devais veiller sur Mü et j’ai échoué, aujourd’hui je n’ai plus de raison d’exister. Prenez la plume que je portais jadis, elle vous servira à créer l’arme qui tuera le dieu primal.
-Merci Piteur, nous en prendrons soin.
-Très bien alors si tout est vraiment terminé, je vous laisse rejoindre vos amis.
-Mais et toi ? Que vas-tu devenir ? Interrogea Sophie.
-Je n’ai plus de raison d’être sur Terre. Je vais rejoindre pour reprendre ma vraie place. Ne vous inquiété pas pour moi. Veilliez plutôt sur le destin de cette planète car ses jours sont désormais comptés.
-Quoi ! Que va-t-il se passer ? S’il te plait dit nous

... vous avez aimez jusque là? tant mieux je vous met la suite plus tard (le temps que je la tape)
Voir le profil de l'utilisateur
Lorien
avatar
Admin
Messages : 121
Date d'inscription : 16/04/2009
Age : 31
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Ouf, j'ai terminé ! Ca a été long, mais j'y suis arrivée lol
J'aime bien ton histoire, il y aune bonne intrigue et les personnages sont attachants.
Si jamais tu postes la suite, poste là petit à petit par contre ^^
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionandstories.forum-actif.net
Contenu sponsorisé
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Les guerriers des éléments Tome 1: L'âge des Héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» S.O.S. Beauté, Tome 1/2
» Les éléments chimiques et leurs symboles
» James Clemens - Les Bannis et les Proscrits.
» RESOLU - supprimer des elements checkBox
» Nuvi 1440, organisation du dossier "suppléments"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stories World :: Les histoires inventées :: Histoires fantastiques-